Bistro Bar Blog

mardi 9 août 2016

La marche du monde (6)

La "lettre confidentielle", 6ème extrait et première partie sur le thème de L'ARGENT.


L'argent nous dépossède de notre énergie vitale



L'argent est le symbole de l'énergie dépensée par le travail. C'est de la sueur et du sang transformés en papier. L'humanité peine pour échanger la sueur de sa vitalité contre de l'argent. La sueur est le déchet organique de la dépense vitale. Une petite partie de l'argent revient aux hommes pour leur permettre de reprendre des forces afin de continuer la production. Une grande partie leur échappe et s'accumule dans les réserves bancaires des maîtres de l'argent.

Grâce au symbole de l'argent qu'ils ont érigé en dieu tout-puissant dans le monde, les maîtres de la finance ont pris le pouvoir sur l'humanité. Ils détournent l'énergie vitale et se l'approprient par le mécanisme économique et l'escroquerie bancaire.

L'homme n'est plus maître de sa force vitale puisqu'il doit travailler dans la crainte et sous la menace pour acheter l'argent qui lui permettra de survivre.

Beaucoup de considérations philosophiques ont été exprimées sur l'argent et l'exploitation, du point de vue libéral ou marxiste. Nous n'y accordons aucun intérêt. La vérité, c'est que l'argent est une invention qui permet de déposséder l'être de son énergie en le vampirisant.

Riches et pauvres sont attachés à la roue de l'argent et ne connaissent pas de répit, soucieux de la richesse ou de la misère jusqu'à la mort.

L'argent est le fléau du monde ; toutes les considérations politiques et idéologiques sont dérisoires tant qu'on ne s'attaque pas à la racine du mal de la civilisation matérialiste qui est la dépendance de l'être face à l'argent.

Nous n'allons pas élaborer une théorie supplémentaire sur l'économie juste et fraternelle. Ces mots sonnent creux puisque l'argent – papier ou virtuel – appartient aux vampires de la finance qui, après avoir mis un prix sur chaque chose, déclarent : Tout est à nous. Il faut nous rembourser le prix de votre vie.

Vous serez étonnés d'apprendre que l'argent puisse acheter vos consciences, mais c'est le but de cette invention : tout contrôler par la tyrannie de la dette. 

Je peux fournir les preuves métaphysiques que les maîtres de l'argent ont acheté la Terre et que les âmes qui transitent dans cette zone doivent rembourser le prix des corps qu'ils occupent, autant que l'eau qu'ils boivent et prochainement, l'air qu'ils respirent.

Alors que l'abondance règne dans l'Univers, ici, dans ce coin maléfique de la galaxie, il faut payer pour vivre ("gagner sa vie").

L'existence est un prêt avec intérêts

Chaque âme ou, si l'on préfère, chaque individualité, appartient à un ensemble et vient au monde dans une famille nationale dont cette âme représente une parcelle.

Un être endosse à sa naissance le karma du pays où il naît. C'est une donnée dont on peut s'abstraire.

Chacun hérite de la dette spirituelle et matérielle de sa nation d'origine. Il la partage et la supporte, à sa mesure et selon les conditions dictées par le gouvernement du pays qui le soumet à ses lois. Notre destin individuel est dont assujetti au destin du peuple au sein duquel nous voyons le jour.

Nous pouvons feindre de l'ignorer et nous croire libres, mais la loi vient nous rappeler que notre liberté est sous caution. 

Vous portez la dette nationale autant que votre dette karmique personnelle. 

Une chose est certaine : la loi de la rétribution exige son dû dans tous les registres de l'existence. Dans notre système planétaire, les choses sont cependant compliquées : les puissances éoniques qui nous fournissent des corps exigent un loyer contre le droit de circuler dans le circuit des réincarnations.

Comme les états sont piégés par l'endettement imposé par la Banque Anonyme Mondiale (BAM), vous devez partager le remboursement. Vous naissez alors avec un commandement à payer au-dessus de votre berceau. Vous venez au monde endettés énergétiquement, et pas seulement moralement comme une interprétation simpliste de la loi du karma le laisse croire.

Vous êtes dès votre naissance dépossédés en principe de votre énergie vitale qui est quantifiée sur un compte bancaire occulte. Votre vie doit donc être remboursée et tout ce que vous croyez posséder n'est qu'un prêt avec intérêts.

Voilà pourquoi l'homme est accablé dès le début de son parcours et qu'une peur le ronge tout au long de sa vie.

Les huissiers de la banque occulte vous ont à l’œil !

Ce n'est pas une situation naturelle, mais la conséquence dramatique de l'endettement de votre pays de naissance, dont l'état est pieds et poings liés à la BAM à cause d'une dette nationale qui grossit sans fin par les intérêts.

Vous naissez endettés et on vous fera payer jusqu'à la dernière goutte de sueur. On vous fera crever de faim pour vous apprendre à vivre. On vous fera trimer. Vous fabriquerez des chaussures pour tout le monde, mais vous continuerez à marcher pieds nus. Cette dette monstrueuse est une anomalie dans la galaxie, un dérèglement karmique organisé par la Loge Noire qui règle les affaires matérielles de la planète.

Ce phénomène d'endettement existe depuis que l'argent circule dans le réseau de la spéculation financière.

Chaque chose sur laquelle on met un prix perd sa valeur réelle. Tout peut recevoir une étiquette, tout peut s'acheter et se vendre, corps et âmes.

Une chose perd sa valeur d'utilité ou de beauté intrinsèque pour recevoir une valeur artificielle. La Terre entière avec toutes ses créatures est la propriété de puissances occultes qui ne sont pas décidées à baisser le prix du loyer de l'existence.

Ces puissances ont investi l'argent dans ce but : s'accaparer le monde. Et elles l'ont fait. Alors vous ne possédez rien et votre argent ne vous appartient pas. Votre petite maison et votre jardinet pour lesquels vous avez économisé, sont la propriété de la BAM qui vous les concèdent selon un viager. Progressivement, la propriété privée va disparaître et il ne restera que des occupants endettés, jouissant de leur bien sous un statut de bail à durée indéterminée. Et puis, dehors…

L'état, qui n'est plus libre à cause de la dette, va tout accaparer, non pour lui-même, mais pour les créanciers qui le pressent de rembourser ce dont il ne peut plus s'acquitter. 

Les humains sont des âmes prolétaires (privées de pouvoir) vivant dans des pays dont les états ne s'appartiennent plus eux-mêmes.


Qui sont les créanciers de la dette ?


Considérez bien cette situation. Votre pays est endetté jusqu'au ciel. Les politiciens n'en parlent pas car cela défie l'imagination. Parfois un contestataire politiquement incorrect évoque le montant faramineux de la dette pour stimuler une réaction, mais il se garde bien de donner le nom des créanciers, l'identité réelle des patrons de la Banque Anonyme.

Les gens disent : L'argent appartient à la banque, mais ils oublient que la banque appartient à des personnes physiques.

La classe politique parle de la dette avec une sorte de crainte religieuse. On ne discute pas de la dette car elle est comme une fatalité divine. Si vous êtes un peu perspicace, vous l'aurez compris : la dette que chaque pays doit à la Banque Anonyme est la preuve que les états ne s'appartiennent pas.

Les politiciens initiés le savent, et s'ils évitent d'en parler, c'est parce que leur carrière dépend de cette épée de Damoclès suspendue sur leurs raisonnements économiques oiseux.

Et si quelqu'un demandait : Au fait, à qui doit-on cette dette ?, c'en serait fini de la carrière de cet opportun.

On se tournerait vers lui et d'un air compatissant on lui lancerait : Mais à la Banque, bien sûr !

Bien entendu, les dirigeants ne se soucient pas vraiment du remboursement, car ils savent que celui-ci ne sera jamais exigé puisque les huissiers de la BAM ont déjà fait main basse sur le monde entier.

L'argent que l'état a emprunté pour financer l'aménagement de votre pays et sa défense est une dette qui retombe sur vous. Ne croyez pas qu'un autre doive payer. Vous payez en ce moment. Vous aurez peut-être de la peine à vous représenter cette situation : vous devez personnellement beaucoup d'argent à quelqu'un que vous ne connaissez pas. En fait, vous ne savez même pas que vous êtes endetté ainsi que tous vos concitoyens. Parfois vous entendez parler de la dette, mais cela ne vous interpelle pas le moins du monde. Pourtant, à partir du moment où vous vous êtes incarnés dans un peuple, vous êtes solidaire de ses actes et de ses déboires. Vous vous croyez libres mais les maîtres de l'argent ne voient pas les choses comme vous.

Ils vous ont dépossédés de votre énergie vitale en vous laissant juste de quoi survivre, tout en vous submergeant de besoins inutiles, afin que vous ne puissiez jamais rembourser.

Les patrons de la banque internationale, qui ne sont pas si anonymes que ça, retiennent votre vitalité.

De toutes façons, lorsque vous essayez d'attirer l'argent à vous, il vous échappe, car son accumulation dépend d'une clé magique dont eux seuls connaissent l'usage.

Eux seuls ont la clé, ainsi que les riches et les puissants qui ont fait le pacte en désirant l'argent plus que la Lumière.

Sur cette Terre, les êtres vivants sont des serviteurs du Système. Chacun court après le grand serpent argenté qui s'insinue partout et qui corrompt tout. Même les êtres dénués d'avidité sont stressés pour trouver le minimum vital.

Que l'on soit riche ou pauvre, l'argent nous tient. Notre âme est retenue prisonnière dans un mode de vie fabriqué pour le profit des maîtres de la BAM. C'est pourquoi aujourd'hui, vous êtes affaiblis et apathiques. Vous êtes endettés et les huissiers planétaires ne se sont pas emparés de vos biens matériels, mais de votre liberté. C'est le pouvoir absolu sur votre âme qu'ils convoitent.

En fait, si vous vérifiez le niveau de votre potentiel énergétique, vous réalisez qu'il est très bas et que vous n'êtes pas beaucoup plus à l'aise qu'un mendiant.

Dire ces choses sans y apporter de remède semblerait cynique s'il n'existait une riposte. En effet, l'histoire antique nous apprend que de brillantes civilisations du passé n'ont pas connu l'argent ou en ont interdit l'usage.


Reprise en main de l'économie

Tentatives et échecs historiques de l'autonomie financière

Est-il possible de retrouver une autonomie financière ? Assurément non, dans le système actuel. Il faudrait créer une société autarcique complètement en marge de l'Ordre Mondial.

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas tant la valeur de tel ou tel système économique qui compte. Tant que l'argent existera, le mal sera toujours là.

Les expériences de reprise en main d'une autonomie financière ont échoué après avoir subi les attaques les plus dures.

Les Templiers ont vu la foudre leur tomber sur la tête lorsqu'ils tentèrent de concurrencer le lobby de l'argent de leur époque. La création d'une banque alternative chrétienne, c'est à dire avec des prêts non usuraires fut une témérité qui leur occasionna le martyr de la part de Philippe le Bel – le mage noir au service des financiers qui tiennent le pouvoir réel derrière le trône.

Avec des conséquences également dramatiques, l'Allemagne tenta de reprendre en main son économie dans les années 30, après avoir été étranglée par le traité de Versailles.

Avec la défaite de 1918, l’Allemagne était devenue le pays le plus rançonné de tous les temps, car la France et l'Angleterre avaient décidé de l'écraser à jamais sous le poids d'une dette de guerre impossible à honorer. Cela généra la réaction énergique du National Socialisme.

Une fois au pouvoir, ce parti congédia les usuriers, intérieurs et extérieurs. L'argent recircula alors avec fluidité, entraînant un redressement spectaculaire. 

Quoi que l'on pense de ce régime, on observe qu'un état osant reprendre le contrôle de sa vitalité en se coupant des circuits financiers parasitaires, peut éliminer le chômage et la pauvreté en peu de temps. Quelques années suffirent à l'Allemagne pour passer de la misère à la prospérité.

Mais on ne touche pas impunément au monopole de la Banque Anonyme. L’Angleterre commença alors les grandes manœuvres de déstabilisation qui entrainèrent le conflit. Le prétexte fut d'interdire aux Allemands de récupérer les territoires donnés à la Pologne par le traité de Versailles. On connaît la suite…

Pour l'anecdote, citons l'exemple du gourou hindou – assez fantaisiste au demeurant – nommé Rajnesh, qui projeta de frapper sa monnaie dans sa cité indépendante de Rajnesh-ville en Orégon. Il fut assassiné, vraisemblablement par une couverture empoisonnée lors d'un contrôle d'identité effectué par des agents du gouvernement Reagan. 

Il y a également l'exemple de Damanhur en Italie du nord, qui prétend frapper sa propre monnaie pour une communauté d'un millier de membres. Mais cela ressemble plutôt à la monnaie de Disneyland. Il y a donc peu d'initiatives sérieuses car toucher à l'autonomie monétaire est interdit et donc dangereux.

Pour réaliser une économie de marge, il faudrait parvenir à une autarcie maximale et produire en interne tout le nécessaire.

Pour cela, il faudrait disposer d'une région entière avec de nombreuses fermes et des groupes d'artisans.

Une société peut être assainie par la reprise en main de son économie interne, en se libérant de la sujétion à la banque centrale et aux organismes affiliés. Ceci n'est possible que dans un cadre révolutionnaire radical comme l'expérience allemande, avec les conséquences qui découlent de cette autonomie, c'est à dire une confrontation brutale avec le système bancaire global. Même les Soviétiques et les Chinois ne s'y sont pas risqués. De toute façon, l'économie soi-disant communiste a des liens étroits avec la Banque Anonyme qui a financé les subversions depuis la Révolution Française.

On peut affirmer que cette révolution fut l’œuvre des grands argentiers du monde. 

N'ayant pas rompu avec la civilisation matérialiste, avec sa science et son industrie, l'Allemagne ne pouvait tenir, seule contre tous. Elle devint un danger pour l'Ordre Mondial, alors en voie de structuration, et, acculée à des erreurs, elle fut condamnée à mort une seconde fois, après le traité de Versailles qui l'avait plongée dans la déchéance.

L’Allemagne moderne a vu resurgir des initiatives d'économie alternative, comme celle de l'anthroposophie qui tente de développer un réseau de financement éthique pour des projets moraux. Mais, étant donné que ce système para-bancaire est dépendant pieds et poings liés au système bancaire global, ces systèmes financiers anthroposophiques sont contraints d'obéir aux exigences politiques de l'ordre établi.

Il s'agit donc d'une expérience idéaliste dont la seule efficacité est de donner bonne conscience à ses acteurs. Tant que l'argent demeurera le moyen d'échange entre les êtres, on ne pourra se libérer de la tyrannie bancaire.

****************************


À suivre la semaine prochaine la deuxième partie sur l'ARGENT.



5 commentaires:

  1. Votre résumé de la fin des templiers est un peu rapide.
    Cet ordre était corrompu jusqu'à l'os quand le Pape a ordonné sa dissolution et heureusement.
    Car sinon les banquiers internationaux auraient gagné a l'époque au lieu de gagner aujourd'hui...

    http://www.cercledesvolontaires.fr/2013/09/10/les-premiers-banquiers-du-monde-les-templiers-1120-1314/

    Le prêt a intérêt a toujours été condamné par la Sainte Église Catholique, c'est pourquoi elle a tant été combattu

    RépondreSupprimer
  2. Vive le chômage ? Le RSA ? Le revenu de base/universel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous raisonnez encore selon une logique où l'argent reste la norme. Il n'en a pas toujours été ainsi. On ne pourra pas "changer le monde" de façon collective, radicale, car ceux qui tirent les ficelles sont beaucoup trop forts et ont toujours un temps d'avance, capables même de tourner un pseudo progrès à leur avantage. Par contre, tout un chacun a la possibilité de modifier sa vision de l'argent et la manière dont il l'emploie, pour que l'argent ne soit qu'un outil et pas un but en soi. Cela induit rapidement un soulagement des tensions, une ouverture vers la véritable abondance de la vie et la récupération de la vitalité qui ne nous a jamais été dérobée, mais que nous avons nous-même donné à d'autres, en croyant à la véracité de ce jeu bien stupide.

      Supprimer
    2. Le souci principal étant toujours le même, celui qui veut que lorsque l'on déconnecte de la toile il n'y a pour ainsi dire plus personne et il ne se passe strictement rien.

      Où se trouvent ces penseurs qui osent affirmer, étaler, distiller des vérités décoiffantes sur l'Univers, la métaphysique, les maîtres du monde et nous expliquer ce que l'on doit faire sans jamais montrer le bout de leur nez ? Pourquoi sont-ils toujours inaccessibles ?

      Comment cela se fait-il que lorsque l'on crie haut et fort pendant des années que l'on est une jeune énergie physique et mentale disponible pour tenter de rendre ce monde meilleur par tous les moyens au péril de sa pauvre existence il ne se passe strictement rien ?

      Vous avez une explication à ces questions existentielles de premier ordre ?

      Supprimer
  3. Bonjour ou bonsoir,

    j'avais essayé d'expliquer à des connaissances diverses possibilités de scenarii, dont voici un scenario (parmi d'autres) d'un système sans argent = https://youtu.be/unnKSQwdfD8 .

    2 autres vidéos qui présentent et expliquent + précisément d'autres possibilités (pensez à monter le volume, ou bien c'est peut-être le son de mon ordinateur qui est faible ou bien j'entends moins bien?) =

    - "Société sans monnaie (sans argent) ni troc ni échange direct" https://www.youtube.com/watch?v=mCSXq-IWrSk

    - et "Conférence - Une société non marchande" https://www.youtube.com/watch?v=aeH5YxC5b8E .

    Je conseille d'enregistrer télécharger sauvegarder download ces vidéos via des addons ou plugins ou modules complémentaires pour Firefox ou Chrome ou autres logiciels, cela pourrait s'avérer utile dans un futur proche.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.