Bistro Bar Blog

lundi 28 décembre 2015

Que souhaite manger votre microbiome au diner ?


Le gros intestin est le réservoir des précieuses colonies bactériennes et microbiennes constituant le microbiome ou flore intestinale, garants d'une parfaite digestion. Cet article détaille le fonctionnement de notre microbiome tout au long du phénomène de la digestion et explique pourquoi notre côlon préfère les céréales complètes et la présence de fibres en grande quantité dans l'alimentation.



Que souhaite manger votre 
microbiome au diner ?

Vous ferez peut-être attention à ce que vous mangez si vous prenez conscience de la destinée des aliments dans le métabolisme.



Par David R. Montgomery et Anne Biklé


Traduit par Hélios


Il faut admettre que bien peu d'entre nous aimons penser à notre côlon, encore moins en parler. Mais l'importance de ce qui y pénètre et ce qu'il advient ensuite pourrait vous surprendre. Cette partie dédaignée de notre corps est en fait pire qu'une poubelle et ressemble plus à une improbable armoire à pharmacie.

Il existe d'abondantes preuves médicales que l'alimentation a une grande influence sur la santé et une nouvelle science montre pourquoi. Elle montre aussi que les adeptes des régimes paléo et végétalien à la mode perdent de vue le fonctionnement de notre système digestif omnivore.

Le côlon abrite la plus grande partie de notre microbiome – la communauté microbienne qui vit et demeure en nous. En résumé, pour le meilleur et pour le pire, ce que vous mangez nourrit notre microbiome. Et ce qu'il fait des aliments peut aider à vous garder en bonne santé ou être une source de maladies chroniques.

Pour comprendre dans son ensemble le côlon et le rôle des microbes dans le tube digestif, il est utile de suivre le cheminement métabolique d'un repas. Mais d'abord, un mot sur les termes employés. Nous parlerons du tube digestif comme étant l'estomac, l'intestin grêle [en anglais, le grêle est appelé "small intestine", petit intestin] et le côlon. Bien que le côlon soit appelé "gros intestin", c'est en quelque sorte un terme inapproprié. Ce n'est pas une version large de l'intestin grêle, pas plus qu'un serpent n'est la version large d'un ver de terre.

Il serait plus juste d'appeler l'estomac un "dissolveur", l'intestin grêle un absorbeur et le côlon un transformateur. Ces fonctions distinctes peuvent expliquer pourquoi les communautés microbiennes de l'estomac, du grêle et du côlon sont aussi différentes les unes des autres qu'un fleuve l'est d'une forêt. De même que les conditions physiques comme la température, l'humidité et le soleil influencent fortement les communautés de plantes et d'animaux qu'on peut voir lors d'une randonnée quand on passe du sommet du sommet d'une montagne à une vallée, ces mêmes conditions se vérifient tout au long du tube digestif.


Imaginez-vous à un barbecue. Vous passez à côté du grill pour regarder les différents mets. Les grillades de porc semblent appétissantes, vous en prenez quelques-unes en ajoutant une bonne portion de choucroute à côté. Vous prenez une poignée de chips de maïs et quelques branches de céleri. Les brochettes de légumes vous paraissent attirantes aussi, vous en ajoutez une sur votre assiette. Et à quoi ressemblerait un barbecue sans une salade de macaronis et un morceau de tarte ? [c'est un menu américain !]

Vous portez une côtelette à votre bouche et commencez à la grignoter. Une fourchette de choucroute accompagne bien la viande et vous en prenez une bouchée. Les pâtes fondent sous la dent mais le céleri demande une mastication. Tout est dégluti et atterrit dans la cuve acide de votre estomac où les sucs gastriques commencent à dissoudre les morceaux de nourriture. Sur l'échelle du pH, où 7 est neutre et les valeurs plus basses sont plus acides, l'estomac est impressionnant. Son acidité va de 1 à 3. Le jus de citron et le vinaigre d'alcool ont un pH de 2 environ.

Une fois que les sucs gastriques de l'estomac ont dissous votre repas, la bouillie qui en résulte [le chyme] s'écoule dans la portion supérieure de l'intestin grêle. S'y ajoute aussitôt la bile provenant du foie qui se met à agir sur les matières grasses pour les décomposer. Les sucs pancréatiques jaillissent aussi dans le grêle et se joignent à la fête. Votre festin est maintenant sur le point d'être démonté en ses molécules de base – glucides simples et complexes (sucres), graisses et protéines [les américains parlent toujours d'hydrates de carbone, alors qu'on emploie maintenant le terme de glucides]. Il y a en général une relation inverse entre la taille et la complexité de ces molécules et ce qu'il en advient dans le tube digestif. Les petites molécules, principalement les sucres simples qui composent les glucides raffinés des macaronis, la pâte à tarte et les chips sont absorbés relativement vite. Les molécules plus grosses ou plus complexes sont plus longues à décomposer et sont absorbées plus loin dans l'intestin grêle.

Le tube contorsionné de l'intestin grêle fournit un type entièrement différent d'habitat pour votre microbiome que l'estomac. L'acidité baisse rapidement et, mélangés aux divers nutriments, on trouve une abondance de bactéries, jusqu'à 10.000 fois plus que dans l'estomac. Mais les conditions ne sont toujours pas idéales pour les bactéries dans le grêle. Cela ressemble un peu trop à un fleuve en crue. Et c'est compréhensible, sachant qu'environ sept litres de fluides corporels, consistant en salive, sucs gastriques et pancréatiques, bile et mucus intestinal le traversent chaque jour. Non compris les deux litres supplémentaires de liquides divers que nous ingérons. Le flot tourbillonnant de fluides se charge de molécules alimentaires et de bactéries et les emporte rapidement en aval. Le mouvement constant signifie que rien ne reste longtemps sur place, les bactéries ne peuvent donc vraiment s'installer et contribuer beaucoup à la digestion.

Vers le milieu des anses inférieures de l'intestin grêle, les graisses, les protéines et certains glucides de votre festin sont suffisamment décomposés pour être absorbés et passer dans la circulation sanguine en franchissant la barrière intestinale. Remarquez que nous avons parlé de certains glucides. Une bonne partie d'entre eux ne sont pas du tout décomposés. Ces glucides complexes, que le nutritionniste nomme fibres, ont un destin complètement différent de celui des glucides simples.

Ils arrivent non digérés dans l'environnement quasi-marécageux du côlon. Avec un pH neutre de 7, le côlon est un paradis pour les bactéries, comparé au bain acide de l'estomac ou du transit agité de l'intestin grêle, où le pH est légèrement plus bas.

Bien enfouies dans la sécurité de notre sanctuaire intérieur, des communautés de microbes alchimistes se servent de notre côlon comme d'un chaudron de transformation qui va mettre à fermenter les glucides complexes riches en fibres qu'il nous est impossible de digérer. Mais il faut les bons microbes. Par exemple, bacteroides thetaiotaomicron fabrique plus de 260 enzymes pour désagréger les glucides complexes.


Le gâchis des céréales

Notre chaudron intégré avec ses "fermenteurs" [agents de fermentation] de fibres en action ressemblent à des chimistes. Ils peuvent produire de très nombreux composants et tous sont vitaux pour la santé et le fonctionnement normal des cellules de notre côlon. Mais nous ne récolterons les bénéfices du butyrate [ou acide butyrique, produit final intéressant de la fermentation] et des autres produits chimiques de notre microbiome que si nous lui envoyons une bonne quantité de fibres.

En parlant de ces connexions, les graines de céréales sont un bon point de départ, car elles représentent la part du lion dans l'alimentation mondiale. Par chance pour nous, les céréales offrent un pack nutritionnel presque parfait. Que ce soit le blé, l'orge ou le riz, elles possèdent tous les éléments de base – protéines, graisses et glucides, ainsi que des vitamines, minéraux et des substances phytochimiques facteurs de santé. Comment se fait-il que l'aliment essentiel consommé aujourd'hui par l'humanité puisse ruiner notre santé ?

Le problème réside dans la structure de la graine et ce que nous en faisons après la moisson. Prenez un grain de céréales. La pellicule extérieure (le son) et l'embryon interne (le germe) sont petits en proportion du poids total du grain. Le son constitue 14 % environ du poids total, alors que le germe en ajoute de son côté 3 autres pour cent. Malgré leur faible poids, ces deux éléments du grain sont remplis de nutriments. Et le son en particulier est riche en glucides complexes, bien qu'en chimie on les nomme polysaccharides – ce sont de très longues chaînes de molécules de sucre.

Les 83 % du poids restant constituent l'endosperme. Il contient presque tous les glucides simples et toutes les protéines qu'on trouve dans le grain. L'endosperme est en effet comparable au placenta de la plante. Quand la semence tombe sur le sol et germe, l'endosperme riche en glucides simples va subvenir aux besoins du grain jusqu'au développement des racines et des feuilles qui permettront à la plante de se nourrir toute seule. Alors que la plante en germe a vraiment besoin de l'apport énergétique ultra-riche représenté par l'endosperme, ce n'est pas le cas pour nous et de grandes quantités de cette substance nous seront nuisibles.

Quand on parle de céréale "raffinée", cela signifie que le son et le germe sont éliminés quand le grain est moulu. Seul subsiste l'endosperme. Broyez l'endosperme de grains de blé et vous avez de la farine blanche, qui est un sucre facilement absorbable pour l'intestin grêle. 
"Bran" = le son

Tous les grains de céréales se prêtent au raffinage. Ils sont à la base de ces produits aux emballages séduisants qu'on trouve dans toutes les épiceries, surtout en Occident. Raffinez du maïs, rajoutez des matières grasses, assaisonnez-les de sel et voilà de parfaites tortilla chips. Faites la même chose avec du blé et vous obtenez des crackers.

Le raffinage des céréales s'explique en partie parce que les matières grasses rancissent – les produits fabriqués avec des farines raffinées durent plus longtemps. De même, les boulangers n'aiment pas le son dans la farine car il contrarie l'élasticité de la pâte et empêche une bonne levée. Ôter ces éléments casse-pieds des céréales résout ces problèmes. Mais cela en entraine une foule d'autres dans notre corps. Quand les grains sont moulus et transformés, leur parfaite synergie nutritionnelle est détruite.

Se pencher sur la consommation de glucides au siècle dernier révèle des tendances intéressantes. La même quantité de glucides était consommée en 1997 qu'en 1909 – elles n'étaient simplement pas les mêmes. Pendant cette période, la proportion de glucides venant de céréales complètes a chuté de plus de moitié. Ce qui a remplacé les céréales complètes, ce sont des produits alimentaires fabriqués à partir de différentes sortes de céréales raffinées. En d'autres mots, pour la première fois de l'histoire humaine nous mangeons maintenant surtout l'unique partie sucrée du grain (l'endosperme) au détriment de la partie glucides complexes (le son et le germe).

L'intestin grêle et le côlon traitent tout à fait différemment la céréale entière et celle qui est raffinée. Quand les glucides complexes restent reliés aux autres molécules de la céréale complète, il faut plus de temps aux enzymes pour trouver les glucides et commencer à les décomposer. C'est comme de tenter d'ouvrir une boite en carton recouverte de trois emballages et de ruban adhésif au lieu d'une boite munie d'une languette. Les molécules sucrées des céréales complètes doivent également batailler pour que les molécules de protéines et de graisse soient en contact avec les cellules d'absorption de l'intestin grêle, ralentissant d'autant le processus d'absorption du sucre. C'est simple, quand les céréales complètes restent intactes, notre corps absorbe le composant sucré à un rythme largement plus lent. Et la partie indigeste de la céréale (et de nombreuses autres plantes comestibles) passe dans le côlon où les agents de fermentation des fibres en font un festin en produisant de copieuses quantités de butyrate.

En revanche, les céréales raffinées libèrent un véritable torrent de glucose, que notre intestin grêle absorbe scrupuleusement et fait passer dans la circulation sanguine. Ce qui oblige le pancréas à secréter rapidement de l'insuline pour extraire le glucose du sang et l'amener aux cellules. Mais utiliser les cellules comme un lieu de stockage sans fin de sucre peut entrainer d'autres problèmes. Et alors, notre corps merveilleusement efficace tente de résoudre ce problème – en convertissant en graisse le sucre en excès et en mettant le surplus dans des cellules adipeuses de stockage. Quand nous avons besoin de cette énergie, comme au milieu de la nuit et bien loin du petit-déjeuner, elle est là prête à servir. Mais l'abondance de glucides raffinées convertis en graisse dépasse les besoins de l'occidental moyen. C'est une recette qui entretient les inflammations et encourage les diabètes de type 2, l'obésité et bien d'autres maladies.

La quantité de viande du régime alimentaire occidental peut aussi poser des problèmes. Quand on la consomme en quantité relativement importante, la protéine animale n'est pas totalement décomposée au moment où elle atteint l'extrémité de l'intestin grêle. Mangez trop de viande et votre intestin grêle surchargé transfère des protéines animales partiellement digérées dans le côlon. Quand les bactéries du côlon entrent en contact avec une protéine intacte ou partiellement digérée, un genre différent d'alchimie s'enclenche – la putréfaction des protéines.

Le souci avec la putréfaction est dû aux éléments qui composent les protéines animales – beaucoup d'azote et de petites quantités de soufre. L'ammoniaque, les nitrosamines et le sulfure d'hydrogène ne signifient pas grand-chose pour les gens. Mais ils font partie des composants contenant de l'azote et du soufre créés par les bactéries qui créent la putréfaction. Ces composants ont un impact toxique sur l'épithélium du côlon [les cellules tapissant sa paroi]. Ils interfèrent avec l'assimilation du butyrate, ce qui prive les cellules du côlon de l'énergie nécessaire pour conserver un fonctionnement optimal au gros intestin. L'espace entre les cellules commence à s'élargir et le contenu du côlon se met à fuir dans les tissus environnants et le syndrome de l'intestin perméable s'installe. Les cellules sous-alimentées faillissent à leur tâche et les résidus cellulaires produits commencent à s'accumuler à l'intérieur des cellules, ce qui bloque d'autres fonctions. De plus, les cellules caliciformes, dont le but principal est de fabriquer et de sécréter le mucus qui recouvre et protège l'épithélium du côlon, ralentissent la production de mucus. Ce qui rend l'épithélium plus vulnérable aux agents pathogènes. C'est loin d'être négligeable. Le côlon est un endroit très actif et l'épithélium se régénère constamment tout au long de notre vie. Si les cellules ne sont pas régulièrement remplacées, les effets ressemblent à ceux d'une maison non entretenue. Beaucoup de petits problèmes s'ajoutent à de plus gros problèmes et finalement la maison commence à tomber en ruine.

D'autres sous-produits embêtants sont fabriqués dans le côlon. Consommer beaucoup de matières grasses stimule le foie à produire de la bile pour l'envoyer dans l'intestin grêle. Nous avons besoin de bile. Elle agit comme un détergent et démonte les graisses en molécules plus petites afin qu'elles puissent être absorbées. Presque toute la bile utilisée dans le grêle retourne au foie après un démontage suffisant des graisses. Le mot-clé ici est "presque". 5 % environ des sécrétions biliaires continuent leur route dans le tube digestif et atterrissent dans le côlon. Ainsi, les gens qui mangent beaucoup de matières grasses sécrètent plus de bile pour dissoudre les graisses, impliquant un surplus de bile échouant dans le côlon.

Mais devinez qui se saisit de cette bile pour la transformer ? Le microbiome de notre côlon. Il convertit la bile en composés vraiment abominables qu'on nomme acides biliaires secondaires. Et de même que les sous-produits de putréfaction, les acides biliaires secondaires sont toxiques pour l'épithélium du côlon.

L'omnivore en nous

Comme aiment nous le rappeler les partisans du régime paléo, les humains mangent de la viande depuis longtemps. Ils soulignent que la viande est une source fabuleuse de nutriments, en particulier si les animaux consommés sont élevés sans antibiotiques et autorisés à suivre leurs habitudes alimentaires normales. Les végétariens et les végétaliens nous rappellent aussi que ceux qui ont un régime à base de végétaux ont en général des risques plus faibles de maladies cardiovasculaires et de diabètes de type 2. Ils insistent sur le fait que les plantes possèdent ce que n'ont pas les animaux – un étonnant arsenal de phytochimiques qui traitent les cancers.

Autrement dit, ces comportements alimentaires opposés – paléo et à base de plantes – contiennent chacun une parcelle de vérité. Envisageons une autre perspective. Combiner les éléments de chaque mode alimentaire est plein de bon sens sachant ce que réalise le microbiome de notre côlon avec la viande, les graisses et les végétaux que nous consommons.

Voilà comment cela pourrait se dérouler. Imaginons que des sous-produits de putréfaction venant de la viande non digérée et des acides biliaires secondaires arrivent sur l'épithélium du côlon. Des mutations de l'ADN se produisent et quelques cellules anormales du côlon commencent à se régénérer et prennent le dessus, en ignorant les instructions des cellules immunitaires à s’autodétruire. Mais ce tableau donne suite à un tsunami de butyrate et à une réparation des cellules du côlon. Les cellules renégates succombent aux cellules immunitaires. Des quantités prodigieuses de glucides complexes non digérés provenant de végétaux pénètrent dans le côlon, délogent et éliminent les acides biliaires secondaires, réduisant ainsi le contact entre ces carcinogènes et l'épithélium du côlon. Une fonction et une croissance cellulaire normales reprennent, préservant la santé du chaudron colonique et par là le corps tout entier.

Ce scénario est ingénieux tant du point de vue de la santé que de l'écologie. Les fermenteurs de fibres ont des solutions pour les problèmes engendré par les éléments entrainant une putréfaction des protéines. De plus, tout le monde est nourri dans le chaudron – soit avec les glucides complexes ou avec les restes des protéines non digérées et les acides biliaires. Tant que les sous-produits des fermenteurs de fibres ont le dessus, le côlon sert plus d'armoire à pharmacie que de dépotoir toxique.

Nous sommes les créatures les plus omnivores de la planète, avec un vaste choix de céréales cultivées, d'animaux et de plantes sauvages. Il n'existe pratiquement rien qui ne soit consommé – que ce soit des intestins de porc, du poisson cru, des chenilles et des algues ou des produits plus ordinaires comme la viande, les produits laitiers, les fruits, les noix et les légumes. Pourtant de nombreux gourous de la diététique bannissent l'omnivore en nous. Les notions alimentaires à suivre oscillent comme un pendule – plus de viande ou plus de légumes, abandon des matières grasses, puis ajout de certains types de matières grasses, des céréales complètes, aujourd'hui plus du tout de céréales.

Pas étonnant que nous soyons nombreux à être malades ou fatigués ou les deux. Mieux vaut se focaliser sur ce qui va nourrir nos alchimistes personnels pour en tirer des bénéfices. Le mécanisme est très simple. Choisissez une assiette de taille moyenne et mettez-y des végétaux, des légumineuses, des légumes verts, des fruits et des céréales complètes non moulues comme ingrédients principaux. Ajoutez de la viande si vous le souhaitez et une bonne dose de saines matières grasses à côté ou étalée sur les légumes. Desserts et sucreries sont particuliers, réservez-les pour des occasions spéciales.

Nous réalisons qu'une alimentation de ce genre ne se prête pas à un conditionnement commercial. Elle met l'accent sur une réflexion concernant les aliments dans le contexte de notre microbiome, plutôt que de prescrire un choix restreint d'aliments, le comptage des calories, ou de préconiser le régime comme une activité quotidienne. Ces conseils sont loin d'être agréables et certainement pas révolutionnaires.

On le comprendra aisément, des considérations alimentaires particulières s'appliquent aux personnes souffrant de dysfonctionnement intestinal, qui sont diabétiques ou allergiques à des aliments spécifiques. Mais pour la plupart d'entre nous la clé d'une alimentation saine peut se résumer simplement par équilibre et variété – et la mise à l'écart des glucides raffinés. En d'autres mots, apportez plein de "fourrage" à vos agents fermenteurs de fibres pour que la production de leur trésor nutritionnel dépasse largement celle de vos "putréfacteurs" de protéines et modificateurs d'acides biliaires. Conserver une forme au top de vos amateurs de fibres signifie apporter chaque jour de la matière à fermenter à votre chaudron afin qu'il déborde de bonnes choses.

Si vous n'avez attaché aucune importance jusqu''ici à votre côlon et à ses capacités, tâchez d'y penser autrement. Nos intestins sont comparables à un jardin. Et comme beaucoup de jardiniers le savent, les plantes qui font le jardin sont aussi pleines de vie et résistantes aux parasites et maladies que le sol dans lequel elles sont enracinées. Le vrai secret pour un jardin vivant et sain – à l'intérieur de notre corps et à l'extérieur – se trouve dans la culture de légions de bactéries bénéfiques. L'ingrédient dans ce but ? Les fibres. C'est exact, les végétaux sont importants pour le festin des minuscules alchimistes de notre chaudron colonique, exactement comme festoient les plantes dans la terre du jardin. Quand ils font le plein de cette matière végétale, nous récoltons une armoire à pharmacie bien approvisionnée.

57 commentaires:

  1. Très intéressant et c'est bien de se remémorer le processus de digestion pour ne plus manger "bêtement". Notre ventre est plus intelligent que nous le croyions, on l'a répété ce matin sur France Info, avec des neurones qui agissent aussi sur notre cerveau par des voies que les chercheurs commencent à peine à identifier.

    "Dans un documentaire intitulé "Le ventre, notre deuxième cerveau" diffusé il y a quelques mois sur Arte, la chaîne de TV faisait le point le point sur des recherches très récentes menées sur l'influence du ventre sur le cerveau."

    http://www.franceinfo.fr/emission/info-sciences/2013-2014/l-influence-du-ventre-sur-le-cerveau-01-31-2014-12-55

    RépondreSupprimer
  2. Merci Hélios ! Et que souhaitent manger nos papilles ???
    ce qui suit, aidera pour la suite de ce que les papilles pas sages, ont voulu manger ;)
    bien lire ce lien, valable pour tous.
    http://www.santeplusmag.com/voici-pourquoi-vous-avez-lestomac-ballonne-comment-en-venir-a-bout-et-perdre-du-poids-pendant-la-nuit/

    RépondreSupprimer
  3. Bien entendu que notre "flore intestinale" est importante!!! Et elle est souvent détruite par les antibiotiques , absorbés régulièrement pour les infections (alors que l'immunité vient tout d'abord de notre intestin, comme le rappelle cet article) et aussi dans l'alimentation (viandes et lait industriels, produits délétères s'il en est) En fait, ce qui nous rend malade, c'est bel et bien l’industrialisation de notre alimentation, on a perdu la qualité au profit de la rentabilité économique; Et ceux-là même qui nous rendent malades sont les mêmes qui nous vendent des remèdes souvent palliatifs... A nous de réfléchir avant de consommer n'importe quoi. Consommer mieux mais moins, et faire plaisir à nos papilles (la cuisine savamment épicée et élaborée est aussi une alchimie que notre colon saura apprécier :-) Sur l'île d'Okinawa, ils savent y faire)

    RépondreSupprimer
  4. Dans un monde idéal où la nourriture est saine, oui c'est ce qu'il faudrait faire, mais voilà....
    Les céréales actuelles ne sont plus saines du tout, surtout le blé que ce soit avec ou sans le son (pas la musique hein ;-)
    Le blé est devenu un "OGM" par croisements successifs et une protéine du gluten, la gliadine, est en trop grande quantité et nous cause beaucoup plus de problèmes qu'avant
    http://lasocietesolidaireetdurable.com/2015/12/21/un-boulanger-bio-explique-pourquoi-le-ble-et-le-gluten-sont-devenus-toxiques/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles des "céréales actuelles" en mettant tout dans le même sac. Mais il existe un grand nombre de céréales qui cultivées en bio ne sont pas trafiquées. Il faut juste être vigilant quand on les achète.

      Supprimer
    2. Au fait, bravo pour l'hyperlien ! C'est quand même plus sympa que de faire un copié-collé.

      Supprimer
    3. Ben pour le bio c'est pareil, si ce n'est pas spécifié blé ancien ou autre du genre, ce sont les mêmes semences trafiquées cultivées sans produits chimiques
      d'ailleurs le boulanger l'explique bien, si lui a des blés et autres anciens, c'est parce qu'il a déterré ces semences de l'INRA
      Il existe peu d'endroits où on peut encore trouver des "blés" anciens

      Oui pour l'hyperlien c'est mieux, et je garde la page sur l'onglet suivant, ça m'évite de chercher hihihihi

      Joyeux réveillon et très bon commencement d'année
      Gros bisous!

      Supprimer
    4. Merci Michèle, à toi aussi bonne soirée de fin d'année.

      Supprimer
  5. Non, nous sommes pas omnivore, pas du tout, loin de là .... http://cru2vie.org/blog/Letre-humain-est-frugivore-les-preuves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande bien comment les tribus esquimaux et autres vivant dans le nord ont pu survivre et se perpétuer en étant quasiment carnivores strictes...

      Supprimer
    2. Les esqimaux comme tu dis ont une longévité de vie très médiocre (50-60+), et souffrent de nombreux maux de notre monde moderne, franchement faut un peu avoir des yeux pour observer. L'être humain devrait être capable de vivre au delà de 100 ans sans problème de santé ou de vieillesse. Sommes-nous vraiment dans une civilisation régénérative ? non, tout le contraire oui.

      Supprimer
    3. Je parlais des peuples nordiques traditionnels. Aujourd'hui ils boivent du coca.
      S'ils ne vivaient pas vieux, outre le déséquilibre alimentaire, il y a aussi les conditions de vie très rudes.

      Supprimer
    4. Oui tout a fait des conditions de vie qui ne sont pas physiologique à l'être humain, qui a une origine tropicale. L'environnement (stress, climat, pollution chimique et electromagnétique, famille ...) comme l'alimentation contribuent beaucoup à la santé du biote intestinale.

      Supprimer
  6. Merci pour cet article de qualité sur la physiologie humaine, article presque parfait si ce n'est la petite erreur sur l'omnivorisme de l'être humain, qui est en fait frugivore (fruit et légumes, noix et toute petite portion de protéine animale, voire pas). Super blog

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "guerre" omnivore - frugivore n'est pas prête de se terminer.
      Merci pour le compliment.

      Supprimer
    2. ce n'est pas vraiment un combat, c'est juste une question de terminologie à mon sens, on est omnivore, oui si on consomme quelques protéines comme quelques oeufs, quelques sardines, des insectes voire un poulet mais en quantité infime. Mais on ne l'est pas si on consomme des viandes rouges, et des grandes espèces carnivores (poissons comme mamifères) etc car on est pas adapté pour ce type de protéines, idem dans le règne végétale avec le soja, les céréales, les légumineuses, qui ont toutes des longues chaines protéiniques. L'alimentation en général à haute teneur azotée est acidifiante pour l'oganisme et source de toutes les maladies et souffrances chroniques que nous connaissons aujourd'hui. L'homme frugivore des origines, commes les animaux dans leur habitat ne souffrent d'aucun mal, rhumes ou quoi que se soit à quelques exceptions près, puisque la loi de l'homéostasie, régie en grande partie dans notre biote intestinale, prédomine.
      Merci

      Supprimer
    3. et bien pour prouver ta théorie, tu devrais aller jouer une semaine ou deux dans les forêts tropicales pour voir s'il est possible de se nourrir uniquement de fruits et de légumes, tu aurais une belle surprise
      Mon oncle l'a fait dans les années 60 au Congo, et s'il n'avait pas réussi à chopper des animaux il serait mort de faim, car les fruits ils poussent dans les arbres en hauteur, et on n'est pas des singes pour grimper jusque là!!!!
      C'est trop facile pour le civilisé avec tout à portée de main de dire que l'homme est ceci ou cela, confronté à la réalité du terrain on fait ce qu'on peut et pas ce qu'on veut.
      D'ailleurs c'est pour cette faculté d'adaptation que l'homme a pu conquérir toute la planète, du désert froid au chaud, des plaines aux montagnes et même aux océans, on est capables de s'adapter, et c'est ça qui est omnivore!!!!
      Quant aux Inuits, avant l'arrivée de la malbouffe ils vivaient très bien et aussi vieux que nous. Et ce qui les tuaient c'était la rudesse de la vie, car ils mourraient plus souvent de blessures que de crises cardiaques (inconnues là pour la quantité d'omégas3 consommés) et de cancers.
      Et ce n'est pas ce qu'on mange en soi qui nous rend malade c'est tout un ensemble, tout est pollué, et notre corps avec, c'est notre style vie qui est mortifère et pas seulement ce qu'on mange!!!
      D'ailleurs si tu ne te nourris que de fruits et de légumes cultivés chimiquement tu mourras de la même façon pitoyable que ceux qui mangent de la viande rouge!!
      sur ce bonne fin d'année à tous, je vais finir mes gaufres miam

      Supprimer
    4. Michèle, je suis globalement d'accord avec ta réponse. L'homme est heureusement adaptable, sinon la race humaine aurait disparu.

      Supprimer
    5. Exactement. bien d'accord avec vous; l'homme a une grande adaptabilité, tant qu'il mange ce qui se trouve naturellement autour de lui; les peuples chasseurs-cueilleurs encore vivants aujourd'hui, donnent souvent à leurs enfants des larves d'insecte en guise de "bonbon"... Ils chassent, ils cueillent, ils ont des jours de disettes, des jours plus favorables; Ils vivent surtout dans la nature, et pas à côté; Dans les recherches archéologiques, il a été montré que l'homme ne souffrait pas de caries, ni de dégénérescence, et mourait d'accident plus que de maladie, à un âge avancé, pour les chasseurs cueilleurs... Les premières caries, maladies et guerres sont nées de la sédentarisation. C'est triste, mais c'est une réalité.

      Supprimer
  7. Michèle tu es aussi pitoyable que ton discours, puisque nous sommes crudivore frugivore depuis 2 ans (ma femme et ma fille de 10 ans) et nous avons grâce à ce type d'alimentation soigner tout nos maux, plus de médicaments et de docteur depuis plus d'un an, moi à 44 ans je retrouve ma forme et ma jeunesse de 22 ans, j'avais un ménisque explosé à cause des arts martiaux, et il s'est regénéré en moins de 6 mois, maintenant je revis... renseigne toi un petit peu avant de débiter des conneries ... interroge les recherches de Darwin, Huxley et Owen ils affirment tous cela. Tes théories sont fondés sur les ragots fumeux de la pensée unique créé par les oligarques pour nous maintenir en esclavage et pas sur des expériences et témoignages fondées. La race humain n'est pas adaptable Hélios, puisque son intestin est resté inchangé depuis des millions d'années à savoir frugivore commes les ourans outangs. Le gros problème est le changement vers cette alimentation originelle par des gens qui ont toute leur vie manger de la viande, du cuit, donc de la bouffe morte dénué de micro-nutriments et de fibres. Vous êtes donc tous carencé et votre intestins est habité par des parasites et champignons (candida) pour pouvoir digérer la viande. C'est pour cela que vous puer de la gueule et santez mauvais dès que vous faites un peu d'effort physique. Tout ceci est valable en milieu de vie ou l'organisme n'en peut plus car il vivait sur son capital minéral, malheuresement de plus en plus faible avec les générations, donc les jeunes sont de plus en plus malade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je laisse la parole à Michèle quand elle reviendra parmi nous, mais même si je ne suis pas frugivore, je peux dire que "je ne pue pas de la gueule" !
      Par ailleurs Darwin et consorts, on sait qu'ils nous ont enfumé. Voir les articles du BBB à ce sujet.

      Supprimer
    2. Et j'arrêterai là pour ma part les argumentations.

      Supprimer
    3. Je répondrai juste une chose : complètement erroné; nous sommes par nature omnivore; la preuve, nous avons un intestin bien moins long que les herbivores, et un estomac qui secrète de la pepsine (enzyme cassant les protéines complexes animales) et du HCl. Nous avons aussi des canines capables de déchiqueter des fibres de viande. Des incisives pour ronger , et des molaires pour broyer; Un soupçon de notions d'anatomie, de physiologie et de bon sens suffisent pour comprendre cela. Si l'homme n'était pas omnivore, il aurait été incapable de s'adapter partout; dans un tas de milieux et biotopes bien différents, avec des alimentations très différentes aussi. Physiologiquement pour la digestion et le métabolisme, nous sommes plus près du cochon que du gorille.... Ceux qui ne consomment que des produits végétaux manquent notamment de vitamine B12. Mais soit, laissons dire. Je ne reviendrai plus non plus sur le sujet, tant ça en devient absurde et stérile.

      Supprimer
  8. ok désolé pour les mots forts. Les candidats habitant sont propres au mangeur de gluten et de viandes et ont une haleine et transpiration fortes, avec un péristatie intestinal très faible (normalement 1 repas = 1 selle) . Je le sais puisque je suis passé par là. Pour Darwin je suis d'accord sur la théorie de l'évolution. Il nous a enfumer et donc c'est la preuve que l'être humain à un intestin de frugivore depuis la nuit des temps et qu'il n'en changera pas sauf à en devenir malade et en dégénérer.
    Il faut voire les travaux de Dr Norman Walker l'inventeur de la centrifugeuse et des jus de légumes, il a vécu avec des fruits et légumes jusqu'à 100 ans. Je peux citer aussi beaucoup de lien de recherches scientifique indépendante, mais à quoi cela servirait puisque je ne vous convaincrait pas.
    Pas de soucis, sinon bonne continuation sur ce blog et vous êtes sur une bonne voie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire fonctionner l'intestin, il faut des fibres, des polysaccharides, et dans les jus, il n'y en a pas;.. cherchez l'erreur

      Supprimer
  9. Et bien, je vois que manger des fruits et des légumes ça ne rend pas plus doux ni plus poli.
    Mais bon c'est ce que j'ai déjà remarqué avec d'autres végés, c'est dommage car le discours est totalement bloqué quand on a affaire à ce genre d'attaque
    Laurent, tu te sens bien?? et bien c'est très bien, continues comme ça, mais arrêtes ta croisade pour que tout le monde fasse pareil, ça ne sert à rien, et ce n'est pas constructif quand il y a insultes.
    Et le fait est que, comme pour toutes choses, chacun est différent, et donc chacun a des choix à faire.
    Et pour ta gouverne, si je fais comme toi, je tombe malade, car je l'ai déjà fait et j'ai fini à l'hosto complètement dénutrie car j'ai un intestin trop court ce qui fait que je DOIS manger de la viande pour ne pas que ça passe trop vite et que je ne passe pas ma vie dans les wc à les repeindre si tu vois ce que je veux dire. Et donc je mange une fois par jour et ça me suffit, moi aussi je suis en forme, et ça fait 3ans et demi que je n'ai plus vu le toubib et j'ai 52 ans lol

    RépondreSupprimer
  10. Salut Michèle je ne fais pas de croisades mais je transmet au maximun la vérité autour de moi et l'article d'Hélios ici fait merveille avec quelques nuances. Il y a aucun blocage chez nous si ce n'est qu'avec les gens à régime carné qui racontent des balivernes sur les origines physiologique de l'être humain avec l'appuie des hobby du lait et de la viande (et cela me met hors de moi car vous propagez inconsciemment le mensonge et le ver). On tue chaque année 75 milliards d'animaux pour notre propre bétise et en participant au boulversement climatique (je parle pas du réchauffement qui est une vraie arnaque) en détruisant forêt et terre pour cultiver les céréales destiné à nourrir en grande partie le bétail. Je suis désolé pour tes intestins mais la viande est en train de te les tuer. Chacun à un capital minérale différente et chacun va avoir sa dégénéressence à un stade de vie différent. Je souhaite de tout mon coeur que tout se passe bien pour toi. Pleins de gens peuvent témoigner sur le frugivorisme/crudivorisme et des bénéfices sur la santé ici sur la chaine youtube de la france cru par exemple : https://www.youtube.com/watch?v=pxmHC5y10QU
    et puis comme disais Hippocrate : "que ton aliment soit ton seul médicament", contre tout attente des médecins d'aujourd'hui qui tue les gens avec le chimiothérapie :
    http://reseauinternational.net/fortuitement-une-etude-decouvre-limposture-de-la-chimiotherapie
    J'espère que cet échange va semer en chacun une petite graine de réveil mental et ne voit pas cela comme une attaque personnelle Michèle bien au contraire.
    amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà donné avec les personnes de ton genre qui détiennent "LA vérité" et pour moi ça fait plus secte qu'autre chose, désolée mais je n'irai pas sur ce chemin, mes grands parents sont morts très vieux et j'ai connu mes arrières-grands-parents et je mange comme eux, je ne vois pas pourquoi je ferais différent alors qu'ils n'étaient pas malades parce qu'ils mangeaient un peu de viande.
      Et en ce qui concerne les forêts défrichées pour cultiver des céréales pour nourrir le bétail, tu devrais regarder à quoi sert réellement toutes ces céréales, et tu verrais qu'une grande partie part dans la bagnole comme carburant "bio"
      sur ce je n'y reviendrai pas, marre du prosélytisme

      Supprimer
  11. n'importe quoi Michèle, des gens comme toi prône la culture de la viande et donc la mort et la torture d'animaux, et me traite en même temps d'extrèmiste faisant parti d'une secte, qui est le plus violent ? les végétalien qui mangent leur carottes en préchant la bonne parôle de l'homéostasie ? Le coup de tes grands parents montrent à quel point tu fait partie de la matrice, premierement tes grands parents n'avaient pas une vie sédentaire comme nous et ne vivaient pas à coup de wifi et de 3G (systeme nerveux flingué par ces pollution), deuxiement tes grands parents vivaient et mangeait des légumes et viandes qui étaient des millions de fois plus sain qu'aujourd'hui à l'opposé des poisons d'aujourd'hui dans l'industrie agro-alimentaire.
    Tu sers ainsi les lobby de l'industrie chimique de la pétrochimie et agro-alimentaire qui a été imposé en europe par les américains après la seconde mondiale. Bien entendu tu raisonnes finalement comme ces anglo-saxons avec leur OGM de m••••e. J'ai jamais dit que mangeait un peu de viande faisait du mal mais de quelle quantité tu parles et de quelle viande ??? tout est là la question. Aujourd'hui la viande est toxique il faut l'avouer (comme le poisson), voire le travaille de Gille Lartigot dans son livre Eat. Je détiens pas LA vérité et tu fera comme bon il te semble je n'essaye pas d'imposer quoi que ce soit mais de mettre en évidence les preuve physiologique comme quoi NOUS SOMMES pas des CARNIVORES, c'est évident notre intestins est trop long pour cela. Mais cette évidence tu l'a refuse en arguant que je fais partie d'une secte. Comme disait Coluche : "ce n'est pas parce qu'ils ont tous tords, qu'ils ont raisons", donc finalement tu fais toi même partie d'une secte, la secte mondialiste du nouvel ordre mondial, lol
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  12. C'est pour ce genre de réponse que je n'aime pas discuter avec des gens comme toi, tu m'engueules sans même savoir de quoi il retourne, c'est dingue, mais soit.. je réponds
    Je n'ai jamais dit que je ne mangeais que de la viande, ça c'est une chose, mais que je devais manger de la viande et surtout du gras, mais je mange aussi des légumes et des fruits, mais je ne peux me nourrir que de ça, c'est tout!!!
    La viande que je mange provient d'animaux élevés "comme avant" dans les prés et même que les veaux, par exemple, ne sont même pas enlevés de la mère et vivent paisiblement à côté, les poulets vivent en liberté chez le fermier, et les cochons pareil
    J'ai la chance de ne pas vivre en France et de vivre dans un pays où l'élevage est petit mais d'une très grande qualité, car les éleveurs sont bien conscients des problèmes de l'industrialisation de la viande et de ses effets nocifs.
    Tout ce qui rentre chez moi est bio et naturel, mais par contre comme on vit dans les montagnes, je ne trouve pas tous mes légumes et surtout les fruits que je voudrais en bio, car il n'y a quasi pas d'agriculture ici à part le tabac et les patates.
    Mais au début je ne parlais pas de moi, je parlais de ce qui est
    Les tribus qui restent encore sur cette terre ne mangent pas que des fruits et des légumes, ils chassent, et donc ces gens aussi ils sont du NOM?????
    D'ailleurs il y a des chercheurs qui ont remarqué que la qualité de vie de certaines peuplades se sont très dégradées après leur rencontre avec l'homme blanc, et pas à cause de la viande puisqu'ils en mangeaient, mais à cause des céréales principalement et ça s'est vu en une seule génération sur la morphologie de leur dentition!!
    Le mythe qui voudrait que les hommes préhistoriques ne vivaient pas longtemps n'existe pas non plus, ce ne sont que des statistiques bidons, ils étaient en bien meilleure santé et vivaient aussi vieux que nous, par contre beaucoup mourraient jeunes par accident, parce qu'il faut bien le dire, vivre à l'état "sauvage" n'est pas de tout repos, mais est très dangereux!!! le calcul de l’espérance de vie ne tient pas du tout compte de la longévité des gens, mais des chances qu'un plus grand nombre ait la possibilité de vivre jusqu'à un certain âge, hors si la moitié de la population meurt à 1 an et que le reste vit jusqu'à 100 ans, l'espérance de vie ne sera que de 50 ans, et donc ça ne montre absolument pas que les gens ne vivent pas vieux, mais que tout le monde n'a pas la même chance, et c'est comme ça que les chercheurs comptent!!!
    Toute la merde qu'on vit actuellement est arrivée le jour où l'homme s'est sédentarisé, il s'est coupé de mère nature pour sa subsistance et est devenu propriétaire de son bout de terre, il a créé des villes, des chefs et des armées pour les défendre. Elle est là la base du nouvel ordre mondial, car les chefs en ont toujours voulu plus.
    Dans les communautés où ils vivent encore de chasse/pêche et de cueillette, il n'y a pas de chefs, mais des assemblées, où tout le monde décide pour le bien de la communauté, il n'y a pas de dieux, mais des esprits de la terre, car chacun à son rôle.
    Cette histoire de végétarisme ou même de véganisme, vient justement de ceux-là même qui voudraient nous voir à leur merci, et dépendant totalement d'eux
    Il n'y a qu'à voir ce qu'il se passe avec les semences!!!!
    Bref, il n'y a jamais eu de peuplades entièrement végétariennes, jamais, et même s'ils ne mangeaient pas beaucoup de viande, ils en ont toujours mangé un peu
    Et d'ailleurs les herbivores ne sont pas non plus 100% végétariens, ils mangent des insectes, de petits escargots etc dans les prés, ce qui leur donne une quantité suffisante d'élément provenant de la viande.

    RépondreSupprimer
  13. (je mets la fin de mon com ici car j'ai écrit trop de caractères mdr)
    Et puis regardes-toi dans une glace et dis moi si la position de tes yeux est celle d'un cerf, d'une vache ou d'un cheval (par exemple) ou celle d'un lion, d'un ours ou d'un loup??
    On a une vision de face, une vision de chasseur comme le lion, l'ours ou le loup, pas une vision de côté comme celle des proies, et donc pourquoi auraient-on besoin d'une vision pareille pour manger des fruits ou une salade, je me le demande.
    Ps: arrête de prendre les autres pour des cons ça ne t'avantage absolument pas et ça ne te rend pas plus intelligent non plus, en fait tu fais exactement pareil que ceux du NOM que tu détestes

    RépondreSupprimer
  14. Tu manges des animaux c'est ton choix, tu les tue pas de tes propres mains donc c'est une forme d'hypocrisie de ta part point barre. Mais s'il te plait n'en fait pas une généralité non plus, l'homme n'est pas adapté à consommer de la viande rouge. Et à propos des hommes préhistorique, oui ils vivaient très longtemps, celui qui était frugivore mais pas l'homme des cavernes qui mourraient de malformations, de maladies des os etc, l'homme des caverne est l'homme des tropiquues qui a migré dans les pays froids et qui a dégénéré. Toutes les civilisations basé sur la viande ont dégénéré. La qualité de vie dépends bien entendu de quantité de viande (acidification) car la viande dans le colon créé des acides uriques tres dégéneratives pour le corps. Je détiens pas la vérité et je ne suis pas plus intelligent que toi mais la différence est que je me documente et que je me base sur les expériences des hygénistes dans le monde contemporain et du passé. Je te cite pas de noms car cela ne t'interesse pas. Alors maintenant arrette de m'accuser de tous les maux, tu es sur un régime carné dans un environnement exceptionnel (peut etre fais tu parti d'une élite riche qui peut se le permettre ?) mais tout le monde ne vit pas comme toi dans un paradis. En ville tu ne peux pas te procurer de la viande de qualité, non industrielle, c'est la réalité. Après manger de la viande, je ne vois pas l'intéret car dans le règne végétal on obtient des protéines de bien meilleure qualité sans la souffrance animal. Savais-tu qu'un cochon à autant d'intelligence qu'un chien et que nous partageons 97% des chromosomes ? et pourtant ce dernier est torturé à mort tous les jours avant d'être sauvagement égorgé.
    Effectivement des protéines animales j'en consomme un peu quand je mange un ver dans la pomme, ou un petit insecte dans mes légumes.
    Sache qu'il y a eu des peuplade de végétarien : les moines de shaolin, les boudhistes, tibétain, les peuples Esséneins, les Indous, un beau petit pourcentage d'Israélien, et dans les pays anglo-saxon c'est en train de bouger grave depuis qu'il y a une prise de conscience avec les acteurs : brad pitt, Forest Whitaker et j'en oublie sans compter les sportifs qui peuvent grace à cette alimentation pratiqué leur sport longtemps et vieux contrairement au sportif carné qui claque dès l'âge de 30/40 ans. Le peuble japonais aussi chez les ninja qui développaient des capacité surhumaine tout au long de leur vie. Donc oui les végétariens sont suppérieur au carnivore on le voit dans la nature (le cheval, l'éléphant, le gorille), ce n'est pas une prétention de ma part mais une constatation. Un lion dort plus de 12h par jour et il est un gros féiniant, le léopard court très vite mais sur une courte durée, les gazelles ont une meilleur endurance et résistance. Voila tout ce que je fais c'est pas de l'intellectualisme mais de la constatation avec l'anatomie comparée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'es vachement aveugle là, où ais-je dit que je ne mangeais que de la viande?????????????????et en plus que de la viande rouge???????????????
      je mange en général du poulet, mais c'est plus un accompagnement des légumes que l'inverse, alors de tes idées préconçues sur ma personne tu peux te les garder!!!!
      Je ne fais pas partie des riches non plus, car si j'en faisais partie je pourrais me payer un lopin de terre à 400.000€ pour cultiver des radis, mais ça je ne peux pas!!!
      Quant aux autres ils font ce qu'ils veulent, rien à foutre!!
      quant à l'acide urique il vient du sucre principalement

      Supprimer
    2. Je vais faire attention de m'égarer maintenant, comme je disais au début : les viandes, le poisson, le soja, et les céréales ainsi que toutes les colles ne sont pas adapté pour l'être humain qui est par nature frugivore (consomme principalement des fruits, des légumes, des noix et quelques protéines), c'est compris Michèle ? moi si j'avais un terrain je me ferais une agro-foresterie plus rentable et pas besoin d'entretenir. Pour le sucre tu parles de quelle glucides ? amidon, sucre rafinée ? cela fait une énorme différence, on voit bien ta totale méconnaissance de la physiologie et de la biologie humaine. Je te laisse un petit peu t'instruire par ici et là avant de débiter des conneries et surtout d'en faire des généralitées sur le mode alimentaire de l'être humain. Mes idées préconcue comme tu dis, sont inspirées de personnes un peu plus évoluées que toi, en commençant par Hyppocrate le père de l'hygiénisme, qui pratiquaient depuis la grèce antique le végétalisme, désolé pour toi. Au passage tes références sont très pauvres ou nulles avec de la vulgarité en prime (voir de la haine) et tes fondements sont erronés, je rencontre beaucoup de gens ancrés sur le mythe de la protéine, en pensant que l'être humain préhistorique mangeait de la viande. Excepté l'homme des cavernes qui en consommé avec toutes les conséquences que l'on sait. Si nos ancètres étaient carnivores, soit il aurait disparu (et nous avec), soit son intestin aurait eu des modifications, ce qui n'est pas la cas.

      Supprimer
    3. tiens puisque je suis une idiote sans connaissance aucune tu devrais lire ça: http://www.christophe-carrio.com/blog/files/40bca5a85ad3a660e360e8c76f4b9cc7-50.html#.VommbVKwuuc
      tu m'expliqueras après comment tu fais pour ne pas être malade en avalant tant de fruits
      et tu expliqueras aussi à l'acteur Ashton Kutcher qui a voulu copier Steve Jobs pour son film en ne mangeant plus que des fruits, comment il faut faire pour ne pas se retrouver à l'hosto après quelques semaines de ce régime http://www.grazia.fr/people/news/ashton-kutcher-il-s-est-rendu-malade-pour-incarner-steve-jobs-529106
      et si tu trouves que je suis vulgaire, toi tu es tout bonnement insultant, et ça c'est grave!!

      Supprimer
    4. merci pour ton lien. Il y'a effectivement une véritable croisade contre les fruits, à la demande des industriels qui les craignent comme la peste, en effet, il y a de quoi, car ils y perdraient des milliards.
      En gros le monsieur cargo a tout faux, je ne sais pas de quelle maturité de fruit il parle mais cela fait toute la différence. Effectivement les sucres de type amidon dans les fruits immature ou les féculent ont besoin de beaucoup d'insuline mais les fruits à maturité n'en a pas besoin pour passer la paroie cellulaire et son fructose est directement utilisé par la cellule en énergie (ATG), le surplus est stocké dans le foie en glycogène pour utilisation ultérieure.
      Par contre l'assimilation des sucres a besoin de glandes surrénales en bon état mais surtout que le passage dans l'intestins se fassent rapidement pour éviter les fermentations. Si les personnes sont dans un état de fatigue chronique et donc un état surrénales faible, le péristatie intestinal sera ralentie et les sucres fermenteront.
      C'est pour cela aussi que nous consommons un repas de fruits seul, à l'écart de des protéines végétales/fibres/noix plus longue à digérer. C'est la règle des associations alimentaire.
      On ne devient pas frugivore d'un coup après des années d'alimentation carné/industriel, le biote intestinal n'est pas près pour cela, d'autant plus que les champignons et autre candidat habitant seront là pour se nourrir de ce sucre et de produire des alcool et gaz toxique pour le corps. Il y a des étapes à franchir pour retrouver l'intestin originel. D 'ailleurs si on donne une alimentation frugivore à un bébé qui vient de naître ou un enfant, il y a aucun problème au contraire ! surtout si la maman ne peux donner le sain, le lait de coco mélangé avec des jus de légume est un excellent remplacement du lait de vache ! (testé personnellement et expérience dans mon entourage) cela prouve la nature frugivore de l'être humain.
      Cet acteur débile a fait le pitre et c'est bien fait pour lui. Va voir la vidéo sur youtube 'Fat, Sick and Nearly Dead' elle existe en français si tu veux.
      Je pense que tu es sur la bonne voie en essayant de regarder sur google, mais essaye tout de même de lire les témoignages du site de Thierry Casasnovas sur regenere.org il a fait beaucoup de chose pour la communauté française.

      Supprimer
    5. Le problème c'est que tu prends les gens qui ne pensent pas comme toi pour des demeurés, et tu le prouve dans ta façon d'écrire, et même si tu ne le penses pas vraiment c'est ce que les autres lisent.
      Je ne suis pas née de la dernière pluie, et je n'apprends absolument rien avec ce que tu racontes, je connais ça sûrement depuis bien plus longtemps que toi et d'ailleurs je m'y suis laissée prendre à ce jeu, mais après une longue descente aux enfers, j'en suis revenue, et plus personne ne m'y reprendra plus.
      Et entre parenthèse je ne regarderai rien de plus de ce Casanovas, ou maison neuve en français, parce ce coco n'est pas très clair, et il se fait beaucoup de pognon sur la naïveté des gens
      D'ailleurs du même genre il y en a un comme ça en espagne qui dit ne se nourrir que de fruits et d'un peu de légume et qu'il n'a pas perdu ses muscles, car il est sportif, mais en cachette tous les jours au matin, il se boit une poudre diluée dans de l'eau qui n'est en fait qu'un produit hyper protéiné pour les sportifs justement
      Mais concernant les sportifs, j'ai appris il y a peu qu'un centre sportif avait fait des tests avec ses élèves, en leur donnant d'un côté des fruits et des légumes donc basée sur les glucides, et de l'autre une alimentation basée principalement sur la graisse, végétale comme animale, et les résultats ne sont pas ceux que tu pourrais espérer, mais ceux qui mangeaient les graisses ont eu les meilleurs résultats aux tests d'endurance. Tu connais la cétose???

      Supprimer
    6. Non je te prends pour une demeuré toi particulièrement ... lol ... sérieusement Michèle tu en a pas marre de ta propagande anti-vegan. Si il y a beaucoup de gens qui vont bien avec cela pourquoi les accusés d'extrémistes et de voleurs en prime ? Casasnovas ne gagne pas d'argent sur les vidéo youtube, il partage les connaissances. Tu ferais mieux de t'en prendre aux hobbies industriels et de tous les docteurs en médecine qui tuent les gens chaque jour.
      Tes histoires de gonflettes ne m'intéresse pas, puisque j'arrive à obtenir les muscles adéquat sans protéines animales. Je plains ces pauvres neuneu. La spiruline, micro-algue, a bien plus d'acide aminés et de meilleurs qualités que la viande. Oui, les graisses végétales sont nécessaire, comme l'huile de coco et elles font partie de ma vie pour réparer les tissus, encore une fois tu comprends que dalle de la physiologie. Oui je connais la cétose va voir le travail de Natasha Campbell, mais je ne souhaite plus papoter avec toi.
      ciao

      Supprimer
    7. Le gourou a fait une sympa vidéo sur les sucres et les candidose, très instructif d'autant plus qu'il cite les études et les sources à chaque fois :
      https://www.youtube.com/watch?v=EiQ_Z2tw2AU

      Supprimer
  15. pour ceux qui cela interesse une vidéo en anglais de brendan brazier https://www.youtube.com/watch?v=Jqpjap8rewo un ironman triathlète vegan qui explique que consommer des protéines animales est anti-productif et très mauvais pour le corps. j'ai écris sur mon blog que l'être humain est une machine à glucose. Quand il ne trouve pas de fructose (forme de glucose la plus simple) et il va alors dégrader des amidons, ou des lipides, voire des protéine pour obtenir son énergie mais avec un rendement métabolique très médiocre et des conséquences d'acidification globale, donc une dégénération des tissus et une déminéralisation profonde.

    RépondreSupprimer
  16. L'éternel combat entre ceux qui savent et ceux qui pensent savoir. Bien sùr que l'humain est un primate frugivore, ça ne fait aucun doute. Le riz, les légumes et la plupart des céréales contiennent tout ce qu'il nous faut pour survivre, car fondamentalement toutes les cellules sont faites des mêmes ingrédients, mais nous ne sommes pas adaptés à les digérer convenablement, et notre langue les reconnait d'ailleurs comme très mauvais tant qu'on ne les garnit pas avec de nombreuses épices, sels, huiles et sauces. Pareil pour la viande, laquelle doit en plus de ça être vidée de son sang naturel, être cuite et stérilisée...
    Pour la question de l'omnivore : on ne dit pas d'une vache nourrie à la farine animale qu'elle est omnivore, eh bien c'est pareil pour nous, manger de la viande transformée chimiquement ne fait pas de nous des omnivores pour autant. D'ailleurs, un omnivore qui n'aime pas le goùt de la chair fraiche et du sang, on appelle ça un paradoxe. Ce qu'il fallait démontrer...
    Et penser qu'une alimentation transformée chimiquement est bonne pour notre santé est d'une stupidité incroyable. Seuls les fruits, noix et jeunes racines nous sont agréables au goùt à l'état naturel, eux seuls nous sont idéaux, point. Cela dit, il faut soit vivre dans un endroit paradisiaque soit avoir un portefeuille bien rempli pour s'acheter des fruits mùrs et bien sucrés, ce n'est pas donné à tout le monde.
    Et le point le plus important est celui-ci : il faut être complètement stupide pour tolérer l'abomination des élevages actuels, et les stupides sont nombreux, les imbéciles s'acharnent à essayer de justifier leurs actes au lieu de les remettre en doute avec logique, c'est plus confortable, et ça les plonge dans une auto-satisfaction malheureuse.

    RépondreSupprimer
  17. ah nous sommes encore sur un blog soumis à l'approbabtion de son possesseur ? la liberté d'expression ne semble importante que pour les gens intelligents, ainsi mon message précédant n'aura pas été accepté, puisqu'il va à l'encontre de ton petit savoir d'adolescent trop sùr de lui.

    RépondreSupprimer
  18. tiens, un copain à l'autre qui vient à la rescousse!!
    raté pour le viande crue, moi j'aime ça depuis que je suis toute petite!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faut mieux effectivement consommé de la viande cru que cuite. Info qui va te plaire : les anciens ninja bien que végétaliens, consommés de temps en temps (pour les graisses saturés) du poissons, notamment des sardines, crues.

      Supprimer
    2. Moi aussi, Michèle; c'est classique, ils se mettent en meute (comme les loups?) Pour attaquer, vu la pauvreté argumentaire; je clôturerai aussi, ça me lasse, depuis très longtemps

      Supprimer
  19. Laurent, ta preuve que nous sommes frugivores vient d’un blog ? Pourquoi pas après tout. Mais bon, tu admettras que comme preuve, on peut facilement trouver le contraire de la même façon.
    Mes parents, 80 et 85 ans, mangent de la viande 2 fois par jour depuis toujours et se portent à merveille. Perso, j’en mange rarement (depuis que j’ai quitté la maison familiale bien sûr) et je me porte à merveille à 54 ans. Les seules fois où je vais voir un médecin, c’est pour obtenir une licence sportive. Une fois par an.
    Je connais des mangeurs de viandes dans un piteux état et des végétariens de même. Et le contraire pareil. Si j’ai quasiment arrêté la viande, c’est plus par respect des animaux. Mais bon, je me dis que je devrais aussi arrêter d’utiliser ma voiture, par respect du pillage des pays pétroliers et mon téléphone et ordi par respect du pillage des terres rares (je veux dire des gens qui meurent dans ces pays parce que nous avons besoin de leurs ressources). Ya pleins de combats à mener que je ne mène pas.
    Mais je m’égare. Mais j’aime m’égarer derrière les décors.
    Ce qui me fait le plus peur chez l’être humain, ce n’est pas son statut d’herbivore, végétarien, omnivore, carnivore, c’est plutôt sa propension à défendre un drapeau. Qu’il soit celui d’un pays ou bien encore d’une idée. Et cela avec rage, insulte et condescendance.
    Fin de l’égarement.
    Et s’il y avait des microbiomes ou biotes carnivores et d’autres herbivores (enfin végétariens), et d’autres encore capables de gérer les deux ? C’est impossible ça ? Je n’y connais pas grand chose, mais pour moi ça semble aller.
    Comme il y a des gens qui sont la plupart du temps en bonne santé et d’autres souvent malades, et ce, quelque soit leur alimentation (enfin à condition de ne pas manger des trucs avariés ou en quantité énorme).
    Après, savoir exactement ce qu’était l’humain au tout départ, c’est plutôt difficile, non ? Vu son tempérament, j’opterais quand même pour prédateur (sans parler de la position des yeux qui, effectivement, est typique des prédateurs). Après certains mangeaient peut être des fruits et d’autres de la viande. Peut être que pour s’adapter, il a fallu changer pour d’autres.
    Cela dit, rien n’empêche de changer. Et d’habitudes alimentaires et de microbiote. Peut être même qu’il est possible de changer en jetant tous les drapeaux des idées arrêtées et des certitudes.
    Cela dit, le dernier changement n’est surement pas pour demain. Détenir la vérité a la fâcheuse tendance à figer la réflexion, et ainsi la possibilité de changer.
    Bon ap !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut Roujsend,

      non pas spécialement c'est un consensus d'après les expériences de chacun/personnelles et les recherches scientifiques, ici quelques pistes : http://cru2vie.org/blog/Letre-humain-est-frugivore-les-preuves
      Tous les naturopathe prescrivent ce type de régime car c'est pas pour rien qu'il y a des résultats sur la santé : voir mon article sur l'homéostasie : http://cru2vie.org/blog/Lhomeostasie et la chimie : http://cru2vie.org/blog/La-chimie-ou-lequilibre-acido-basique avec cela c'est la base pour comprendre. Je me suis servie des travaux du Dr Rober Morse et de Thierry Casasnovas, j'invente rien, je fais du relais.
      Pour tes grands parents c'est normal, si ils ont démarré avec un grand capital minéral, la viande et le stress auront du mal à venir à bout de ce capital. Mais aujourd'hui ce capital minéral diminue comme une peau de chagrin et nous mourrons plus tôt, avec des maladies dégénératives et chronique de plus en plus précoces.
      Pour les microbiomes carnivores et végétarien différents, c'est clairement oui. Sauf que le microbiome carnivore chez un être humain est une catastrophe au niveau santé. Il y'a qu'a voir toutes les maladies développées par le peuple américain.
      Il y a la santé apparente on ne la voit pas, comment tu explique qu'un fumeur ne suffoquent pas en fumant ? parce que son corps s'est adapté et ne rejette plus la fumée (sauf les premières fois), le système nerveux est tellement à bloc que l'organisme ne fait plus rien pour sortir les toxines, il va les stockés (acidification, déminéralisation, obésité etc ...)
      Je t'invite à aller voir les vidéos de thierry casasnovas pour comprendre tout cela.
      Pour la vérité, comme disait coluche: "ce n'est pas parce qu'ils ont tous tords, qu'ils ont raisons".
      J'espère que ma réponse n'est pas trop présomptueuse.
      bon ap toi aussi

      Supprimer
    2. Coluche n'est peut être pas le bon exemple. Il aimait viande et bière... Mais bon, citer les gens connus c'est toujours de bon ton. Sauf que ça ne prouve rien. Franchement, une citation de Coluche pour prouver que tu es dans le vrai. Il a dit aussi, c’est peut être un autre mais quelle importance, « j’ai l’esprit large et je n’admets pas qu’on dise le contraire ».
      Je vois juste que tu fais de la pub pour ton blog. Alors soit tu cherches des ouailles prêtes à suivre le gourou que tu aimerais être et dans ce cas, je n'ai plus grand chose à te dire. Soit tu es honnête et effectivement ta nouvelle façon de manger t'a permis de te sentir mieux et tu as une folle envie de partager ce que tu as appris. Tant mieux pour toi et ta famille.

      Cela dit, lorsque je regarde le vivant, je vois surtout une extrême diversité. Malgré les apparences, nous ne sommes pas tous bâtis de la même manière. Certains sont sujets à plein d'allergies, d'autres non. Certains sont en bonne santé, d'autres non.
      Sûr que si comme toi, j’avais eu des problèmes de santé (je te cite : nous avons grâce à ce type d'alimentation soigné tout nos maux, plus de médicaments et de docteur depuis plus d'un an, moi à 44 ans etc…) j’aurais cherché une solution pour sortir de ce calvaire. Ce n’est pas mon cas, ni celui de mes parents (et non pas grands parents comme tu l’as compris mais mes grands parents (surminéralisés si j’ai bien saisi) avaient aussi une bonne santé). Ni celui de la majorité des membres de ma famille. Une histoire de gènes ? Va savoir.
      C’est peut être une histoire de loterie, ou pas, mais nous pouvons manger de tout sans aucun problème mais sans nous gaver non plus. Et nous vivons vieux. Et crois moi, j’en suis bien content. Car effectivement, ce n’est pas le cas de tout le monde. Quand je vois le nombre de personnes faisant des intolérances à ceci ou cela, je me dis qu’il y a un réel problème. Qui n’est pas obligatoirement essentiellement alimentaire. Peut être juste parfois un problème de rapport avec la nourriture, mais c'est une autre histoire.
      Et je connais aussi tout un tas de gens en très bonne santé et qui mangent de tout (sans excès).
      Tu prends exemple sur le peuple américain. Le problème est en grande partie dû à la quantité (un peu aussi à la qualité, je l’admets) qu’ils ingèrent. Je ne sais pas si tu es déjà allé là bas, mais c’est hallucinant !

      Perso, je mange seulement lorsque j’ai faim et dans ce cas, mon corps est assez « intelligent » pour savoir ce qu’il veut. Il me suffit d’ouvrir placard et frigo et je sais exactement ce dont j’ai besoin. Et comme je n’ai pas de frigo (ni de placard) transportable, j’ai toujours sur moi une tablette de chocolat… un délice le chocolat.

      Voilà, voilà. Alors, si comme ma deuxième supposition, tu es honnête, parle aux gens malades, ou du moins à ceux qui ont des problèmes de santé. Et un conseil, ne présente pas tes connaissances comme La Vérité, tu ferais fuir les plus intelligents et n’attirerais que les débiles. (malades et débiles en même temps, tu vois le topo ?) Après si tu cherches des ouailles, continue comme ça, les débiles viendront à toi, mais fais gaffe au mimétisme…

      Puisque tu parles de citations, Nietzsche a dit : l’ennemi de la vérité, ce n’est pas le mensonge, ce sont les convictions. Et ce n’était pas de l’humour.

      Supprimer
    3. bon ok, je te répondrais simplement :
      "L’alimentation optimale est la médecine de l’avenir" -- Linus Pauling — Prix Nobel de la paix et Prix Nobel de chimie.

      Pour la vérité, ce n'est pas moi qui l'a détient, seul Dieu l'a.
      Nous, nous pouvons seulement constater l'évidence avec tout l'émerveillement de la nature et répandre la bonne nouvelle autour de nous :

      Cuvier :
      " L'anatomie comparée nous enseigne qu'en toute chose, l'être humain ressemble aux animaux frugivores, et rien aux carnivores ... Ce n'est qu'en déguisant la chair morte rendue plus tendre par les préparatifs culinaire, qu'elle est susceptible d'être mastiquée et digérée par l'humain chez qui, de la sorte, la vue des viandes crues et saignantes, n'excite pas l'horreur et le dégoût. "

      Owen :
      " Les anthropoïde et tous les quadrumanes, dérivent leur alimentation des fruits, graines et autres succulentes substances végétales et la stricte analogie entre la structure de ces animaux et celle de l'humain démontre clairement leur frugivorisme naturel. "

      Darwin :
      " La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d'une façon évidente que la nourriture normale de l'être humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec des bêtes sauvages ou les animaux carnivores. "

      Huxley :
      " L"humain vint avant la hache et le feu, il ne pouvait donc pas être omnivore "

      " La longueur de l'appareil digestif de l'humain est de 5 à 8 mètres et la distance entre la bouche et le coccyx est de 50 à 80 cm, ce qui nous donne un rapport de 10 comme pour les autres animaux frugivores, et non pas de 3 comme les carnivores ou de 20 comme les animaux herbivores. "

      Supprimer
    4. Bon ok, on va finir là. De toute façon, je crois que chacun de nous va rester sur ses positions.

      « Pour la vérité, ce n'est pas moi qui l'a détient, seul Dieu l'a.
      Nous, nous pouvons seulement constater l'évidence avec tout l'émerveillement de la nature et répandre la bonne nouvelle autour de nous : »
      Attends, ne dis rien, c’est une citation des témoins de Jehova ? C’est ça ?

      Je sais que depuis toujours (longtemps du moins), l’homme cherche à s’identifier à un groupe, mais je suis toujours surpris d’entendre quelqu’un parler de ses idées en disant « nous ». Nous sommes ceci ou cela, pensons ceci ou cela. Ca rassure surement l’individu mais à quel prix !

      Flippant.

      Pour les autres citations, je n’ai pas lu tous les auteurs, mais pourrais tu me dire dans quel livre Darwin a cité cela. Dans les nombreux sites végétaliens ou rien ou vegan qui apparaissent (et pullulent) lorsque je tape Darwin omnivore ou carnivore ou régime, nombreux sont ceux qui disent tirer cette citation de « l’origine des espèces ». Or, c’est faux. Je l’ai lu, je l’ai là, sur l’étagère qui me fait face et cette citation n’apparaît nulle part. Alors, si tu savais quel livre, je veux bien. Sinon, pas besoin de répondre.

      Mais je pense que c’est le truc qui se copie et se répète, sans que personne n’ai vraiment fait l’effort (car il y a une part d’effort à faire pour le lire) de lire Darwin. A moins que mon édition ait été censurée par un lobby (et non pas hobbies ou hobby) de la viande.
      Cela dit, depuis Darwin (perso, à par la sélection naturelle, j’ai un peu de mal avec ses idées), il y a eu pas mal de recherches et découvertes (heureusement, car il est bien flippant aussi parfois). Et nos cousins anthropoïdes, si on le croit (mais tu dois le croire puisque tu le cites) chassent aussi à l’occasion (pas besoin de feu ou de hache) et se nourrissent parfois de viande. Sans que ça soit leur nourriture principale.
      http://www.persee.fr/doc/bmsap_0037-8984_1992_num_4_3_2320

      Je ne mets pas vraiment ce lien pour toi, tu t’en doutes, mais plutôt pour ceux qui passeraient par là, pour qu’ils puissent se faire une idée personnelle.

      Le lobby de la viande existe, c’est clair. C’est une horreur, vraiment. Mais déjà se dessinent parmi de gros industriels de l’agro-alimentaire, des lobbies des fruits et légumes (on va en bouffer de l’ogm, crois moi). Et ils utilisent les mêmes techniques. Des groupes de gens défendant les mêmes idées, sans réflexion individuelle, répétant des phrases toutes faites, souvent sorties de leur contexte, sans jamais avoir lu leurs auteurs. Suivant des bergers sortis tout droit de ces lobbies contre lesquels ils disent lutter.
      Vaste blague.
      A tchao, au vent mauvais des aveugles troupeaux.

      Supprimer
    5. mon pauvre Roujsend, oui on va en rester là il vaut mieux, tous les végétaliens comme moi n'ont pas besoin de troupeau comme toi ou de vérifications scientifiques puisque nous vivons dans nos corps la régénération des tissus, cela s'observe sur nos cheveux, notre peau, notre endurance et notre capacité d'assimilation (possibilité de jeuner longtemps), notre qualité de sommeil, nos capacités physiques décuplées etc ...
      Les citations de bcp d'illustre personnes que je met en avant c'est pour vous montrez de façon public l'origine de l'être humain qu'on se garde bien de dire dans les média, bien au contraire et comme tu le fais ici. Notre bonne foie sera toujours de toute façon mise en doute, et c'est normal au contraire, chacun doit croire sa vérité en fonction de son expérience.
      Ce que je demande est une plus grande ouverture d'esprit et la capacité de tout remettre à plat le système mais tu fait parti d'un système qui bloque tout. Sache qu'on est tout de même une minorité et que tu fais toi même partie de la pensée unique.
      Vaste blague toi même, ton discours est pour moi très ambigüe.
      adios

      Supprimer
  20. Bonjour,

    On pourrait spéculer indéfiniment sur l'origine de l'homme et sur son mode d’alimentation. Ce en quoi il est certain, c'est qu’actuellement, il y a une grande confusion (serait-elle d'ailleurs entretenue ?) concernant les choix alimentaires. Même au niveau des autorités compétentes, certaines vous incitent sur la voie de l'omnivore, d'autre sur celle du végétarisme, d'autres encore vous imposent tout un nombre de cadres strictes.

    Le désordre est telle qu'il est de nos jour, comme le disait un médecin remarquable que je consultais de temps à autres, si l'on se base sur les innombrables études, possible de contrecarrer quelconques arguments scientifique par un autre argument scientifique contraire. Ce qui donne potentiellement une légitimité à tous les point de vue.

    Il est bien aisé de comprendre qu'on ne peut réellement se fier à quoique ce soit et que chacun à donc la responsabilité de trouver l'alimentation qui lui soit favorable. Bien qu'il y est beaucoup de tromperies, je pense qu'il est tout de même nécessaire de s'informer en premier lieu du mieux que l'on peut puis m'être à l'épreuve le savoir accumulé afin de voir si celui-ci est véridique ou non.

    Pour ma part j'ai essayé le végétarisme et le frugivorisme. Et ça n'a pas marché. Cela a résulté par une maigreur prononcé, une fatigue physique et psychologique, certains problèmes de mémoires et des difficultés pour me concentrer.
    Actuellement je mange la plupart du temps de la viande d'animaux élevés consciencieusement (rouge qui plus est), des acides gras saturés et quelques légumes. Et c'est ce qui me nourrit profondément.

    C'est personnel et chacun doit faire ses propres expériences (et surtout sans être entraver par de fausses croyances qui pourrait voiler l'objectivité et nous faire poursuivre un comportement malgré les signes contradictoires apparents). Je pense par exemple qu'il est hypocrite d'avoir une compassion exclusive pour l'animal alors que le végétal n'en est pas moins vivant. La condition humain actuel fait de nous des prédateurs envers les règnes "inférieurs" et il est bon de l'accepter comme tel.

    Pour finir, je voudrais juste ajouter mon grain de sel en disant, comme unique argument d'importance, que les maladies cardiaques ont explosé lorsqu'il à été nationalement et mondialement décidé de pointer du doigt les acides gras saturés comme causes probable de celles-ci, sur base d'une meta-analyse qui s'est avérée être bidonnée.

    Merci et bonne journée !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te renvoie à matter ce post peut-être comprendras-tu ton échec.
      http://regenere.org/forum/alimentation/regeneration-pas-t9827.html
      Les acides gras saturé sont indispensable pour le corps, mais lesquels ? celle issues des végétaux sont très bonnes.

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Un échec selon tes convictions, ça oui.

      Je n'ai rien contre Thierry Casasnovas et l'univers qui l'entoure mais, sa maigreur, le fait qu'il est perdu ses dents et la cirrhose du foie qu'il se trimbale me laisse en droit d'être dubitatif concernant 'le régime physiologique" que celui-ci véhicule.

      Et puis zut, on en fait tout un plat sur l'alimentation. Mangez ce qui vous fait du bien et sa suffira amplement.

      Supprimer
  21. maigreur ? il est normalement constitué, il s'est bien reconstruit depuis 8 ans, il a faillit mourrir avec 2 arrêts cardiaque et 30 kg de poids, sa nouvel alimentation lui a plutôt bien réussi. Il a perdu ses dents lors d'un accident de voiture en Thailande. J'ai pas entendu de cirrhose de foie, ou tu as entendu cela ?
    Va voir Rich Roll, Brendan, Franck Medrano, des veganiste à fond et sportif de haut niveau.
    Et puis tu as raison, mangez ce qui vous fait du bien, si il y a pas de plaisir ça ne peut pas marcher.

    RépondreSupprimer