Bistro Bar Blog

vendredi 27 octobre 2017

Filiation d'Eugène Delacroix

Nous connaissons tous le nom du peintre Eugène Delacroix.

Probablement parce que nous avons tous eu entre les mains son portrait. C'était ça :




Mais la plupart d'entre nous est incapable de citer une de ses oeuvres, ou bien l'époque de sa vie.


Allez un bref rappel : né en 1798, mort en 1863 à Paris. Considéré comme le père du romantisme en peinture, il est le principal commanditaire de l'état dès ses quarante ans.

Ses oeuvres les plus connnues :

la mort de Sardanapale :




et :  femmes d'Alger dans leur appartement :




et bien sûr la Liberté conduisant le peuple, figurant sur le billet de cent francs ci dessus.


Eugène Delacroix était issu d’une famille de six personnes : les parents et quatre enfants : trois garçons et une fille.... Officiellement...

Qu’est-ce à dire ? Dans les salons du « Tout-Paris » de l’époque courait le bruit que Charles Delacroix n’était pas le géniteur du peintre, dont le père naturel serait « le diable boiteux » : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord... Cette rumeur a traversé le temps... Elle est parvenue jusqu’à nous...

Bien qu' Emmanuel De Waresquiel, historien spécialiste de la Restauration et mon quasi voisin à 20 kms de distance la réfute, je me permets de ne pas être en accord avec lui.

Il suffit de comparer les traits de Tallayrand et ceux d'Eugène :




mêmes sourcils,
même nez,
même distance nez - bouche,
même menton,
même carnation ...

Poursuivons ...

Charles Delacroix, père officiel d’Eugène, député à la Convention, révolutionnaire régicide, ministre des relations extérieures sous le Directoire, ralliera l’Empire dont il deviendra un des préfets. Il mourra en 1805. Eugène avait 7 ans...

Sa mère Marie-Victoire Oeben, fille du célèbre ébéniste de Louis XV belle-fille du non moins célèbre ébéniste de Marie-Antoinette et de Louis XVI : Riesener, avec qui sa mère se remaria, est issue de « l’aristocratie du faubourg Saint-Antoine » frottée de noblesse par ses commanditaires... 
Marie-Victoire a 38 ans. Elle est encore jolie et Talleyrand la connaît bien...

En collant au plus près de la réalité, on s’aperçoit de faits troublants.

D’abord, le père supposée d’Eugène est atteint d’un sarcocèle, une sorte de tumeur des testicules qui prive le ministre de toute virilité ! D’autant plus que cette horreur pèse 32 livres... Il en sera opéré le 14 septembre 1797, soit sept mois et treize jours avant la naissance de son « fils », le futur peintre. Le compte-rendu de cette intervention chirurgicale a été relaté par le médecin. A partir de ce constat clinique, il ne reste que deux éventualités : ou notre génie pictural n’est pas le fils biologique du ministre ou il est né prématuré. Il n’existe aucune autre possibilité.

Dans les faits, il y a peu de chances qu'il ait été un grand prématuré tout bêtement  parce qu'il en serait mort à la naissance ou en graves difficultés de santé durant sa prime enfance. or, il n'en est rien.

Wiki nous dit que nous possédons des portraits de son « père » officiel, de ses frères et de sa sœur... Ceux du père supposé sont indisponibles sur la toile, mais nous avons celui du "frère"  ainé Charles Henri : aucune ressemblance !




Maintenant, intéressons-nous au « Journal de Delacroix », qui nous est parvenu presque complet (il manque l’année 1848 notamment). Il ne parle pratiquement jamais du « Diable boiteux », alors que son « père officiel » est cité bien souvent. Il ne fait donc aucun doute qu’Eugène voyait en Charles Delacroix son père. Ce qui signifie simplement qu’il ignorait la vérité !
Comment s’en étonner ? Marie-Victoire s’est beaucoup rapprochée de son mari après la naissance d’Eugène car celui-ci s’est comporté en gentleman. Il n’a pas divorcé, a accepté l’enfant comme le sien, a pardonné sa « faute » à son épouse... Prise de remords, elle a éloigné l’enfant de son père biologique... Elle a tout fait pour que Talleyrand ne puisse s’approcher d’Eugène... Quand son mari meurt en 1805, l’enfant a 7 ans...
Il est trop tard pour que Marie-Victoire change d’attitude, trop tard pour que Talleyrand s’immisce dans l’éducation de son fils : il s’est marié et le scandale aurait été énorme, surtout vis-à-vis de l’Empereur Napoléon Ier qui supportait difficilement Catherine, l’épouse de Talleyrand. 

Talleyrand s'est bien sûr préoccupé de son fils, mais a utilisé l'entremise d'Adolphe Thiers dont il avait lancé la carrière parce qu'il avait remarqué son arrivisme, son intelligence, son manque de scrupules, sa faculté d’adaptation.

C’est Thiers qui lance Delacroix, c’est Thiers qui écrit en faveur de l’artiste, c’est encore lui qui lui fait accorder des commandes officielles : peintures isolées comme grands cycles picturaux (Chambre des députés, Sénat) c’est toujours lui qui fait acheter par l’état des œuvres d’Eugène qui faisaient hurler l’Académie !

En poussant Eugène en pleine lumière, Thiers faisait sa cour à Talleyrand, rien de moins... 

Eugène présente sa toute première toile  au Salon de 1822...Il est âgé de 24 ans seulement.  Il s'agit de  "La Barque de Dante ou Dante et Virgile aux Enfers".





Si le sujet du tableau est connu, ses dimensions sont gigantesques pour un sujet littéraire (189x246cms), quant à l’audace de la facture, elle surprend tous les critiques ... Ils « lynchent » l’œuvre...Qui sera achetée par l’état...Grâce à Thiers, naturellement.

Voici une citation de Thiers, alors journaliste et critique d'art , dans le "Constitutionnel" du 11 mai : 

 " il jette ses figures, les groupe, les plie avec la hardiesse de Michel-Ange et la fécondité de Rubens. Je ne sais quel souvenir des grands artistes me saisit à l’aspect de ce tableau ; j’y retrouve cette puissance sauvage, ardente mais naturelle, qui cède sans effort à son propre entraînement...je ne crois pas m’y tromper, Monsieur de Lacroix a reçu le génie...   » A moi Michel-Ange et Rubens, adouber le jeune peintre de génie issu de qui vous savez... Rien que cela..."


Je rapelle qu'officiellement, Eugène est le fils d’un conventionnel régicide ayant rallié l’Empire ! De ce fait, imaginer qu’il ait pu être exposé au Salon dans la France réactionnaire du début de la Restauration, c’est  .. puisque nous sommes dans la peinture .. surréaliste ...


On dit souvent qu’Eugène et son géniteur ne se croisèrent quasiment jamais dans les salons parisiens... C’est faux : ils se côtoyaient chez le peintre Gérard, rue Saint-Germain des prés . Il existe une lithographie de Louis Moreaux où figure le « diable boiteux » dans le salon du baron Gérard au côté de Stendhal, Vigny, Humboldt, Cuvier, Mérimée et Rossini, donc, le gratin de l'époque ..

Ma source principale pour ces infos : Wikipédia et Jacques Tcharny

7 commentaires:

  1. Delacroix est né à "Charenton-Saint-Maurice" (appellation jusqu'en 1848 de cette commune qui deviendra St Maurice par la suite). Si on compare les portraits de Charles-Maurice de Talleyrand Périgord et de Eugène Delacroix, on peut voir plus de similitudes qu'avec son père officiel. Et on sait que Talleyrand aimait semer à tous vents...

    RépondreSupprimer
  2. le biffeton de 10 sacs delacroa est qu'une résurgence de la servitude de nabo 1 bon parti, à ses financiers de lonedone citi, symbolisant le braquage du trésor public, par la banque de france à actionnaires chapeautée par les cousins rotechie de paris, crée sous le 1er z'empire, pour détourner la création monétaire à leur profit :
    https://www.youtube.com/watch?v=6jIrpNCzA-s

    taleran surtout notoirement connu pour ses z'intrigues et traitrises, fut plus servile que son maître l'etait déjà envers ces perfides z'anguleux, à la manière de gestar desquin retablisdant la gabegie de l'usure généralisée, par le payement d'intérets de la dette de l'état, statué par son chef pompier doux en 73 ....
    un clin d'oeil d'initié patouzard en somme :
    voir le dossier du canard sur valéry et sa monarchie franfreluche :

    https://www.babelio.com/livres/Le-Canard-enchaine-Les-dossiers-du-canard-n1-giscard--la-monarchie-/366830

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .... banque de france à actionnaires PRIVÉS, chapeauté.... rétablissant ....
      I bug your pardon

      Supprimer
  3. Sans vouloir vous offenser Hélios, avons-nous a regretter la peinture de Delacroix dans les collections de l'état?
    Si le favoritisme reste un problème, ce fut une chance pour nous que Delacroix eût tant de talent.
    Observant la peinture de ses contemporains figée dans des conventions, la peinture de Delacroix est le germe d'une transition vers une touche libre, sans "manières", telle qu'elle s'exprimera plus tard avec les impressionnistes par exemple.
    Delacroix fut toujours rejeté par ses contemporains jugeant sa peinture choquante, et empêché d'enseigner à l'académie.
    C'est la raison pour laquelle il rédigea son "dictionnaire des beaux-arts", seul moyen resté pour lui de transmettre son métier. Pas tout à fait un favori donc.
    Cordialement, Florence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me sens nullement offensée, car cet article n'est pas de moi, mais de Valuebreak, qui se fera certainement un plaisir de vous répondre.

      Supprimer
  4. Florence, voici la réponse de Valuebreak, qui a des soucis pour poster un commentaire :

    "Bonjour Florence, Bonjour Hélios.

    Il se trouve que j'aime bien le talent de Delacroix, et ça a été un plaisir pour moi d'inclure des reproductions de quelques unes de ses oeuvres dans cet article.
    Mais il s'agissait ici de montrer que Delacroix n'est pas surgi du néant, mais a bénéficié d'un appui politique fort, lié à ses origines familiales. Nous verrons prochainement que d'autres rejetons de CM de Talleyrand ont connu une trajectoire sociale hors norme.
    Portez vous bien."

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Hélios, bonjour Valuebreak,
    merci pour votre réponse :)
    Je suis d'accord avec vous sur le fait que ses origines sociales et son nom l'ont aidé, ainsi que l'instruction et l'éducation qu'il a reçue, pour rencontrer et être aimé de la bonne personne.
    Tous les peintres de l'époque, les bons et les mauvais sont issus du même milieu.
    Pendant ce temps, le peuple berné par la révolution maçonnique crevait (rien n'a changé depuis)et ne risquait pas d'offrir des artistes au pays.

    Delacroix était le bon ami de M.me de Forget, elle avait un bon réseau, comme on dit aujourd'hui; De dîners en salons, Delacroix rencontra grâce à elle l'élite intellectuelle et financière de son temps, et décrocha de multiples commandes privées qui lui permirent de vivre; Les commandes et rachats des premières œuvres par l'état arrivèrent beaucoup plus tard, notamment avec l'appui de Thiers qui le soutint toujours, même parvenu au pouvoir.

    Pour revenir à sa filation, Delacroix fut de santé fragile toute sa vie, plus souvent malade et fièvreux que bien portant: ce peut être dû à une naissance prématurée. Delacroix est peut-être bien le fils de son père, engendré après une opération qui selon le rapport du chirurgien de l'époque cicatrisa vite.
    J'ai hâte de vous lire pour la suite, rassurez-vous je ne connais pas la vie de Talleyrand ! :D

    Je profite de ce message pour vous remercier de tous vos articles passionnants, je vous remercie pour vos bons vœux de santé et vous adresse les miens en retour;
    A vous lire, Isil.








    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.