Bistro Bar Blog

dimanche 21 décembre 2014

Kizuna, une initiative pour aider Naoto Matsumura et les animaux abandonnés de Fukushima

Sur le blog de Fukushima. Naoto Matsumura est lui-même gravement irradié, mais il a choisi de rester pour nourrir les animaux abandonnés. Vous allez bientôt pouvoir l'aider.

Une nouvelle association vient de naître, Kizuna « le Lien ». Suite à la lecture du livre d’Antonio Pagnotta sur Naoto Matsumura, la journaliste Sophie Mouton-Brisse a souhaité aider Naoto sur ses terres irradiées en créant cette organisation à but non lucratif. Elle espère ainsi rassembler une communauté prête à parrainer les animaux de Naoto via un site web qui sera en ligne dès le mois prochain. On peut d’ores et déjà prendre contact avec son projet par sa page Facebook Kizuna pour Naoto et en lisant sa présentation sur cette page.




« Depuis avril 2011, une zone interdite a été décrétée autour de la centrale nucléaire de Daii Ichi située dans la préfecture de Fukushima. La zone est interdite aux humains parce qu’elle a été fortement irradiée lors de la fusion des cœurs de trois réacteurs nucléaires de la centrale le 12 mars 2011. Presqu’un million d’animaux sont morts de faim et de soif lorsqu’ils ont été abandonnés lorsque la population a été contrainte à l’évacuation. Malgré l’ordre d’abattage systématique donné par les autorités préfectorales, aujourd’hui quelques centaines d’animaux abandonnés survivent dans les radiations. Certains sont sauvages, d’autres d’élevage ou de compagnie et ils sont vivants grâce à un homme seul.

Des bovins, des chats, des chiens, quelques chevaux et une autruche sont les survivants de cette catastrophe qui a produit l’évacuation obligatoire de 200 000 personnes et l’exode volontaire de 500 000 autres. Cette zone irradiée, un territoire sans hommes, reste le seul refuge de ces animaux désorientés sans les humains, leurs maîtres. Ils erraient condamnés à mourir de faim et de soif ou par les mains des vétérinaires de la préfecture chargés de l’abattage. Si l’Homme n’a pas su rester humble devant les technologies qu’il imaginait maîtriser, il est profondément injuste que ces vies animales innocentes – des vies dont il était responsable –, connaissent une fin atroce et douloureuse. C’est pourquoi nous avons décidé d’aider un homme qui depuis trois ans les protège.

Agriculteur, Naoto Matsumura a refusé l’évacuation et vit toujours dans sa ferme à Tomioka en partageant le sort des animaux : solitude et radiations au cœur de ce désert humain au silence accablant. Au péril de sa vie –  il est gravement irradié – Naoto Matsumura nourrit et soigne les rescapés de ce drame sans fin. « Toutes les vies sont égales » aime-t-il à dire.

Chaque jour, il nourrit avec affection ces animaux abandonnés et promis à une mort certaine.

Naoto Matsumura, en choisissant le respect de la vie, de toutes les vies, y compris les plus humbles, accomplit un geste de résistance infime mais pourtant de résonance planétaire : « Être ici est ma façon de combattre » dit-il. C’est sa manière de lutter face à une technologie qui détruit l’humanité dans ses gènes et au cœur. Pour ce combat en solitaire, il a été surnommé « le dernier homme de Fukushima ».

Ne nous méprenons pas, le message du « dernier homme de Fukushima » est un message d’amour pour les animaux mais surtout un message pour notre humanité en danger : seul le respect de toutes les formes de vie qui pourra donner un sens à cette absurde tragédie qui sème la mort et produit le vide autour d’elle. Seule la compassion fera renaître l’espoir, celle d’un renouveau sur notre planète.

En perpétuant le lien avec le vivant sur cette terre meurtrie et abandonnée, Naoto Matsumura nous montre la voie de la dignité. Par l’exemple de Naoto Matsumura, si symbolique, nous pouvons nous reconnecter avec la nature et la vie ; redonner aussi un sens à notre vie où le lien fragilisé avec la nature doit être recréé.

Sans appartenance politique ou religieuse, nous souhaitons tout simplement, ici, créer une étincelle pour un monde plus humain, cette étincelle d’espérance que Naoto a su faire naître dans les pires conditions qui soient, pour que s’exprime notre compassion pour cette terre vivante dont nous sommes, tous, responsables.

Pour continuer son combat de compassion envers les animaux, Naoto Matsumura a besoin de notre aide. Nous proposerons dès janvier de parrainer un survivant de Fukushima, un des animaux de sa ferme, via notre site Web (actuellement en construction).

*En japonais, « Kizuna » signifie « lien » : il est le lien sacré qui unit l’homme à la terre, la mère à son enfant, l’époux à sa femme. C‘est un lien profond, de respect, de bienveillance et de protection. »



2 commentaires:

  1. Je vois que les photos de Hara Kiri intéressent davantage les lecteurs que le sort des animaux de Fukushima... :)
    Une bonne nouvelle, tous les assemblages de la piscine du réacteur 4 sont enlevés :
    http://www.romandie.com/news/Fukushima-le-danger-de-la-piscine-du-reacteur-4-enfin-ecarte/548177.rom

    RépondreSupprimer
  2. Bé, non, mais entre les animaux (qui peluches vivantes) seront achetés ou l'ont été déjà et qui seront abandonnés aux vacances ou au moindre tracas, (j'interdirai tous ces magasins ...) les enfants qui meurent de faim, qui meurent dans les guerres....ETC, on préfère revoir HARA KIRI - qui rirait comment actuellement ?

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.