Bistro Bar Blog

samedi 27 septembre 2014

Cuba, une île convertie au bio

Un mal pour un bien. Cette petite île avec son méchant dictateur se suffit quasiment à elle-même pour la nourriture.

Voici l'histoire de cette révolution verte. Pour plus de détails, avant de visionner les vidéos (20' environ chacune) et faire un voyage dans la nature verdoyante de Cuba, vous pouvez lire CET ARTICLE.








12 commentaires:

  1. http://videos.tf1.fr/jt-we/2014/eruption-volcanique-dans-le-centre-du-japon-il-y-a-15-centimetres-8491929.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=3KTB8D_GboI

      Supprimer
  2. un régal , d'intelligence ,de bonté , d'humilité , il n'y a aucune gloriole a avoir du côté de
    l' oncle Sam
    ,merci Hélios

    RépondreSupprimer
  3. Et pour les soins aux humains, c'est pareil. je ne pense pas qu'ils s'en sortent forcément plus mal que les amis de l'oncle Sam ;-) Ils font notamment des recherches sur les Huiles Essentielles et la propolis; Chaque hôpital a sa section réservée à cet "usage", si j'ai bien compris ce qu'on m'a raconté. Ils s'en sortent finalement bien mieux que nous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "ils s'en sortent finalement mieux que nous " OUI sans aucun doute , l'Ame

      d'un peuple soudé pour s'en sortir devant l'adversité , la France ,le peuple a
      perdue son âme ,pour être plus juste "on a tout fait ,absolument TOUT pour qu'elle perde son AME , l'âme de son peuple

      Supprimer
  4. L’article est très intéressant. Il nous révèle que les hommes changent leurs façons d’agir (et de penser) lorsqu’ils sont poussés par la NÉCESSITÉ. En matière d’environnement, il y a longtemps que je ne crois plus au pouvoir de la pédagogie par les mots et les documentaires, particulièrement lorsque les professeurs sont des éco-tartuffes. Certes ça peut toujours permettre à certains de se réveiller… mais la grande masse a trop d’inertie.
    Par contre lorsque la nécessité survient, comme à Cuba lorsqu’il se retrouve coupé du reste du monde, alors les hommes sont bien obligés de se faire violence, de se retrousser les manches, d’innover… pour tout simplement survivre. Quand on a la chance de vivre dans une région où le climat est clément, où la terre est fertile, où la densité de la population n’a pas dépassé les limites… il ne devrait y avoir aucune raison à ce que les gens meurent de faim. Pour le reste des besoins vitaux comme s’abriter, se chauffer… il en est de même. On peut construire des maisons simplement, avec de terre, avec du bois. L’électricité pour la télé et la climatisation, c’est vraiment le dernier des besoins lorsqu’il s’agit de survivre.
    Ici et maintenant, la croissance a fait de la plupart de nous de véritables petits bourgeois. Aujourd’hui dans les jardins, ce sont les piscines qui remplacent les carrés de potagers. Un jour je parlais de ça avec un jeune qui se croyait écolo et qui se lançait dans l’accès à la propriété. Je lui disais : « Tu verras, un jour les gens mettrons de la terre dans leur piscine. » Surpris il me demande : « Pourquoi ? » et je lui réponds : « Pour faire pousser des patates, pardi ! » Je l’ai bien fait rigoler.

    RépondreSupprimer
  5. Oui, magnifique Cuba, grâce au soutien de l'Union soviétique qui est intervenue pour empêcher les USA de la transformer en Haïti.
    Ce que l'article lié ne dit pas, c'est que ce n'est pas l'effondrement de l'Union Soviétique qui a obligé Cuba à rompre avec la "culture" empoisonnée des vautours financiers, c'est le blocus US dès 1960. Même Wikipedia en parle !

    « Le gouvernement des États-Unis a initialement soutenu la révolution cubaine, en reconnaissant le nouveau gouvernement de Manuel Urrutia le 7 janvier 1959, après la fuite de Batista le 1er janvier. Cependant, les relations entre les deux États se sont très vite détériorées. Fidel Castro est désigné Premier ministre en février 1959.
    Le 6 février 1959, un rapport de la Banque nationale de Cuba consigne le dépôt dans des banques nord-américaines de 424 millions de dollars retirés de la Banque centrale cubaine par l'entourage de Batista juste avant sa fuite. PAS UN SEUL CENTIME N’A ÉTÉ RESTITUÉ PAR LES BANQUES AMÉRICAINES.
    Le 12 février 1959, le Conseil National de Sécurité des États-Unis refuse un crédit sollicité par la Banque Nationale de Cuba pour soutenir la monnaie cubaine.
    Le nouveau gouvernement procéda à une nationalisation le 17 mai 1959 : la loi de Réforme Agraire est décrétée. Elle nationalise toute propriété de plus de 420 hectares pour les redistribuer aux paysans, aux locataires et aux sans-terre9. De nombreuses propriétés appartenant à des citoyens ou des sociétés nord-américaines furent ainsi nationalisés sans compensation.
    Le 24 juin 1959, le département d’État convoque une réunion pour informer qu’il « appartenait au gouvernement des États-Unis d’assumer immédiatement une position très ferme à l’encontre de la Loi de Réforme agraire et de sa mise en œuvre » et que « la meilleure manière d’atteindre le résultat nécessaire était la pression économique ». »
    « Le 6 avril 1960, Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires interaméricaines affirma que « la majorité des Cubains soutenait Castro » et qu’il « n’existait pas une opposition politique effective », en ajoutant que « le seul moyen prévisible de réduire le soutien interne passait par le désenchantement et le découragement basés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques (…) TOUT MOYEN POUR AFFAIBLIR LA VIE ÉCONOMIQUE de Cuba doit être utilisé rapidement (…) : REFUSER De faire crédit et D’APPROVISIONNER CUBA pour diminuer les salaires réels et monétaires dans le but de PROVOQUER LA FAIM, LE DÉSESPOIR ET LE RENVERSEMENT DU GOUVERNEMENT. » »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Embargo_des_%C3%89tats-Unis_contre_Cuba

    « provoquer la FAIM, le DÉSESPOIR et le RENVERSEMENT du gouvernement » : ne trouvez-vous pas une étrange similitude avec la Grèce et l'Europe aujourd’hui ?

    Pour réduire la France au même niveau, les vautours ont élaboré entre temps des stratégies plus performantes, plus furtives tout en restant aussi efficaces : LES « SANCTIONS » contre la Russie. Elles sont le plus génial moyen de « provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement » chez nous sans l'avouer ouvertement comme jadis.

    Mais à Cuba, les vautours ont appris que le blocus avait renforcé la SOLIDARITÉ au sein du peuple : d’où leur échec cuisant. Alors chez nous les techniques pour provoquer la faim et le désespoir sont doublées de grandes campagnes de propagande IDENTITAIRES pour diviser au préalable le peuple et l’amener à la GUERRE CIVILE.

    Brigitte

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. toujours au Top Brigitte et j'apprécie , merci , la dernière phrase "et l'amener a
      la GUERRE CIVILE ;
      cela fait des mois que je serine a mes proches "attention ,écouter , analyser , ,on vous pousse vers la falaise "

      Supprimer
    2. Merci Brigitte pour vos commentaires si pertinents; Cuba si, yankis no;
      France oui, yankisionists no.

      Mariethé, je suis d'accord avec vos coms, celui-ci et celui ci-dessous.

      Supprimer
  6. Hors sujet mais c'est de l'actu.

    La panique au Mont Ontaké qui a explosé hier, au Japon. Plus de 30 corps ont été retrouvés, à cette heure.

    http://www.youtube.com/watch?v=7Ea3uED1Zgc#t=69

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un article de Fukushima Diary avec des photos de Twitter. L'article en français est en dessous.

      http://fukushima-diary.com/2014/09/volcano-erupted-central-japan-10-people-cardiopulmonary-arrest-still-43-missing/

      Supprimer
    2. oui hors sujet ,les cultures bio Cubaine sont pas assez passionnantes sans
      doute ,le fait que ce petit peuple est en grande partie et peut être complètement autonome pour l'alimentation de qualité pour ses habitants ,n'est pas un sujet très ..... super a tes yeux , moi je tire mon chapeaux et bien bas ,a plus Ferlin ,que Dieu prenne soin de ton âme

      Supprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.