Bistro Bar Blog

dimanche 1 novembre 2015

Les addictions



L'addiction est-elle reliée au 
plaisir ?

Par le Dr Lance Dodes

Traduit par Hélios

Le penser est une erreur de très longue date.

Depuis 5000 ans, on confond plaisir et addiction. La raison en est que les formes habituelles d'addiction, comme la consommation d'alcool, de drogue, ou les jeux d'argent procurent souvent du plaisir. Cette correspondance de surface a conduit historiquement les gens à conclure que quelqu'un fortement déterminé à boire, à prendre des drogues etc. doit rechercher davantage de plaisir. Il n'y a qu'un pas à franchir avant de croire que les dépendants sont des hédonistes sans morale, des gens qui sont à la recherche d'un plaisir personnel, peu importe ce qu'il en coûte à leur entourage ou même à leur propre avenir. Bien entendu, tout ceci est faux.

L'addiction n'a rien à voir avec le plaisir, même si ceux qui souffrent d'addiction le pensent. J'ai connu pas mal de personnes souffrant d'alcoolisme, par exemple, qui m'ont dit que la boisson était chez eux facile à comprendre : ils aiment simplement l'effet de l'alcool. Mais un bref instant de réflexion montre l'écueil de ce raisonnement. Presque tout le monde apprécie l'effet de l'alcool. En fait, même si beaucoup de gens aiment l'effet de l'alcool, ils n'en sont pas pour autant alcooliques. En réalité, si aimer l'alcool était la raison de l'alcoolisme, la plupart d'entre nous serions alcooliques. Aimer ce qu'on boit ne peut être une explication de l'alcoolisme.


Sachant ceci, il existe une règle simple et utile à garder en mémoire si vous n'êtes pas certain que vous, ou quelqu'un d'autre, êtes alcoolique :

Si vous buvez uniquement parce que vous aimez ce que vous buvez, alors vous n'êtes pas alcoolique.

(Je prends l'exemple de l'alcoolisme, mais cette règle et tout ce que je dis ici s'applique à tous les comportements d'addiction.)

Il existe une autre raison au fait qu'aimer un comportement ou en tirer du plaisir ne peut expliquer une addiction. En se servant à nouveau de l'exemple avec l'alcool, si le plaisir était la raison de boire des alcooliques, alors ils s'arrêteraient ou contrôleraient leur ingestion dès qu'elle commence à leur causer des problèmes, tout comme ils arrêteraient ou contrôleraient leur consommation de sucreries si le médecin leur disait qu'ils ont du diabète. Après tout, les gens affligés d'addiction ne sont pas plus intrinsèquement auto-destructeurs que les autres. Leur vie peut être ruinée par leur addiction, mais sur d'autres plans ils sont aussi raisonnables, attentifs et réfléchis que le reste du monde. Pourtant ils ne stoppent ni ne contrôlent leur comportement addictif. Il est clair que quelque chose de différent et de plus profond que le seul plaisir les motive.

La pulsion de répétition du comportement addictif est, en fait, complètement différente de la recherche de plaisir. La pulsion derrière l'addiction est liée au besoin évolutif normal de se sortir d'un piège, de chasser des sentiments d'une écrasante impuissance. L'acte d'addiction apporte un soulagement temporaire en atténuant le sentiment d'être totalement sans défense. Ce qui explique pourquoi les gens avec des addictions les gardent malgré le mal qu'ils se font et font aux autres. D'un point de vue émotionnel, ils réagissent à une pulsion bien plus importante que la préoccupation d'un risque à long terme.

L'addiction n'est en fait rien d'autre qu'un moyen très courant pour tenter de gérer des ressentis d'intolérable impuissance. Quand les mécanismes de gestion fonctionnent mal, comme on le voit avec l'addiction, nous les appelons symptômes. L'addiction n'est ni plus ni moins qu'un symptôme psychologique, un moyen de gérer un état émotionnel difficile, comme tout symptôme vécu. Elle n'a rien d'une envie de défonce, d'un besoin de satisfaction ou d'éprouver un quelconque plaisir.

Comprendre cela aiderait à mettre fin au mépris inapproprié dirigé depuis des milliers d'années contre les gens souffrant d'addiction et aiderait à mettre fin au mépris inapproprié dont ils s'accablent trop souvent.

2 commentaires:

  1. (... cette règle et tout ce que je dis ici s'applique à tous les comportements d'addiction.)
    Donc TOUT ce qui se mange ou se porte à la bouche Que ce soit Pizza , Hamburgers (aidés par les ajouts Mc Do ?), Tabac (aidé par les ajouts des cigarettiers ?) etc...Pour combler en urgence un état d'anxiété inconscient ET INSTANTANÉ déclenché par un signal, que ceux que le Dr Dodes appelle "les gens souffrant d'addiction"! SIGNAL qui n'est pas perçu ni analysé comme déclencheur !
    Découvrir ce signal, et remonter à sa source, permet de retrouver le plaisir de consommer, sans la culpabilité de l'addiction dont la société affuble celui qui en souffre !
    ************
    L'analyse du Dr Dodes est certes pertinente mais se contente de décharger sur la société et les proches la gestion du problème ( vous êtes coupables du regard que vous avez sur celui qui est dans l'addiction !) .
    Mais c'est ainsi que fonctionne "la médecine du XXI ème siècle) , vous savez celui des progrès !

    RépondreSupprimer
  2. La magnifique bannière me rappelle de très bons souvenirs, sauf que quand j'y étais, c'était tout vert !
    Bien dit NED !
    Perso, je déplore que beaucoup de gens soient très fidèles à l'addiction de la bêtise... !
    Non Hélios, je n'oublie pas, pas le temps, suis très très peu à l'ordi, (qui fut bien en panne) , départ dans 2 jours !!! bises ♥

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.