Bistro Bar Blog

mercredi 30 septembre 2015

Un chantier colossal : le Hoover Dam


Une entreprise gigantesque à l'époque. Sa construction a coûté la vie à plus de cent personnes, mais comme l'a dit le sculpteur Hansen, "Ils sont morts pour faire fleurir le désert". Le désert fleurit effectivement à Las Vegas, la "ville du péché", alimentée par l'eau du lac Mead, pendant que la sécheresse sévit depuis 4 ans en Californie...

Le Hoover Dam resta longtemps le plus grand barrage du monde.


1931-1936 : la construction du 
barrage Hoover (Hoover Dam)

(ou comment domestiquer le fleuve Colorado avec une énorme masse de béton)


1935. Des officiels montés sur un élément des conduits d'eau (qui amène l'eau aux turbines), peu de temps avant l'inauguration


Retronaut

Traduit par Hélios


Au cours des premières années du 20ème siècle, le rapide développement du sud-ouest des États-Unis créa une forte demande en électricité et en eau. Dans le même temps, une série d'inondations catastrophiques indiqua clairement que le fleuve Colorado devait être barré et contrôlé.


En 1922, le U.S. Reclamation Service [Société de mise en valeur] retint le Black Canyon [en aval du Grand Canyon] comme site idéal pour le barrage. C'est Boulder Canyon qui avait d'abord été choisi (situé malheureusement sur une ligne de faille géologique), et c'est lui qui donna son premier nom au projet, Boulder Dam [barrage de Boulder].

Le Congrès autorisa le projet en 1928 ; la construction démarra en 1931, sous la direction d'un consortium nommé Six Companies, Incorporated.

mardi 29 septembre 2015

L'énigme des mains dans l'Égypte ancienne


Si vous êtes observateur, quelque chose devrait attirer votre attention dans la photo ci-dessus et vous sembler bizarre.


dimanche 27 septembre 2015

Fleur de coton

Rubrique botanique.

Début septembre, pour la suite des aventures de mes boutures d'ananas, je vous avais présenté une photo de mes plants de coton. 



En juin, en fouillant sur internet, j'ai trouvé un site qui vendait des graines et je me suis dit qu'avec la véranda vitrée, il serait peut-être possible de voir s'épanouir des cotonniers et d'obtenir la précieuse fibre qui ne pousse que dans des latitudes bien au sud de la Bretagne. Comme par exemple ici en 1930 aux USA dans les états du sud :



 Il existe une cinquantaine de variétés de cotonniers véritables, cultivées depuis au moins 5000 ans, mais quatre espèces seulement  servent à la production du coton : le gossypium arboreum, le gossypium barbadense, le gossypium herbaceum et le gossypium hirsutum (celle que je cultive).

Le coton fait partie de la famille des Malvacées, comme l'hibiscus, la rose trémière ou la jolie petite mauve sauvage.


samedi 26 septembre 2015

"Les dinosaures n'ont jamais existé !" (2ème partie)

Suite de l'article. Première partie ICI.

Traduction par Hélios.


Un autre problème avec les dinosaures est leur dynamique structurelle non naturelle. De nombreux squelettes et reconstitutions de dinosaure présentent des monstres bipèdes comme le T-Rex, avec un tronc qui penche vers l'avant et une tête bien plus grosse et plus lourde que le contrepoids donné par la queue. De nombreux modèles exposés dans les musées ne peuvent même pas tenir debout à cause de leur propre poids ; il est hautement improbable que des bêtes aussi énormes et disproportionnées aient pu jamais exister. La charge agissant sur leur squelette est si forte que des calculs indiquent que les os des plus grands dinosaures se déformeraient et se fissureraient sous leur énorme poids ! Des experts ont aussi souligné que les dinosaures devaient marcher bien plus lentement que ce qu'on montre dans les films, pour éviter des chocs brusques à leurs squelettes.


"Cette idée d'animaux se déplaçant lentement ne colle pas avec l'analyse bio-mécanique des dinosaures, qui indique qu'ils étaient d'agiles et actives créatures. C'est un paradoxe entre la taille et le mode de vie des dinosaures. De nombreuses représentations et dessins se révèlent absurdes en montrant un animal à deux pattes qui serait en total déséquilibre, avec le poids de la tête et de l'abdomen bien plus élevé que celui de la queue, supposée agir comme contrepoids. L'industrie du dinosaure est-elle le cas d'une science essayant d'aller au devant des désirs ou des attentes du public ? Le film Jurassic Park montre l'exemple de dinosaures beaucoup plus grands que toutes les représentations actuelles des musées. Après la sortie du film, il est intéressant de noter que de nombreux articles ont été écrit demandant, 'Ceci est-il possible ?' Je me souviens d'un rapport sur l'ADN d'un dinosaure retrouvé préservé dans de l'ambre, qui s'est avéré être un faux par la suite." (ibid.)
"Plusieurs millions de dollars ont été mondialement dépensés pour promouvoir l'existence de dinosaures à travers des films, des émissions de TV, des magazines et des bandes dessinées. Le monde du cinéma et de la paléontologie marchent la main dans la main. La vision des gens sur l'existence des dinosaures se base non pas sur des preuves formelles, mais sur les impressions artistiques fixées par Hollywood. Des documentaires illustrent de manière éclatante les caractéristiques de chaque dinosaure, comme leur couleur, leur poids et leur masse musculaire, mais Don Lessem (conseiller pour Jurassic Park) admet que cela relève de pure supposition – envisagez par exemple la question du poids de ces dinosaures. Don Lessem dit, 'Les scientifiques ne savent quel poids faisaient les dinosaures !" - Robbin Koefoed, "Les dinosaures n'ont jamais existé"

Comment insérer un hyperlien dans les commentaires

Valable aussi sur d'autres blogs que le BBB. Tout du moins ceux qui ne donnent pas la possibilité de publier un lien "vivant" en commentaire.


Définition d'un hyperlien : Un hyperlien, ou lien hypertexte, ou lien web, ou simplement lien, est une référence dans un système hypertexte permettant de passer automatiquement d'un document consulté à un document lié. Les hyperliens sont notamment utilisés dans le World Wide Web pour permettre le passage d'une page Web à une autre à l'aide d'un clic. (Wiki)


Blogspot (la plate-forme du BBB) est à la traîne dans ce domaine et ne donne pas (encore) la possibilité de publier un hyperlien dans les commentaires.

Pour qu'un lien soit actif, il n'y a pas 36 solutions, il doit figurer en langage HTML.


Alors, il y a quelques jours, je suis partie à la pêche. Il y a un blog anglo-saxon sympa qui propose de traduire directement un lien en langage HTML.

Il est ICI. Gardez-le en marque-page si vous voulez l'utiliser.

Des captures d'écran pour expliquer comment faire. Voici comment se présente la page que vous allez ouvrir :


Alors, pas compliqué. Dans la case orangée "URL", vous allez copier-coller le lien que vous voulez publier en commentaire. Je vais faire la démonstration avec un article récent du BBB.

Une fois votre lien collé, vous cliquez sur le bouton "submit" (envoyer), qui va le générer en langage HTML(apparait dans "Link test" en dessous):

Dernière opération, vous cliquez sur le bouton "Select All" et le lien sera surligné, prêt à être copié-collé dans le commentaire (Ctrl C ----> Ctrl V) :

Dans un premier temps, le commentaire s'affichera en langage HTML, mais dès qu'il sera publié, il apparaîtra en hyperlien et s'affichera en rouge. Comme ceci :

http://bistrobarblog.blogspot.fr/2015/09/lair-de-valse-le-plus-joue.html

Il n'y aura plus qu'à cliquer dessus pour ouvrir directement l'article en question.

L'ensemble du processus peut paraitre long, mais il ne prend en réalité que quelques secondes.

C'est franchement plus convivial pour les lecteurs d'ouvrir un lien direct que d'avoir à faire un copié-collé... et ils iront plus volontiers le lire.

Alors, à vos essais.

PS : La technique est affichée tout en bas dans la colonne de droite du blog.

vendredi 25 septembre 2015

L'air de valse le plus joué

Très célèbre depuis 1994, mais il date de 1902. Il est joué 1,8 milliards de fois par jour et environ 20.000 fois par seconde. Le reconnaitrez-vous ?




jeudi 24 septembre 2015

La photo du jour



Ou plutôt de la nuit. Il est 1 h 17 du matin (7h 17 ici) à Times Square (Manhattan) où une petite piscine, qu'on voit au 1er plan et qui semble publique, a été installée. La température est de 16° et 3 gars sont en train de se baigner. Ils sont fous, ces américains !

Capture d'écran de l'une des webcams :



Pour ceux que cela intéresse, voici le LIEN vers la webcam. Il est possible que vous n'ayez pas la vue sur la piscine, les webcams diffusent des angles différents de manière régulière.

"Les dinosaures n'ont jamais existé !" (1ère partie)

J'ai hésité à traduire et publier ce qui suit, c'est tellement énorme !

En substance, la fabrication des dinosaures était indispensable pour faire adhérer le monde scientifique (et secondairement la population) à la théorie darwinienne de l'évolution. 

Alors, je vous laisse juger de la pertinence de cet article qui sera publié en deux fois, étant donnée sa longueur.

Le canular des dinosaures – Les 
dinosaures n'ont jamais existé !



Traduction par Hélios

C'est "Sir" Richard Owen, de la Société Royale et surintendant du département d'histoire naturelle du British Museum qui a défini en 1842 la classe des "dinosauria". En d'autres mots, l'existence des dinosaures s'appuie au départ sur l'hypothèse théorique d'un directeur de musée nommé chevalier, "comme par hasard" au milieu du 19ème siècle, âge d'or de l'évolutionnisme, avant même qu'on ait découvert un seul fossile de dinosaure. Les organes de presse, tant maçonniques que grand public démarrèrent un battage publicitaire sur ces supposés animaux depuis longtemps disparus et, surprise, 12 ans plus tard en 1854, Ferdinand Vandiveer Hayden lors de son exploration de la vallée du Missouri, découvrit une "preuve" de la théorie d'Owen ! Quelques dents non identifiées qu'il envoya au paléontologue réputé Joseph Leidy, qui déclara plusieurs années plus tard qu'elles provenaient d'un ancien dinosaure éteint, le "trachodon" (ce qui veut dire, toute ironie à part, "dent grossière").


mardi 22 septembre 2015

Ce qu'on ne vous a pas dit sur le stress (+ vidéo)

Si on y réfléchit bien, sans stress il n'y a pas de vie possible. De notre naissance à notre mort, nous sommes sur terre pour expérimenter toutes sortes de choses et ce que nous appelons "stress" n'est qu'une incitation à évoluer.

Par ailleurs, qui a intérêt à ce que nous consommions des médicaments anti-stress ?



Ce qu'on ne vous a pas dit sur le 
stress



Par Wake Up World

Traduit par Hélios

Croyez-le ou non, la sensation bien trop familière de paumes moites, d'un cœur qui bat la chamade et d'un estomac noué peut en fait vous être bénéfique.

Chacun de nous a vécu cette spirale infernale du stress. À jongler avec les exigences d'une carrière, d'une famille et d'un mode de vie trépidant, il n'est pas étonnant que les niveaux de tension puissent atteindre d'épiques proportions au cours de nos occupations quotidiennes. Histoire de compliquer les choses, les médias encouragent la notion que le stress mène directement à la mort. Cette seule idée peut suffire à nous plonger dans l'angoisse et l'inquiétude. Mais une psychologue non-conformiste met à l'épreuve nos suppositions sur le stress – avec de surprenants résultats.


dimanche 20 septembre 2015

22 photos du web

Chez le coiffeur en 1928

Un bonsaï de pin blanc âgé de 389 ans. Il fut exposé aux USA pour le bicentenaire en 1976.


vendredi 18 septembre 2015

Vivre sans téléphone portable : est-ce possible ?

Oui, ça l'est. Je dois faire partie de la toute petite tranche de population qui tente de survivre sans portable (selon le site JDN, il y aurait en France 71,3 millions de cartes SIM au 31 mars 2015). Et je survis très bien.

Voyons ce qu'en pense Elizabeth Ladenson.

(C'est moi qui ai ajouté l'illustration)

 Ne me jetez pas la pierre parce que je n'ai pas de téléphone portable !



Traduit par Hélios


Comment est-ce possible de nos jours, vous demandez-vous ? Récit de la vie d'une survivante pendant une apocalypse zombie.

Je n'ai pas de téléphone portable. Au début je n'en ai pas acheté. Et ensuite j'ai continué à ne pas en acheter. Un jour, un ami m'en a donné un, j'ai scrupuleusement donné mon numéro à tout le monde et je l'ai trimballé pendant quelque temps, mais je n'appréciais pas qu'on m'appelle pendant que je marchais et je l'ai donc éteint et j'ai arrêté finalement de l'avoir avec moi et le forfait a continué à courir et ensuite je me suis retrouvée sans portable.

Vous pourriez vous dire : quelle affaire, elle n'a pas de portable. Qui s'en soucie ? Je suis entièrement d'accord avec vous. Le fait que je n'en ai pas n'est pas intéressant en soi. Je ne suis pas non plus une activiste anti-portable. Je ne vis pas sous un pont, ni dans une ferme en bio, ni dans une communauté Amish. J'ai un boulot et des amis et quelque chose qui ressemble à une vie sociale. Et je ne vous suggère pas de vous vous débarrasser de votre portable. Mon objection ne concerne pas les portables eux-mêmes : je suis d'accord qu'ils sont commodes et je comprends parfaitement pourquoi les gens en ont. Je n'en veux tout simplement pas.

Il est vrai que je trouve alarmantes certaines implications de l'usage constant d'un portable. Comme beaucoup de possesseurs de portables, je suis dérangée par la " zombification" progressive des gens, ceux qui parcourent les rues les yeux rivés sur leur petit écran, danger pour eux-mêmes et pour les autres autour d'eux. Comme vous, je suis horrifiée de voir des bébés promenés par des parents cramponnés à leur portable, inconscients de leur environnement. Il est clair que l'apocalypse est proche. Mais ce n'est pas là où je voulais en venir.

Une minute de rire

Cette vidéo a eu beaucoup de succès sur internet et elle le mérite. 



mercredi 16 septembre 2015

Le serpent de Pharaon

Le monde mystérieux de la chimie est souvent l'occasion de démonstrations étonnantes. 

Un composé chimique, le thiocyanate de mercure, dégage en brûlant une quantité impressionnante de cendres qui prennent plus ou moins la forme d'un serpent (pourquoi "de Pharaon" ?) qui se contorsionne. 

Vidéos :






mardi 15 septembre 2015

Le"réchauffement climatique": une fraude par omission

Je reprends l'excellent article de Jacques Henry publié par Galadriel. C'est le 6ème épisode d'une série consacrée à la fraude du réchauffement climatique.

En substance, c'est le soleil qui décide...


Réchauffement climatique, épisode 6. Fraude scientifique par omission : l’effet du Soleil


J’ai préféré attendre la « Rentrée » pour mettre en ligne ce billet pourtant prêt depuis deux mois, juste après la sortie de l’information émanant du Congrès National d’Astronomie anglais qui s’est tenu à Llandudno au Pays-de-Galles en juillet 2015 et organisé par la Royal Astronomical Society.

Dans la série perturbation climatique globale d’origine humaine (selon les termes de Barack Obama) on oublie systématiquement et délibérément de prendre en considération l’influence du Soleil sur le climat comme avait osé le faire Claude Allègre en son temps et il avait parfaitement raison : des travaux scientifiques récents sont là pour le confirmer définitivement. Cela fera bientôt 19 ans qu’on attend ce réchauffement tant annoncé à grands renforts de conférences, meetings internationaux coûteux, courbes en crosse de hockey, rapports « scientifiques » des climatologues auto-proclamés de l’IPCC et d’autres organismes financés par les impôts des contribuables du monde entier … et pour une seule, incontournable, considérable et immense raison, ce réchauffement ne viendra pas, certainement pas de mon vivant ni de celui de mes petits-enfants et peut-être même pas du vivant de mes arrières-petits-enfants ! On s’achemine vers un refroidissement global et brutal de la planète et même en brûlant toutes les réserves disponibles en hydrocarbures liquides et gazeux, charbon, bois et autre suif animal, c’est-à-dire en dégageant des quantités colossales de CO2 dans l’atmosphère rien n’y fera (d’ailleurs ça n’aurait strictement rien changé au climat) la Terre va se refroidir parce que le Soleil en a décidé ainsi et cette fois-ci c’est certain, absolument certain.

Je suspecte que quelques-uns de mes lecteurs pensent que j’ai perdu la raison en écrivant de telles affirmations hautement hérétiques à moins de 100 jours de l’ouverture de la grande mascarade que sera la COP21 ou alors que je m’enfonce dans ma propre paranoïa anti-réchauffement et pourtant il faut se rendre à l’évidence : on va tous souffrir du froid et dans pas très longtemps, dans moins de dix ans, ça a même commencé cette année dans l’hémisphère sud, il fait un froid à ne pas sortir dehors à Adélaïde en Australie et il a neigé en plein mois de juillet dans les Montagnes Rocheuses, du jamais vu de mémoire d’habitants de Jackson Hole !

Je fais partie de cette communauté restreinte de blogueurs hétérodoxes qui désapprouve la doxa réchauffiste et qui a avancé inlassablement l’argument solaire dans les variations climatiques terrestres en dénonçant également à longueur de billets l’absurdité scientifique de la théorie de l’effet de serre et pour bien saisir la teneur de ce nouveau billet il faut comprendre ce qui est en train de se passer dans les profondeurs du Soleil. Cet astre n’est pas une machine thermonucléaire très simple à décrire et on dispose d’un certain nombre de moyens d’investigation comme l’observation visuelle directe pour dénombrer les taches solaires et depuis quelques années (1975, voir l’illustration ci-dessus, Wilcox Observatory Stanford University) on peut directement mesurer les variations du champ magnétique de notre étoile qui nous protège des rayonnements cosmiques à l’aide d’instrumentations magnétométriques ultra-sensibles.



Pour ce qui est du passé, quand par exemple le champ magnétique solaire dont dépend directement l’activité du Soleil diminuait, l’abondance en isotope 10 du béryllium dans les concrétions calcaires et les carottes glaciaires augmentait car les rayons cosmiques sont moins bien déviés par le champ magnétique solaire et atteignent plus facilement les hautes couches de l’atmosphère terrestre. Le béryllium-10 est en effet produit par ce qu’on appelle la spallation cosmique, la capture d’un proton cosmique de haute énergie par un noyau d’azote conduisant à cet isotope radioactif du béryllium. Il s’agit d’un « proxy » très utile pour reconstruire l’évolution passée du champ magnétique solaire. Comme le champ magnétique terrestre est également sous l’influence de celui du Soleil des magnétomètres peuvent aussi très indirectement conduire à une évaluation globale de ce dernier.

Pour lire la suite, allez ICI.

dimanche 13 septembre 2015

Test d'intolérance au gluten : résultat étonnant




Une majorité d'individus 
intolérants au gluten ne peuvent
 dire si la  farine qu'ils ont
consommé contient ou non du gluten


Par Ross Pomeroy

Traduit par Hélios

Alors que l'engouement pour le sans-gluten grandit parmi les consommateurs, une nouvelle étude montre que seule une minorité de patients diagnostiqués avec une sensibilité au gluten non cœliaque ressentent des symptômes désagréables en réponse à une absorption de gluten.

La recherche, menée par une équipe de gastro-entérologues de l'université de Brescia en Italie, recoupe les études de plus en plus nombreuses mettant en doute la fréquence et même l'existence de cette affection.

La sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC) est diagnostiquée chez des patients qui n'ont pas de maladie cœliaque mais qui éprouvent des symptômes de ballonnements, diarrhée, maux de tête et douleurs abdominales après avoir consommé des aliments contenant du gluten. Selon des évaluations à grande échelle, sa fréquence dans la population serait de 0,6 à 6 %, ce qui veut dire qu'entre deux et vingt millions d'américains y seraient sujets. [le chiffre estimé en France serait de 0,2 à 0,6%, note d'Hélios] L'existence de cette affection reste douteuse, cependant, car aucun biomarqueur distinctif n'a été découvert. La seule preuve que nous ayons sont les symptômes rapportés par les personnes qui en souffrent.

vendredi 11 septembre 2015

Le canal interocéanique de Panama

« Panama Canal Map FR » par Thomas Römer



L'inauguration du canal de Panama, dont la construction a coûté beaucoup de vies humaines et beaucoup d'argent a fêté l'année dernière son centième anniversaire. Il fut donc officiellement mis en service le 15 août 1914, mais les débuts de la première guerre mondiale ont fait passer au second plan cet événement.

Je vous conseille de lire d'abord le résumé de l'histoire du canal en allant ICI. (Sur ce site, vous pourrez comparer les prix du litre de gazole en France et au Panama et savoir quelle température il y fait.)

Quelques photos trouvées sur le site Vintage Everyday retracent sa construction dans des circonstances assez horribles pour les ouvriers (il y aurait eu 20.000 morts). Et une vidéo en fin d'article vous fera vivre le passage d'une écluse.



Les USA ont repris aux français le projet original de la construction du canal en 1904

Visite du président Théodore Roosevelt sur le site de construction, 1904


jeudi 10 septembre 2015

La photo du jour

L'ouragan "Etau" a frappé le Japon. 

Inondations, glissements de terrain, maisons emportées.



La centrale de Fukushima n'a pas été épargnée.

Le Japan Times cite un porte-paroles de TEPCO:

"L'eau a submergé les pompes de drainage à la centrale nucléaire de Fukushima. Des centaines de tonnes d'eau contaminée se sont écoulées dans l'océan."


mercredi 9 septembre 2015

Le caducée actuel, symbole d'une médecine déshumanisée et pervertie

Un symbole dégénéré, à l'image de la médecine actuelle.

L’éthique et la santé

L’évolution du symbole de la médecine, le caducée, dans son graphisme, n’est-il pas très évocateur de l’évolution de l’éthique de la médecine que l’État nous impose ?

Évolution des 7 éléments du caducée
 

L’évolution du symbole du caducée montre clairement l’évolution de l’éthique médicale au cours des siècles. Le passage de la verticalité à l’horizontalité et la suppression des attributs transcendantaux de l’homme nous permettent de mieux comprendre que la Médecine moderne ne soigne plus des êtres Humains mais de simples Créatures réduites à l’état d’Objets.


L’éthique ?

L’éthique est une partie de la philosophie qui étudie la morale. Au XVIIe siècle s’est opéré un clivage profond entre Science et Philosophie dont nous payons très cher encore aujourd’hui les conséquences, car la philosophie est tout entière orientée vers la quête du sens, alors que la science ne se préoccupe que de la quête des explications des phénomènes observés. Vouloir toujours tout expliquer pour inventer sans cesse de nouvelles techniques, c’est bien, mais pour quoi faire ?

De nouvelles techniques, au service de qui ? Si la science ne met pas l’homme au centre de toutes ces recherches comme le fait la philosophie, ne risque-t-elle pas de perdre le sens propre de sa mission en partant dans tous les sens, dans toutes les directions, sans se préoccuper du long terme ? N’est-ce pas l’observation que nous pouvons faire aujourd’hui sur le plan planétaire ? Les techno-sciences ne mettent-elles pas l’humanité et toute la biosphère en danger par leur immense pouvoir de bio-destruction ? Sommes-nous encore civilisés, ou sommes-nous redevenus barbares ? Le Dr Albert Schweitzer définissait l’éthique d’une civilisation comme devant être celle du respect de la vie. Son œuvre humanitaire lui valut le prix Nobel de la paix en 1954. Avons-nous oublié sa définition ?

Notre société contemporaine a-t-elle fait le bon choix en imposant à tous une médecine officielle déclarée monopole d’État, qui n’est qu’une petite partie de la Grande Médecine, et la plus toxique ?

Est-ce éthique d’avoir choisi l’allopathie, seule technique, qui ne conçoit de soigner l’Être Humain que de façon déspiritualisée, découpée, morcelée, fragmentée, dépersonnalisée et pour tout dire déshumanisée ?

Est-ce éthique d’imposer une technique partiale, partielle, essentiellement palliative, addictive, consumériste et sans cesse pharmacodépendante ?

Est-ce éthique d’avoir opté pour une médecine qui offre pour les médias la Science sur le côté face et pratique le dogmatisme sur le côté pile ?

Est-ce éthique d’avoir choisi une médecine qui sans cesse pratique le déni ? Le système des vaccinations est issu de cette médecine qui a voulu en faire une obligation légale pour passer en force. Toute vérité fondée sur la réalité des faits observés a-t-elle besoin de la force pour s’imposer ?

L’obligation légale de se faire vacciner imposée à tout citoyen, n’est-ce pas imposer le dogme de « la déficience immunitaire congénitale et généralisée » de tout un peuple ?

Est-ce éthique d’entretenir et d’imposer toujours un système de prévention médicale, dénoncé depuis son origine comme étant une erreur grossière et très grave par de très nombreuses autorités médicales et biologiques dont la bibliographie se trouve dans le livre du Pr Michel Georget, « Vaccination, les vérités indésirables » ?


Alain Perrier, « Vaccins abus de conscience ».

 
Source

lundi 7 septembre 2015

20 photos du web

Quelques photos et à la fin une vidéo de l'Angleterre pendant les années 1900.


Alice Liddell, la petite fille qui inspira Lewis Carroll pour son livre "Alice in Wonderland"

Charles Lutwige Dodgeson (alias Lewis Carroll), l'auteur du livre, qui aimait beaucoup les petites filles et en a photographié beaucoup (un pédophile ? Non, semble-t-il...)


samedi 5 septembre 2015

Une empreinte de yéti ?

Le coin détente du samedi...

Un jeune garçon russe aurait-il découvert une empreinte du fameux yéti ?

C'est ce que suggère le Siberian Times.

Voilà les photos de l'empreinte. J'avais envie de demander en commentaire comment il se fait qu'il n'y en ait qu'une, alors que le sol semble bien boueux. Peut-être marchait-il à cloche-pied ?





vendredi 4 septembre 2015

EPR : une bonne nouvelle

Article de l'Observatoire du Nucléaire.


Réacteur nucléaire EPR de Flamanville repoussé à 2018 : l’arrêté de création sera caduc dès le 11 avril 2017 !

- L’arrêté officiel prévoit un chargement en combustible avant le 11 avril 2017
- L’Enquête publique et le Débat national sont caducs et devront être refaits
- L’abandon du projet est désormais inévitable
Le 10 avril 2007, signant le décret de création de l’EPR de Flamanville(*), le Premier ministre Dominique de Villepin pensait voir vraiment large en accordant 10 ans à EDF pour construire le réacteur et le charger en combustible, le chantier devant théoriquement être bouclé en 4 ans et demi.

Or, de malfaçons en accidents de chantier, d’erreurs de conceptions en fautes de construction, EDF reconnait aujourd’hui que le réacteur EPR ne sera pas mis en service avant "le quatrième semestre 2018". Il est donc avéré que la date limite du 11 avril 2017 ne sera pas respectée, comme l’Observatoire du nucléaire le prévoyait dès 2012 (**).

Une bataille juridique se profile : les autorités françaises vont probablement signer à la sauvette un arrêté complémentaire repoussant de quelques années la date limite de chargement du réacteur mais ce subterfuge sera attaqué en justice et ne masquera pas la réalité : l’arrêté de création sera caduc le 11 avril 2017, ainsi que l’enquête publique et le Débat national(***) officiel (CNDP) qui devront donc être refaits.

Ces procédures prendront plusieurs années et repousseront d’autant la mise en service de l’EPR, à supposer que la cuve du réacteur - qui présente des zones de faiblesse largement en deçà des limites exigées - soit utilisable, ce qui fera aussi l’objet d’une bataille juridique si l’Autorité de sûreté nucléaire ne prend pas ses responsabilités en interdisant l’utilisation de cette cuve.

Comme démontré par la catastrophe de Fukushima, tout réacteur nucléaire fait peser un danger immense sur la population, mais le risque est assurément des plus élevés avec l’EPR, véritable dinosaure qu’il serait irresponsable de mettre en service près de 30 ans après sa conception au début des années 90.

Le mieux serait assurément de suivre les exemples de réacteurs nucléaires entièrement construits mais jamais mis en service, comme à :

Lemoniz (Espagne)
Zwentendorf (Autriche)
Bataan (Philippines)
ou Kalkar (Allemagne).


(*) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000276348&categorieLien=cid
(**) http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article40
(***) http://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-epr/index-2.html

Vous pouvez faire pousser un ananas chez vous (3ème partie)

La suite des aventures de ma bouture d'ananas !

Aventure commencée à la mi-juillet avec un ananas acheté au marché et mis à raciner dans l'eau après l'étape de préparation préliminaire (voir ICI pour ceux qui auraient loupé le début).

On peut dire que l'étape préliminaire a été une réussite. Dès le 20 juillet, on voyait plusieurs racines dans l'eau du verre.

Et comme je l'ai écrit début août, la bouture a été mise en terre le 28 juillet. J'ai acheté entre-temps un autre ananas (on en a fait une cure...), le n°3 (le n°2 a déclaré forfait), que j'ai mis à raciner directement en terre. Il a perdu ses feuilles centrales, mais il a bien raciné dans son pot, alors il refera peut-être de nouvelles pousses au milieu.

Voilà l'ananas n°1 planté le 28 juillet dans un mélange de terreau et de sable grossier :


Le voici en gros plan le 5 août, on voit des toutes petites feuilles au centre :



Pour être sûre de sa pousse, j'ai découpé délicatement aux ciseaux l'extrémité des jeunes feuilles du cœur pour ne pas les confondre avec les nouvelles.




Le 1er septembre, on aperçoit bien les nouvelles feuilles. 

On le voit ici à côté de mes plants de coton dont certains exhibent un premier bouton floral :


L'un des premiers boutons floraux de mes plants de coton (gossypium herbaceum)


J'ai lu qu'il demande une bonne humidité ambiante, je l'ai donc installé dans un grand bocal sur une couche de billes d'argile avec de l'eau qui affleure sous la soucoupe. 

Il est en compagnie de jeunes plants de curcuma (des bouts de la grosseur du petit doigt avec un départ de pousse, qui trainaient au fond du cageot d'une biocoop) et d'un départ de gingembre (idem que pour les curcumas, un petit morceau avec une pousse qui n'intéressait personne):


 À sa gauche, l'ananas qui a raciné directement dans la terre, mais qui n'a pas encore fait de nouvelles tiges au milieu.

Pour info, le morceau de romarin mis à raciner dans l'eau a fait des racines, il est maintenant en pot. 

Il est donc facile de multiplier certaines plantes aromatiques dans l'eau (romarin,thym et basilic tentés pour l'instant) et d'avoir un peu de ce dernier pour garder un souvenir de l'été dans la maison.

Avec de la chance et des conditions qui lui conviennent, je pourrai obtenir un nouvel ananas dans 18 mois à deux ans. La nature est une bonne école de patience...

Voilà à quoi il pourrait ressembler :



mardi 1 septembre 2015

À quoi Jésus ressemblait-il vraiment ?

Étant donné la diversité des apparences données à Jésus, on en arrive à se demander s'il a réellement existé, comme l'affirment certains auteurs. On ne trouve d'ailleurs aucune trace de lui dans les chroniques des historiens de l'époque...



Comment Jésus est-il devenu aussi 
populaire ? Qui a réellement servi de 
modèle pour le représenter ?


Par Valerie Tarico

Traduit par Hélios

Les paroles de la chanson de rap, B.I.B.L.E. (Basic Instructions Before Leaving Earth) [Instructions de base avant de quitter la Terre, chanson de Killah Priest, note d'Hélios] incluent la phrase suivante : "L'image du Christ de race blanche est en fait celle de César Borgia". L'idée d'une représentation moderne de Jésus basée sur le fils illégitime, impitoyable et avide de pouvoir, d'un pape, semble incongrue et tirée par les cheveux. Mais elle n'est pas plus bizarre ou fantaisiste que bon nombre d'idées qu'on a sur l'identité de Jésus ou de ce à quoi il ressemblait. Et derrière se trouve un récit intéressant.

Portrait de César Borgia

Comprendre l'affaire Borgia nécessite un peu de contexte.



Tout n'est que conjectures

Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, nous n'avons aucun artéfact matériel authentique qui confirme le récit des évangiles, ni de descriptions de Jésus par ses contemporains. Les évangiles eux-mêmes ne se prétendent nullement être des témoignages visuels. Les spécialistes pensent aujourd'hui que les récits de la vie et du ministère de Jésus qui nous ont été transmis – tant dans la Bible qu'ailleurs – ont été écrits des dizaines d'années au moins après le passage de Jésus sur terre, par des auteurs inconnus. Ce qui veut dire que les chrétiens ont eu pendant presque deux millénaires la liberté de représenter Jésus sous la forme qui correspond le mieux à leurs cultures et à leurs buts, ce qu'ils ont fait.