Bistro Bar Blog

mardi 21 juillet 2015

L'argent n'a pas d'odeur

Pour la majorité des occidentaux, l'urine est considérée comme un excrément "sale" dont il faut se débarrasser. Mais certains pays, comme l'Inde, y voient un excellent remède à bien des maux avec la pratique d'Amaroli (ingestion d'urine ou application externe). Certains pays européens de l'antiquité, comme l'empire romain, en faisaient d'autres usages. Vous saurez aussi d'où provient le fameux dicton, titre de ma traduction.



L'argent n'a pas d'odeur : l'impôt sur l'urine dans la Rome antique



Traduit par Hélios


Dessin de reconstitution des latrines communales dans une ancienne ville romaine au nord de l'Angleterre
Les anciens romains ont transmis de nombreuses traditions à la société actuelle, mais ce qui est sûr, c'est que leur point de vue sur l'urine était bien différent du nôtre. Ils la considéraient comme très utile. Ils s'en servaient comme produit de nettoyage pour laver le linge, pour se brosser les dents et tanner le cuir. Les laveries de l'époque récupéraient même l'urine des énormes jarres en terre qui étaient installées dans les rues pour que les gens s'y soulagent. Il y eut finalement tellement d'urine utilisée et récupérée qu'un impôt fut imposé par un empereur romain. Pecunia non olet, ce qui signifie « l'argent n'a pas d'odeur » était une phrase célèbre inventée à la suite de cet impôt perçu par les empereurs Néron et Vespasien au 1er siècle avant notre ère.

Pièce d'or à l'effigie de l'empereur Vespasien



Les usages de l'urine dans la Rome antique
Alors qu'aujourd'hui nous tirons la chasse d'eau ou urinons sans même y penser, autrefois l'urine était considérée comme une denrée de valeur. L'urine contient une grande diversité de minéraux et de substances organiques importantes, comme le phosphore et le potassium. Les romains pensaient que l'urine blanchissait les dents et évitait les caries, ils s'en servaient donc comme bain de bouche et la mélangeaient à de la pierre ponce pour en faire un dentifrice. L'urine était en fait si efficace qu'on l'utilisa dans les dentifrices et les bains de bouche jusque dans les années 1700.



Pour les romains, l'urine la meilleure et donc la plus chère du marché provenait du Portugal. C'était soi-disant l'urine la plus puissante au monde et forcément le meilleur choix pour blanchir les dents. Bien que de nos jours la plupart des gens refuseraient l'option d'un dentifrice à base d'urine, cela fonctionnait pourtant vraiment ! C'est parce que l'urine contient de l'ammoniac qu'on trouve aujourd'hui dans de nombreux nettoyants ménagers. Si on laisse de l'urine dans un récipient ouvert, elle fermente en produisant de l'ammoniac par action de l'air. Du temps des romains, on s'en servait pour la lessive. Par sa composition en ammoniac, l'urine était également importante pour l'industrie des textiles, qui était un commerce en plein essor pendant l'empire romain. On utilisait souvent l'urine pour blanchir la laine ou le lin et tanner le cuir.

Le teinturier Veranius Hypsaeus, fresque de Pompéi

Le "vectigal urinae", l'impôt des collecteurs d'urine

Au premier siècle avant notre ère, l'empereur romain Néron percevait ce qu'on appelait le « vectigal urinae », ce qui se traduit du latin par « impôt sur l'urine ». Cet impôt s'appliquait à la collecte d'urine venant des urinoirs publics, puisque les basses couches de la société devaient se soulager dans de petits pots qui étaient ensuite vidés dans des fosses. On ramassait aussi l'urine des toilettes publiques des classes supérieures. Celui qui achetait l'urine payait une taxe, on récupérait ensuite l'urine des fosses et on la recyclait comme matière première pour un certain nombre de processus chimiques.


Toilettes publiques de l'ancienne Rome

Bien que l'impôt ait été finalement supprimé, il fut remis à nouveau en service autour de – 70 avec la succession de l'empereur Vespasien (gouverneur de Rome de – 69 à – 79). Quand Vespasien devint empereur, l'empire romain sortait tout juste d'une guerre civile qui avait presque entraîné un effondrement total. Et par-dessus tout, la trésorerie de l'empire n'avait plus un sou vaillant. Connu pour son amour de l'argent et ses impôts impitoyables (ce qui lui permit de mettre fin à la dette de l'empire romain, en laissant un surplus de trésorerie à son successeur), Vespasien prit en main le travail de réparation et de restauration de l'empire. Il commença par édicter une série de taxes pour redresser les finances, dont l'une était de fixer un tarif pour la collecte d'urine dans les urinoirs publics du Cloaca Maxima (grand égout) de Rome. Les premières toilettes publiques de l'histoire ont été aussi introduites par Vespasien en – 74.

Eau-forte montrant le Cloaca Maxima, 1757, Giovanni Battista Piranesi

Pecunia non olet : l'argent n'a pas d'odeur

Peu de temps après l'imposition de ce nouvel impôt sur l'urine , les beaux esprits romains se mirent à nommer ces toilettes municipales des « vespasiennes ». Le fils de Vespasien, Titus, qui succéda à son père comme empereur, considérait l'impôt sur l'urine comme une politique révoltante. Les historiens romains Dion Cassius et Suétone écrivirent, parlant dans leurs livres d'histoire de l'impopulaire impôt de Vespasien, que lorsque Titus s'en plaignit, son père prit une pièce d'or et lui dit, « Pecunia non olet », ou « L'argent n'a pas d'odeur ». La signification de cet acte, était, bien sûr, de montrer que l'argent n'est pas contaminé par sa provenance. C'est probablement la phrase la plus célèbre jamais prononcée par Vespasien et on l'emploie toujours communément aujourd'hui pour minimiser l'importance des sources financières discutables ou carrément illégales. Certaines personnes en Allemagne ont tellement aimé l'histoire des origines de la phrase qu'elles en ont même fait un jeu de société portant le même nom.



Les Vespasiennes de l'époque moderne


Même si Titus trouvait sordide l'impôt de son père, le bilan de Vespasien sur le long terme bénéficia à l'empire romain. La meilleure preuve en est peut-être son plus célèbre monument. Une partie du nouvel impôt sur l'urine servit à la construction du Colisée au cours des 10 ans de règne de Vespasien.

Vespasienne à Montréal en 1930

En dehors du Colisée, la contribution de Vespasien à l'architecture moderne a laissé un impact notable dans l'histoire. Les toilettes publiques payantes se firent connaître dans une partie du monde francophone sous le nom de vespasiennes. Bien que le concept de toilettes payantes soit largement nouveau pour la plupart des américains, certainement parmi les plus jeunes, l'idée de payer pour faire pipi est répandue dans les grandes cités européennes, particulièrement à Paris. Le nom de Vespasien est toujours attaché aux urinoirs publics de France (vespasiennes), d'Italie (vespasiani) et de Roumanie (vespasiene) malgré leur raréfaction à l'époque moderne. Chose intéressante, il y a même eu une vespasienne construite à Montréal en 1930. Comme dans le passé, dans plusieurs WC publics de la vieille ville de Rome, il est possible de gagner sa vie avec l'urine. Malgré l'impopularité de l'impôt de Vespasien, surtout chez les collecteurs d'urine, les fabricants de textiles et les tanneurs, les revenus récupérés de l'impôt ont aidé à stabiliser l'empire et à fournir un service public.

11 commentaires:

  1. https://youtu.be/G-hajJirSl8 Allez vite voir comment en Inde ils ont commencé à améliorer le problème et même à produire du méthane pour le chauffage et l'éclairage + du compost pour un coût raisonnable ... au Nigeria aussi 13minutes pleines d'espoirs qui remontent à l'empire Romain !

    RépondreSupprimer
  2. Un article fort bien écrit et, fort intéressant, pour un rédacteur et grand reporter web, avec plus de 15 ans d'expérience sur des plate-formes journalistiques, et des sites web créés par ses soins... Merci donc, pour cet écrit qui change de ce qu'on peut lire ça et là, c'est à dire des articles truffés de fautes, qui les rendent totalement inintéressants, malgré leur contenu.
    Cordialement.
    Dyonisos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rarement ce genre de compliment ! Merci. Il est vrai que je mets un point d'honneur à éviter les fautes.

      Supprimer
    2. Le compliment est sincère et mérité... A l'occasion Hélios, donne-moi un avis sincère également, sur la qualité et le contenu de mes articles, sur le site que j'ai créé voilà environ 1 an... Merci d'avance.
      http://planete-sciences.jimdo.com

      Cordialement.
      Dyonisos

      Supprimer
    3. Je viens de parcourir ton site, il y a de la diversité dans les rubriques, ce qui me plaît bien. Dès que j'aurai un moment (je suis en cours de traduction, comme souvent), je les parcourrais. Bonne continuation aux scientifiques :)

      Supprimer
  3. Pas pensé à cocher la case de suivi... Voilà qui est fait !

    RépondreSupprimer
  4. Merci Hélios, oui l'urino thérapie fait également partie des habitudes des chinois. Les anciens boivent leur urine tous les matins et prétendent qu'elle a de nombreuses vertus. Ils l'utilisent également pour la culture des pommes bio et la récupèrent dans les écoles avec de gros container pour ensuite la déverser dans leurs cultures. Pour l'avoir testé, l'urine du matin est un excellent auto-vaccin puisqu'elle contient toutes les informations qui nous sont propres et c'est très efficace, même si un peu repoussant au début. Très intéressant, merci pour cet article !!

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir ! Le lien de votre blog est désormais en bonne place, sur la page d'accueil de notre site, sous le libellé "Nos sites partenaires".
    Espérons que ce partenariat vous renvoie quelques-uns de nos lecteurs...
    Cordialement,
    Dyonisos.

    RépondreSupprimer
  6. On m'a dit que "l'argent n'a pas d'odeur" et je suis d'acord, car tout ce qui compte c'est comment moi je vais les utiliser et comment les dépenser. Moi, je participe aux différentes loteries du monde et je me sers du site localotto.com pour vérifier les résultats des tirages. Et pour moi n'a aucune importence d'où vient cet argent qui n'a pas d'odeur. L'argent c'est rien que l'argent.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.