Bistro Bar Blog

samedi 13 juin 2015

Le corps peut fabriquer de la vitamine C dans l'intestin en présence de "germes"


L'affirmation que le corps humain ne fabrique pas de vitamine C (comme le font la plupart des mammifères) et dépend d'apports extérieurs se voit remise en question.
Cet article expose l'ignorance volontaire ou non des énormes travaux réalisés à la fin du 19ème siècle par le Pr Antoine Béchamp et sa découverte de ce qu'il a appelé les microzymas. L'article pourrait aussi expliquer pourquoi certaines personnes ont spontanément (sans supplémentation) des taux plus élevés en vitamine C que d'autres.


Découverte capitale : le corps humain est capable de produire de la vitamine C en présence de "germes"


Traduit par Hélios

(NaturalNews) Malgré toute sa prétention, la science moderne n'a fait que percer la partie émergée de l'iceberg dans sa compréhension du fonctionnement du corps humain, notamment son étonnante capacité à s'adapter aux influences de l'environnement pour une survie optimale. Bien que chacun de nous soit un être unique, notre corps dépend d'une multitude de minuscules organismes – ce que certains appellent des "germes" – pour sa croissance et sa longévité, qui fonctionnent par des moyens vraiment incroyables inconnus jusqu'ici ou considérés comme impossibles.
Quand on parle de germes, on a tendance à penser aux virus, aux bactéries, aux infections et à toutes les autres choses qui sont généralement nuisibles au corps et qu'il vaut mieux éviter. Cependant avec le progrès de la science au fil des années, il devient indéniablement clair que le système immunitaire humain est constitué de germes, dont l'absence nous laisse non seulement en état de malnutrition mais également complètement démuni face à la maladie.
Il s'avère que le microbiome [flore intestinale] extrêmement complexe qui vit dans nos intestins est absolument primordial pour l'absorption des nutriments et de la fonction immunitaire. Une recherche révolutionnaire concernant la cohabitation en synergie de ces écosystèmes microbiens dans notre corps suggère que ces petits auxiliaires peuvent même avoir la capacité à générer d'eux-mêmes des nutriments comme la vitamine C, ce que la science a longtemps considéré comme impossible au corps humain.

Certaines souches bactériennes contiennent des portes d'entrée biosynthétiques capables de produire des vitamines
Un article publié dans le journal Current Opinion on Biotechnology [opinion actuelle sur la biotechnologie] explique comment ce processus fonctionne, s'intéressant particulièrement au rôle des bactéries lactiques [bactéries produisant de l'acide lactique] qui augmentent la teneur en nutriments des intestins pour combler les carences. Intitulé "Des bactéries qui approvisionnent leur hôte en vitamines : une perspective sur les microbiotes de l'intestin", l'article révèle comment des bactéries en bonne santé de l'intestin peuvent fabriquer un large éventail de vitamines, dont la vitamine C.

Quand les gènes sont exposés à de perpétuels changements de situations écologiques, environnementales et nutritionnelles, ils sont incapables d'approvisionner le corps pour ses besoins de survie, et ce sont des microbes bénéfiques, ou probiotiques qui vont pouvoir combler les manques locaux, ce qui veut dire qu'ils s'assimilent à l'organisme-hôte (nous!) et utilisent les nutriments que nous leur apportons pour nous donner un coup de main.

L'un de ces microbes, le corynebacterium glucuronolyticum, comme le rapporte GreenMedInfo, contient une porte d'entrée pour la biosynthèse du L-ascorbate, c'est à dire qu'il peut produire sa propre vitamine C. Bien que cette souche de bactérie particulière a été reliée aux infections urogénitales et à la diphtérie, elle s'est aussi montré bénéfique dans certaines conditions.

"Emerson a dit un jour qu'une mauvaise herbe est une herbe dont les vertus sont encore à découvrir. C'est peut-être aussi le cas pour les 'germes'", explique GreenMedInfo.

"La nuisance peut augmenter quand le corps souffre d'une carence de l'une de ses portes d'entrée basiques et de sa biomolécule associée, que ce soit une vitamine, un antibiotique ou un agent de défense. Il est possible que C. glucuronolyticum se développe dans des proportions phénoménales quand le corps est affamé de vitamine C et quand le corps en a suffisamment, la souche normalement bénigne ne participe pas à une infection urogénitale."



Les "germes" comme protecteurs du système immunitaire



Bien que cette étonnante découverte n'implique pas nécessairement que les intestins aient toujours la capacité de produire physiologiquement d'eux-mêmes des quantités significatives de vitamine C, elle montre bien que les germes sont au moins capables de pourvoir au nécessaire quand notre corps arrête de le faire. C'est pourquoi conserver une flore intestinale en bonne santé est si important – ces toute petites créatures sont l'armée permanente, si vous voulez, responsable de la garde et de la protection de la forteresse, notre corps.

"On s'attend à ce que l'industrie alimentaire exploite des souches nouvelles et efficaces de production de vitamines pour fabriquer des produits fermentés", a conclu l'étude du journal à propos de l'avenir des probiotiques créateurs de vitamines.


Sources:

http://www.greenmedinfo.com

http://datateca.unad.edu.co

10 commentaires:

  1. Anti-biotique veux bien dire CONTRE la vie !
    C'est à quoi s'acharne la médecine et les labos et ses "chercheurs" !
    Et puis ... il y a de temps à autre des "TROUVEURS" et des re-trouveurs ...
    Comme dit Yves RASIR dans le dernier Néosanté (N°46) Il y a néanmoins une
    réalité à ne plus ignorer, celle que le cerveau abdominal produit 80 % de la sérotonine et qu’il envoie neuf fois plus d’informations au cerveau cérébral qu’il n’en reçoit en retour (lire article page 29). La gestion des émotions commence clairement dans l’assiette…

    Et on peux ajouter maintenant et en cas d'urgence (si "on" le laisse faire ) notre organisme est capable de bien plus qu'on ne veux bien nous laisser croire ! ! !

    Merci Hélios de la traduction de cet article bien sûr uniquement en anglais ...

    RépondreSupprimer
  2. L'essentiel étant donc, si l'on souhaite se complémenter en vitamine C, de tester régulièrement notre propre taux pour adapter les doses. Je n'ai plus en tête quels sont les moyens simples pour le mesurer, mais je devrais pouvoir trouver ça dans le petit livre du Dr Dominique Rueff que je possède depuis quelques temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un tableau de pourcentage et un pendule peut-être ?

      Supprimer
    2. Oula, ça sent le sarcasme dont le sens caché m'échappe.

      Supprimer
    3. Non, on peut se servir d'un pendule pour tester sa réserve en vitamine C.

      Supprimer
    4. De mémoire il me semble que l'on peut le mesurer via les urines dans lesquelles on en retrouvera en cas d'excès, peut-être dans cette récente conférence, la seule que j'ai écoutée sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=_aL_zuJIB1w

      Maintenant est-ce qu'un pendule est réellement fiable et précis, quelle est la méthodologie et l'explication tangible de cette capacité (s'il en existe une), quelle est la science qui en sous-tend les principes, certains ont-ils eu des résultats probants dans ce cadre ?

      Supprimer
  3. Quelques milliers d'années et d'utilisateurs suffisent-elles comme références ?

    Parmi ceux ci des prêtres catholiques réputés ( l'abbé MERMET ) des ingénieurs de haut niveau (Turenne) , des médecins bien sûr, des sourciers dans tous les pays du monde, Des chercheurs et surtout trouveurs de pointe malheureusement assez difficiles à lire pour certains et surtout beaucoup d'incrédules. qui refusent de croire en eux-même, ayant été (malheureusement) "formés" à "la bonne école" !

    Des milliers de de puits et de forages d'eau potables en France et ailleurs bien-sûr, n'existent QUE parce que un sourcier et son pendule ou ses baguettes ( c'est strictement la même chose, seule la forme change ) ont été consultés !
    Après chacun fait comme il veux ....
    ... quoi que !

    RépondreSupprimer
  4. La vitamine C trouvée dans les urines est celle que la corps à utilisé et qui totalement oxydée est rejetée par les reins, preuve qu'il y en avait besoin en grosse quantité s'il "on" en trouve beaucoup ?

    RépondreSupprimer
  5. Hs
    ,mais pas vraiment,j aimerais commander de l'acide ascorbique en 1 kg,pourriez vous me donner un lien de qualité,svp?
    Cet article est enrichissant,merci helios.
    Bonsoir a tous.
    Cdlt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va lire les commentaires sur un récent article du BBB sur la vitamine C liposomale
      http://bit.ly/2qC2FSs

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.