Bistro Bar Blog

lundi 27 février 2017

Détecter les tout premiers signes de démence chez l'un de vos proches


Autrefois on parlait de gâtisme et aujourd'hui de maladie d'Alzheimer, mais le terme exact est "démence". Cette maladie fait peur et il est important de pouvoir faire la part des choses afin de ne pas s'affoler inutilement. 
 
Les tout premiers signes subtils de démence chez l'un de vos proches

Par le Dr Mercola

Traduit par Hélios

De par le monde, 47,5 millions de gens souffrent de démence. Selon l'OMS, on s'attend à une augmentation de ce chiffre dans les années à venir.

La démence n'est pas une maladie en soi mais un terme utilisé pour décrire un certain nombre de maladies cérébrales différentes qui peuvent affecter la mémoire, le raisonnement, le comportement et la capacité à pratiquer les activités quotidiennes. Le type de démence le plus courant est la maladie d'Alzheimer, qui constitue entre 60 et 80 % des cas.

Beaucoup de gens associent la démence aux pertes de mémoire – et c'est un signal d'alarme – pourtant l'Alzheimer n'est pas à l'origine de tous les problèmes de mémoire (et certaines causes de symptômes de type démence, pertes de mémoire comprises, peuvent être inversées, comme celles en lien avec des problèmes thyroïdiens et des carences en vitamines).

Très souvent cependant les premiers symptômes sont si subtils qu'ils peuvent passer facilement inaperçus – et ils peuvent se manifester comme des changements de comportement et d'humeur longtemps avant l'apparition des pertes de mémoire.

Des changements dans la personnalité peuvent être un signe précoce de démence

Avant une mise en évidence des problèmes de mémoire et de raisonnement, les gens souffrant de démence peuvent montrer des changements d'humeur et de comportement, selon une équipe de neuropsychiatres et d'experts en Alzheimer, précisant que ces derniers symptômes peuvent figurer parmi les tout premiers signes de démence.



Lors de la conférence 2016 de l'Association Internationale sur l'Alzheimer à Toronto, une équipe a publié une liste de 34 questions qui, selon elle pourrait servir à terme au diagnostic d'un nouveau trouble appelé "trouble mineur du comportement" (TMC).

Ressemblant au "trouble cognitif mineur", qui se définit par un déclin notable des capacités cognitives qui n'interfèrent pourtant pas dans la majorité du fonctionnement des activités quotidiennes, le TMC décrit les changements de comportement et d'humeur qui peuvent se produire avant les troubles cognitifs associés à la démence.

La liste a pour but d'identifier les patients à risque d'une démence précoce, car selon un membre de l'équipe, parmi les personnes présentant des troubles cognitifs, ceux présentant des changements dans l'humeur et le comportement progresseront plus vite vers une démence à part entière.

Quelques inquiétudes ont été exprimées concernant le fait que la liste puisse conduire à un sur-diagnostic ou à un faux diagnostic, qui oblige les gens à se soumettre à des tests médicaux non nécessaires et à les affoler pour rien.

Dans le cas des troubles mineurs du comportement, par exemple, tous ceux ayant reçu ce diagnostic ne développeront pas d'Alzheimer ou d'autres types de démence. Il s'avère que plus de 20 % de ces gens sont normaux au plan cognitif.

D'autres disent qu'en gardant un œil sur un comportement inhabituel ou des changements dans la personnalité pourra contribuer à une aide plus rapide, tout du moins à la diminution des symptômes. Il n'existe malheureusement à ce jour aucun traitement pour l'Alzheimer et en progressant, la maladie est dévastatrice non seulement pour ceux qui ont été diagnostiqués mais aussi pour les amis et la famille.

Quels sont les changements de comportement ou d'humeur à surveiller ?

La démence peut se manifester différemment selon chacun, c'est pourquoi les changements les plus importants à observer sont ceux qui sont inhabituels chez vos proches. Une personne peut par exemple arrêter de faire quelque chose qu'elle a toujours aimé faire, que ce soit cuisiner un certain plat pour votre anniversaire ou regarder son émission favorite.
"L'humeur et la personnalité des gens atteints d'Alzheimer peuvent changer. Ils peuvent devenir confus, soupçonneux, déprimés, craintifs ou anxieux. Ils peuvent facilement être perturbés à la maison, au travail, avec des amis ou dans des lieux qui se situent en dehors de leur zone de confort."
Dans les étapes précoces de la maladie, de l'irritabilité, de l'anxiété ou de la dépression peuvent survenir. En fait, une étude publiée dans le journal Neurologie a permis de découvrir que non seulement les gens en voie de démence avaient deux fois plus de chances de manifester une dépression précoce, mais qu'ils avaient également tendance à montrer une constante de changements d'humeur.
"Les symptômes apparaissent selon les phases suivantes : d'abord de l'irritabilité, de la dépression et des changements de comportement nocturnes ; suivis d'anxiété, de changements d'appétit, d'agitation et d'apathie. La phase finale comporte de l'exaltation, des perturbations motrices, des hallucinations, des délires et une désinhibition".
Pour que les changements précoces d'humeur et de comportement soient considérés comme des troubles mineurs du comportement, il faut qu'ils persistent au moins six mois. Maria Carrillo de l'Association Alzheimer a expliqué dans une nouvelle publication :
"L'Alzheimer est une maladie cérébrale fatale et même si la perte de mémoire est une caractéristique de la maladie, les premiers symptômes tels l'anxiété, la confusion et la désorientation sont souvent plus courants et inquiétants pour les membres de la famille.
Signes des troubles cognitifs mineurs

Chez certaines personnes, les troubles cognitifs mineurs peuvent succéder aux changements précoces d'humeur et de comportement. C'est un léger déclin des capacités cognitives qui augmente le risque de développer une démence plus grave, incluant la maladie d'Alzheimer (bien qu'il n'y en ait aucune garantie). On estime que 20 % des gens âgés de 65 ans et plus pourraient être affectés par ces troubles.

Égarer simplement ses clefs à une occasion n'est pas une cause d'alarme, alors qu'oublier une information importante qui aurait été normalement enregistrée, comme des rendez-vous, des conversations ou des événements récents, peut en être un signe.

Il est possible aussi que la prise de décisions devienne plus ardue, que les étapes nécessaires pour terminer une tâche ou juger du temps requis pour l'accomplir deviennent difficiles à concevoir.

Si quelqu'un reçoit le diagnostic de troubles cognitifs mineurs, qu'il soit conscient que certains cas n'évoluent pas et peuvent même s'améliorer. De l'exercice régulier, une alimentation correcte et un intérêt pour des activités stimulantes mentalement et socialement peuvent contribuer à booster les fonctions intellectuelles.

Démence : quand s'inquiéter ?

Il peut être difficile de jauger si un proche décline mentalement. Si vous avez des soupçons sans être sûr, pensez à consigner les incidents qui vous inquiètent. Vous pouvez identifier un schéma d'événements qui donneront une vue d'ensemble.
"Agnès B. Juhasz, infirmière spécialiste en soins sur la démence a suggéré de prendre des notes sur tout ce qui sort de l'ordinaire pour une personne particulière. Elle écrit :
Il y a naturellement quelques signes typiques et de possibles changements qu'il est bon d'observer plus attentivement.
Ils comprennent les niveaux d'oubli ; confusion aigüe ou chronique à propos de certaines choses ; désorientation dans le temps et l'espace ; des changements significatifs du comportement et de la personnalité ; un jugement diminué ; des changements dans l'élocution et l'écriture ; et un rejet des interactions et des activités sociales.
Mais tous ces signes suggérés nous ramènent finalement à l'essentiel, la question magique qu'il faut toujours se poser avant toute conclusion ultérieure : 'Est-ce anormal pour cet individu ou cela fait-il partie de ce qu'il a toujours été ?' Quand nous remarquons quelque chose de nouveau et bizarre qui ne s'est jamais produit jusqu'ici dans la vie de la personne, on en est au stade où nous pouvons avoir besoin d'une aide extérieure."
Signes d'alarme précoces de l'Alzheimer
Alors que des fautes d'attention, comme mettre une tasse dans le mauvais placard, n'est pas une cause d'alarme, s'embrouiller dans les tâches quotidiennes, en est une.

La perte d'intérêt pour les passe-temps, les comportements répétitifs (phrases, gestes ou questions), une mauvaise prononciation des mots ou du bredouillement peuvent être aussi des signes. Et alors que des oublis classiques, comme oublier pourquoi vous allez dans une pièce, n'est pas une raison typique pour s'inquiéter, une confusion plus prononcée, comme la pièce qui est ressentie comme non familière, peut signaler un problème.

L'Association Alzheimer a également compilé les différences entre des symptômes de démence comme l'Alzheimer et les changements habituels consécutifs au vieillissement :

Signes d'Alzheimer/démence
Changements typiques du vieillissement
Erreur de jugement et mauvaise prise de décision
Prendre parfois une mauvaise décision
Incapacité à gérer un budget
Rater un paiement mensuel
Perdre le fil de la date ou de la saison
Oublier la date et s'en souvenir plus tard
Difficulté pour tenir une conversation
Oublier parfois quel mot employer
Objets rangés à la mauvaise place et incapacité à se remémorer les étapes pour les récupérer
Perdre des choses de temps à autre

Selon l'Association, il faut qu'il y ait en général au moins deux fonctions intellectuelles perturbées pour qu'on parle de démence :
  • Mémoire
  • Communication et langage
  • Capacité à se concentrer et à prêter attention
  • Raisonnement et jugement
  • Perception visuelle
Si vous avez des problèmes de mémoire, passez au régime cétogène

Si votre mémoire défaille suffisamment souvent pour jeter un doute dans votre esprit ou entrainer une inquiétude, ou si vous avez noté une humeur inhabituelle ou des changements de comportement, il est temps de passer à l'action.

Un régime cétogène à haute teneur en graisses, modéré en protéines et faible en glucides est essentiel pour protéger la santé de votre cerveau et il est recommandée virtuellement à tout le monde mais surtout à ceux qui s'inquiètent pour leur cerveau. Ce type d'alimentation implique de diminuer tous les glucides sauf les légumes sans amidon et de les remplacer par des quantités faibles à modérées de protéines de haute qualité et de fortes quantités de graisses bénéfiques.

C'est un régime qui aidera à optimiser le poids et à réduire les risques de maladies dégénératives chroniques tout en protégeant le cerveau. Manger de cette façon aide à passer d'un mode de combustion des glucides à un mode de combustion des graisses, ce qui en retour déclenche une production de corps cétoniques dans le corps.

Les cétones nourrissent le cerveau et préviennent l'atrophie cérébrale. Ils peuvent même restaurer et renouveler les neurones [si suffisamment de vitamine C en réserve] ainsi que la fonction nerveuse du cerveau après un dommage quelconque. En supplément de ce régime cétogène, il existe une source primaire de cétones, les triglycérides à chaîne moyenne qu'on trouve dans la graisse de coco.

Stratégies alimentaires qui aident à prévenir l'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer s'est accrue au point de devenir l'une des maladies les plus urgentes et les plus tragiques à laquelle font face les USA. Comme il n'existe actuellement aucun traitement pour cette maladie, la prévention reste la meilleure stratégie pour la combattre. Plus vous commencez tôt, mieux c'est. En dehors du régime cétogène, les stratégies alimentaires suivantes sont également importantes :

Évitez le sucre et le fructose raffinés. Vous aurez idéalement à conserver un taux de sucre minimum et un taux de fructose en dessous de 25 grammes par jour ou de 15 grammes par jour si vous avez une résistance à l'insuline/leptine ou tout autre problème associé.

Évitez le gluten et la caséine (principalement le blé et les produits laitiers pasteurisés, mais pas les matières grasses des produits laitiers comme le beurre). Le gluten rend aussi vos intestins plus perméables, ce qui permet aux protéines de passer dans votre sang où elles n'ont rien à faire. Ce qui sensibilise ensuite votre système immunitaire et favorise l'inflammation et l'auto-immunité, toutes deux jouant un rôle dans le développement de l'Alzheimer.

Optimisez votre flore intestinale en mangeant régulièrement des aliments fermentés ou en prenant un supplément de probiotiques de haute qualité et à fort dosage.

Augmentez la consommation de bonnes matières grasses, y compris des oméga-3 d'origine animale. Des sources de bonne graisse comportent les avocats, le beurre cru bio, le jaune d’œuf bio, la noix de coco et la graisse de coco, les fruits à coque (noix, noisettes, amandes…), les viandes (rouge et blanche) provenant d'animaux élevés naturellement.

Améliorez votre taux de magnésium. Des recherches préliminaires très prometteuses suggèrent fortement une diminution des symptômes d'Alzheimer si le cerveau contient des taux élevés de magnésium.
Mangez des aliments riches en folacine [ou vitamine B9]. Les légumes verts sont sans aucun doute votre meilleure source de folacine et nous devrions tous manger des légumes crus chaque jour. Évitez les suppléments comme l'acide folique, qui est la version synthétique de moins bonne qualité de la folacine.
Grandes lignes d'hygiène de vie pour la prévention de l'Alzheimer

En dehors du régime alimentaire, il existe un certain nombre de facteurs d'hygiène de vie qui peuvent contribuer à une bonne santé sur le plan neurologique ou entraver le développement de la maladie. Les stratégies suivantes sont donc tout aussi importantes pour tous les programmes de prévention de la démence :

L'exercice. L'exercice entraîne une croissance de l'hippocampe et une amélioration de la mémoire et il a été suggéré que l'exercice peut déclencher un changement dans la manière dont est métabolisée la protéine amyloïde précurseur (http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/amyloide), ce qui ralentit donc l'apparition et la progression de l'Alzheimer.
Optimisez votre taux de vitamine D par une exposition au soleil raisonnable. Il se révèle une forte correspondance entre de faibles taux de vitamine D chez des patients Alzheimer et les mauvais résultats des tests cognitifs.
Les chercheurs pensent que des taux optimaux de vitamine D peuvent améliorer la quantité de substances chimiques dans le cerveau et protéger les neurones en augmentant l'efficacité des cellules gliales et en restaurant les neurones endommagés.
La vitamine D exerce aussi certains de ses effets bénéfiques grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et de stimulation de l'immunité. De la vitamine D en quantité suffisante est impératif pour que le fonctionnement correct du système immunitaire combatte l'inflammation également associée à l'Alzheimer.
Évitez le mercure et éliminez-le de votre corps. Les amalgames dentaires qui composent 50 % du poids sont l'un des grandes sources de toxicité par les métaux lourds. Il faut cependant que vous soyez en bonne santé avant de vous les faire enlever.
Une fois votre régime alimentaire ajusté, vous pouvez suivre un protocole de détoxication du mercure et ensuite trouver un dentiste qui vous enlèvera les amalgames.
Évitez l'aluminium et éliminez-le votre corps. Les sources d'aluminium incluent les anti-transpirants, les ustensiles de cuisine anti-adhésifs et les adjuvants des vaccins.
Évitez de vous faire vacciner contre la grippe. Les vaccins contiennent du mercure et de l'aluminium, bien connus comme agents neurotoxiques et immunotoxiques. [Le Dr Mercola parle du vaccin contre la grippe, mais tous les vaccins contiennent des métaux lourds et doivent être évités.]

Évitez les médicaments anticholinergiques et les statines. Les produits qui bloquent l'acétylcholine, un transmetteur du système nerveux, augmentent les risques de démence. Ces produits incluent certains antalgiques, les antihistaminiques, les somnifères, certains antidépresseurs, les médications pour le contrôle de l'incontinence et certains antalgiques opiacés.

Mettez quotidiennement au défi vos facultés intellectuelles. La stimulation mentale, en particulier l'apprentissage de quelque chose de nouveau, comme apprendre par exemple une nouvelle langue ou jouer d'un instrument, s'associe à un risque moindre d'Alzheimer. Le défi intellectuel aide au développement du cerveau, le rendant moins sujet aux lésions rencontrées dans la maladie d'Alzheimer.

2 commentaires:

  1. J'observe certaines choses chez ma mère...je ne sais pas si c'est à mettre sur le compte du vieillissement normal ou de la maladie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commencez par vous assurer comme il est expliqué clairement que votre Maman n'utilise plus de produit laitier de vache et passe aux repas sans gluten et sans alu (papier et casseroles )
      et observez ! ! !
      Puis Chlorella ou Algue KLAMATH pour éliminer tranquillement le maximum de métaux lourds installés ... à suivre !

      Supprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.