Bistro Bar Blog

mardi 10 janvier 2017

Étranges chiffres

Un calcul que renieraient certainement les spécialistes en démographie, mais qui suscite quand même réflexion...


Étranges chiffres

Par Olivefarmercrete

Traduit par Hélios



Nous avons tous eu deux parents impliqués dans l'acte de création, d'accord ?

Eux-mêmes ont eu chacun deux parents qui les ont procréés.

Supposons que chaque génération procréée à un âge moyen de 33,33 ans, pour rendre plus simples les calculs.

Suivez-moi, ça en vaut le coup.

2 parents, appelons-les génération 1.

4 grand-parents, génération 2.

8 arrière-grand-parents
16
32
64
128
256
512
1024 (génération 10)
2048
4096
8192
16384
32768
65536
131072
262144
524288
1048576 (génération 20)

Vous êtes toujours là ?

2097152, génération 21, à 33,33 ans par génération, on remonte 700 ans en arrière. Ça devient bizarre, cette progression de chiffres.


Ce qui veut dire qu'il y a 700 ans il y a eu 1048576 femmes, qui se sont accouplées à 1048576 hommes, tous deux à 33,33 ans et, dans le cas qui nous occupe, chaque couple de la génération 20, se composant de 1048576 personnes, n'a produit qu'un seul enfant.

Vous suivez toujours ?

Ils avaient chacun une maman et un papa, bien sûr, qui ont procréé. D'accord ?

4194304
8388608
16772216 (il y a 800 ans)
33554432
67108864
134217728 (900 ans)
268435456
536870912
1.073.741.824……..

Nous sommes remontés maintenant mille ans en arrière et de simples calculs nous disent que vous devez être un mélange génétique de plus d'un milliard de personnes. On ne peut y échapper.

Pensez-vous toujours que vous êtes "pure race", qu'il n'y a eu aucun mélange quelque part ? En un millier d'années, ce qui implique un milliard de gens ?

Maintenant c'est encore plus bizarre.

Chacun de ces 1.073.741.824 ancêtres avaient une maman et un papa également. Il le fallait, on ne peut faire autrement.

Donc leur colonne de chiffres correspondrait à la vôtre, d'accord ?

Ils avaient quatre grand-parents.

Huit arrière-grand-parents.

Et ainsi de suite.

Juste comme vous ou moi.

Au bout de mille autres années (total 2000), en retournant à l'époque du Christ, les chiffres atteignent, accrochez-vous :

115.292.150.460.

Plus de 115 milliards de personnes.

Le problème, c'est qu'il n'y avait pas autant de gens vivants dans l'histoire de l'humanité.

Il est dit qu'il y avait 300 millions de gens vivant à ce moment-là.

Mais nous AVONS BESOIN de 115 milliards.

Autrement, ça ne fonctionne pas.

Certains expliquent cette bizarrerie en disant que les gens épousaient leurs frères et sœurs et leurs cousins.

Examinons les choses d'une autre façon.

Imaginez un Adam et une Ève.

Ils ont eu 6 enfants, trois de chaque sexe, qui se sont reproduits entre eux.

Pas le choix.

Chaque couple a eu six enfants, donc il y a maintenant dix-huit enfants.

Disons qu'ils se sont reproduits entre eux. Pas le choix, vraiment.

On a maintenant 54 enfants.

Vos ancêtres augmentent en nombre, en forme de V, deux par deux.

Mais ces 54 ? leurs ancêtres diminuent en forme de V en revenant à deux.

Est-ce un casse-tête mathématique ?

Ou l'histoire n'est-elle qu'une fable ?

Je suis "britannique".

Ils disent que lors de l'invasion des Romains il y a 2000 ans, il y avait probablement 4 millions de Britanniques.

Mais il m'en faut 115 milliards.

La réponse, alors, selon l'Histoire, c'est que les familles se sont mariées entre elles.

Nous savons ce que cela veut dire, génétiquement parlant.

Il y avait 10,5 millions de Britanniques en 1800.

Il y en a aujourd'hui 64 millions (avec une population de quelques millions d'immigrés).

Alors, même dans ces époques modernes, il a dû y avoir un nombre impressionnant de mariages entre cousins, le V se réduisant plutôt que s'élargissant.

Cela se produit-il de nos jours, en Occident, ces mariages consanguins ?

Non, en général.

Chose intéressante, nous devenons plus intelligents en tant qu'espèce.

Est-ce la raison ?

Conclusions ?

Il n'y en a que deux.

La première est que nous sommes une espèce de consanguins, sérieusement consanguins, ne sortant qu'aujourd'hui des effets d'un tel comportement et cela se voit.

(Même ainsi, les calculs ne semblent pas fonctionner.)

Ou bien :

La création "est venue à l'existence" un peu plus récemment et 'l'Histoire' n'est qu'une partie du programme.

À vous de décider.

6 commentaires:

  1. Deux critères que tu sembles négliger dans tes calculs: 1er: les fratries.
    L'accroissement de la population est multiplier par autant de frères et de soeurs dans le même laps de temps.
    en 2e: lorsque la femme ne change pas de nom de famille en se mariant. Là, la quantité d'ancêtres n'entre pas dans le même calcul. Cela ne double pas à chaque génération. Idem cousinage.
    A combien de générations les gènes sont-ils suffisamment dispersés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que dans "le livre des origines" (!) il est dit jusqu'à la la 7ème génération .
      Ce qui correspond bien avec les traditions et connaissances ésotériques et mathématiques ...
      Sachant que aujourd'hui 3 générations de vaccins modernes suffisent pour stériliser une population !... alors 7 !

      Supprimer
  2. Bonjour,
    L'auteur, dans ses premiers calculs, suppose que chaque couple n'a fait qu'un enfant. A ce train, au lieu de croître, la population aurait disparu depuis bien longtemps, me semble-t-il? Bref?... Ou je n'ai pas bien suivi, ou son raisonnement est basé sur deux erreurs fondamentales : l'âge de la procréation (33 ans) c'était vieux, qd l'espérance de vie était plus courte, c'était plus souvent se reproduire dès la puberté pour assurer la continuité de la lignée, et ensuite si deux individus ne procréent qu'une fois, cela condamne l'espèce à sa disparition. CQFD. ;-)

    RépondreSupprimer
  3. en effet,comme dit,syl,ils vivaient beaucoup moins vieux a l'epoque...et avaient 6 ou 7 enfants en moyenne....mais ce qui est sur,c'est qu'il y a des bizarreries inexplicables,dans notre histoire....et je pense que tout est mensonge....reset tous les 1000 ans?
    Cdlt.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis tombé par hasard sur cette page, et me suis bien amusé du coté simpliste de la démonstration.
    En effet, un membre de ma famille tient à jour notre arbre généalogique et a réussi à le connecter à des tas d’autres avec des certitudes à 100% . Il est remontré ainsi au 8e siècle sur une branche (si si il y a de très vielles familles Européenne qui ont leur généalogie sur cette longueur là) un autre remonte au 13e et à partir du XVIe il y a un nombre d’entrées considérables.
    Et bien imaginez-vous que ma famille a pour cousin(e) à peu près la moitié de l’Europe. Qui plus est, il est remarquable que certaines d’entre elles se re-mélangent au bout de quelques générations. C’est passionnant de voir ce brassage entre les familles. Donc sur 20 générations, bien sur mathématiquement j’ai 1 048 576 grands parents, mais avec le brassage et les croisements ils y en a beaucoup moins.
    Une autre erreur est manifeste, il ne faut pas compter 3 générations par siècle mais entre 4 et 5. Au 17e l’espérance de vie était de 40 ans, au mieux, et les filles enfantaient dès l’âge de 16 à 18ans.
    Amicalement
    Johann

    RépondreSupprimer
  5. Ça laisse songeur tout ceci....
    On sait que dans l'arbre généalogique du Comte de Paris, le Roi Louis IX (Saint-Louis) apparaît environ 1 000 000 de fois.
    Il y a peu (très peu) de temps, en Corse, il n'y avait grosso-modo que 3 ADNs..... ! ! ! !
    Beaucoup de consanguinités : oui, mais pas que.
    Les gens voyageaient beaucoup (de façon différente à aujourd'hui). Les compagnons faisaient le
    "Tour de France", les montagnards devaient chercher du travail dans les vallées, etc...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.