Bistro Bar Blog

lundi 28 novembre 2016

L'arrivée au pouvoir d'Hitler et les débuts du nazisme (3)

Dans cette troisième partie, nous retrouvons l'habileté de Miles Mathis à décoder les photos truquées. 

Partie 1
Partie 2

Traduit par Hélios et Valuebreak.

Dietrich von Hülsen-Häseler
Nous devons nous arrêter là-dessus parce que ça débouche sur quelques histoires intéressantes.

Dans les premières années du 20ème siècle, les gens de l'époque nommaient le climat à la cour du Kaiser "byzantinisme", car l'atmosphère y était pleine de factionalisme [division au sein d'un mouvement politique en petites unités semant le trouble], d'intrigues et d'obséquiosité envers l'empereur. Le cas peut-être le plus célèbre se produisit en 1908 quand le général Dietrich von Hülsen-Häseler, chef du cabinet militaire secret de l'empereur, dansa devant Guillaume et sa cour vêtu d'un tutu rose tout en envoyant des baisers au Kaiser et il se sentit tellement humilié ensuite par ce qu'on l'avait obligé à faire qu'il mourut sur-le-champ d'une crise cardiaque.

Ne soyez pas distrait par le tutu rose. Notez le "cabinet militaire secret". Von Hülsen-Häseler était chef des services secrets royaux. On peut penser à lui comme le J.Edgar Hoover [directeur du FBI de 1924 à 1972] de son époque et lieu. Ce von Hülsen-Häseler, un général quatre étoiles, était l'oncle du comte Georg von Hülsen-Häseler du théâtre prussien et les deux furent accusés de "perversité". 
 
Voici donc le cercle où évoluait Dietrich Eckart. Étrange, ensuite, n'est-ce pas de le retrouver quelques années plus tard à la tête du Parti Ouvrier et mentor d'Hitler ? Eckart était un auteur dramatique millionnaire avec des liens au Renseignement et à l'empereur et nous sommes pourtant supposés penser qu'il est devenu chef du Parti Ouvrier ? Des choses qu'on espère vous faire avaler !

Je vous suggère de lire tout ceci comme "contrôle de l'opposition". Eckart, comme Hitler, était une taupe. Il y avait parmi ceux qui faisaient la même chose Alfred Rosenberg et Gottfried Feder, dont Eckart éditait le périodique prétendument antisémite, Auf gut Deutsch [Le Bon Allemand]. Ces noms vous paraissent-ils bizarres ? Rosenberg est souvent un nom juif et ils admettent que le père d'Alfred Rosenberg était un riche marchand. La mère de Feder était née Luz qui est aussi un nom juif. Cela signifie amandier en hébreu. Il me semble donc que ces gars juifs font juste semblant d'être anti-sémites pour contrôler l'opposition. 
 
(…) Cependant, même si certaines de ces taupes d'après-guerre ne sont pas des juifs, il est toujours admis qu'ils viennent de riches familles commerçantes, ce qui – selon notre but ici conduit aux mêmes conclusions. Nous les voyons s'associer et même diriger des partis ouvriers, mais pourquoi les fils de riches marchands se mêleraient de ça ? Vous savez maintenant pourquoi : c'était un tout autre projet. Comme avec les faux partis socialistes aux États-Unis à la même période, ces partis et syndicats allemands étaient soit infiltrés par les capitalistes ou montés dès le départ pour détourner l'attention. En d'autres mots, nous pouvons supposer qu'un bon nombre de ces partis n'ont pas du tout été démarrés par des ouvriers. Ils ont démarré avec des taupes comme Eckart pour attirer de naïfs révolutionnaires.

Comme la société de Thulé était gérée par ces mêmes personnes, nous sommes en droit de penser que c'était aussi une fausse direction. Ayant été fondée exactement au moment où le capitaine Mayr ordonnait au jeune agent Hitler d'infiltrer le Parti Ouvrier, nous pouvons en déduire que Thulé était un autre projet du Renseignement. Il ressemble tout à fait à de nombreux autres projets de ce genre, comme ceux que je vous ai exposés les années passées, cela ne devrait donc pas vous surprendre. Les services secrets adorent se cacher derrière un faux occultisme et ils inventent ces ridicules histoires comme celle de Thulé qui jouent un rôle d'écran de fumée. Nous avons vu Aleister Crowley faire ainsi et bien d'autres comme Anton Lavey [qui fut le "mentor" de Marilyn Monroe]. De nouveau, on remonte au 16ème siècle et avant, comme je l'ai montré dans mon article sur la Kabbale. On y voyait l'occultisme agissant comme un écran de fumée dans de nombreux projets des Juifs contre la royauté et le Vatican. Nous avons également vu dans mon récent article sur le procès des sorcières de Salem au 17ème siècle, où les marchands locaux – dont beaucoup étaient juifs – ont dirigé un projet majeur contre les Puritains, sous le couvert d'occultisme. Donc, comme d'habitude, ne prenez pas au sérieux le côté occulte de la société de Thulé, et substituez "renseignement" toutes les fois où vous lisez "occulte". 
 
En 1923, à l'approche du Putsch, Hitler fit appel au général Ludendorff pour tenter de convaincre les leaders bavarois de le rejoindre en marchant sur Berlin. Reconnaissez-vous ce nom? Ludendorff était supposé gouverner l'Allemagne début 1918, vous vous rappelez ? C'est lui qui après la guerre popularisa la théorie du "coup de poignard dans le dos" qu'Hitler est supposé avoir repris. C'était l'idée que les marxistes avaient causé la chute de l'Allemagne cette année-là, idée que nous savons maintenant n'être qu'un acte des capitalistes pour détourner l'attention. Mais cela appelle cette question : pourquoi le général Ludendorff se serait-il allié quelques années plus tard avec Hitler, un ex-soldat de première classe de 33 ans qui était maintenant à la tête du Parti Ouvrier ? Après leur échec à éviter les marxistes en 1919, ces Partis Ouvriers avaient subi des défaites et furent obligés de se joindre aux faux marxistes. C'est exact : les vrais Partis ou Syndicats Ouvriers dans les premières années de la République de Weimar n'étaient pas des organisations pré-nazies de droite, mais de centre-gauche qui avaient dû s'allier à la structure socialiste du nouveau gouvernement pour prospérer un peu. Alors pourquoi Ludendorff irait-il s'allier avec ceux qui lui avaient enfoncé un poignard dans le dos ? La dernière personne que Ludendorff aurait dû consulter était Hitler, à moins que…

À moins qu'Hitler et Ludendorff ne soient des agents et toute cette histoire est un autre camouflage. Je dirais qu'il est assez indéniable qu'Hitler n'avait pas changé de bord. Il était agent en 1919, il a réussi à infiltrer les Partis Ouvriers, les a pervertis et a fait des rapports sur eux et il était toujours un agent en 1923. Le Putsch de la Brasserie était un événement fabriqué, créé pour faire de la publicité à Hitler et au mouvement nazi fabriqué. 
 
Ce qui veut dire qu'Hitler n'a été qu'un instrument à partir de 1919.

Ce qui expliquerait l'idée de l'historien David Irving qu'Hitler avait été créé par Hollywood et Madison Avenue [avenue de New-York, symbole de la publicité après le boom des années 20]. Il paraît étrange qu'Irving l'historien ne dise pas qu'Hitler a été créé par les historiens. Il est assez étrange de dire qu'il a été créé, mais créé par Hollywood et Madison Avenue. Pourquoi Irving dirait cela ? Parce que, comme les films et la publicité, la carrière d'Hitler a été une fiction du début à la fin.

Nous le voyons de nouveau avec les ridicules minutes du Putsch de la Brasserie, où Hitler a pris d'abord le contrôle de la salle et kidnappé les leaders bavarois, mais ensuite, 
 
À la suite d'une erreur tactique, Hitler décida de quitter la brasserie peu de temps après pour s'occuper de problèmes à l'extérieur. Aux environs de 22h30, Ludendorff libéra Kahr et ses associés.

D'accord. Comme d'habitude, c'est un tissu d'âneries. Quel "problème ailleurs" se serait-il révélé plus important que ce coup d'état en cours ? Comme si quitter la salle et libérer les prisonniers n'était pas assez stupide, Ludendorff a suggéré qu'ils marchent sur le ministère bavarois de la défense. Ce qui semble une terrible idée, sachant qu'ils devaient être pauvrement armés. Quand les 2000 marcheurs de la brasserie rencontrèrent 130 soldats seulement et que des coups de feu ont été échangés, Hitler perdit 16 hommes et les soldats seulement quatre. Les marcheurs étaient-ils tous saouls ? Pourquoi ces 2000 hommes n'auraient-il pu en terrasser 130 ? Il est tout aussi curieux que les pertes du côté des soldats n'étaient pas des soldats mais des officiers de police. Étrange que 130 soldats soient prétendument présents mais qu'aucun n'ait été touché. On ne nous dit jamais pourquoi les 2000 marcheurs, avec parmi eux des militaires en chef comme Ludendorff, ont été immédiatement mis en déroute par 130 soldats. Nous sommes supposés croire qu'ils ont marché sur le ministère de la défense, qu'ils ont été vaincus par une force qu'ils surpassaient en nombre à 15 contre 1 et se sont enfuis
 
Le procès a été aussi une farce. On nous dit que le jury a été dissous en raison du degré d'urgence du procès et remplacé par des juges sélectionnés. C'est bien commode. Ludendorff déclara avoir été présent sur les lieux par accident et fut acquitté. C'est tout aussi commode. Comme ce qui suit :

L'un des plus grands soucis d'Hitler au procès était qu'il risquait d'être expulsé vers son Autriche natale par le gouvernement bavarois. Le juge Neithardt fut cependant très compatissant envers Hitler et soutint que les lois qui s'appliquaient à la République de Weimar ne pouvaient s'appliquer à un homme "qui pense et se sent allemand, comme c'est le cas d'Hitler". Ce qui fait que le leader nazi resta en Allemagne.

D'accord. Hitler kidnappe les leaders du mouvement bavarois et pourtant on lui assigne en vertu d'un degré d'urgence un juge qui affirme que les lois habituelles ne s'appliquent pas à Hitler parce qu'il "pense et se sent allemand". Bien qu'il soit autrichien. Aujourd'hui vous seriez renvoyé pour dépasser la durée prévue d'un visa de 3 mois, mais nous devons croire qu'on n'est pas expulsé si on kidnappe des leaders de l'état et complote pour renverser le pays. De même, que faisaient les leaders berlinois pendant que ce procès était médiatisé dans tous les journaux ? Passaient-ils l'hiver au Brésil ? La décision d'expulser Hitler à la fin de ses 8 mois de détention n'aurait pas dû revenir à ce juge à l'esprit particulièrement brumeux. Les leaders berlinois qu'il avait voulu renverser auraient pu avoir quelque chose à dire à ce sujet, d'accord ? Pourquoi ne l'ont-ils pas fait expulser ? Pensaient-ils aussi qu'il était un "bon allemand" ? Vraiment ? Ceux de Berlin qu'Hitler avait appelé "Juifs marxistes" pensaient-ils qu'Hitler était un bon allemand qu'on n'avait pas besoin d'expulser ? 
 
Je me demande s'il existe des photos trafiquées sur le Putsch. On en a bien sûr :



Un bizarre éclairage sélectif là, avec un brillant éclairage sur Hitler et la petite fille, mais le gars entre eux a l'air de sortir à l'instant d'une cheminée. Comment est-ce possible ? Et bien entendu nous avons plusieurs variantes de la même photo :


Quelqu'un s'est manifestement rendu compte de l'erreur que je soulignais dans la photo trafiquée d'origine et l'a "photoshopée". On lui a dit d'éclaircir un peu le gars tout foncé. Mais ce n'est pas mieux car maintenant ses ombres ne collent plus avec celles des autres autour. Ses ombres sont grises alors que celles d'Hitler sont noires. Nous avons donc dans tous les cas la preuve d'un montage.


Ils ont publié celle-ci en tout petit et sans résolution, mais je peux vous dire aussi qu'elle est trafiquée. Hitler est éclairé par la gauche, mais le gars de droite est éclairé de face. Donc l'une ou l'autre de ces têtes ont été rajoutées. C'est à l'évidence celle d'Hitler parce que la taille de sa tête ne va pas avec la taille de son corps. Il semble que le gars de droite est un montage complet, corps compris, car tous les noirs de son visage sont deux tons plus clairs que les autres noirs de la photo. Comparer ses orbites avec celles d'Hitler, et vous verrez ce que je veux dire.


Voilà un autre terrible trucage. Je ne comprends pas pourquoi ils ont osé poster quelque chose d'aussi horrible. J'espère ne pas avoir à vous l'expliquer mais notez juste que deux fois plus de lumière se déverse sur Hitler. Son visage est surexposé (blanc) alors que tous les autres sont de plusieurs tons plus foncés. Il est aussi deux fois plus flou que tous les autres. Sa main droite est une grosse masse floue. Et il marche à contre-temps. Ceux qui marchent derrière devraient accorder leurs pas aux siens mais même s'ils avancent au même pas, ils ne sont pas accordés à Hitler. C'est parce qu'il a été ajouté plus tard. Ils ne semblent pas s'être donnés beaucoup de peine ici pour vous tromper.


C'est la plus célèbre photo sur les leaders du Putsch. Mais encore une fois, Hitler y a été rajouté. Comment je le sais ? Eh bien, je compare cette photo à cette autre, prise quelques moments plus tôt ou plus tard.


Voyons si vous pouvez localiser le problème. 
 
Tout le monde a changé de place, mais Hitler a à peine bougé un muscle. Regardez sa cravate, son col et ses épaules. Puis regardez son chapeau et la position de sa main. Identiques. Ils ont essayé de cacher ce problème en faisant quelques changements mineurs sur la manche et la position des pieds, mais cela ne paraît pas convaincant. Remarquez aussi que son corps ne s'est pas allongé mais son visage, oui. Son visage est mystérieusement plus long quelques moments plus tard sur la seconde photo. Comment est-ce possible ? L'angle de l'appareil photo n'a pas changé. 
 

Voici une étrange variante de la première image, prouvant de nouveau qu'elle a été truquée. Bien que tous les autres personnages du premier rang n'aient pas bougé un muscle, Hitler et Frick sont différents. Hitler penche maintenant dangereusement à tribord. On dirait qu'il tombe vers la droite, n'est-ce pas ? C'est parce qu'il a été très maladroitement rajouté. Frick l'a été également. Les ombres de son visage ne collent pas avec celles des autres, dans aucune photo.


Cette photo sert à situer Hitler à Munich en 1914 au moment de la déclaration de guerre russe. Malheureusement, ça ne ressemble en rien à Hitler. La forme du visage est fausse et la moustache est peinte. L'ombre sous son nez est trop sombre, ce qui veut dire qu'ils ont peint la moustache trop foncé. Rien ne correspond dans le visage. 
 

C'est aussi un montage. La lumière ne colle pas, la profondeur de champ ne colle pas et les ombres ne collent pas. Pour comprendre, étudiez les cheveux des deux types à la droite d'Hitler. Voyez comme ils sont si éclairés par au-dessus qu'ils en deviennent presque blancs. Même le brun de leurs cheveux est exagéré, virant presque au bleu. Maintenant étudiez les deux gars à la gauche d'Hitler. Ils sont éclairés différemment des autres, n'est-ce pas ? Leurs cheveux n'ont pas cette exagération qui les fait virer au blanc et au bleu. Et leur front ne sont pas aussi blancs que celui des autres gars. OK, maintenant comparez les uniformes. Ce n'est pas seulement le fait que les gars à droite ont des uniformes plus rouges, car cette photo a pu être colorisée. On va dire qu'elle a été mal colorisée. Mais le souci va plus loin qu'un problème de couleur, car les uniformes plus rouges sont aussi plus flous. Voyez comme l'uniforme d'Hitler est net et non froissé ? Mais les chemises des gars à sa gauche n'ont visiblement pas été repassées. Pour finir, si vous étiez un sous-fifre nazi se tenant dans la rue à côté d'Adolf Hitler, vous permettriez-vous de le dévisager ainsi ? Mais les deux gars à droite ne semblent même pas savoir qu'il est là. Parce qu'il n'y est pas. Il a été rajouté sur la photo.


C'est supposé être Hitler pendant WWI. Ah, vraiment ? Pouvez-vous me dire lequel est supposé être Hitler ? Celui de droite avec la moustache. Encore une fois, non, pas vraiment. Ils essaient de nous le faire passer pour Hitler. Je suppose qu'ils nous prennent tous pour de vrais aveugles. Ce gars ne ressemble pas le moins du monde à Hitler. Vous me direz que si on fait perdre 20 kilos à Hitler, qu'on allonge son cou, qu'on modifie ses oreilles et son menton, qu'on gonfle ses paupières et qu'on remonte ses sourcils… non, il ne ressemblerait toujours en rien à ce type. Il faudrait remodeler entièrement la tête d'Hitler à coups de marteau.


Encore une falsification, c'est supposé être Hitler jeune. La tête a été collée sur un autre corps. La tête est trop petite pour ce corps, c'est très mal fait. Les cheveux sont aussi trop bruns par rapport à tous les autres bruns de la photo. Pourquoi ses cheveux seraient-ils plus sombres que ses chaussures noires, par exemple ? 
 
Bon, je vous ai donné mon point de vue sur ces photos. Il y en a beaucoup, même parmi les plus célèbres qui sont falsifiées. Rendons-nous maintenant à la période qui suit le Putsch. On nous y raconte deux histoires contradictoires. Sur la page de la République de Weimar, par exemple, on nous dit qu'on appelait la période entre 1923 et 1929 "Les Années Folles" [Golden Twenties en anglais et Goldene Zwanziger en allemand, les années 20 dorées]. La stabilité parmi les civils était revenue, l'inflation était jugulée et toutes les nouvelles lois passées par la République devaient calmer les ouvriers. Ils bénéficiaient de nouveaux droits, faisaient moins d'heures de travail, avaient plus de pauses et de vacances, accédaient au suffrage universel et avaient une couverture santé. Il y avait aussi une renaissance culturelle, qui s'est poursuivie malgré tout, c'est admis, pendant la pire période d'hyperinflation. Comme pendant les Roaring Twenties [Les années 20 rugissantes] aux États-Unis, les bars et les clubs étaient bondés. Les femmes nouvellement émancipées y rejoignaient les hommes, fumant, buvant, leurs cheveux coupés au carré et dansant. Le jazz et les café-concerts étaient très fréquentés. La scène artistique prit également de l'importance et se mit rapidement au goût du jour, les Allemands montrant parfois la voie, comme avec le Bauhaus [Institut des Arts Déco]. L’expressionnisme s'épanouit.

Mais dans les pages consacrées à Hitler, on nous donne une autre version. On nous y apprend qu'en Allemagne au début des années 20, le courant qui bouillonnait n'était pas celui du modernisme, du socialisme ou du libéralisme, mais un avant-goût du nazisme. On nous apprend que sans des erreurs tactiques inexplicables, Hitler aurait pu prendre le contrôle de la Bavière en 1923 – avec les militants de base qui se pâmaient en écoutant ses discours parce qu'il employait leur propre langage.

J'espère que vous réalisez qu'il n'y a pas de concordance entre ces deux compte-rendus. C'est de "l'humeur du pays" dont ils parlent et elle devrait être l'une ou l'autre mais pas les deux. Autre chose en désaccord avec le bon sens ou le rationnel, c'est la suite de l'histoire d'Hitler après le Putsch. Sur la page Hitler, nous trouvons ceci :

À la suite du Putsch raté, le NSDAP [Parti National-Socialiste des Travailleurs Allemands] et ses organisations affiliées furent interdites en Bavière. Lors d'une rencontre le 4 janvier 1925 avec le Premier Ministre de Bavière, Heinrich Held, Hitler accepta de respecter l'autorité de l'état et promit qu'il ne chercherait le pouvoir politique que dans le cadre d'un processus démocratique. La rencontre prépara le chemin pour la levée de l'interdiction du NSDAP du 16 février.

Le NSDAP était le précurseur du parti nazi, rappelez-vous. Nous sommes donc amenés à croire qu'Hitler est sorti de prison le 20 décembre 1924, après n'avoir purgé que 8 mois et que moins de deux mois plus tard la Bavière a levé l'interdiction sur le parti nazi ? Tout ça parce qu'Hitler "accepta de respecter l'autorité de l'état" ? En effet, un contrat verbal engage toujours dans de tels cas. Qui voudrait prendre au mot un homme accusé l'année précédente de haute trahison ?

Vous devriez aussi vous poser une question que personne ne pose : pourquoi et comment Hitler est-il devenu citoyen allemand ? Selon l'histoire officielle, il ne l'est pas devenu avant 1932, mais cela fait se demander pourquoi l'Allemagne aurait accordé la citoyenneté à un homme condamné pour un coup d'état contre elle. Si vous alliez au Canada demain en faisant une demande de citoyenneté, ils feraient une vérification de vos antécédents en cherchant dans les archives. S'ils trouvent que vous avez auparavant condamné pour haute trahison envers le Canada, il est très douteux qu'ils vous donnent la citoyenneté, d'accord ? Mais on nous dit, 
 
Le 25 février 1932, Dietrich Klagges, le ministre de l'intérieur du duché de Brunswick, membre du NSDAP, nomma Hitler administrateur pour la délégation de l'état au Reichsrat à Berlin, faisant de Hitler un citoyen de Brunswick et donc de l'Allemagne.

Trouvez-vous cela logique ? Il est dit que la nomination donne automatiquement la citoyenneté à Hitler, mais ne devrait-on exiger d'un candidat au Reichsrat d'être déjà citoyen allemand ? N'est-ce pas procéder à l'envers si une nomination confère une citoyenneté ? Transférons l'histoire aux US. Disons qu'un ressortissant mexicain vit au Texas et que le gouverneur du Texas le nomme pour remplir une vacance au Congrès. Deviendrait-il citoyen américain ? Non, parce que ce truc est impossible dès le premier mot. Il ne pourrait être nommé à cette position ou à aucune autre par un officiel de l'état, car la position est fédérale ou nationale. De plus, la position a des exigences où un officiel de l'état, un officiel fédéral ou n'importe quel autre officiel ne peut transiger. Faire partie du Congrès demande plusieurs années préalables de citoyenneté américaine et cela ne confère pas la citoyenneté américaine. 

La même chose devait être vraie en Allemagne. Les ressortissants étrangers, même autrichiens, ne devaient pas être éligibles au Reichsrat. De plus, c'est quoi "un administrateur pour la délégation de l'état" ? L'état peut avoir une délégation, mais une délégation ne nécessite pas d'administrateur. Elle s'administre elle-même. Mais s'il y a un administrateur, ce ne serait sûrement pas un étranger. 

À SUIVRE 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.