Bistro Bar Blog

mardi 5 mai 2015

Égyptologie : Graham Hancock vs Zahi Hawass


Quand l'égyptologie alternative (Graham Hancock) se heurte à l'égyptologie grand public... et déclenche une crise de rage.
Les deux vidéos à suivre sont sous-titrées en anglais, mais pas trop difficiles à comprendre.


Zahi Hawass vs Graham Hancock – le "débat"-débâcle d'avril 2015




 

Traduit par Hélios

Extrait de la page Facebook de Graham Hancock (21 avril) où il présente le contexte du débat programmé pour le lendemain.


Photo de Santha Faiia

Demain, mercredi 22 avril, je serai face à l'égyptologue Zahi Hawass pour le premier débat public sur deux points de vue historiques radicalement différents. Une civilisation perdue qui aurait laissé des traces ici en Égypte il y a plus de 12.000 ans a-t-elle pu exister ? Comme beaucoup le savent, je pense que c'est le cas. Pour moi l'histoire de la civilisation est bien plus ancienne et bien plus mystérieuse que ce qui a été raconté et j'ai l'intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour défendre cette vision. Zahi Hawass est d'un avis contraire – il pense qu'il n'y a aucun mystère – que les égyptologues et autres archéologues ont expliqué pleinement et de manière satisfaisante notre passé collectif et que (à l'exception peut-être de quelques "raccommodages") pratiquement tout ce qui a besoin d'être connu l'est déjà. Ce qui m'importe dans ce débat concerne moins qui "gagne" ou qui "perd" mais surtout le fait de réaliser un débat. Que cela plaise ou non à des porte-paroles du système dominant comme Zahi Hawass, des découvertes majeures ont été faites ces 20 dernières années menant à un changement de paradigme dans notre compréhension du passé. Plus vite existera un engagement sérieux entre le courant dominant et les positions alternatives solidement documentées, plus vite arrivera le changement et j'espère que ce débat mettra en route non seulement d'autres rencontres de ce genre mais également une ouverture sur la recherche alternative. Mes confrères John Anthony West et Robert Schoch ont longtemps fait campagne pour une étude à grande échelle des anomalies géologiques du plateau de Gizeh, particulièrement la preuve d'une érosion du Grand Sphinx causé par la pluie. De même les découvertes époustouflantes de Robert Bauval concernant l'astronomie des pyramides et du Sphinx méritent d'être prises au sérieux et leurs implications explorées à fond, plutôt que ridiculisées en tant que "pyramidiotie". Nous qui sommes du côté alternatif du débat avons toujours respecté le courant dominant et sommes désireux d'en apprendre grâce à eux. Est-ce trop espérer qu'un temps viendra où se produira une réciprocité ? Après tout il n'est pas sain que ce qui est essentiel à la vérité au sujet du passé de l'humanité soit détenu par une seule faction. Ce qui est en jeu pour nous tous est BEAUCOUP trop important pour ce genre de comportement possessif. C'est ce pourquoi j'espère – peut-être naïvement – que le débat de demain mettra en scène un changement tectonique dont l'urgence est si nécessaire dans les relations de travail entre approches dominantes et alternatives. Nous verrons bien !


Maintenant le billet que Graham Hancock a publié sur son site le 24 avril deux jours après le "débat" :

Les égyptologues méprisent souvent les chercheurs alternatifs, les nommant pseudo-scientifiques et "pyramidiots" et autres épithètes insultants de ce genre. Mais regardez ce qui se produit quand un égyptologue réputé est mis à l'épreuve...

Zahi Hawass, qui se targue d'être "l'égyptologue le plus célèbre au monde", avait accepté de participer avec moi le 22 avril 2015 à ce qui était annoncé comme "le premier débat ouvert entre les représentants de deux versions complètement différentes de l'histoire". Chacun de nous devait faire une conférence d'une heure, suivie d'un débat auquel l'assistance se joindrait en posant des questions. En l’occurrence, le débat n'a jamais eu lieu. Zahi refusa un pile ou face décidant de qui parlerait en premier et il insista pour que je commence. J'ai accepté, bien que le premier à parler possède un léger désavantage dans tout débat car il n'a pas l'opportunité d'entendre l'exposé du premier intervenant avant de faire le sien.


Avant l'arrivée de l'audience, je vérifiais la mise au point des photos de ma présentation PowerPoint et j'ai mis sur l'écran une image qui montre à Gizeh la corrélation entre les pyramides et Orion et celle entre le Sphinx et la constellation du Lion datant de 10.500 avant notre ère. À juste titre, comme cette corrélation avec Orion est une découverte de Robert Bauval, j'ai inclus un portrait de lui en image. Dès que Zahi a vu l'image de Robert, il est entré dans une rage folle, me hurlant dessus, m'insultant et lançant des remarques dénigrant Robert et il m'a dit que si j'osais mentionner un seul mot à propos de Robert dans mon discours, il sortirait et refuserait le débat. J'ai expliqué que la vision alternative de l'histoire que j'avais à représenter sur scène ne pouvait pas exclure la corrélation avec Orion et que je ne pouvais donc exclure Robert Bauval. Là-dessus, toujours en hurlant, Zahi quitta la pièce. Des négociations effrénées commencèrent en coulisses entre les organisateurs de la conférence et Zahi. Il accepta finalement de revenir et de faire sa conférence et de répondre aux questions de l'audience, mais il refusa de m'entendre ou de me voir parler ou d'engager un quelconque débat avec moi. J'ai donc parlé en l'absence de Zahi (il est resté assis dans une pièce extérieure à la salle de conférence pendant que je parlais). J'ai répondu ensuite aux questions des spectateurs. Puis Zahi est entré, a fait son exposé, a répondu aux questions et il est parti.

L'un des rares membres de l'audience à être arrivé de bonne heure s'est débrouillé pour enregistrer une partie de la scène montrant Zahi tempêtant dans la salle de conférence :

[Zahi Hawass en train de hurler est assis à droite, caché par quelqu'un et Graham Hancock est debout, habillé de noir avec des lunettes]:


Pendant les questions/réponses, on posa aussi une question à Zahi sur le site mégalithique de Göbekli Tepe [voir ICI, lien ajouté par moi], vieux de 11.600 ans, si l'ancienneté de ce site turc aurait un quelconque impact sur l'estimation de l'âge disputé du Grand Sphinx (que moi et mes confrères avons défendu comme étant d'une ancienneté identique). Il est malheureusement apparu que Zahi était complètement ignorant de l'existence ou des implications de Göbekli Tepe, sans aucun doute le site archéologique le plus important au monde, il fut donc incapable de répondre à la question qu'il passa au modérateur qui se révéla également égyptologue [sous-entendu, de parti pris]. J'ai eu à ce moment-là une brève opportunité de me lever et de donner mon point de vue sur Göbekli Tepe et ses implications pour l'âge du Sphinx. Voir ici :



Je fondais de grands espoirs sur ce débat – qu'il apporterait une sorte de dialogue courtois entre les visions alternatives et dominantes de l'histoire mais j'ai hélas été très déçu.

3 commentaires:

  1. Ce n'est pas une discussion qu'il faut avoir avec ce personnage, c'est un grand coup de pied au cul dont il a besoin, pour lui remettre les neurones en place mdrrrrrr

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment , oui c'est un coup de pied au cul qu'il lui faut .
    Ce personnage croie qu'il est le centre du savoir , son intolérance est une aberration!

    RépondreSupprimer
  3. Zahi Hawass c'est vendu au plus offrant depuis longtemps !!

    HS
    http://www.neotrouve.com/?p=6858

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.