Bistro Bar Blog

mardi 9 mai 2017

L'étonnante histoire de Dasha et Masha

Par Valuebreak


Je reproduis ici la majeure partie d’un article du site « la santé naturelle » disponible ici : http://www.lasantenaturelle.net/639/la-sante-naturelle.html
D'après le style, je pense que c'est une traduction directe d'un document russe, mais je l'ai gardé tel quel, j’ai juste pris la liberté de l’illustrer … Ceux d'entre vous qui en ont l'habitude pourront le lire avec une voix russe dans leur tête ...😊


Siamoises avec tronc commun et maladies différentes.


L’extra-ordinaire histoire de Masha et Dasha.


Un "pieux" mensonge.

L'on avait dit à la nouvelle maman que ses jumelles étaient décédées après leur naissance. Pourtant, la réalité était toute différente: elles avaient été envoyées dans un institut près de Moscou afin d’y être étudiées comme des cobayes de laboratoire.
C’était le destin qui attendait Masha et Dasha Krivoshlyapova, une paire de jumelles "siamoises" venues au monde de l'une des plus inhabituelles manières qui soient.

Masha et Dasha peu après la naissance : en arrière plan leur 3ème jambe commune
qui fut amputée plus tard.


Différences entre jumeaux monozygotes et siamois.

Les jumeaux identiques se forment lorsqu’un ovule fécondé se divise en deux, formant ainsi deux embryons, qui vont se développer en deux bébés identiques en tous points. Les jumeaux "siamois" se développent de la même façon que les jumeaux identiques, sauf que pour une raison inconnue, ils ne se séparent pas complètement, mais restent partiellement attachés.
C’est la façon unique dont les bébés Masha et Dasha, nées le 4 Janvier 1950, étaient connectés ensemble qui a provoqué un tel intérêt de la part des chercheurs soviétiques.


Organes personnels et organes partagés.

Bien que Masha et Dasha avaient quatre bras, elles avaient seulement trois jambes. Elles se tenaient debout sur deux jambes, l'une contrôlée par Masha, l’autre par Dasha (elles avaient cinq ans quand elles ont appris à marcher), pendant qu’une troisième jambe, atrophiée et non fonctionnelle, traînait derrière elles.
Elles avaient chacune un intestin grêle, mais partageaient le même gros intestin et le même rectum. Elles avaient quatre reins, mais une seule vessie et étaient souvent en désaccord quand au meilleur moment pour vidanger leur vessie commune, pourtant pareillement remplie pour les deux. Elles avaient un système reproducteur commun.

C’est une vraie radio des deux sœurs, mais les organes digestifs sont des illustrations.

Un même sang mais des santés différentes.

Toute leur vie durant, Masha et Dasha ont partagé le même système circulatoire. Pour comprendre l'importance de cela nous devons revenir plus de cent ans en arrière. Louis Pasteur est présenté à grands coups de clairon comme étant "le père de la théorie des germes". Les bactéries comme causes des maladies sont devenues la pierre angulaire de la médecine moderne. Claude Bernard, contemporain de Pasteur, avait, tout comme le Professeur Antoine Béchamp, également contemporain, une opinion toute différente.
Il disait que les germes affluent dans l'organe malade juste comme le signe qu'une maladie existe. Mais pas comme la cause de la maladie. Pour chercher la vraie cause de la maladie, nous devons examiner l'environnement. Certains disent que Pasteur a changé d'avis sur son lit de mort, affirmant que c'est le terrain et non les microbes qui est la cause des maladies. Cependant, cette déclaration effectuée au cours de l'agonie arriva trop tard. La théorie des germes était née, donnant ainsi aussi naissance à une industrie pharmaceutique prospère et égoïste, générant des milliards de dollars.

Un cas d'école.

Les expérimentateurs russes sur les jumelles siamoises ont trouvé des preuves irréfutables que c'est Claude Bernard qui a raison et que la théorie des germes est fausse. En effet, les filles partageaient le même sang, mais elles n'avaient pourtant pas les mêmes maladies .Pendant l'enfance l'une des jumelles siamoises avait la rougeole et l'autre pas. Comment est-ce possible? Sûrement les mêmes germes étaient partagés par les deux et cependant une seule d'entre elles en était affectée. Ce phénomène s'est reproduit à plusieurs reprises. Une fille avait un rhume, et l'autre en demeurait exempte. L'une avait la grippe et l'autre pas. Dasha avait un faible système immunitaire, était droitière et myope. Sa sœur est devenue fumeuse, plus tard a développé le goût de l'alcool, a eu une tension artérielle élevée, bénéficiait d'une vision claire et était gauchère. En réalité, deux personnes différentes partageaient le même approvisionnement en sang.
Étant donné que les systèmes circulatoires de Masha et Dasha étaient interreliés, chacune partageait le sang de l’autre. Par conséquent, une bactérie ou un virus qui entrait dans le flot sanguin de l’une des jumelles, se retrouvait rapidement dans le sang de l’autre. Pourtant, de façon surprenante, la maladie les affectait différemment.
En effet, Dasha était myope, sujette à des rhumes, et droitière, tandis que Masha fumait occasionnellement, avait une meilleure santé, une pression artérielle plus élevée que sa sœur, une bonne vue et qu'elle était gauchère.
Comment se fait-il que lorsque l'une des deux a eu la rougeole, l’autre ne l’a pas eue? La bactérie de la rougeole était pourtant dans le sang de l’une des sœurs, partagé avec l’autre. Si ce sont  les bactéries qui causent la maladie, n’aurait-elle pas dû, elle aussi, inévitablement, avoir la rougeole?
Masha et Dasha partageaient la plupart de leurs systèmes et organes. Elles avaient en commun les systèmes circulatoire, digestif, excrétoire, lymphatique, endocrinien, et musculo-squelettique (elles étaient jointes par les hanches). Par contre, bien sûr, elles ne partageaient pas le même cerveau, ni la même moelle épinière ou la colonne vertébrale. C’était la seule vraie différence corporelle entre les deux: elles avaient chacune leur propre système nerveux.

Réflexions.

Le cas de ces deux jumelles donne à réfléchir profondément quant au rôle du psychisme et du système nerveux sur la santé et la maladie. Il montre que, pour être malade, heureusement, cela ne suffit pas de seulement respirer une bactérie, sinon tout le monde serait tout le temps malade, car, à chaque instant, nous respirons des millions de bactéries. Il confirme que, pour être malade, la génétique ne suffit pas, non plus (toutes deux avaient les mêmes gènes). Plutôt, notre état de santé dépend de l’état de notre psychisme se répercutant sur le fonctionnement de notre système nerveux qui a la charge de rendre possible notre adaptation à notre environnement: tous les stress d'origine physique (chocs, chutes, accidents en tous genres), chimiques (bactéries, virus, poisons, pollutions en tous genres) et émotionnels (péripéties liées au travail, à la vie personnelle et relationnelle, familiale, sociale, etc.)

Fin de la vie à deux.

De nombreux médecins se proposèrent pour séparer les deux filles/femmes, mais elles refusèrent toujours.
Le 17 Avril 2003, âgée de 53 ans, Dasha mourut d'une attaque cardiaque. Même alors Masha refusa la séparation et mourut elle-même 17 heures plus tard.
Les différences sur le plan de la santé des jumelles restent un mystère. Pourquoi l’une souffrait-elle d’une maladie d’enfance, la varicelle par exemple, et pas l’autre? Le "virus" de la varicelle se trouvait dans leur flot sanguin commun, alors pourquoi l'une tombait-elle malade et pas l'autre? Pourquoi ne tombaient-elles pas, en même temps, malades toutes les deux du même "virus"?







http://www.lasantenaturelle.net/639/la-sante-naturelle.html
https://books.google.fr/books?id=9VUEAAAAMBAJ&pg=PA67&lpg=PA67&dq=masha+and+dasha&source=bl&ots=QvHJoTIEjL&sig=WzB2ekwnu_MWbmWoe7bbHQ6-dQ4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiA8YKsr9vTAhUFRhQKHXBXAwsQ6AEIbzAO#v=onepage&q=masha%20and%20dasha&f=false
https://acikgunluk.net/siamskie-bliznetsy-masha-i-dasha-krivoshlyapovy-ih-razvela-smert/


4 commentaires:

  1. Article très intéressant.
    Il peut-être complété avec cette petite vidéo qui remet en question l'existence des virus et qui constate la corrélation en l'apparition des firmes pharmaceutiques et des virus.
    https://www.kla.tv/index.php?a=showlanguage&lang=fr&id=10075

    RépondreSupprimer
  2. Excellente démonstration de l'ineptie de la théorie des germes. Une histoire que Yves Rasir apprécierait sûrement.

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas le psychisme qui est vraiment en cause là dedans, mais notre énergie électromagnétique. On peut très bien penser négativement et vibrer "haut" en termes émotionnels, et être tout le temps dans le positif et avoir une vibration basse. Ce n'est pas juste le fait de penser, mais la façon de le penser ou la façon d'être.
    Et pour moi les virus ne se transmettent pas par contact mais par électromagnétisme, d'où une transmission sur celui qui a une vibration basse.
    Mais il n'y a pas que ce qu'on pense qui puisse affecter et d'ailleurs je me demande si ce n'est à cause de ça que les gens sont de plus en plus malades, c'est le bombardement incessant des ondes électromagnétiques qu'on subit 24h/24 365 jours par an. Ça doit avoir un impact notable sur notre vibration qui est déjà impactée par toutes les émotions négatives que l'on reçoit.
    Mais malgré tout je persiste dans l'idée que ces ondes sont bien plus néfastes que tout, car si ce n'étaient que les pensées de peur qui nous maintiendraient dans une vibration basse, alors toutes les personnes qui ont vécu la guerre seraient mortes de maladies et en auraient eu plein au cours de la guerre, hors ce n'est pas le cas!!!!!
    D'ailleurs j'ai découvert quelque chose à cause de mon électrosensibilité
    Je dois dormir sous un baldaquin anti-onde fait de fibres d'argent et de cuivre et comme mon mari n'aime pas ça, on dort dans des lits séparés.
    Hors depuis que je dors comme ça, juste à côté de mon mari malgré tout, je n'ai plus jamais attrapé de rhume ou autre qu'il ramenait à la maison. Alors qu'avant je chopais tout.
    Ayant remarqué ça, j'ai un jour fait un essai, quand il est revenu avec un rhume, je n'ai pas fermé le baldaquin de son côté et j'ai chopé son rhume!!!!
    Vous allez dire c'est parce que j'y croyais, mais pas vraiment parce que je ne croyais pas que ça fonctionnerais car je pensais que c'était mon imaginaire ou le hasard si vous voulez
    J'ai fait plusieurs expériences dans le sens, comme boire au même verre quand il était enrhumé etc, et seul le fait de dormir sans protection m'a donné son rhume.
    Donc en résumé, nous sommes bombardés d'ondes, ça affaibli notre vibration quelque soit notre pensée et de ce fait on ne peut résister aux "ondes" des virus et des bactéries et elles ont tout loisir de se développer

    RépondreSupprimer
  4. A lire , savants maudits chercheurs exclus

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.