jeudi 17 février 2011

Le saviez-vous ? (suite)


V.I.T.R.I.O.L. N° 18

La majorité du n° 18 est consacrée aux textes de la conférence donnée le 4 avril 2010 à Paris par Joël Labruyère (fondateur du C.R.O.M.), “Sortir de l'ordre mondial”. Aussi je me cantonnerai à des extraits d'un article sur l'argent. Texte puissant et explicite !

L'EMPRISE OCCULTE DE L'ARGENT

Ou la dépossession de notre énergie vitale

L'argent est le symbole de l'énergie dépensée par le travail. C'est de la sueur et du sang transformés en papier. L'humanité peine pour échanger la sueur de sa vitalité contre de l'argent. La sueur est le déchet éthérique de la dépense vitale. Une petite partie de l'argent revient aux hommes pour leur permettre de reprendre des forces afin de continuer la production. Une grande partie leur échappe et s'accumule dans les réserves bancaires des maîtres de l'argent.

Le fléau du monde

Grâce au symbole de l'argent qu'ils ont érigé en dieu tout-puissant dans le monde, les maîtres de la finance ont pris le pouvoir sur l'humanité. Ils détournent l'énergie vitale et se l'approprient par le mécanisme économique et l'escroquerie bancaire.
L'homme n'est plus maître de sa force vitale puisqu'il doit travailler dans la crainte et sous la menace pour acheter l'argent qui lui permettra de survivre. L'argent est une invention qui permet de déposséder l'être de son énergie en le vampirisant.
L'argent est le fléau du monde.Toutes les considérations politiques et idéologiques sont dérisoires tant qu'on ne s'attaque pas à la racine du mal de la civilisation matérialiste qui est la dépendance de l'être vis-à-vis de l'argent.
Nous pouvons fournir les preuves métaphysiques que les maîtres de l'argent ont acheté la Terre et que les âmes qui transitent dans cette zone doivent rembourser le prix des corps qu'elles occupent, autant que l'eau dont ces corps s'abreuvent et, prochainement, l'air qu'ils respirent.
Alors que l'abondance règne dans l'Univers, ici, dans ce coin maléfique de la galaxie, il faut payer pour vivre.

L'existence est un prêt avec intérêts

Chaque âme ou, si l'on préfère, chaque individualité, appartient à un ensemble et vient au monde dans une famille nationale dont cette âme représente une parcelle. Un être endosse à sa naissance le karma du pays où il naît. C'est une donnée dont on ne peut s'abstraire.
Chacun hérite de la dette spirituelle et matérielle de sa nation d'origine. Il la partage et la supporte, à sa mesure et selon les conditions dictées par le gouvernement du pays qui le soumet à ses lois. Notre destin individuel est donc assujetti au destin du peuple au sein duquel nous voyons le jour.
Comme les États sont piégés par l'endettement imposé par la Banque Anonyme mondiale (BAM), nous devons partager le remboursement. Nous naissons alors avec un commandement à payer au-dessus de notre berceau. Nous venons au monde endettés énergétiquement, et pas seulement moralement comme une interprétation simpliste de la loi du karma le laisse croire.
Nous sommes, dès notre naissance, dépossédés en principe de notre énergie vitale qui est quantifiée sur un compte bancaire occulte. Notre vie doit donc être remboursée, et tout ce que nous croyons posséder n'est qu'un prêt avec intérêts.
Ce n'est pas une situation naturelle, mais la conséquence dramatique de l'endettement de notre pays de naissance, dont l'État est pieds et poings liés à la BAM à cause d'une dette nationale qui grossit sans fin par les intérêts.
Les humains sont des âmes prolétaires (privées de pouvoir) vivant dans des pays dont les États ne s'appartiennent plus eux-mêmes.

Qui sont les créanciers de la dette ?

Considérez bien cette situation. Votre pays est endetté jusqu'au ciel. Les politiciens n'en parlent pas car cela défie l'imagination. Parfois un contestataire politiquement incorrect évoque le montant faramineux de la dette pour stimuler une réaction, mais il se garde bien de donner le nom des créanciers, l'identité réelle des patrons de la Banque Anonyme.
La classe politique parle de la dette avec une sorte de crainte religieuse. On ne discute pas de la dette, car elle est comme une fatalité divine. Si vous êtes perspicace, vous l'aurez compris : la dette que chaque pays doit à la BAM est la preuve que les États ne s'appartiennent pas.
Et si quelqu'un demandait : “Au fait, à qui doit-on cette dette ?”, c'en serait fini de la carrière de cet importun.
L'argent que l'État a emprunté pour financer l'aménagement de votre pays et sa défense est une dette qui retombe sur vous. Ne croyez pas qu'un autre doit payer. Vous payez en ce moment.
Vous aurez peut-être de la peine à vous représenter cette situation : vous devez personnellement beaucoup d'argent à quelqu'un que vous ne connaissez pas ! En fait, vous ne savez même pas que vous êtes endettés ainsi que tous vos concitoyens. Parfois vous entendez parler de la dette, mais cela ne vous interpelle pas le moins du monde. Pourtant, à partir du moment où vous vous êtes incarnés dans un peuple, vous êtes solidaire de ses actes et de ses déboires. Vous vous croyez libre, mais les maîtres de l'argent ne voient pas les choses comme vous.
Ils vous ont dépossédés de votre énergie vitale en vous laissant juste de quoi survivre, tout en vous submergeant de besoins inutiles, afin que vous ne puissiez jamais rembourser.

Solitude et argent

Dans une société où règne l'argent, deux maux sévissent : la solitude et la peur. La solitude de l'individualisme et la peur pour la survie sont un même processus. Chacun vient au monde en portant cet implant de la crainte pour la survie individuelle au tréfonds de son subconscient. La société réactive l'implant de peur en plongeant l'être dans la lutte pour la vie. La famille est protectrice au début, puis elle vous conditionne à jouer le jeu de la solitude et de la crainte, en vous imposant la loi : tu gagneras ton pain à la sueur de ton front !
Les plus forts sont stimulés par cet ordre et ils deviendront les cadres du système. Les moins forts sont stimulés également, mais de manière plus conflictuelle, et ils cherchent un moyen plus facile que la lutte et la compétition. Généralement, ils se résolvent à être des soutiers dans le paquebot de l'élite planétaire qui se pavane sur le pont supérieur.
Quant aux faibles, rendus craintifs et incapables, et que ce jeu effraie intensément, ils se réfugient dans l'assistanat ou dans des activités rétrogrades, en marge du courant. Certains deviennent fous, mais la plupart sont névrosés, ou bien, si l'implant individualiste est trop fort, ils deviennent délinquants.
La société de l'argent est une machinerie qui joue en permanence sur la solitude et la crainte. Observez-le pour vous-même. On vous a isolé pour vous exploiter, pour stimuler en vous la crainte d'être abandonné, et d'avoir faim et froid. Vous êtes venu au monde avec la peur de vous retrouver dans la misère.
En réactivant l'implant individualiste qui est en chacun, la société renforce le sentiment de crainte pour la survie.
L'être devient obsédé par l'argent qu'il faut gagner pour apaiser son insécurité. Ce processus est magistralement entretenu au plan planétaire par la Roue de la Fortune qui tourne dans l'astral en aspirant votre énergie vitale et en stimulant le besoin d'argent.
L'éon de l'avidité matérielle s'est construit et a été vitalisé par les masses énergétiques des désirs humains accumulés dans l'atmosphère pendant des millions d'années. Cet éon s'étage sur plusieurs dimensions : physique, éthérique, astrale et mentale. En haut, la ruse et la stratégie. En bas, l'action productrice. Entre les deux, le monde astral qui procure le désir, et le plan éthérique qui fournit la vitalité. Cet éon ressemble à une roue gigantesque, un chakra cosmique qui tourne en attirant à lui l'énergie du désir matériel. La correspondance de cette grande roue de la fortune est le chakra de la rate permettant au corps d'emmagasiner le prana solaire qui donne la vie.
Les relais terrestres de ce monstre de l'avidité sont les sociétés financières et leurs innombrables centres de pompage, répandus dans tous les secteurs de l'activité où l'argent fait la loi. Chaque village de la Terre voit ses commerces fermer et à la place s'ouvrir des centres bancaires rutilants qui affichent en grandes lettres arrogantes le nom de leur maison mère. Quant à la mère des banques, nul ne sait où elle est, mais tous ont entendu parler d'une banque centrale. Son coeur palpitant est sur la dimension astrale.
La réserve énergétique du système est sur une dimension inférieure du plan éthérique en relation avec l'énergie vitale de l'humanité. Et la roue tourne, aspirant l'énergie du désir...


6 commentaires:

  1. "La société de l'argent est une machinerie qui joue en permanence sur la solitude et la crainte. Observez-le pour vous-même. On vous a isolé pour vous exploiter, pour stimuler en vous la crainte d'être abandonné, et d'avoir faim et froid. Vous êtes venu au monde avec la peur de vous retrouver dans la misère.
    En réactivant l'implant individualiste qui est en chacun, la société renforce le sentiment de crainte pour la survie."



    D'où l'intérêt de préparer en permanence ses possibilités d'autonomie, pour savoir manger dans la nature, filtrer son eau, dormir au chaud,.... Mais aujourd'hui combien en France sont réellement autonomes ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien de dénoncer un système, pour en prendre conscience, mais il est plus importrant encore de donner des solutions et réfléchir à une attitude positive et non égoiste. Nous sommes les cellules d'un grand être global, et toutes intentions négatives en est le cancer potentiel. Alors prenons conscience et élevons nous.....

    RépondreSupprimer
  3. Houlà avant de changer un systeme exterieure il faut changer à l'interieur de tout à chacun et là.....ya du boulot car une prise de conscience s'est autre chose que de comprendre une information ! Regardons dejà ou ce trouve notre seuil de possetion (affectif, émotionnel, materiel...)il y aurai des surprises surtout venant de la part de ceux qui pensent qu'ils fonctionne bien !

    RépondreSupprimer
  4. Merci Hélios, pour ce texte
    Changer l'intérieur afin de changer le système extérieur, devenir autonome, c'est un programme de longue haleine.

    RépondreSupprimer
  5. Salut a tous, "devenir autonome" Mon grand rêve..... surtout avec une famille.
    Autonome en eau, de pluie ou de puits(mon voisin en a un superbe qu'il veut bien partager)
    En électricité, éoliennes, solaire, Dynamo, etc...
    En gaz, j'ai vu un reportage hier sur la récupération et le traitement des excréments de vaches dans une ferme..... Vachement intéressant.
    Le gars puisait de l'énergie pour toute sont installation grâce a ces "gaz" et GDF lui rachetait le surplus environ 2000€ par mois!!!!
    Je réfléchis depuis hier a ce sujet. Stocker les excréments d'une famille pour se chauffer....

    RépondreSupprimer
  6. http://sos-crise.over-blog.com/article-et-si-on-arretait-de-payer-la-dette-video-116222364.html

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !