Bistro Bar Blog

vendredi 6 janvier 2017

Elvis Aron Presley, projet des services secrets (2/3)

Partie 1

(...)

La raison pour laquelle subsistent à ce jour des doutes quant à l'histoire de Parker est de dire qu'on lui a donné ce grade dans la Milice fédérale. Mais si le titre était honorifique comme suggéré, ce n'était pas un grade de la milice. Ce n'était pas du tout un réel grade militaire, c'était un titre, non un grade. Pour cette raison, je considère toute l'histoire comme une autre couverture. Que cachait-elle ? Bien, comme on nous a dit que Parker a rejoint l'armée aux environs de 1930, je suggère qu'il ne l'a en fait jamais quittée. En 1948, il y était depuis 18 ans, suffisamment de temps pour accéder au grade de colonel. Mais c'est probablement plus compliqué. Comme nous avons vu qu'il a certainement été recruté par le Renseignement international à l'époque de ses 17 ans, il a poursuivi cette activité pendant au moins 21 ans. On lui a probablement accordé la citoyenneté américaine dans le cadre de son projet ainsi qu'une formation linguistique poussée. C'est pourquoi personne n'a jamais remarqué d'accent néerlandais chez lui, je suppose. Ce qui expliquerait aussi comment il a pu échapper au gouvernement américain toute sa vie. Souvenez-vous, selon le récit officiel, il a rejoint l'armée, s'est marié, est devenu fabuleusement riche et célèbre en tant qu'agent d'Elvis et a géré l'immense propriété d'Elvis sans que le trésor public ou toute autre administration du gouvernement ne lui tombe sur le dos en prétextant qu'il était un étranger clandestin. Non crédible. Manifestement, ils ont tout le temps su qui il était. Pour preuve son certificat de décès où figuraient les Pays-Bas comme lieu de naissance et une nationalité américaine.

Je vous rappelle aussi qu'il serait né à Bréda. C'est un autre indice bien qu'ils soient sûrs que vous ne saurez pas le déceler. Bréda est une très ancienne, très célèbre et très riche cité, pas le genre d'endroit d'où proviendrait un immigrant.

(…) Bréda donne d'autres indices, car c'est pour le Bénélux le centre des opérations pour General Electric, General Motors, Scania, ExxonMobil, Texaco, Krohne et Toshiba. Mais avant tout on y trouve l'Académie militaire des Pays-Bas, un bras du Renseignement néerlandais. Un livre nous dit aussi que Al Qaïda opérait à partir de Bréda. C'est un autre repère pour le Renseignement, car bien sûr Al Qaïda est une création du Renseignement occidental.

Nous avons une nouvelle confirmation que Parker était l'instructeur de Presley et non son agent, par les pourcentages qu'il touchait. Un agent gagne normalement moins que son client, mais Parker a toujours gagné bien plus, même après la mort supposée de Presley. Par exemple, avec la société de licences de Presley, ce dernier n'en possédait que 22 %, alors que Parker en possédait 56 % et des partenaires anonymes possédaient les autres 22 %. C'est bien ça, Presley n'était même pas propriétaire d'un tiers. Ils admettent aussi que "en raison d'un accord malavisé entre Parker et Presley", RCA possédait tous les droits sur les chansons sorties avant 1973. Pardon ? Comment cela peut-il se baser sur un contrat entre Parker et Presley ? Parker et Presley se concertent et tombent d'accord pour donner à RCA 100 % des royalties ? Cela paraît-il rationnel ? Rappelez-vous, nous avons vu le même genre de choses avec les Beatles, qui ont mystérieusement renoncé ou vendu la plupart de leurs droits d'édition et royalties.



Cela vaut aussi la peine de noter que Parker n'était pas le seul intéressé financièrement dans les premières années. En 1955, Parker travaillait avec Jean et Julian Aberbach, deux juifs australiens qui avaient créé la maison d'édition de musique Hill and Range. La page Wiki admet que Julian Aberbach avait travaillé comme instructeur à "l'école de renseignement militaire dans le Maryland". Wow. Le cousin d'Aberbach, Freddy Bienstock, devint le directeur de Elvis Presley Musique en 1955. Presley ne pouvait enregistrer de musique non autorisée par Hill and Range. Je suggère que Hill and Range était en fait une autre façade de la CIA et le temps passé par Aberbach dans le renseignement militaire tend à le prouver.

En octobre 1954,

 Presley fut engagé par Louisiana Hayride, rival d'Opry. [émissions de radio dans un auditorium de Louisiane] Le spectacle fut diffusé sur 198 stations de radio dans 28 états. Presley fit une autre crise de nerfs durant la première séance, ce qui entraina une nouvelle coupure de son. Une deuxième séance plus structurée et plus  dynamique inspira une réponse enthousiaste.

Nous avons peut-être un bel indice ici. Remarquez qu'Elvis fit deux séances et fut différent dans chacune le même jour. Je me demande si quelqu'un a vu les deux séances et s'est dit, "C'était comme s'il y avait deux Elvis". Pourquoi cette interrogation ? Parce que c'était peut-être le cas. Il avait un jumeau, rappelez-vous. Êtes-vous sûr que son jumeau soit vraiment mort ? Les jumeaux n'avaient peut-être pas la même assurance, surtout dans les débuts. Nous pourrions supposer que l'un des deux a  découvert et perfectionné le fameux "déhanchement". Nous verrons d'autres preuves en faveur de cette idée plus loin.

On nous dit qu'en 1955 Elvis a renouvelé son contrat avec l'agent Bob Neal, mais a nommé le colonel Parker son conseiller spécial. C'est quoi un conseiller spécial ? Et pourquoi Neal autoriserait-il cette relation ? Parker prenait-il un pourcentage ? Si oui, Neal ne l'aurait pas vu d'un bon œil. Si non, pourquoi Parker travaillait-il gratuitement pour Elvis ? Trois mois après avoir fait de Parker son conseiller, Presley signa avec RCA pour un montant sans précédent de 40.000 dollars. Ceci malgré le fait qu'il n'avait que 20 ans, ne s'était produit qu'un an et avait échoué aussi bien à l'émission de radio Opry qu'à CBS. Arthur Godfrey, le dénicheur de talent de CBS, avait été déçu pendant l'audition. Néanmoins, avant même qu'il soit connu, des contrats furent établis pour Presley, déclarant

Les auteur-compositeurs étaient obligés de renoncer à un tiers de leurs habituelles royalties en échange de quoi il [Presley] interprétait leurs compositions. 

Quoi ? Quel auteur-compositeur serait d'accord pour ça ? Ils l'auraient été pour quelqu'un comme Sinatra, mais encore une fois, Presley était un parfait inconnu à l'époque. Lui rédiger en 1955 des contrats de ce genre est absurde.

Il est curieux aussi qu'après l'avoir engagé en novembre RCA ait ressorti ses enregistrements de Sun Record avant la fin de l'année. N'est-ce pas un peu rapide ? Comment ont-ils pu faire ça aussi vite ? Il fallait qu'ils devancent leur propre publicité. On ne trouve pas aussi rapidement de slogan. On suppose aussi que RCA aurait ré-enregistré ces chansons eux-mêmes, ce qui aurait pris du temps. Et qu'ils auraient fait venir de meilleurs musiciens et un vrai producteur et ainsi de suite. En fait, c'est ce qu'ils ont fait, mais si vite que c'est de nouveau non crédible. Ils ont enregistré le 10 janvier et Heartbreak Hotel est sorti le 27. Le seul moyen pour que ce soit crédible,  c'est à condition que RCA l'ait planifié depuis plusieurs mois. Ils devaient savoir à l'avance qu'ils découvriraient Elvis et qu'ils le mettraient au programme dès le moment de son apparition à la radio en 1954. Il est possible qu'ils aient planifié tout ceci avant, dès sa naissance.

Le 2 mars, Parker devint le manager de Presley. Ils nous disent que le contrat de Neal a été "résilié" mais les choses ne se passent pas ainsi. Cela faisait moins d'un an depuis le renouvellement du contrat et on ne "résilie" pas unilatéralement un contrat avant son expiration. Parker a dû persuader Neal avec une très grosse somme. Neal n'était pas juste un amateur. Il manageait aussi Johnny Cash, Roy Orbison, Sonny James, Conway Twitty, George Jones, Barbara Mandrell et Tom T. Hall. Mais on ne nous dit jamais pourquoi il a abandonné son rôle de manager auprès d'Elvis. Étrange que Neal se soit incliné devant le colonel Parker. C'est un autre signe d'un projet sous contrôle. Également bizarre que Neal soit né au Congo Belge. Son vrai nom était Hobgood. C'est important parce que la Belgique a fait partie des Pays-Bas jusqu'en 1830. Même après, la Belgique a été gouvernée par les Léopold, qui étaient des Saxe-Cobourg- Gotha comme les rois et reines d'Angleterre. Le prince Charles n'est pas en réalité un Windsor, mais un Saxe-Cobourg-Gotha. Aujourd'hui, la partie ouest de la Belgique parle un dialecte néerlandais qu'on appelle le flamand. Je le sais : j'ai vécu là-bas et l'ai étudié pendant un moment. Bréda est très proche de la frontière belge et j'allais à bicyclette de Bruges en Belgique à Bréda aux Pays-Bas. Ce n'était pas très long. Donc trouver encore quelqu'un d'autre dans l'histoire d'Elvis en lien avec la Belgique/Pays-Bas est tout à fait instructif. On nous apprend que les parents de Neal étaient missionnaires au Congo Belge mais les Blancs sont allés là-bas pour une exploitation économique, récupérer des minerais et autres ressources comme le caoutchouc. Les missionnaires et autres religieux étaient paraît-il là pour civiliser les indigènes mais nous savons maintenant qu'ils travaillaient main dans la main avec des hommes d'affaires pour exploiter au maximum les populations locales.

Le 23 mars 1956, le premier album d'Elvis était dans les bacs. C'est exact. Je n'ai pas dit qu'il était prêt à sortir, j'ai dit qu'il était dans les bacs. C'est tout juste trois mois après qu'il ait signé avec RCA. Et je suppose qu'on l'a inscrit au panthéon du rock n' roll en avril. Non, c'est stupide, d'accord? Mais saviez-vous qu'il avait signé en avril un contrat de sept ans avec Paramount Pictures ? Sur quelle base, doit-on se demander ? Avait-il déjà fait un bout d'essai ? Ces gens l'avaient-ils déjà rencontré ? Il faisait un bide à Las Vegas à ce moment-là, tant auprès des spectateurs que des critiques, pourquoi se précipiter pour qu'il tourne un film ? Comme réponse, souvenez-vous que nous avons déjà fait la connaissance du patron de Paramount Pictures, Adolph Zukor. Il est resté à Paramount Pictures jusqu'en 1959. Zukor et Loew ont apparemment appartenu au projet Elvis depuis sa venue au monde.

La première grande apparition de Presley à la télé s'est faite dans l'émission de Milton Berle où on l'a vu pendant dix jours après la sortie de son premier album. DIX JOURS ! Berle était un humoriste juif en vue, bien sûr ; et comme nous l'avons appris, ce n'est plus du hors sujet. Presley était juif aussi et ces gens importants le savaient. Berle avait aussi des liens depuis très longtemps avec le Renseignement.

En 1933 il fut embauché par un producteur, Jack White, pour figurer dans un petit film, Poppin' the Cork, une comédie musicale d'actualité ayant pour sujet l'abrogation de la prohibition. Berle a aussi participé à l'écriture musicale de ce film qui fut diffusé par Educational Pictures [Films éducatifs]

Notez la date. Notez que c'est un film politique. Notez qu'il a été diffusé par Educational Pictures. Shirley Temple a fait ses débuts à Educational Pictures et elle figure sur la couverture de Sgt Pepper's. Rappelez-vous de la signification : elle était un agent du Renseignement. Educational Pictures était dirigé par le producteur E. W. Hammons, qui a produit 228 films en 17 ans. Ce qui en fait environ 13 par an. Cela pourrait vous évoquer la base Air Force de Lookout Mountain à Laurel Canyon [évoqué dans l'article sur les bombes atomiques] qui a repris le flambeau après le départ de Educational Pictures. En bref, c'étaient des films de propagande. Jack White s'appelait en réalité Jack Weiss et était juif. Il a produit plus de 300 films, dont une bonne partie pour le Renseignement.

Milton Berle a fait ses débuts dans un spectacle télévisé en 1948, l'année deux de la CIA. Ce fut l'un des tous premiers spectacles populaires à la télé. Ils étaient sponsorisés par Texaco, un énorme producteur de pétrole. Nous voyons donc encore une fois que la classe supérieure contrôle la classe moyenne via des divertissements orientés et une constante propagande. Une bonne part de ces divertissements étaient inoffensifs, voire salutaires, mais on y mélangeait une grosse dose de fausses pistes que très peu de gens débusquaient ou qu'ils ignoraient. Elvis fit sa seconde apparition dans l'émission de Berle juste deux mois après la première. Ce garçon avait des appuis, de très gros appuis.
Moins de deux mois après les deux émissions de Berle, Elvis apparut dans l'émission de Steve Allen. Bien qu'on ait voulu faire passer Allen comme irlandais par sa mère, il était juif par son père. Son papa s'appelait Carroll Abler. Ce nom a également été changé, car il était né Carroll Ebler. Ebler est un nom juif courant.

(…) De toutes façons, nous voyons Elvis dans des émissions TV majeures trois fois en trois mois, à une époque où la TV n'en était qu'à ses débuts.

On nous dit que les indices d'écoute étaient élevés pour ces émissions, mais nous savons maintenant que les indices sont fabriqués pour coller aux tendances. S'ils veulent que les taux d'écoute soient élevés, ils sont élevés. Ce qui s'applique aussi au hit-parade musical où, nous dit-on, Presley régnait en maître. Souvenez-vous que ces hit-parades n'étaient même pas basés sur les ventes. Ils étaient basés sur ce qu'on diffusait à la radio. Et c'était bien entendu déterminé par le DJ. Bon, qui décidait de ce que le DJ allait passer ? On sous-entend que c'était déterminé par des appels sur l'antenne, mais ce n'est pas vrai. Les DJ ne reçoivent pas assez de demandes pour baser leur liste de lecture là-dessus. Pensez-vous qu'ils ont le temps d'enregistrer chaque demande et d'en faire ensuite des hit-parades ? Non, bien sûr. J'ai été DJ et je peux vous dire qu'on ne le fait pas. À l'époque, ils passaient certainement des chansons à la demande, mais les playlists du jour n'étaient pas basées dessus. La plupart des DJ basaient leurs playlists sur les hit-parades, donc nous tournons en rond. On ne peut baser les listes sur les hit-parades et baser les hit-parades sur les listes. Logiquement, les hit-parades devaient donc être déterminés d'une autre façon. Comme tout le reste, ils les fabriquent. Qui sont "ils" ? Des gens embauchés par des grosses sociétés de disques, avec la participation du Renseignement et de diverses autres agences.

En d'autres mots, tout se fait du sommet à la base. On vous vend l'idée que c'est de la base vers le sommet, avec les clients qui déterminent la popularité. Mais cela ne se passe pas ainsi. Les acheteurs sont contrôlés du haut en bas, on leur dit quoi acheter par l'intermédiaire de ces hit-parades et ces chiffres de vente fabriqués. Les gens n'achètent ce qu'ils aiment que dans une certaine limite. Les gens achètent en grande partie ce qu'ils pensent être acheté par leurs voisins, pour paraître dans le coup. Si les hit-parades leur disent que leurs voisins aiment Elvis, ils essaieront de l'aimer aussi. C'est Sales 101 ,[technique de marketing], perfectionné par des gens comme Edward Bernays.

Maintenant, qui a écrit les chansons d'Elvis ? Eh bien, nous apprenons que Hound Dog, Jailhouse Rock, Loving You, Don't, et Love me ont été écrites par Jerry Leiber et Mike Stoller. Tous deux étaient juifs. Tous deux sont nés en 1933. Notez la date. Stoller est né le 13/3/1933. Étrange. Je suggère que la date a été fabriquée.

Bien qu'Ed Sullivan ait prétendu qu'Elvis n'était pas digne de passer à la TV en juin, il lui avait réservé trois spectacles en septembre 1956. Je parierais qu'Ed Sullivan était juif, bien qu'on l'ait fait passer pour irlandais. Et nous trouvons très rapidement qu'il était marié à une juive, Sylvia Weinstein. Il a grandi dans un quartier juif de Harlem. Les ancêtres de Sullivan, au-delà de ses parents, ont été expurgés sur Geni. (Ed Sullivan avait un frère jumeau qui serait mort jeune. C'est curieux, direz-vous.)

(…) Elvis sortit un autre album en octobre 1956, le second de cette année-là. Son premier film sortit en novembre, Love Me Tender. C'est bien exact, j'ai dit "sorti" et non "tourné". Comment a-t-il eu le temps de tourner un film alors qu'il faisait une tournée dans tout le pays et apparaissait à la TV tous les week-ends ? Il aurait fallu deux Elvis, d'accord ? Bon, nous y revoilà. À mon avis, le calendrier d'Elvis de novembre 1955, quand il signa avec RCA, jusqu'à novembre 1956 n'est tout simplement pas crédible pour un être humain. Il est à peine crédible pour deux. Ce qui veut dire que nous devons sérieusement envisager un jumeau en vie. Mais pouvons-nous trouver des preuves directes de ce jumeau ? Oui. Il suffit d'aller sur des photos et de chercher des indications.

Notre première indication est qu'il n'est pas facile d'en trouver. Il existe des centaines de photos d'Elvis sur le web, mais si on doit les croire, son visage ou son cou ne présentaient aucun défaut. Pas un seul grain de beauté, pas un seul bouton, pas une seule macule [une sorte de tache de rousseur], pas une seule cicatrice. Les retoucheurs ont été incroyablement minutieux, ce qui nous conduit à penser qu'ils camouflent quelque chose. Nous verrons s'ils sont bons.
Ils ne m'ont jamais abusé. Mon regard est trop affûté. 

Pour commencer, ils ont raté leur coup avec celle-ci :


Vous voyez les deux petites macules sur le côté de son nez ? C'est au moins la preuve qu'ils ont retouché largement toutes les autres photos. Et c'est la preuve qu'ils cachent quelque chose d'important.

Ils m'obligent donc à trouver quelque chose de moins évident que des grains de beauté ou des cicatrices. Il s'avère que les jumeaux avaient des nez légèrement différents. Un seul avait ce nez aplati. L'autre avait un nez légèrement plus pointu. En réponse, vous me direz que Presley s'est fait refaire le nez ; pour vous le prouver, je devrais chercher une photo au nez pointu antérieure à la photo au nez aplati. Essayez de me suivre : s'il avait un nez pointu avant un nez aplati, on ne peut l'expliquer par une rhinoplastie [chirurgie esthétique du nez]. C'est l'indication de jumeaux.


C'est un Elvis au nez pointu plus jeune (ci-dessus). La retouche n'est pas terrible, car nous pouvons voir deux choses. Il y a un grain de beauté sous sa bouche à votre gauche et une petite cicatrice au-dessus du sourcil. Mais ce n'est pas daté, donc pas très utile pour notre recherche. Voici le jackpot :



Un Elvis jeune, un Elvis plus âgé. Nez pointu, nez aplati. Pensez-vous vraiment qu'il se soit fait refaire le nez pour l'aplatir ?


Un Elvis des débuts au nez pointu. Vous voyez à quoi il ressemblait vu de côté. Et voici [ci-dessous] un Elvis légèrement plus "enrobé" avec un grain de beauté au menton et un nez pointu.



Vous vous y faites ? L'Elvis au nez pointu avec un grain de beauté et une cicatrice est l'Elvis "officiel". Il présente très légèrement mieux et était probablement aussi un meilleur artiste. Je le nommerai Elvis. Son jumeau se nomme Aron et je pense que c'était son vrai nom. On nous dit qu'il s'appelait Jesse Garon, mais c'est bidon. Il a pu s'appeler Jesse Aron, mais il se faisait appeler Aron. Nous ne nous occupons pas d'Elvis Aron Presley. Nous nous occupons d'Elvis et d'Aron Presley. Voici une photo célèbre d'Aron :



Un moyen pour reconnaître Aron, c'est le gros menton à la Jay Leno [voir photo] quand il sourit. C'était moins prononcé chez Elvis.
Jay Leno (photo ajoutée)


C'est Aron qui s'est marié avec Priscilla. Il a fait aussi l'armée, car Elvis avait des disques à faire. Son nom est aussi une nouvelle indication du statut juif des jumeaux. Les Juifs orthographient parfois Aron, mais quand c'est utilisé par les Gentils, c'est presque toujours orthographié Aaron.







Elvis ou Aron ? Nez aplati, menton allongé, pas de grain de beauté : Aron. Les photos de mariage sont aussi une bonne occasion d'aller voir une différence. Il est clair que nous regardons Aron. Plus les jumeaux prennent de l'âge, moins ils se ressemblent.


Voyez-vous comme Aron commence à devenir un peu monstrueux là, avec son visage qui grossit et ressemble de plus en plus à celui de Jay Leno ? Vous direz qu'Elvis a juste pris de l'âge et un peu de poids mais les jumeaux n'avaient que 32 ans en 1967. Ils n'étaient pas encore si vieux à ce moment-là. Et Aron n'est pas encore enrobé. Il ne fait que construire sa propre apparence qui n'est pas exactement celle d'Elvis.


C'est Elvis en 1973, il a 38 ans, il est toujours aussi mince. Il prenait bien soin de lui. Seul Aron commençait à se laisser aller à l'époque. Pas Elvis.


Vous voyez, Elvis ne ressemble plus à Aron. Il a davantage pris soin de lui, semble-t-il.

[Ajout 28 décembre 2015 : contre toute attente, cet article s'avère populaire auprès d'un bon nombre de fans d'Elvis à qui il est égal qu'il ait été utilisé pour un projet du Renseignement, quel qu'il soit. Eh bien, ces fans m'ont orienté vers d'autres indications confirmant que je ne me trompe pas pour les jumeaux. Ils m'ont rappelé qu'Elvis n'a pas fait un mais deux films où l'on voit des indications de jumeaux. D'abord, Kissin' Cousins [Salut, les cousins, sorti en 1964 aux USA], où l'un des jumeaux était blond.


Puis Double Trouble [Croisière Surprise, 1967] où nous voyons deux Elvis sur l'affiche du film.

Je ne présente pas cela comme une quelconque preuve, mais c'est curieux. J'ai regardé quelques scènes de Kissin' Cousins et il semble qu'ils utilisent un écran multi-image [ou écran splitté] mais il est possible qu'ils aient fait jouer les deux frères, en se servant de l'écran multi-image pour masquer ce qu'ils faisaient. Il faudrait que quelqu'un étudie de près le film, ce que je n'ai pas encore fait.]

Mais avons-nous d'autres documents prouvant l'existence de jumeaux en dehors de la mort supposée de Jesse Garon ? Oui. On a publié en fait deux certificats de naissance au nom d'Elvis Presley, l'un daté du 10 janvier et l'autre du 12. Sur l'un il est enregistré comme Elvis Aaron Presley ; sur l'autre, Elvis Aron Presley. Encore plus curieux, les deux certificats ont été conservés. Dans le documentaire de 1992 de Bill Bixby, The Elvis Files, [dossier Elvis, vivant ou mort] à 12'50, ils montrent les photos des deux certificats de naissance.

Copies d'écran du documentaire

Cela n'a pas de sens. Ils nous disent que les parents se sont rendus compte que Aron était mal orthographié sur le premier et ont demandé une correction mais si c'était vrai, le médecin aurait détruit le premier en leur délivrant le deuxième. Nous ne devrions pas avoir cette photo. C'est un solide justificatif de canular et d'une survie de l'autre jumeau.

Nous pouvons maintenant rapporter cette découverte aux Beatles, qui selon mes lecteurs avaient des sosies. Peut-être. Mais je suggère de nous demander si ce n'étaient pas des jumeaux. Paul n'est peut-être pas mort et n'a pas été remplacé. Il avait simplement un jumeau dont on ne nous a pas parlé. Personne n'y a pensé, n'est-ce pas ? Ou peut-être quelqu'un l'a fait, mais ce n'est pas une des principales théories alternatives. [Note d'Hélios : Mathis a publié au printemps 2016 un article sur Paul McCartney et son jumeau, avec un décodage fouillé de photos. 35 pages de lecture pour les intéressés]

La découverte de ces jumeaux peut nous aider aussi à démonter la mort d'Elvis Aron Presley. L'un d'eux est-il mort en 1977 ? Ou les deux ? Ou ni l'un ni l'autre ? Nous verrons quand nous en serons là.

Mais d'abord, intéressons-nous brièvement à Priscilla Beaulieu. On nous dit que son beau-père [son père biologique, James Wagner, serait mort alors qu'elle avait six mois], un officier de l'Air Force, a été muté à Wiesbaden en Allemagne aux environs de 1957. Mais on nous dit ensuite que la famille a séjourné trois mois à l'hôtel Hélène  après leur arrivée. Quoi ? L'armée n'a-t-elle pas prévu d'endroit pour y faire vivre un officier et sa famille ? On s'attendrait à ce qu'ils vivent sur la base ou sur un site organisé près de là. En aucun cas l'armée ne prévoit de faire vivre un officier dans un hôtel pendant trois mois. On nous fait donc avaler une autre histoire. Pour poursuivre ce récit ridicule, la famille a peu après quitté l'hôtel pour une résidence qu'ils ont découvert plus tard être une maison close. Mais en raison de la rareté des logements, ils ont été forcés d'y rester. D'accord. Pas crédible pour un sou.

La manière dont ils se sont rencontrés non plus. On apprend qu'une Priscilla de 14 ans a rencontré Elvis lors d'une soirée chez lui à Bad Nauheim. Mais Wiesbaden se trouve à plus de 45 km, de l'autre côté de Francfort. Priscilla n'avait pas l'âge de conduire et on nous dit que ses parents ne l'accompagnaient pas. On était en 1959 et les officiers n'avaient pas l'habitude d'autoriser leurs filles de 14 ans à aller seules dans des soirées d'adultes à 45 km de chez eux. Tout l'ensemble sent le canular à plein nez.

On nous dit que les parents de Priscilla l'ont tenue à distance d'Elvis jusqu'à ce qu'elle ait 17 ans, âge auquel ils l'ont autorisée à se rendre à Graceland.

Les parents de Priscilla ne l'ont autorisée à s'y rendre uniquement si Elvis payait son voyage aller-retour, en s'arrangeant pour qu'elle ait en permanence un chaperon et à condition qu'elle leur écrive chaque jour.

Des trucs qu'ils espèrent vous faire croire ! Nous sommes supposés penser que les parents de Priscilla étaient idiots. N'était-ce pas à EUX d'organiser la présence permanente d'un chaperon ? Une question encore meilleure est pourquoi sa mère n'a pas fait le voyage avec elle. C'est ce à quoi on s'attendrait dans une telle situation. Si la maman ne pouvait pas y aller, ils auraient trouvé une tante ou un cousin plus âgé ou quelqu'un d'autre. Mais il nous faut croire plutôt que c'est Elvis qui allait embaucher son propre chaperon ! On nous dit ensuite que Priscilla a été autorisée à aller à Graceland, mais qu'elle ne pourrait épouser Elvis que quand elle aurait fini ses études à l'école catholique. Elle était supposée vivre avec le père d'Elvis et sa belle-mère. Bien sûr elle passait tout son temps avec Elvis et personne ne semblait s'en soucier. C'est admis. Je ne sais pas quel était l'âge de la majorité sexuelle à l'époque dans le Tennessee, mais dans de nombreux états, cela aurait été illégal.

Ou, devrais-je dire, elle passa son temps avec Aron. Elvis était à Hollywood avec Ann Margret.

Aron n'épousa Priscilla qu'en 1967, ils ont donc vécu dans le péché pendant environ cinq ans. On nous dit que le père de Priscilla menaça Elvis de la loi Mann – contre la traite des femmes blanches – mais qui ne l'obligeait pas à porter plainte. L'état ou les fédéraux auraient dû le faire d'eux-mêmes quand Priscilla est arrivée d'Allemagne. Ils savaient bien ce qui se passait. Et cette anecdote implique que l'âge de la majorité sexuelle dans le Tennessee à l'époque devait être fixée à 18 ans, sinon la loi Mann n'aurait pu s'appliquer. Priscilla avait 17 ans.

Il est clair que Priscilla a été "fournie" à Aron, bien qu'on ne puisse dire précisément comment. Il semble que la totalité de la bio de cette femme soit une fabrication, car rien ne tient debout. Il a dû finalement l'épouser car elle attendait un bébé. Ce n'est pas une coïncidence qu'elle ait été enceinte "juste après" leur mariage. Je suggère que c'est la raison du mariage. Les bios officielles admettent qu'Elvis ne voulait pas se marier mais qu'il "n'a pas eu le choix".

À suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.