Bistro Bar Blog

dimanche 30 août 2015

La statue de la "liberté" franc-maçonnique



Elle est l’œuvre des franc-maçons Bartholdi et Eiffel. Cette statue devait être initialement placée à l'entrée du canal de Suez (à Port Saïd en Égypte) pour son inauguration en 1867 et arborer une flamme symbolisant "L'Orient montrant la voie" (le Grand Orient maçonnique, bien sûr). Après le rejet de ce projet, elle devint une "statue de la liberté" pour commémorer le centenaire de la Déclaration d'indépendance américaine et fut érigée sur l'île Bedloe (rebaptisée Île de la Liberté, Liberty Island). Elle devait symboliser aussi le cadeau d'amitié de la France aux États-Unis (une amitié qui perdure…).

Le flambeau qu'elle brandit aujourd'hui n'est pas celui d'origine, il a été changé en 1986.
Torche d'origine

Pour le décodage du symbole de la flamme franc-maçonnique, allez lire ICI

Il existe de nombreuses répliques de la statue (il y en a 22 rien qu'en France), comme par exemple celle qui a été érigée en 1889 sur l'île aux Cygnes à Paris. 

L'article ci-dessous reste politiquement correct en résumant l'histoire de la construction, mais il s'accompagne de nombreuses photos.

1875-1886

La construction de la Statue de la
 Liberté


Retronaut

Traduit par le BBB

Presque 90 tonnes de cuivre et une collecte de fonds effrénée

Le bras droit et le flambeau exhibés lors de l'Exposition du Centenaire à Philadelphie en 1876

Au début des années 1870, inspiré par l'abolition de l'esclavage et la victoire de l'Union dans la Guerre Civile américaine, le sculpteur français Frédéric Auguste Bartholdi [né à Colmar en 1864 et mort à Paris en 1904, auteur également du Lion de Belfort] conçut une idée. Il allait construire un cadeau "monumental" pour les États-Unis, geste d'amitié d'un pays ayant contribué à asseoir son indépendance.

Quand Bartholdi se rendit aux US afin de réunir des fonds pour le projet, il identifia Bedloe Island dans le port de New York comme le site idéal. Cette île se trouvait juste à l'entrée du grand port et était déclarée sur le plan fédéral comme "territoire commun à tous les états".

Le modèle de la statue néo-classique était celui de Libertas, la déesse romaine de la liberté, tenant un flambeau et portant la tabula ansata, représentant la loi. Bartholdi envisagea une statue portant une chaîne brisée, mais il eut peur qu'une référence aussi explicite à l'esclavage entraînerait des controverses. (La statue finale possède une discrète chaîne au pied.)


Le projet fut annoncé en 1875 et une collecte de fonds démarra, dirigée par l'homme politique français Édouard René de Laboulaye. Avant même la finalisation de la conception de la statue, Bartholdi construisit la tête et le bras droit porteur du flambeau, qui furent exhibés en 1876 à Philadelphie lors de l'Exposition du Centenaire [de l'indépendance].

1881 - La structure métallique imaginée par Gustave Eiffel
1883 - Diagramme des dimensions de la statue

1878 - La tête de la statue à l'Exposition Universelle de Paris

La construction débuta à Paris en 1877. Bartholdi recruta un ingénieur renommé, Gustave Eiffel, pour l'aider dans la réalisation de la structure. Eiffel élabora un squelette métallique innovant et souple qui permettrait à la statue de résister au vent sans se briser.

1880 - Construction de la statue dans l'atelier de Bartholdi à Paris

1882 - La sculpture du bras de la statue. Des ébauches figurent à l'arrière à droite

La statue fut officiellement terminée et présentée à l'ambassadeur américain pour la France, le 4 juillet 1884.

1880 - Bartholdi (à gauche avec le nœud papillon) supervise les travaux

À New York pendant ce temps, la construction du piédestal de la statue n'avançait guère par manque de finances. Joseph Pulitzer [celui du "Prix Pulitzer"], l'éditeur du New York World, organisa une collecte de fonds, en promettant de publier les noms de tous les donateurs. La collecte s'éleva finalement à 102.000 dollars, provenant pour la plupart de dons de moins d'un dollar.

Une vue de la tête à l'extérieur de l'atelier. Des dignitaires sont assemblés autour du pied de la statue


1884 - L'assemblage est terminé et la statue domine les immeubles environnants

4 juillet 1884 - La statue est officiellement présentée à l'ambassadeur des US à Paris

En 1885, la statue fut démontée et expédiée à New York par bateau. Le piédestal une fois achevé en avril 1886, le ré-assemblage de la statue fut réalisé par des ouvriers suspendus à des cordes. Chose étonnante (étant donnés les normes de sécurité de l'époque), il n'y eut aucun accident mortel parmi les ouvriers.

Les pieds de la statue à leur arrivée à New York

1886 - Le ré-assemblage de la statue sur son piédestal de l'île Bedloe

La statue, officiellement dénommée La Liberté éclairant le Monde, fut inaugurée le 28 octobre 1886.

La couleur verte, marque distinctive du monument, provenant de l'oxydation du revêtement de cuivre, ne fut pas visible avant 1900.

La statue en 1890



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.