Bistro Bar Blog

mardi 14 juillet 2015

Restauration d'un tableau de maître, pas à pas (épisodes 11 et 12)

Épisode 11, 22 décembre 2014 (LIEN)


Le portrait Jabach est remis à l'endroit


Par Michael Gallagher


Traduit par Hélios


Michael Gallagher fixe une nouvelle bande de renfort sur l'arrière de la toile


Une fois les graves déformations du haut du portrait Jabach réparées avec succès, l'étape suivante était de préparer la peinture en vue de la retendre. Ce qui impliquait d'y ajouter un nouveau renfort ; des morceaux de toile ont été collées sur les quatre coins de l'envers du tableau avec un encolleur chauffant. (Il est à noter qu'on peut les enlever facilement si cela s'avère nécessaire dans l'avenir.)

Puis il fallait retourner la peinture, ce qui est le sujet du court film ci-dessous. On était d'accord à l'avance sur la procédure, à la suite de moult discussions avec le conservateur George Bisacca, qui a totalement dirigé cette opération.

Commentaire de la vidéo :

Michael Gallagher et George Bisacca – assistés de Charlotte Hale, Jonathan Graindorge Lamour, Alan Miller et Cynthia Moyer – roulent la toile, qui repose sur la face avant, sur un grand cylindre de carton pour le retourner. Le carton est tout d'abord soulevé et posé sur l'envers de la toile et la bande de renfort supérieur est provisoirement agrafée sur le cylindre. Puis la toile est lentement enroulée autour du cylindre et ensuite déplacée sur la plate-forme. Enfin, le renfort du bas est attaché temporairement à la plate-forme et la toile est déroulée.

Voir la vidéo sur l'article.




Il est vraiment merveilleux de revoir l'avant de la toile et de pouvoir apprécier le plein impact de la composition, maintenant débarrassée de ses déformations. Elle sera bientôt de retour sur son châssis et mise debout. J'attends ce moment avec impatience !


Épisode 12,7 janvier 2015 (LIEN)



Portrait Jabach : des nouvelles du cadre


Par Keith Christiansen

Un échantillon du cadre fabriqué pour le portrait Jabach posé près de la toile. Photo de Keith Christiansen

Le portrait Jabach est maintenant de nouveau sur son châssis et Michael Gallagher est sur le point de passer du complexe travail structural qui l'a occupé ces derniers mois à celui des retouches finales et à l'application de vernis. En d'autres mots, nous sommes dans la dernière ligne droite.

L'avancement du cadre, sujet d'un précédent article, a été naturellement un sujet de préoccupation pour moi. Au fil des années nous avons mis en place des rapports professionnels avec un certain nombre d'encadreurs de New York et de Londres, mais il nous arrive de chercher ailleurs pour tenter de trouver un cadre d'époque approprié. Cependant la grande taille du tableau de Le Brun excluait surtout la possibilité de rechercher un cadre d'époque, il a donc été question de trouver un modèle et de se décider pour un atelier qui en ferait la réplique. Nous nous sommes finalement mis d'accord sur un atelier qui est en activité à Paris depuis 1847, chaleureusement recommandé par des collègues français. Nous avons fait le moulage d'une coupe d'un cadre d'époque de la collection du Metropolitan et leur avons demandé de le reproduire aux dimensions nécessaires.



L'avancement du cadre, avec deux options de dorure, dans l'atelier parisien de l'encadreur avec qui nous avons passé contrat pour le projet. Photo de Keith Christiansen.


La semaine précédant Noël, alors de passage à Paris pour affaires, j'ai pu voir l'avancement du travail. J'espère que vous serez d'accord avec moi qu'il y a toute raison de penser que le cadre présentera une fois achevé le mélange d'élégance et de sobriété exigées selon nous par ce tableau et qu'il aurait plu à Le Brun lui-même, comme on le voit avec les cadres des paysages accrochés derrière la famille, dans la grande maison parisienne de Jabach.


À suivre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.