Bistro Bar Blog

jeudi 15 janvier 2015

Le dernier train pour la Tour Eiffel

Le nom de "Lisch" ne vous dit rien ? Pourtant des millions de personnes empruntent depuis longtemps une des gares parisiennes, la gare St Lazare, dont l'architecte se nommait Juste Lisch (1828-1910).

Cet architecte a réalisé aussi la restauration de plusieurs monuments, comme le château de Pierrefonds et a conçu les plans de plusieurs gares, dont la gare du Havre, de Rouen, de Javel, de Colombes et une gare dont les vestiges subsistent dans un coin de banlieue.

C'est à cette gare oubliée, construite en 1878, que s'est intéressé l'auteur du site MessyNessy, un américain à Paris qui doit mieux connaître la capitale que beaucoup de parisiens (un autre article de ce site que j'avais traduit, "La petite ceinture")



Le dernier train pour la Tour Eiffel : la gare oubliée de Paris


Par MessyNessy, septembre 2014

Traduit par Hélios


À la périphérie de Paris, au fond d'un parc de stationnement dans une rue transversale du calme quartier résidentiel d'Asnières sur Seine [à la limite de Bois-Colombes], se trouve une ancienne gare oubliée ; des arêtes qui s'effritent, des angles noircis et une façade dévastée.





Mais elle n'a pas toujours résidé là, cachée à la vue et dépérissant dans un coin inaperçu de Paris. La gare Lisch occupait autrefois un emplacement très prestigieux au cœur de la ville-lumière, fièrement dressée au pied de la Dame de Fer française, ses trains offrant aux passagers une place au premier rang des arches et piliers gigantesques de la plus grande structure du monde de son époque – le terminus, la Tour Eiffel.



En mars 1878, une nouvelle gare parisienne était née. La gare Lisch, nommée d'après son architecte, Juste Lisch, qui construisit plusieurs autres gares de la cité (y compris l'actuelle gare St Lazare), fut inaugurée lors de l'Exposition Universelle de 1878 [sur le Champ de Mars du 1er mai au 31 octobre. Le Palais du Trocadéro fut construit pour l'occasion], Paris accueillant pour la troisième fois cette manifestation. La gare servait de terminus à quatre gares, assurant une correspondance aux passagers faisant les trajets aller-retour entre les banlieues ouest et Paris à une époque où les transports publics n'étaient guère plus que des voitures tirées par des chevaux.

Équipée de quatre quais (dont un qui accueillait les bateaux sur la Seine), décorée de tuiles de couleur et d'une verrière compliquée, la gare fit la une de la presse pour l'expo universelle, encensée comme la gare qui aida à aménager l'expo, servant autant au transport des matériaux de construction qu'à celui des spectateurs venus la visiter. À la différence de la plupart des édifices construits exprès et de manière temporaire pour l'expo universelle, Lisch fut sauvée de la démolition et joua un rôle pivot dans l'expo suivante de 1889 – celle-là même qui vit l'achèvement de la Tour Eiffel.





Pendant les huit mois des festivités de 1889, considérées comme les plus impressionnantes de toutes les expos internationales avec l'inauguration de la Tour Eiffel et les illuminations électriques (première fois qu'on utilisait l'électricité dans une expo), la gare Lisch fut une fois de plus reliée au site de l'expo grâce à sa voie ferrée en permettant les principaux arrivages de marchandises et de matériaux de construction pour l'exposition. Un bon nombre de matériaux utilisés pour la construction de la Tour Eiffel arrivaient à la gare Lisch. Plus de deux millions de voyageurs franchirent ses portes pendant l'expo et le 10 juin 1889, plus de 70.000 personnes descendirent de la gare pour voir la Tour Eiffel.



Comme l'exposition universelle parisienne suivante arrivait, la ville était prête pour une nouvelle gare au pied de la Tour Eiffel, avec bien plus de quais que ce que pouvait offrir la gare Lisch. Elle ne fut pas démolie mais démontée brique par brique en 1897, transportée par voie fluviale et remontée dans son nouvel emplacement, l'actuel, à Asnières [elle s'appelait gare électrique de Bois-Colombes, étant en limite]. Bien que située dans un lieu moins chic, elle vécut quelques années en tant que terminus des récents trains électrifiés qui remplaçaient les locomotives à vapeur et qui commençaient à faire des navettes régulières avec la capitale. Mais avec l'extension du réseau de voies ferrées, de nouvelles gares plus grandes furent construites et Lisch se retrouva de nouveau dépassée en raison de l'expansion constante de la cité.

Aujourd'hui, la gare n'a plus rien à voir avec ce qui faisait ses beaux jours quand elle était l'un des vivants portails parisiens de voyages...






Le bâtiment fut converti en ateliers pendant les années 30, ce qui pourrait expliquer ces inscriptions dans la cage d'escalier indiquant divers ateliers. Son dernier usage connu aurait été en 1972 quand une école nationale de cirque dirigée par Annie Fratellini s'y est installée pendant une brève période.




En 1983, laissée à l'abandon, Lisch était prête pour la démolition mais fut heureusement sauvée au dernier moment par une campagne menée par un journal parisien, le Figaro, initiée par un habitant vivant près du bâtiment historique [Pierre Tullin]. Il fut ajouté en 1985 à la liste de protection des monuments historiques parisiens. Pendant un moment, les choses reprenaient une bonne tournure pour cette vieille gare de la Belle Époque...

Vingt-cinq ans passèrent et la gare Lisch est toujours un édifice d'aspect pitoyable, sans vie, au fond d'un parking banal, lointain souvenir de ses jours au pied de la Tour Eiffel, aujourd'hui le monument payant le plus visité au monde...

Toutes les tentatives pour ressusciter le bâtiment (il y en a eu apparemment quelques-unes) échouèrent et en 2012 il fut déclaré d'accès entièrement interdit après qu'un incendie ait éclaté, endommageant davantage des parties déjà bien dégradées du toit...





Après d'innombrables essais ratés pour sauver Lisch et lui trouver un nouveau destin, 2014 aura peut-être été finalement le début d'un nouveau départ pour la gare oubliée. Bienvenue à l'"OpérationRenaissance". Regroupant des résidents locaux et des amoureux de l'héritage parisien, l'association propose de restaurer la gare pour en faire ce qu'ils appellent une "cité du voyage", une sorte de centre culturel dédié au voyage, à l'aventure et à l'exploration. Avec 1000 mètres carrés, ils espèrent accueillir le public avec des activités sociales, des expositions, une bibliothèque, un espace de vente, un auditorium, un restaurant/café et organiser des festivals et toutes sortes de manifestations en lien avec le voyage.




Ce qui rend ces gens différents et la probabilité de réussite du projet plus crédible cette fois est qu'ils n'attendent pas d'aide du gouvernement. Ils comptent sur les bonnes compétences d'un réseau social et un financement participatif. Ils ont déjà atteint leur but de 2000 € pour mettre le projet sur pied, mais en regardant l'état du lieu, je dirais qu'ils vont avoir besoin de beaucoup de bonnes volontés.



 

9 commentaires:

  1. H.S...

    http://www.artemisia-college.info/pieces-a-telecharger.html

    source: blog de chantal Dupille

    RépondreSupprimer
  2. Bé ! 6 ans à Paris banlieue de Vitry, G même pas su qu'elle existait celle là !

    RépondreSupprimer
  3. Coucou ! ... pareil, je ne connaissais pas la gare Lisch, merci

    RépondreSupprimer
  4. H.S

    http://fawkes-news.blogspot.fr/2015/01/le-producteur-dun-film-denoncant-le.html#more

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. Coucou ptite Sorcièrerouge, mais personne... c'est pas Charlie...m'enfin !!!

      Supprimer
    2. Oups, scuses demandées, j'ai omis d'ajouter à ma réponse à Ptite Sorcièrerouge ♥ , que c'est ainsi que l'on perd les VRAIES valeurs !

      Supprimer
  6. @ Danysis,

    :-) :-)

    Sont tous devenus fous à Paris, ils ne voient QUE par Charlie, même plus capables penser par eux-même.
    Je passe pour une révolutionnaire, tant pis pour eux, sont tous lobotomisés...ils bouffent du prêt-cuit, prêt digéré et ils sont contents !
    " Le maître montre la lune, l'abruti regarde le doigt."
    Le 24 janvier SUPER repas ufologique= 130 personnes et j'en suis, un pied de nez au conformisme.....
    A Paris sont quasiment tous en mort cérébrale. :-'
    Scuses acceptées....bisous.

    RépondreSupprimer
  7. http://www.chaos-controle.com/archives/2015/01/22/31364884.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=chaoscontrole

    La terre c'est devenu " Vol au dessus d'un nid de coucous " !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.