jeudi 3 janvier 2019

Bonne année 2019 et surtout 2020 ! (Les cycles solaires et leur influence sur notre santé)


Que voilà un sujet intéressant, qui me permet de vous souhaiter une très bonne année 2020 en avance (mais aussi une bonne année 2019 bien sûr). Vous lirez pourquoi. Miles Mathis (qui, je le rappelle encore une fois est aussi physicien) nous explique, à sa manière, l'influence du soleil et de ses cycles (le fameux cycle moyen de 11 ans ou cycle de Schwabe) sur notre santé et notre vitalité. 

Voici le diagramme d'un cycle solaire, l'actuel cycle 24, après la descente du cycle 23. La courbe montante se définit par le nombre de taches solaires et leur progression.

Une montée (avec une augmentation progressive du nombre de taches solaires et son maximum en haut ) + une descente de la courbe (minimum solaire en bas avec absence de taches solaires) = un cycle solaire. On peut voir que le cycle actuel 24 aura duré aux alentours de 9 ans.

Dans un article précédent, Miles expliquait ses problèmes de santé qu'il attribuait à un excès de compléments alimentaires, d'algues en particulier avec un apport trop important d'iode. Il peaufine ici son analyse et nous explique comment fonctionnent les cycles solaires.

Pour suivre l'actualité solaire (en français), vous pouvez aller ICI.
Le suivi des taches solaires est en haut à gauche du site.



Faire le lien


Par Miles Mathis (26 décembre 2018)

Traduit par Apolline

On m'a rarement accusé d'être obtus, mais comme tout autre humain peut l'être, je suis parfois dur à la détente. Juste pour dire qu'à ma grande confusion il m'a fallu du temps pour faire le lien entre deux de mes récents articles : celui sur le Minimum Solaire * et celui sur ma santé. Dans ce dernier j'ai fait une liste des raisons possibles de mes malaises, mais le Minimum Solaire n'en faisait pas partie. Je l'ai maintenant ajouté à la liste et je vais vous dire pourquoi.

* [Traduction du premier paragraphe de l'article, paru sur son site scientifique en date du 27 novembre 2018, dont le titre est  : "Le cycle solaire 25 a déjà commencé". Il ne fait que deux pages, je peux vous le traduire s'il y a des demandes.
"En septembre 2014, j'ai prédit (Lien : La cause du cycle solaire) que le cycle solaire 25 débuterait avant 2019. C'est à dire en 2018. Comme tout le monde parlait de 2019 ou 2020 et comme j'étais le seul à prédire 2018, cela aurait pu paraître une prédiction plutôt téméraire. Elle se basait sur des calculs simples et les lois de la mécanique (la position des 4 planètes joviennes, Jupiter (+++), Saturne, Uranus et Neptune avec leurs corrélations angulaires). Il n'y avait donc rien de téméraire."]

Pour commencer, nous sommes dans un Minimum Solaire exceptionnellement profond et long, que certains scientifiques nomment Grand Minimum Solaire. Et nous sortons d'un cycle solaire faible dès le départ. C'est à dire que le dernier Maximum Solaire était lui-même faible. L'activité solaire a donc été faible depuis environ 2002. Mais pas d'inquiétude : j'ai montré que c'est tout simplement déterminé par la position des 4 planètes joviennes (Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune). Le Soleil ne meurt pas, peu importe ce que vous lirez dans les médias. Mais les effets à court terme sont néanmoins très réels. Pas besoin de redouter une fin du monde, mais l'année prochaine pourra être stressante pour beaucoup d'entre nous. Si vous avez ressenti de l'énervement pendant l'année passée, il est probable que cela continuera pendant quelques mois. Au niveau solaire, ce n'est pas avant 2020 que ça bougera vraiment.



Cette prédiction n'est pas du type "new-age", c'est de la science pure et dure. Les cycles solaires sont très réels et comme toutes les choses réelles, ils ont une réelle cause physique. Les cycles s'étalent en moyenne sur 11 ans (il y en a 9 par siècle), bien qu'ils aient récemment oscillé entre 9 et 12 ans. C'est également normal, mais cela nous met au creux de la vague d'une autre manière. Notre dernier cycle a été non seulement faible mais bref, nous donnant moins de temps en maximum et plus de temps en minimum. Les scientifiques officiels ne connaissent pas la cause du cycle solaire mais ils admettent que c'est physique. Ils pensent actuellement que ce sont des interactions au cœur du soleil. J'ai montré qu'on a en réalité affaire à des rétroactions de charge* en provenance des grosses planètes, mais ils m'ignorent toujours à ce sujet.
*Miles utilisera fréquemment ce terme de "charge". Pour faire simple, il définit la charge comme un champ ou une masse de photons. Le photon est un objet réel avec une extension physique dans les 3 dimensions. Il a aussi une masse. L'espace est rempli de photons, il y en a même dans le vide spatial. Le champ de charge est simplement un champ (un amas) de photons. Le mouvement des photons entraine une charge électrique qui fera se mouvoir les électrons et les atomes. Le tournoiement des photons est responsable du magnétisme. (Merci à Josh pour les explications)

La cause a son importance, malgré tout, comme nous allons le voir. C'est important parce qu'elle nous donne l'explication de plusieurs choses – pas seulement mes malaises du matin. Avant d'en arriver à cette explication, laissez-moi vous dire pourquoi j'ai finalement pu faire un lien entre le soleil et mon ventre. Le plus curieux avec mon principal symptôme, c'est qu'il était réglé comme une horloge. Après huit heures de sommeil, je me sentais nauséeux. Il fallait que je me lève pour manger quelque chose. Si je le faisais, je me sentais immédiatement mieux. Je pouvais même retourner dormir. Vous direz que mon corps ne faisait que se rebeller contre un excès de sommeil, mais j'ai toujours été capable de dormir comme un lion. J'ai pu dormir 12 heures sans problème. Et j'ai toujours besoin d'environ dix heures en moyenne. Donc mes huit heures ne suffisaient pas. Devoir me lever et manger après seulement huit heures m'était insupportable, nausée ou non.

Alors pourquoi les symptômes venaient-ils à ce moment-là seulement ? Parce que, comme le soleil, mon corps était à son niveau le plus faible. Je pense quand même que l'iode ajoutait au problème, car les périodes de nausée du matin ne sont plus aussi pénibles. Et je pense toujours que anxiété/dépression/stress/solitude jouent un rôle. Ils agissent aussi comme des dépresseurs, en accentuant la faiblesse du corps. Mais s'il n'y avait pas ce Minimum Solaire si extrême que nous expérimentons, j'aurais pu ne pas en remarquer les effets de toutes façons. Nous avons tous enduré des minima solaires auparavant, et pour moi ils n'ont jamais été comme celui-ci. Mais à la vérité, aucun de nous n'a jamais eu à supporter un tel minimum solaire. La Terre n'en a pas connu de semblable depuis le début des années 1800.

Vous n'y voyez pas le minimum actuel mais vous pouvez facilement voir les plongeons précédents, y compris le célèbre minimum de Dalton aux environs de 1800-1830.

Comme tout ce qui existe, le corps humain est un générateur de charge. Chaque cellule du corps en est un, chaque atome aussi. Chacun se nourrit du champ de charge. Si le champ de charge est anémique, le corps le sera aussi.

Vous me rétorquerez qu'il y a des gens en bonne santé et en pleine forme en ce moment. Exact. Comme tout le reste, ceci affecte moins les jeunes et les robustes que les autres. Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'effet. Cela veut juste dire que c'est quelque chose qu'un fort système immunitaire peut supporter assez aisément. Je vois ça avec mes chats. Mes chattes sont jeunes et n'ont été ni stérilisées ni "immunisées". Elles n'ont pas reçu de dangereux médicaments par piqûre, en d'autres mots. Elles semblent donc peu affectées. Mais mon matou âgé de sept ans environ a vécu de grands traumatismes. Il a passé sa première année de vie en cage dans un refuge, où on l'a castré et drogué. Il s'en tire donc encore moins bien que moi. Comme moi, la plupart du temps il est plutôt bien, mais d'autres jours il lutte. Il éternue beaucoup, même en l'absence actuelle de pollen, ses yeux coulent et certains jours il ne fait que se trainer. Puis, le lendemain il va bien, sans raison apparente.

Mais ce que j'ai remarqué, c'est que ses mauvais jours et les miens sont les mêmes. Et ce qui a finalement résolu le problème pour moi a été de vérifier les diagrammes solaires, pas seulement ceux à long terme, mais ceux à court terme. Par exemple, en retournant à Austin le 12 de ce mois, je me suis senti quelque peu mieux. Vers le 17 je me suis senti bien pendant deux jours et j'ai pensé que le pire était passé. Mais dimanche dernier, j'ai eu une nouvelle mauvaise journée. Eh bien, ces cycles personnels correspondent à l'activité solaire du dernier mois. Il y a eu une activité la semaine du 17, mais le 23, rien. Il semble donc que je suis plus sensible aux cycles solaires que la plupart des gens. C'est probablement parce que mon système immunitaire est affaibli, je réponds donc immédiatement à toute faiblesse du cycle. Mon estomac est comme un baromètre de l'activité solaire.

Ce lien direct aux cycles solaires est beaucoup plus sensé que les biorythmes qu'on a l'habitude de lire dans les publications ou que de relier son humeur à un Mercure devenant rétrograde ou quelque chose du genre. Alors que votre corps ne tiendrait que très peu compte – au niveau de la charge – d'un Mercure rétrograde, nous pouvons voir pourquoi votre corps tiendra compte d'un soleil anémique. Tout ici dépend du soleil et si le soleil est anémique, nous le serons aussi.

En fait, différents théoriciens ont relié pendant des années et des siècles l'activité solaire aux guerres et aux pandémies. Velikovsky l'a lui-même fait, comme vous vous en souviendrez, en déclarant que les maladies sont venues de l'espace. Sa théorie était moins reliée aux cycles solaires qu'à des intrusions (comme des comètes et des astéroïdes) mais d'autres ont fait le lien entre les épidémies et les cycles solaires. Sur ce dernier lien, vous verrez que les scientifiques d'universités majeures attribuent ceci à l'affaiblissement du champ magnétique durant un Minimum Solaire, qui laisserait des spores descendre de l'espace.

Pourtant, étant donnée la charge, nous n'avons pas besoin de spores tombant de l'espace ou du passage de comètes qui répandent des fléaux. Nous savons maintenant que nous avons des maladies à foison ici sur Terre, sans qu'on nous en propose d'autres arrivant de l'espace. Un système immunitaire affaibli suffit et comme un soleil anémique conduit directement à un corps anémique, le problème est résolu.

Comment, demanderez-vous ? Eh bien, toute activité solaire est basée sur la charge. C'est à dire qu'elle est basée sur le champ de charge recyclé par le soleil. Le soleil, comme tout dans l'univers est un générateur de charge. Il se nourrit du champ de charge ambiant (photons à plein spectre). Ce champ de charge arrive dans notre espace en longues ondes alimentées par le centre galactique. Alors, pendant que nous nous nourrissons de l'énergie du soleil, lui se nourrit de l'énergie du centre galactique. Le soleil s'anémie quand ces ondes du centre galactique s'affaiblissent d'une manière ou d'une autre – qu'elles soient plus longues ou plus déformées que d'habitude ou pour d'autres raisons. Les autres étoiles peuvent subtiliser un temps une partie de la charge solaire ou bien le soleil peut passer par des régions de la galaxie qui n'en sont pas aussi riches. Quand le soleil absorbe moins de charge, il en a moins à distribuer aux planètes. C'est donc comme si nous étions tous un peu privés de nourriture. Mais il y a autre chose, car les cycles solaires dont nous parlons n'ont pas grand-chose à voir avec ça. Ces cycles à court terme sont déterminés par la charge qui revient des grosses planètes et établit un processus de feedback (boucle de rétroaction) avec le soleil. Voyez-vous, il nourrit les planètes, elles emmagasinent cette charge à leurs pôles, la recyclent dans leur corps – en utilisent un peu pour créer de la chaleur, leur énergie de rotation etc. – mais elles libèrent ensuite l'excès de charge à leur équateur, d'où elle repart vers le soleil. Quand les planètes s'alignent, le retour de charge vers le soleil se fait plus efficacement. Il y a moins de perte dans l'espace environnant. Mais quand elles ne sont pas alignées, le retour de charge est moins efficace. Il y a plus de collisions d'ions, qui disséminent une fraction de charge latéralement et loin du soleil.

Nous atteignons donc un Maximum Solaire quand les planètes sont alignées au plus près avec le soleil et un Minimum Solaire quand elles sont moins alignées. À l'heure actuelle, une bonne part de charge se perd dans l'espace, elle n'est donc pas disponible pour nous nous nourrir ni pour nourrir les autres planètes. Ce n'est donc pas vous ou la Terre qui sont anémiques en ce moment, c'est chaque atome du système solaire. Ce qui signifie qu'à chaque seconde il y a juste moins de charge à remonter de par en dessous. Vous existez normalement dans un puissant courant de charge remontant et ce courant de charge vous dynamise. Vous ne vivez pas que grâce aux aliments. Vous vivez aussi grâce à la charge. Cette année vous êtes donc en carence de charge.

L'une des choses qui m'a orienté là-dessus a été d'apprendre que le cycle solaire 25 avait démarré en avril dernier. C'est ce qu'ils appellent maintenant le point de revirement ou le point le plus bas du minimum. Bien que les cycles solaires entrent dans une augmentation abrupte après avoir atteint le minimum, nous ne l'avons pas encore vu pour celle-ci. Nous sommes restés au fond du trou depuis avril, avec de nombreux jours sans aucune tache solaire et des niveaux étonnamment bas d'activité solaire. Eh bien, c'est exactement l'époque de l'arrivée de mon minimum personnel.

Cela m'a conduit à comparer l'histoire de ma vie aux cycles solaires. Si je suis aujourd'hui un baromètre, je l'ai probablement toujours été, on peut donc s'attendre à y voir une corrélation. Et je trouve en fait un niveau élevé de corrélation. Mes bonnes périodes relationnelles correspondent exactement aux maxima solaires et mes périodes de "sauvagerie" correspondent aux minima. Même avant l'époque de ces relations, je retrouve une semblable corrélation. J'ai de bons souvenirs de mes 7 ans et 8 ans et il y avait un maximum. La période de collège était pendant un minimum. Vous pouvez trouver de semblables corrélations. Faites-le moi savoir.

À ce problème s'ajoute le fait que chacun de nous ressemble bien plus à mon pauvre matou qu'à mes chattes. Nous sommes tous vaccinés et depuis nous avons été traumatisés presque tous les jours de notre vie : nous sommes comme les anciens militaires victimes d'un stress post-traumatique, shootés aux tranquillisants. Quand nous étions petits, notre système immunitaire a été détruit par les vaccins et leurs adjuvants, par les pesticides dans l'alimentation et les poisons dans le sol, l'air et à la maison. La plupart d'entre nous sommes mal préparés à gérer la vie de tous les jours, sans parler du Minimum Solaire que nous vivons présentement.

En fait, le plus étonnant c'est que nous la gérons plutôt bien. Comme nous le rappellent les scientifiques de Sheffield et Buckingham (voir précédent lien ci-dessus), les gens dans le passé ne s'en tiraient pas aussi bien. Durant les Minima de Spörer [1420 à 1570] et de Maunder [1645 à 1715], cette faiblesse solaire précipita un grand nombre de décès dont les causes, connues et inconnues, étaient très diverses. Avec le recul, ils me semblent basés sur un système immunitaire affaibli. Un manque de charge conduit à un manque de vitalité, ce qui est une invitation à la dissémination de maladies.

Ce qui nous amène aux bonnes nouvelles. Ce Minimum Solaire non seulement doit se terminer, il doit se terminer relativement bientôt. J'ai prédit avec succès que le cycle 25 débuterait vite et il a démarré presque 18 mois avant la prédiction des officiels. Bon, j'ai aussi prédit qu'il serait rapidement à son apogée [son maximum]. Il ne faudra pas cinq ou six ans pour qu'il atteigne son pic, vous serez heureux de l'entendre. Le Maximum se produira en 2021-2022, et si vous êtes donc comme moi, vous pouvez vous attendre à des années meilleures. Mais même avant, les choses devraient commencer à s'améliorer. Comme ce n'est pas trop loin, nous devons passer par une montée abrupte entre maintenant et 2021, ce qui signifie qu'en 2020 les niveaux de charge seront déjà beaucoup plus élevés qu'aujourd'hui. On n'a donc que les 12 prochains mois à passer.

Connaître la cause de nos malaises peut nous aider à les gérer, c'est le pourquoi de cet article. Non seulement d'en voir la fin aide, mais cela aide aussi à trouver la manière de s'en occuper. De mon côté, je vais y aller mollo cette année. Je ne vais prendre aucun risque, je ne vais pas chercher à perdre ces quelques livres qui restent et ne vais pas programmer d'ascension de l'Everest. Bien que je prévois de conserver un exercice physique, je vais le faire dans le style revigorant. Sans chercher des gains. Juste entretenir. Cela dit, l'exercice sera encore plus important cette année à venir car il aidera le corps à emmagasiner des photons. Pour la même raison, du temps à l'extérieur est crucial. Les niveaux de charge sont plus élevés à l'extérieur. Le plancher et une isolation par le sol bloquent la charge, ce qui vous rend encore plus anémique. Se mettre au soleil sera très important aussi, pour des raisons évidentes. Les photons non seulement montent, mais ils descendent aussi, ce qui va sans dire. Une charge descendante est tout aussi bonne qu'une charge remontante, toute lumière naturelle est donc bonne. Cet hiver ou ce printemps seront le bon moment pour envisager ce voyage aux Caraïbes que vous remettez depuis des années. Vous en avez besoin cette année plus qu'aucune autre.

Et si vous pensiez rompre avec votre partenaire, ne le faites que s'il y a une autre personne solide sur les rangs. Vous aurez besoin de lui/d'elle cette année. Si vous êtes seul, faites l'effort de trouver quelqu'un. Sortez davantage. Prenez un autre compagnon à poils pour partager votre vie. Achetez d'autres plantes. Gardez vos rideaux ouverts dans la journée. Et dites des choses gentilles aux gens. Toutes ces choses aident vraiment quand il est question de charge. Si vous ne gérez pas sérieusement vos ressources pendant l'année qui vient, vous pourriez précipiter une crise. Mais si nous arrivons à traverser les prochains mois, je pense que les choses commenceront à aller mieux pour nous tous.

Vous rétorquerez que la charge n'a peut-être rien à voir avec la socialisation ou le fait de dire des choses gentilles, mais je le crois vraiment. Je pense maintenant que la raison de la disparition de mes symptômes quand je voyage est que je suis davantage avec des gens. Même si ces gens ne sont pas des êtres chers ou des parents, nous partageons la charge avec eux. Vous la partagez avec tout le reste, mais plus facilement avec des êtres comme vous. Pourquoi ? Parce que vous recyclez à la même fréquence. Vous êtes mutuellement accordés… littéralement. La charge existe dans un large spectre, comme nous le savons. On l'appelle spectre électromagnétique. Nous avons vu dans de nombreux articles de mon site scientifique que les atomes partagent la charge plus efficacement au niveau infrarouge. La charge atteint son apogée dans l'infrarouge et c'est parce que le champ ambiant y culmine. Les atomes s'accordent donc au champ dans lequel ils existent. De la même manière, toutes les autres choses s'accordent sur ce qui les entoure, en fonction de leur structure (les éléments dont elles sont composées) et de leur environnement (les éléments les entourant). Comme pour tout, qui se ressemble s'assemble. Les rochers s'accordent entre eux pendant que les animaux s'accordent aux autres animaux. Les mammifères sont plus étroitement accordés à d'autres mammifères qu'aux poissons, par exemple. C'est pourquoi nous nous entendons bien avec notre chien ou chat et probablement moins avec un python ou un iguane (parmi d'autres raisons). Nous échangeons le champ de charge.

C'est pourquoi la communication s'intègre ici. Vous direz que la communication est aérienne et cérébrale. Qu'elle n'a rien à voir avec la transmission de réels photons. Mais bien sûr que si, au moins dans le cas d'un échange verbal. Comment communiquez-vous ? Avec des ondes sonores, qui sont réelles. Elles passent de la bouche à l'oreille. Elles transportent une réelle énergie sous la forme de photons et elles s'accordent à de vraies fréquences. C'est précisément pourquoi des sonorités sont plus plaisantes que d'autres. C'est jusqu'à un certain point traiter le langage comme un chant, et ça l'est en grande partie. Mais nous pouvons imaginer que le contenu même des mots possède une énergie. Si c'est un discours au contenu agréable, il pousse le cerveau à libérer des endorphines, qui dynamise le corps par un effet très réel – en utilisant de nouveau les photons. Au niveau le plus basique, toute énergie et toute information se transmet via les photons. Comme d'habitude, la charge dirige l'ensemble.

Alors, tout cela dit, pourquoi entendez-vous probablement cela en premier de moi ? Le Minimum Solaire n'est pas seulement de la science rigoureuse, c'est une affaire qui affecte tout un chacun. Je le répète, nous endurons une période comme aucune autre depuis 1810. Cela aurait dû faire les gros titres il y a deux ans pour vous préparer mentalement à l'affronter. Elle mérite de s'y intéresser constamment ou du moins avec des mises à jour hebdomadaires. Alors pourquoi est-ce tombé dans les oubliettes ? Eh bien, je ne sais pas exactement, mais je suppose que les compagnies pharmaceutiques veulent l'étouffer car elles sont tout à fait satisfaites de la litanie de vos mystérieuses maladies leur permettant de vous vendre des médicaments malsains. Si vous aviez compris dès le départ ce qui se passait, vous auriez été un bien piètre consommateur de produits médicaux. Vous auriez compris qu'étant dépendant du soleil et des planètes, nous n'y pouvions pas grand-chose sauf de nous préparer à tenir le cap face à la tempête. Nous allions nous sentir anémiques pendant deux ans et pas moyen de le contourner. Les solutions gratuites présentées ci-dessus étaient à peu près les meilleures à suivre. Il fallait donc vous les cacher. Ils se plaisent à vous voir vivre dans une peur et une anxiété constantes, à vous inquiéter d'avoir une maladie incurable. Les gens dans ce cas sont non seulement de fantastiques consommateurs de médecine, ils sont de fantastiques consommateurs à tous les niveaux. Si vous pensez que vous allez mourir, qu'allez-vous faire ? Bon, si vous avez de l'argent, vous pouvez le dépenser dans une suite de derniers tours de piste. Vous pouvez acheter ces choses depuis si longtemps désirées. Vous pouvez faire plafonner vos crédits en imaginant que vous ne serez plus là pour payer les factures. Votre famille devra s'en débrouiller ou les banques en feront les frais. C'est ce que vous pensez. J'ai eu ces impulsions moi-même l'an passé et cela a pu être votre cas. Ce n'est pas par hasard. Vous pouvez être sûr que les banquiers et les dirigeants avaient un plan et qu'ils ont modifié toutes leurs campagnes d'information qui traitaient du malaise du Minimum Solaire.

Mais maintenant que vous connaissez la vérité, vous pouvez vous détendre. Le monde ne touche pas à sa fin, vous n'êtes pas mortellement malade et vous n'avez pas de maladie incurable mystérieuse.

(…) Avec cet article, j'ai essayé de vous faire passer un message pour vous pousser à une transformation. La connaissance est un pouvoir et connaître le Minimum Solaire et les choses de ce genre est vous donner du pouvoir. Ce qui vous permet de prendre des décisions en étant informé – dernière chose voulue par les élites. Cela vous aide à prendre le contrôle de votre propre vie. Et me permet de mettre d'une nouvelle façon des bâtons dans les roues d'un système économique prédateur. Alors même si je meurs – ou suis empoisonné par les gouvernants, comme certains me le disent – ça n'a pas d'importance. Peu importe ce qui m'arrive, la leçon est la même pour vous : pour chaque action entreprise, trouvez le moyen de résister à la Matrice. En tout premier lieu, faites-vous le pire consommateur possible. Déconnectez-vous autant que faire se peut du système. Et ne croyez pas un mot de leurs discours.

12 commentaires:

  1. MERCI pour ce partage, cet article est très intéressant et m'aide à comprendre le malaise vécu durant toute l'année précédente... Enfin un peu d'espoir d'en sortir !
    Belle et bonne année 2019.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. Non, le soleil ne nous laisse pas tomber ! Bonne année à toi aussi.

      Supprimer
    2. NON jeannine, je ne suis pas d'accord avec vous ! Ce n'est pas UN PEU d'espoir qui nous est proposé par l'article traduit par APOLLINE c'est une formidable MASSE D'ESPOIR au contraire !
      Miles Mathis nous démontre à sa manière, c'est à dire rigoureusement scientifique, que à partir d'aujourd'hui 4 janvier 2019 il nous suffit de nous accorder avec le soleil et de choisir "volontairement" (et non plus "passivement") d'en recevoir sa charge d'électrons.
      Certains vont sûrement nous proposer des "solutions" parfaites ou sophistiquées (YOGA, Taï-Chi etc...) mais la meilleure sera toujours celle de la bulle d'Amour où votre protecteur dit simplement "je suis là" quand vous l'appelez !
      N.B. S'il vous dit : attends j'arrive ou, fait moi confiance ... fuyez !

      Supprimer
  2. Bonjour Apolline, je vous souhaite une très bonne année 2019 dans la Paix, la Joie, l'Amour et la Santé!! Un grand merci pour tout votre travail, c'est un vrai plaisir de vous lire. Pour ma part, 2018 fût une année très lourde, surtout sur le plan familiale et la santé, mais "Jacques Martel" est mon ami!! 😊

    RépondreSupprimer
  3. Bonne année Apolline et continue de nous fournir de très bons articles :-)

    RépondreSupprimer
  4. Je vous (et à nous tous) souhaite sincèrement que le minimum solaire se termine rapidement, mais je crois qu'il est prévu pour une longue période pour plusieurs années à venir encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des gens qui ne savent pas lire les articles. Ce qui est dit ailleurs est très souvent de la désinformation volontaire.

      Supprimer
  5. Bonjour à tous,
    je me dois de signaler que le raisonnement de Miles ne tient pas, ne serait-ce parce que le photon n'a PAS de masse! --je vous invite à vérifier ce fait--
    Or la définition du concept de "charge" par Miles s'appuie sur le fait que les photons possèdent une masse. Ce qui, n'étant pas le cas, rend son concept invalide (faux pour être plus clair).
    On comprends donc aisément que son concept de "rétroactions de charge", n'ayant aucune valeur scientifique, soit ignoré par la communauté.
    Je laisse à d'autres le soin de mettre en lumière les innombrables autres propos infondés, déductions arbitraires, ou logiques fallacieuses contenue dans cet article.
    Bien sûr je suis intéressé et ouvert au éventuelles réponses, que ce soit pour appuyer, compléter, nuancer, critiquer, une partie ou l’intégralité de mes propos, et si l'on veut me signaler des erreurs que j'aurais dites, ou autres...
    Je vous invite néanmoins à vérifier par des sources de qualité vos arguments et contre arguments.
    Cordialement, Justine

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour à vous Justine.
    M.Mathis ne tient pas un "raisonnement" il nous parle de son expérience personnelle et de ses constatations du rapport entre les minima solaires et sa perception de ses mal-être.
    À la limite peut-importe que les photons aient ou non du poids ou pas !
    Cela ne change strictement rien à son explication du lien avec la santé des vivants et les cycles planétaires !
    Salutations .

    RépondreSupprimer
  7. Merci Apolline - je pense que mon ordi, fait ou j'espère faisait des caprices (je suis câblée maintenant) , je n'ai pas toujours reçu le BBB où il s'est perdu dans l'immensité des mails que je recevais.
    J'ai mis un terme à bcp d'abonnements. Mon grand âge commence à me faire comprendre qu'il nous est impossible de tout savoir ;)
    OK, ce monsieur dit vrai, mes symptômes sont importants aussi, surtout en y ajoutant les lunes, les équinoxes et les solstices...
    Il ne faut pas perdre de vu, que le "papa" Soleil est une vibration électrique (le mâle aussi) et que "maman" Terre est une vibration magnétique (la femelle aussi)
    Actuellement le Soleil n'a aucune tache...et nous avons peu de vent solaire, ou pas... Notre système solaire (compris nos planètes), et les réajustements que fait la Terre, ont largement de quoi nous "décoiffer"
    Mr Miles a bien de la chance de roupiller autant, j'arrive tout juste et depuis presque 50 ans à dormir 2 à 3 H d'affilées, réveil d'environ une heure, et encore "pioncer" plus ou moins 2 H Cela doit être pratique pour éviter les manipulations de H.A.A.R.P ...cela laisse bien flagada.
    Alors les sensibles ou pire très sensibles, nous allons "douiller" encore plus côté santé, moral et autres ! Le corps physique (avec ses autres), essayent de s'adapter aux secousses vibratoires
    Ce qu'il a indiqué m'a fait sourire, oui, le chat et moi nous nous traînons de la même manière, les mêmes jours Finalement qui fait du mimétisme avec l'autre ?
    Merci Apolline d'être passée là
    http://danysis.blogspot.com/2019/02/verite-sur-le-climat.html
    j'ai pu lire ton article grâce à ton comm.

    RépondreSupprimer

JE RAPPELLE QU'IL Y A UNE MODÉRATION DES COMMENTAIRES. TOUS CEUX À VISÉE PUBLICITAIRE PARTENT DIRECTEMENT À LA POUBELLE !