31 octobre 2011

Apprendre à se préparer "à la dure"

Voilà le dernier texte de la série traduit par Chantalouette sur les conseils donnés pour se préparer en cas de catastrophe.
Les américains sont considérés à juste titre comme de grands enfants, et s'ils n'ont pas intégré les avertissements, répétés à loisir, comme ci-dessous, c'est peine perdue !
Il nous est possible de tenir compte également de ces conseils. Un homme averti...


APPRENDRE À SE PRÉPARER À LA DURE

Par Tess Pennington, août 2011

Dans l'ensemble la plus grande partie de la population n'est pas prête pour une catastrophe imprévue. Bien que les sites qui parlent des situations d'urgence insistent sur l'importance d'être préparés, ces conseils ont été ignorés et sont tombés dans l'oreille de sourds. Un article écrit par Marc Slavo souligne ce manque de préparation :

''Que nous parlions de séismes, de tempêtes de neige, d'ouragans, d'inondations, de pannes électriques ou d'attaques terroristes, aussi bien les membres du gouvernement que les particuliers ont démontré à plusieurs reprises avoir une inaptitude psychologique à faire face à des situations extrêmement stressantes, à manquer de prévoyance concernant des réserves d'urgence et à ne pas faire de plans pour des situations d'urgence.''

''Cela n'arrive qu'aux autres''

À mon avis, bien que cette population soit attentive et sympathique, beaucoup vivent dans l'illusion d'être protégés. Ils n'ont pas appris les leçons des précédentes catastrophes parce qu'ils ne s'y identifient pas et pensent que si quelque chose de désagréable devait leur arriver on prendrait soin d'eux d'une manière ou d'une autre. À cause de cette incapacité à s'identifier, beaucoup feront les aveugles dans la situation présente jusqu'à ce qu'ils se trouvent eux-mêmes en situation d'urgence.

Ignorer ou nier les situations d'urgence (qu'ils soient naturels, fabriqués par l'homme ou économiques) est quelque chose où ce pays est champion. D'un point de vue psychologique, ce mécanisme d'adaptation vous donne le temps de vous habituer à des situations stressantes – mais rester dans le déni peut perturber et même dissuader de chercher des solutions au problème. La procrastination (toujours remettre au lendemain) et l'autosatisfaction pourraient coûter cher. Dans un article sur la population non préparée, j'ai expliqué pourquoi il est important d'avoir des stocks à disposition avant une menace de catastrophe :

Il y a une ruée dans les magasins pour faire du stock. Certains pourront acheter un peu de nourriture (s'ils arrivent à temps au magasin) et d'autres arrivent trop tard et rentrent chez eux les mains vides. Les stocks de nourriture sont épuisés car tous ont acheté les mêmes aliments. Les aliments basiques, des boites de conserve, du pain, des condiments, de l'eau, des piles, des lampes, des produits d'urgence...Ce qu'on ne dit jamais est qu'il n'y a tout simplement pas assez de nourriture dans les magasins pour approvisionner tout le monde en même temps. En résultat, de nombreuses familles n'auront rien à manger et le chaos s'ensuivra.

Bien que les organismes d'urgence aient suggéré à chaque famille d'avoir au minimum deux semaines de nourriture d'avance, combien ont écouté ces conseils ? Peut-être 10% . et avec une population habitant principalement la côte est, ceux qui projettent de faire face aux ouragans (comme Irène) vont prendre une raclée s'ils ne sont pas prêts.

Se former à la dure

Beaucoup apprendront malheureusement que de ne pas être préparé aux urgences, de ne pas avoir des affaires dans la voiture et des plans pour évacuation d'urgence peut leur coûter cher. Ne perdons cependant pas de vue que ceux qui traversent des urgence de courte durée ouvriront les yeux et verront l'importance d'être préparé. Apprendre à partir d'erreurs passées pourrait apporter un profond changement dans leur vie. Ils apprendront qu'avoir des stocks prêts pour les cas urgents et prêts à l'emploi évitera le stress d'avoir à se bagarrer avec la meute dans les magasins. De plus, si une famille préparée devait évacuer, ceux qui ont une longueur d'avance pourront faciliter leur évacuation et s'assurer d'un voyage plus sûr que ceux qui ne sont pas préparés et attendent jusqu'au dernier moment.

Avoir un coup d'avance

Assurez-vous que vous êtes prêts pour des urgences en vous y prenant à l'avance. Ci-dessous des articles supplémentaires pour vous mettre en route :

Commencer une réserve de nourriture

Une liste de plan d'urgence

Une liste d'urgence à court terme

Une liste d'évacuation

Un sac pour 72 heures

Les urgences arrivent habituellement sans prévenir ou presque. Par conséquent, beaucoup sont pris de court et mal équipés pour faire face à une crise aussi soudaine. La raison sous-jacente à notre préparation est d'être autonome et d'avoir l'esprit en paix sachant que si une urgence se présente, nous pourrons prendre soin de ceux qu'on aime. Répéter des erreurs passées est un jeu qui coûte cher pour lequel beaucoup ne veulent plus prendre de risque.

Il faut 14 jours pour acquérir des habitudes et être préparé est une habitude qui ne doit pas se perdre. En suggérant simplement à vos amis et votre famille de prendre 30 jours et de se concentrer sur leurs propres efforts de préparation, vous allez les motiver à devenir plus autonomes, les aider à se préparer à des catastrophes imprévisibles et les assister en créant un plan de préparation qui leur donnera de la sécurité et du bien-être. Je presse chacun de vous à encourager les membres de la famille et les amis à devenir autonomes et à être prêt. Tentons de rompre le modèle d'une société non préparée et aidons-les à voir la logique d'une préparation en temps voulu.


Traduit par Chantalouette

1 commentaire:

  1. Un grand merci de vos conseils,le problème c'est que personne ne veut entendre,oreille sourde ou vous passer pour une GAGA quand cette situation ce présente ne dites pas que vous avez fait des réserves, au moment de la panique de ces humains ils vous boufferont.MEFI!!!!

    RépondreSupprimer