Bistro Bar Blog

mardi 5 juillet 2016

La marche du monde (1)


Il y a quelques années, suite à l'envoi pendant quelques mois d'une "lettre confidentielle", j'ai appris et compris beaucoup de choses sur la marche du monde. En raison de circonstances particulières sur lesquelles je ne m'étendrai pas, j'ai décidé de publier quelques extraits de ces lettres. J'en trouve le contenu très crédible et digne de confiance, mais vous en jugerez par vous-même. Certaines informations sont, je pense, inédites sur internet.
La publication sera hebdomadaire étant donné le travail de transcription.
On peut se demander pourquoi un immense pays comme l'Amérique du nord est resté quasiment vierge de tout développement jusqu'au 16ème siècle, alors que des civilisations  prospéraient depuis bien longtemps ailleurs ? La réponse dans ce premier extrait.


L'Amérique du nord, terre interdite


Le continent américain porte le nom d'Amerigo Vespucci, qui, dit-on, aurait précédé Christophe Colomb. Mais ni l'un ni l'autre n'ont découvert l'Amérique car on sait aujourd'hui que les Vikings ont entrepris une pénétration sur cette terre et y ont établi une colonie vers l'an mille.

On raconte que longtemps avant les hommes du nord, les Phéniciens auraient touché l'Amérique et il existe même une légende qui prétend que de frêles embarcations de l'empire du Mali y seraient parvenues.

On comprend que l'Amérique du nord n'était pas une terre inconnue, mais une terre à l'accès encore interdit.

Après l'effondrement de l'Atlantide, les âmes atlantes se sont séparées vers l'est et l'ouest.

La race rouge a peuplé le nouveau continent américain pour y établir les civilisations de l'Amérique centrale.

Mais tandis que les Blancs, les Jaunes et les Noirs qui peuplaient l'Atlantide sont passés vers l'Europe, l'Asie et l'Afrique, curieusement, la zone nord de l'Amérique est demeurée vierge. C'est dans cet état que les colons la découvrirent au 16ème siècle. Ils trouvèrent une terre dont les habitants éparpillés sur ces grands espaces ne connaissaient ni le cheval, ni la roue, et se considéraient comme les gardiens de la nature.

Les amérindiens ne sont pas venus d'Asie comme le prétendent les savants, mais ce sont des Atlantes dissociés de leurs frères du sud de l'Amérique.

Comment expliquer pourquoi une terre aussi vaste et généreuse est demeurée à l'état naturel jusqu'au 16ème siècle, alors qu'à sa frontière sud existait déjà l'empire aztèque au Mexique, vaincu par les Conquistadors ?

Il ne fallait pas que la force tellurique des États-Unis ne soit réveillée avant une certaine date ésotérique.

Il s'agit sans doute du seul endroit au monde qui est passé aussi brutalement de l'état sauvage à la civilisation citadine et technologique.

Là où il n'y avait rien se dressent des buildings jusqu'aux nuages. Là où l'indigène rechignait à blesser le sol pour lui sacré, les colons européens ont bâti la Babel d'acier et de béton d'un empire international.

Du lieu où rien ne bougea pendant des millénaires, sont sorties les puissantes influences qui en un siècle seulement ont bouleversé le mode de vie du monde entier.


La conquête de l'Amérique


C'est une autorité occulte, agissant à travers le Vatican qui lança les Espagnols à la conquête du Nouveau Monde à la fin du 15ème siècle. Jusqu'à cette date, la zone américaine fut fermée à toute intrusion occidentale.

Le contrat était le suivant : l'Église prendrait le sud et la loge de Londres le nord. La France se plia de force après avoir ouvert la voie aux anglais. C'est globalement la ligne politique qui a déterminé la conquête du Nouveau Monde (un "nouveau monde" bien plus ancien que l'Europe).

La mise en scène de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb est l’œuvre des Dominicains et des Jésuites dont la visée politique était d'engranger une fabuleuse moisson d'âmes indiennes à convertir.

Une digression historique est nécessaire concernant l'esclavage. Lorsque les chrétiens d'Amérique centrale furent devenus "chrétiens", ils ne pouvaient plus être traités en esclaves. C'est un grand humaniste, défenseur des droits des Indiens, qui imagina d'importer la main d’œuvre d'Afrique. Il s'agit du dominicain Bartolomé de Las Casas. Comme l'esclavagisme répugnait aux catholiques, l'affaire délicate de la traite des Noirs fut d'abord une négociation entre rois nègres, marchands arabes et juifs, puis l'Europe entra dans le commerce.

En dehors du sentimentalisme qui conditionne notre vision de l'histoire, le fait est que ce continent était appelé à devenir le creuset d'une race future, à partir des retrouvailles des races atlantes qui avaient été dispersées en Europe, en Afrique, en Amérique et en Asie. À nouveau, les Rouges, les Noirs, les Blancs et les Jaunes qui formaient les quatre grands groupes raciaux de l'Atlantide, allaient se retrouver à l'heure indiquée par l'horloge du karma. Et c'est à cause de ses particularités telluriques que les États-Unis sont devenus la matrice de ce peuple américain, dont les différences ethniques sont moins fortes que leur unité de conscience.

Les perdants furent les natifs autochtones, dont l'extermination était programmée par la loge de Londres qui les jugeaient inassimilables. Il est étonnant que les Yankees auteurs d'un génocide de 10 millions d'êtres se soient changés en abolitionnistes de l'esclavage. La raison de ce revirement est plus politique que morale, car la jeune nation américaine se devait d'offrir au monde l'image de justicier planétaire qu'elle ambitionnait.

Cette image messianique, comme tout ce qui vient d'Amérique, prend un charisme puissant grâce aux forces telluriques qui énergétisent en les rendant séduisantes les choses "made in USA".

Nous avons massacré les Indiens et les avons présentés comme un peuple sauvage et cruel dans les films de propagande dont nous avons inondé la Terre. Aujourd'hui, chaque citoyen native american reçoit une pension pour acheter ses hamburgers et nous avons exporté la mode du chamanisme new-age.



Un tellurisme explosif


La nature spécifique du tellurisme qui émane du sol américain doit être comprise si l'on veut interpréter de la juste manière la place des États-Unis dans l'histoire du monde moderne. Depuis la pointe du Chili jusqu'en Alaska, l'Amérique se présente comme une colonne vertébrale dont la base est enracinée dans le chakra du pôle sud et dont la tête émerge dans l'espace du pôle nord.

Les États-Unis sont le poumon et le cœur de cet organisme puissamment charpenté sur une vertébralité qui s'étend depuis la Cordillère des Andes jusqu'aux Montagnes Rocheuses. Sur cette chaîne extrêmement compacte circule une énergie qui monte du sud et qui croise celle qui descend du nord. Les USA sont le réceptacle de cette énergie.

Les Rocheuses s'étirent sur près de 5000 kilomètres à travers l'Amérique du nord. Il s'agit de la plus importante concentration tellurique matérielle selon l'axe nord-sud. Ici la roche qui s'est condensée en se soulevant émet un puissant magnétisme puisé dans la couche terrestre. Ce magnétisme cristallise l'énergie verticale qui descend du pôle, ce qui n'est pas le cas d'autres chaînes montagneuses comme l'Himalaya qui forme un circuit de distribution horizontal d'est en ouest.

Les Rocheuses exhalent l'haleine de puissants esprits de la matière. Ces forces asuriques retenues pendant des millions d'années ont trouvé un organisme physique pour s'exprimer – c'est le peuple américain.

Jusqu'à l'arrivée des européens, le monstre dormait, à peine conscient de la présence légère des Indiens fondus dans la nature et qui ne se seraient pas risqués à creuser des mines dans les flancs de leur mère la Terre. Mais dès que le violent mental de l'occidental rencontra la force du "dragon", il en fut stimulé démesurément dans un sens d'efficacité matérielle.

Chaque ethnie ou race qui s'installe dans l'espace magique du champ astral des États-Unis voit ses caractéristiques exacerbées pour l'enrichissement de l'ensemble de la nation. La race noire a sublimé son goût de s'exprimer par la musique. Les Anglo-Saxons ont hypertrophié leur passion pour la technique et l'expansion matérielle. Les Juifs d'Europe de l'est ont laissé exulter leur habileté mentale à travers la culture médiatique internationale. Si on analyse l'apport de chaque communauté ethnique, on découvre que ce processus de sublimation des qualités ataviques permet de distinguer les apports entre les groupes venus d'Europe.

L'élément dominant est l'esprit anglais, emprunt à la fois de justice et de domination impérialiste. Les Allemands ont apporté leur esprit de systématisation. Grâce aux savants récupérés par les Américains après la reddition des nazis, la technologie des USA est devenue toute puissante, dans la recherche, la conquête spatiale, l'informatique et la guerre du renseignement (Intelligence Service).

Aujourd'hui, la main-d’œuvre venue du Mexique vient renforcer cet assemblage de forces conjuguées.

L'esprit français n'a pas eu de prise dans cet assemblage, faute d'émigration française notable vers les USA.

Nous ne nous attarderons pas sur des détails sociologiques et historiques que l'on peut trouver dans les études sur la civilisation américaine. Ce qui se trouve dans les livres ne nous intéresse pas ici.

Si je souligne l'importance de l'élément tellurique et occulte dans le développement de l'Amérique, c'est parce qu'il s'agit du point fondamental grâce auquel on peut comprendre le futur du monde. Cet aspect tellurique et énergétique est non seulement l'explication véritable de la puissance américaine, mais c'est aussi la cause de l'emprise que cette puissance exerce sur le monde.

L'humanité est envoûtée par la magie astrale des USA, et il n'est plus nécessaire d'en démontrer l'impact dans tous les domaines.

Avant le 16ème siècle, il n'était pas envisageable que la force arihmanienne concentrée dans les sous-sols de l'Amérique se répande dans le monde.

Les conditions propices pour la libération de cette puissance matérielle apparurent en même temps que les prémices de la technologie moderne, vers la fin du 16ème siècle. L'ère du matérialisme commença à cette date quand la pensée logique s'émancipa des dogmes religieux.

Les puissances d'Europe sont alors à l'apogée de leur rayonnement et celui-ci veut briller jusqu'aux confins du monde. France, Espagne, Portugal et Angleterre, disposant chacun d'une marine forte, se lancent dans la compétition et écument les mers dans toutes les directions.

Cet esprit impérialiste intrépide et avide est évidemment tenu en laisse par les autorités occultes qui veillent au bon déroulement de leur plan.

Le prochain extrait expliquera à qui appartient l'Amérique.

2 commentaires:

  1. Il est quasiment impossible de mettre un commentaire sur ce document ! Attendons la suite ...
    Je comprends que cette lettre fut émise sous le mode confidentiel !
    Quelle magnifique explication, simple, mais non simpliste, de ce qui fut et de qui est ... et sera ...

    RépondreSupprimer
  2. http://www.ecoledesanges.com/2016/08/la-lumiere-vient-de-l-ouest.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail
    Bonjour, j'ai mentionné votre excellent article et ai posté une réplique.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.