Bistro Bar Blog

vendredi 8 août 2014

Un an sans consommer de sucre


Après la question du régime végétarien (LIEN), abordons celle du sucre dont nous gave l'industrie alimentaire qu'elle ajoute dans une infinité de préparations. L'expérience relatée ci-dessous montre que l'envie du sucre n'est pas innée chez l'être humain et comme toujours, il suffit d'expérimenter par soi-même en se sevrant pendant quelques semaines pour voir la différence. 
Il est bien évident qu'il ne faut pas remplacer le sucre par des édulcorants comme l'aspartame...


Sa famille a arrêté de manger du sucre pendant un an et voici ce qui s'est produit


Par Eve O. Schaub, 29 juillet 2014

Traduit par Hélios


Quand cette histoire commence, j'étais en bonne santé, tout du moins je le pensais...


Bien sûr, je manquais d'énergie pour tenir toute la journée, mais avec toutes les pubs à la TV qui vantaient les boissons énergétiques aux masses américaines fatiguées, je supposais que je n'étais pas la seule à en souffrir. Et bien sûr, toute la famille redoutait l'arrivée de la saison des rhumes et de la grippe, mais de nouveau, je pensais qu'avec l'arrivée du mois de janvier, tout le monde devenait plus ou moins "germophobe".

C'est tout du moins ce que je pensais jusqu'à ce que j'entende une information perturbante sur les effets du sucre. Selon plusieurs experts, le sucre est ce qui fait engraisser tant d'américains et les rend malades. Plus j'y réfléchissais et plus cela me semblait sensé – très sensé. Un américain sur sept présente un syndrome métabolique [ou "syndrome de la bedaine", association d'un excès de poids localisé et de divers troubles métaboliques]. Un américain sur trois est obèse. Le taux de diabète flambe et les maladies cardiovasculaires sont le tueur numéro 1 en Amérique.

Selon cette théorie, on peut attribuer toutes ces maladies et d'autres à une présence malsaine dans notre alimentation... le sucre.

Une idée lumineuse

J'ai ressassé cette nouvelle information et formulé une idée. Je voulais voir s'il serait difficile pour notre famille – moi, mon mari et nos deux enfants (6 et 11 ans) – de tenir une année entière à consommer des aliments ne contenant aucun sucre ajouté. Nous éliminerions tout ce qui contient un édulcorant ajouté, que ce soit le sucre, le miel, la mélasse, le sirop d'érable, d'agave ou les jus de fruits. Nous avons aussi exclus tout ce qui était fabriqué avec du faux sucre ou le sucre venant des alcools. À moins d'un goût sucré provenant de sa source d'origine (par ex. un morceau de fruit) pas question d'en manger.

En commençant notre recherche, nous avons découvert du sucre dans des endroits étonnants : les chips, les saucisses, le bouillon de poule, la charcuterie, les crackers, la mayonnaise, le bacon, le pain et même les aliments pour bébés. Pourquoi ajouter tout ce sucre ? Pour rendre ces produits plus savoureux, augmenter la durée de conservation et abaisser en permanence le coût de production des produits transformés.

Pensez ce que vous voulez, mais éviter le sucre pendant une année m'a entraînée dans une grande aventure. J'étais curieuse de ce qui arriverait. Je voulais savoir si cela allait être difficile, ce qui allait en ressortir d'intéressant, et comment ma cuisine et mes courses allaient changer. Après plusieurs recherches, j'étais convaincue que la suppression du sucre allait nous rendre en meilleure santé. Ce qui m'a surprise a été de me sentir bien mieux d'une manière très réelle et tangible.


Un an plus tard sans sucre

Ce fut subtil, mais remarquable ; plus le temps passait sans sucre ajouté, plus je me sentais mieux avec plus d'énergie. Si je doutais du rapport, quelque chose s'est produit bientôt qui allait me le prouver : l'anniversaire de mon mari.

Durant notre année sans sucre, une des règles était que la famille pourrait avoir un dessert sucré par mois ; si c'était un anniversaire, on pouvait choisir son dessert. Quand septembre arriva, nous avons noté que nos palais commençaient à changer, et peu à peu, nous avons apprécié de moins en moins notre "friandise" mensuelle.

Mais quand nous avons mangé la décadente tarte à la banane à plusieurs couches que mon mari avait demandé pour son anniversaire, j'ai su que quelque chose de nouveau se produisait. Non seulement je n'ai pas apprécié ma part de tarte, mais je n'ai même pas pu la finir. Elle avait un goût écœurant pour mon palais maintenant sensible. Elle m'a en fait donné mal aux dents. Un mal de tête a démarré et mon cœur s'est emballé ; je me sentais horriblement mal.

Il m'a fallu une bonne heure allongée sur le canapé à me tenir la tête avant de pouvoir commencer à récupérer. "Mince alors" me suis-je dit, "Est-ce que le sucre m'a toujours rendue malade, mais étant partout, je ne l'avais jamais remarqué auparavant ?"

Au bout d'un an sans ajout de sucre, j'ai fait un retour en arrière et compté les absences de mes enfants à l'école et les ai comparées à celles des années précédentes. La différence était très sensible. Ma fille aînée, Greta, avait manqué 15 jours l'année d'avant contre seulement deux cette année.

Maintenant que notre année sans sucre est terminée, nous nous accordons un plaisir de temps en temps, mais d'une manière très différente. Nous apprécions le sucre en quantités radicalement plus faibles, l'évitons dans les aliments de tous les jours (où on devrait au départ ne pas le trouver) et gardons un dessert pour des occasions vraiment spéciales. Mon corps semble me remercier. Je n'ai plus à m'inquiéter d'un manque d'énergie. Et quand arrive la saison de la grippe, je ne ressens plus d'urgence d'aller me cacher avec mes enfants sous la couette. Mais s'il nous arrive quelque chose, notre corps est mieux équipé pour résister. Nous sommes moins malades et récupérons plus vite. À ma grande surprise, au bout d'un an sans sucre, nous nous sentons tous en meilleure santé et plus robustes. Et ce n'est pas rien.


38 commentaires:

  1. J'ai pris l'habitude depuis plus de 35 ans de supprimer le sucre et le sel ! C'est à dire de ne pas en mettre dans la cuisine ni sur la table !!
    Faut dire qu'avec ce que les industriels agroalimentaire saupoudre dans leur produits, on est pas prêt d'être en manque.

    RépondreSupprimer
  2. Vrai ! Merci Hélios ! Vrai au comm. aussi. D'autant que le sucre provoque un leurre de fausse énergie... que le sucre, appelle encore plus de sucre et que l'on en devient ESCLAVE. De plus, le sucre provoque de l'acidité dans le corps, qui dit acide, nous emmène à l'histoire réelle de l'acido-basique... et cela nous remémore que le sang NE PEUT pas se satisfaire avec de l'acide , il n'est pas possible de porter de quoi consommer aux cellules, et au cerveau... de l'acidité, donc pour redevenir énergie nutritionnelle JUSTE, il va pomper partout, os, cartilage... ce qui lui rendra son PH de 7 ... quant à vous,( nous), vous deviendrez MALADE, rabougri, délabré... GROS et MOCHE lol ! Pour vous sevrez du sucre, c'est efficace, je l'ai fait, ( je n'en mets plus que très peu dans ma chicorée matinale... et qu'une tarte aux pommes de temps en temps me fait plaisir !)
    HOMÉOPATHIE - En pharmacie ; ampoule de Bétafit à 8 DH = 1 par jour sous la langue {en y mettant que le contenu hein ;-) } et laissé 2 mn puis avaler avec 5 granules (2 fois par jour pour les grands accrocs ! ) sous la langue de Hypothalamus 4 CH . A faire 15 jours d'affilés par mois pendant 3 mois... et essayer de réduire le sucre. Perso, j'ai commencé à en être écœurée au bout de 5 jours.. Faut surtout pas oublier d'inscrire sur le calendrier le 1er jour de la prise et la fin et de voir les dates pour les mois suivants. Amitiés à tous PS j'espère que David avec Aline regarde toujours BBB et est toujours vivant LOL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. David était encore en vie il y a quelques semaines... Il m'a envoyé un message.

      Concernant le sel, je pense qu'il est important d'en consommer un minimum, le corps en a besoin, mais pas n'importe lequel bien entendu : du sel de mer non raffiné ou du sel de l’Himalaya ou les deux.
      Sinon on supprime "le sel de la vie"...

      Supprimer
    2. je n'ai pas trouvé la référence des ampoules de Bétafit 8 DH pour les commander depuis ma petite ile ... pourrais-tu me les donner ? merci
      Carole

      Supprimer
    3. A Carole de la Casa Blanca -
      Il te faut passer par une pharmacie qui elle peut te les commander, ainsi que les granules. Attention si tu en trouvais sur le net...
      Voici l'adresse des laboratoires BOIRON (ces crétins qui nous suppriment les souches de plantes, en accord avec Bruxelles ! ) l'adresse inscrite sur la boîte, est 20 rue de la Libération 69110 Saint Foi Lès Lyon France
      Mais j'ai trouvé ça, contacte les pour voir, en sachant qu'ils ne feront pas eux-mêmes l'expédition... car cela passe par les centrales pharmaceutiques,(ancien O.C.P.) où le pharmacien commande pour la vente. lien ; http://www.boiron.fr/Boiron/Nous-contacter
      J'espère que tu vas tout obtenir, car c'est très efficace, C'est de l'homéopathie, et qu'il est à savoir que plus la "dilution" est haute, plus elle se rapproche des mémoires cellulaires, et cible nos "plans" d'énergie, soit physique (5ch) psychique et donc aussi émotionnel (à partir de 7 CH) Pour le sucre, c'est cette coquine d'hypotalamus qui veut être constamment rassurée par "la douceur" Plus on est stressés et émotivement impliqués, plus le besoin de sucre se fait ressentir et plus (comme à la cigarette) on en devient accroc !
      Il faut comme le dit Anon de 15 ; 31 du 8, l'intestin s'en mêle... et aux bouts de quelques années, devenant vieillissants, les corps plus "rabougri" c'est la cata !
      Pour les intestins je récidive ; prenez connaissance de ;
      http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Dietes/Fiche.aspx?doc=diete-fodmap

      Supprimer
  3. Depuis quelques mois, où passion et bien-être des jus fruits/légumes sont apparus dans ma vie, je suis devenue accroc au céleri branches à la mine bien verdoyante et aux tiges juteuses. Parfois j'y ajoute une pomme et/ou une orange,
    et je sens que potassium/sodium sont immédiatement utilisés par l'organisme en buvant ces jus frais pondus avec un extracteur. Impression que toutes les cellules dansent ensemble comme sur un même arbre au tempo de l'energie-vent.
    Depuis, en plus mon corps rejette l'eau, l'eau dite à boire ; si j'insiste, dans le quart d'heures qui suit (pour l'avoir expérimenté malgré tout) des douleurs dans le dos, plus particulièrement aux reins.
    Jus, jus, jus, pour le courant du vivant de ma pile humaine!!!

    Concernant le Sel :
    Plusieurs fois par mois, je prends un bain avec au moins 1 kilo de sel gros marin, style Guérande, Camargue au mieux celui d'Himalaya, avec vinaigre de cidre et un peu d'argile. De préférence le soir, afin de bénéficier d'une belle, douce et longue nuit agréable de sommeil.

    Il m'arrive aussi de boire de l'eau de mer, évidemment en toute petite quantité. elle est a disposition à tous, pour tous et depuis toujours. Sinon je joue a dose infinitésimal avec du Quinton dans mes jus, et/ou smoothies (ex: banane-dates-quinton et/ou eau de mer!!! yep miam miam:::)

    Merci pour l'article de la famille hors sucre. c'est excellent à faire circuler. Le sucre frelater en excès arrivant dans l'organisme, favorise le développement des candidoses qui se régalent comme "crunsch crunsc...) comme des chadocks des sucres en suspens et en fermentation dans l'organisme, plus particulièrement dans les intestins. Disons un peu comme les bouchons sur l'autoroute surchargée avec les gaz d'échappement des véhicules cul à cul par grande chaleur... nous c'est 37-38!!!

    L'autre soir j'ai regardé cette série de 5 vidéos suites ===>

    https://www.youtube.com/watch?v=0yhUPm1SjHQ

    je pense qu'elle a quelques liens relations avec cet article ci-dessus.

    Bonne journée à tous
    Coincidence






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton témoignage, Coincidence.

      Il faudra aussi que l'on parle du sérum de Quinton.

      Le diabète est aussi en lien avec une souffrance psychologique, mais l'alimentation joue aussi un rôle aggravant.

      Supprimer
    2. "Merci de ton témoignage, Coincidence.

      Il faudra aussi que l'on parle du sérum de Quinton."

      D'après ce que j'ai lu concernant l'utilisation du plasma marin de Quinton, c'est qu'il n'est pas seulement un complément alimentaire et pour optimiser les effets, d'après ce que j'ai compris, l'assimilation ce fait mieux mieux en dehors des repas, ce qui est logique.

      Ici, en lien, les thérapies ainsi que les premières expériences pratiquées sur des chiens du renouvellement du plasma sanguin par du plasma marin. Très intéressant :

      http://www.oceanplasma.org/documents/therapiesf.html

      Donne envie de le relire du coup pour ne pas dire trop de conneries.
      Je parle pour moi, évidement ;-)

      Supprimer
    3. Merci pour le lien, Elena.

      Supprimer
  4. Ce sujet du sucre m'intéresse...Eh oui, j'ai bien du mal à y résister, d'ailleurs, je crois n'en avoir jamais autant consommé depuis plus d'une année (volontairement) et le résultat est très proche de ce que décrit Dany "vous deviendrez MALADE, rabougri, délabré... GROS et MOCHE lol ! " et j'ajouterai et FLASQUE !!!

    Le mieux serait que ces produits ne soient pas sur le marché mais c'est sans compter sur l'ignorance des réalités sanitaires, de l'addiction et des habitudes, et des réalités concrètes financières qui ne vont dans le sens de cette démarche décrite dans l'article. Bien évidement, si l'on attend après un progrès collectif avant un progrès individuel dans la conscientisation du besoin de sucre, l'on pourrait passer à côté de quelque chose et ce serait dommage .

    Merci pour la "prescription" Dany que tu nous partages. Pour le moment, je suis "allergique" à toutes solutions intermédiaires. Ce que je fais concrètement : J'évite le rayon "chocolat", je réduis ma peur du manque et j'aimerai ne plus m'approvisionner dans certains lieux, quand c'est possible. Et aussi, je réduis ma volonté de vouloir durer dans le temps. C'est efficace aussi... je suis au début du "traitement" de fond, :)

    "le sel de la vie", très jolie formule pour parler d'eau !

    elena

    RépondreSupprimer
  5. Je savais évidement que le sucre n,est pas l'idéal pour la santé..Mais, pour ma part, j'adore le sucré et je continue a en manger..Par contre, 25 kilos en moins en deux ans..Parce que je fais a présent 6 hr de gym par semaine et marche tout les jours, pour la meme consomation de sucre..je pense que vous avez trouver une partie du probleme de l'embompoint, mais ils existent des gens qui vont couper le sucre certes, mais qui ont une condition physique pitoyable..L'équilibre doit être d'un peu de tout je crois, mais la sédentarité est l'amie du sucre pour tuer a petit feu. La dépense caloriques et le sucre, ca peut allez , avec modération pour le dernier item.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend aussi du sucre consommé. Le sucre blanc raffiné de betterave ou de canne est à fuir. Mieux vaut prendre du sucre complet (rapadura) de canne et/ou de temps en temps du miel. Le fructose de son côté fait engraisser.
      Si on a un bon pancréas, tant mieux, s'il surcharge, un diabète peut s'installer.

      Supprimer
  6. Quand il s'agit d'être le plus fort notre subconscient "sait" très bien ce qu'il faut faire pour faire" le poids ".
    Et si un risque d' abandon rode dans le coin (même très loin ) alors là il se régale ! Tout est bon ...
    Impossible d’Affronter l'un sans Abandonner l'autre ni d'Abandonner l'un sans Affronter l'autre ! ! !
    Le coup du sucre c'est pour adoucir le conflit, mais choisir d'arrêter complétement le sucre en famille c'est effectivement arrêter les deux conflits en même temps et soutenu par le groupe familial, chouette thérapie ... de groupe, avec soutien inconscient (?) du groupe ! ! !

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, il y a tant à dire.

    La médecine ignore totalement les pistes vers la santé que sont le jeûne au sucre et le jeûne tout court. Les recherches honnêtes dans ce sens sont rares et systématiquement décriées par l’establishment médical, qui semble en l’occurrence ne pas rechigner aux méthodes malsaines.

    La cétogenèse est le mot clef de cette situation. Comme pour les effets du jeûne, aucune recherche n’existe sur les effets de la vie en cétonurie. Il semblerait qu’il s’agisse là d’un savoir que le grand public ne doive surtout pas connaître, puisqu’il permet la prise de conscience d’un autre mode de nutrition qui a un fort potentiel libérateur en termes de santé et donc de dépendance aux institutions (quasi-sectes) organisées autour de la maladie.

    Selon mes impressions, le « Tao de la nutrition » se situerait entre une nutrition qui nous rend apte à stocker de la graisse en quantité quelconque et une nutrition qui consomme cette graisse en nous rendant plus actifs, lucides et entreprenants. Cette deuxième forme de nutrition est inconnue de quasiment tous.

    La norme nutritionnelle contemporaine, ainsi que le système médical, en interdisant rigoureusement le passage vers une telle connaissance, nous maintient dans l’ignorance d’un fait physiologique capital parfaitement avéré. Par conséquent, si nous voulons comprendre et nous libérer de l’asservissement, il nous faut chercher par nous-même. C’est un enjeu de civilisation.

    A ceux qui cherchent en direction du jeûne au sucre : étudiez la cétonurie, utilisez des réactifs à la cétonurie. Réfléchissez aux moyens d'y parvenir, étudiez les effets que procure une telle nutrition et communiquez les bribes d’un important savoir qui est encore à venir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent commentaire. Le régime cétonique est quasiment inconnu. Si tu as des liens, ce serait avec plaisir que je les consulterai pour en faire un article.

      Supprimer
    2. Merci, Hélios

      Les sources sont rares sur la cétonurie.

      Si tu recherches « cétogenèse » sur le net, tu trouveras un petit pavé bien technique, évidemment indigeste et sans conséquence pour un humain normal.

      Toute autre évocation scientifique de la cétonurie sur le net ne portera que sur une certaine complication grave du diabète. C’est grâce à elle que l’on peut acheter des réactifs pour la cétonurie en pharmacie.

      Sinon, il y a la diète Atkins. Les études actuelles montrent qu’il avait raison. Seulement son régime était assez destructeur : trop de protéines d’origine animales et pas assez de graisses selon les études. De plus, la précieuse notion de charge glycémique est apparue depuis. Trois médecins ont repensé la diète Atkins dans un ouvrage paru en 2011. Il se pourrait que ce livre, que je n’ai pas encore lu, soit pour l’heure la seule autorité un tant soit peu crédible en matière de description d’action de la cétonurie.

      Le jeûne fait aussi partie des diètes cétogènes. La clarté d’esprit au bout de quelques jours est imputable à la cétogenèse. Je l’ai vécu maintes fois, réactif en main. Mais étrangement, dans le monde du jeûne, le silence est total sur la cétonurie.

      Celui qui est le premier en avoir parlé récemment, c’est Thierry de Lestrade dans récent son livre sur le jeûne qu’il faut avoir lu. Il y donne des informations que je n’avais jamais lues auparavant, réveillant un sujet qui m’intéresse depuis longtemps.

      Dans le même état d’esprit, j’ai beaucoup apprécié cette vidéo : http://fasten.tv/fr/vortraege/bock ou le conférencier dit des choses importantes. (Avec un autre lien qui devrait comporter le texte de la conférence http://naturo-passion.com/jeuner-sucre-promesses-alimentation-cetogene/ )

      Régime Atkins http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/Regimes/Fiche.aspx?doc=atkins_regime
      Régime Atkins 2011 http://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-poids/minceur-mode-d-emploi/quel-regime-choisir/le-regime-atkins-fait-peau-neuve.html
      Cétogenèse http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9togen%C3%A8se
      Diète cétogène http://fr.wikipedia.org/wiki/Di%C3%A8te_c%C3%A9tog%C3%A8ne

      Supprimer
    3. Ah, j'oubliais, voici un lien qui montre les bas moyens du dénigrement de la médecine http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/10/23/21433-peut-on-jeuner-sans-risque-pour-sante

      Remarquez le fait que le Grand Ponte a pour cet article la prudence élémentaire de ne pas se parer du titre de médecin, mais d'expert... Ou comment éviter l’accusation d’abus d’autorité tout en le pratiquant sciemment.

      Supprimer
    4. Merci mumen pour toutes ces infos. Je vais aller lire ça. Tu vas avoir aussi sûrement le commentaire de quelqu'un qui prône aussi cette façon de manger.

      Supprimer
    5. Oublié de dire : chers lecteurs, allez lire l'article en lien ci-dessus sur le figaro.santé. Il vaut son pesant d'or. Au moins une "connerie" par phrase. Dans la catégorie désinfo, cet article mérite une médaille ...

      Supprimer
    6. Le lien que tu as donné :

      http://naturo-passion.com/jeuner-sucre-promesses-alimentation-cetogene/

      ---> accès interdit. Ça commence mal.

      J'ai parcouru le "régime Atkins", il y a à mon avis des erreurs dedans. Je suis bien d'accord qu'on consomme trop d'hydrates de carbone (céréales et sucres rapides), mais ce régime semble prévu pour perdre du poids, alors que le vrai régime cétogène est focalisé sur le système nerveux, cerveau compris. Il fonctionne pour les épileptiques en particulier.

      Brigitte pourra sûrement nous donner des liens de son côté.

      Supprimer
    7. http://fr.sott.net/article/22605-Alzheimer-et-regime-cetogene

      Supprimer
    8. Un bon endroit pour lire les idées fausses à propos du régime Atkins et obtenir, en commentaire (Louie), quelque chose de beaucoup plus juste.

      http://www.regimesmaigrir.com/regimes/atkins-sans-glucides.php

      Supprimer
    9. Heureusement qu'il y a des gens sensés qui font des commentaires.

      Supprimer
    10. Les commentaires, c'est l'indispensable !

      Le site "Forbidden" l'est toujours, ça reviendra un jour peut-être, en attendant, la page est en cache google et comporte effectivement le texte en français de la conférence.

      http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:IHLI0-Q6l7UJ:naturo-passion.com/jeuner-sucre-promesses-alimentation-cetogene/+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

      Supprimer
    11. Oui, j'ai pu lire la transcription de la conférence. Il faut faire confiance au conférencier pour ce qui est du jargon médical, mais l'ensemble paraît cohérent, à part la "pivoine" :-)

      Quand on parle de "jeûne au sucre", c'est source de confusion, je trouve.

      Une notion intéressante sur l'Alzheimer ou "diabète 3". On sait que les gens dont le diabète n'est pas soigné ou trop tard présentent des signes de démence. Donc ça rejoint l'Alzheimer.

      Merci.

      PS : Brigitte pourra-t-elle donner son avis sur ce régime cétogène ?

      Supprimer
    12. J’aime bien cette histoire : « je t’ai amené mon fils, il est possédé par un esprit qui le rend muet…..Jésus dit : « Cette espèce de démon ne peut sortir que par la prière et le jeûne ».
      C'est un peu une métaphore de l'Humanité. Le "jeûne" sans la prière peut être une épreuve...

      C’est très difficile de te répondre Hélios, et je ne peux parler d’alimentation pour les autres, car c’est de l’intérieur qu’on est guidé. J'ai peur des prescriptions et de leur violence intrinsèque. Que l'alimentation ne soit pas une autre porte par laquelle s'engouffrent des "maîtres" parasites ! En plus je n’ai pas tout bien saisi du texte traduit et rien compris aux termes techniques.

      L’alimentation cétogène est peut-être pour maigrir, je ne le sais pas, mais je peux confirmer qu’elle me permet de maintenir mon poids, mes muscles, ma peau et mes os, alors que l’alimentation « normale » provoquait une perte de poids permanente.

      Je pense que l’alimentation dite normale est basée sur l’agriculture (et l'économie) spéculative, elle-même basée sur la réalisation de profits, la séparation et le contrôle. (Comment les Humains peuvent-ils accepter d’acheter les aliments au poids, et non à la qualité ?) On imagine difficilement un peuple de chasseurs-cueilleurs s’assoir pour manger trois fois par jour. Un système alimentaire cetogène me paraît simplement plus plausible comme alimentation traditionnelle.
      En clair, je ne pense pas que le "jeûne" intermittent soit un jeûne, mais notre état normal.

      « ils [bébés] peuvent être alimentés avec une alimentation composée de 90% de graisses, même artificielles »
      • Eh bien si c’était mon bébé il serait alimenté avec 0% de graisse artificielle ! Et n'y a-t-il pas erreur entre le pourcentage de graisse et d'eau ?!

      « - Augmenter les carbones faibles en énergie, donc riches en fibres.
      - La substitution énergétique par des fruits (l’avocat par exemple).
      On commence le matin par du pain complet avec du beurre, de l’huile d’olive, une mousse à base de noix ou d’autres aliments qui contiennent beaucoup de graisses. »
      • Je suis perplexe sur commencer à manger le matin (je bois) et sur les fibres, mais les carbones les plus faibles en sucre sont les seuls acceptés par le corps, car le sucre est incompatible avec les graisses animales. Si on a assez de graisse animale on ne manque de sucre que si on y croit, autrement on ne le supporte plus.
      • L’avocat est bon dans la transition vers l’alimentation cétogène, après quelques mois il est susceptible d’être refusé par le corps.
      • J’ignore si le pain de céréales est accepté par le corps au début de la transition. Des galettes faites de graines germées mixées dans l’eau (sarrasin, un peu de lin et sésame par exemple, anis et carvi en aromates et sel) peuvent mieux passer.
      • Le beurre doit être cru (non pasteurisé). L’huile d’olive se réduit progressivement au cours du passage à l’alimentation cétogène. LES GRAISSES UTILES SONT LES GRAISSES ANIMALES. C’est la base de l’énergie. Pour digérer les graisses, un filet de citron ou une cuiller de choucroute crue est bon au début, ou une poignée de petits fruits sauvages acidulés, du basilic, sauge, menthe...

      « ensuite pour le déjeuner une salade mixte et du fromage. Le soir des légumes sautés à la poêle, mais il faut toujours regarder quelles sont les teneurs en graisses. Evidemment l’indice glycémique de la betterave est plus élevé que celui des courgettes. En snack, vous pouvez manger un avocat. »
      • Tout ça est plausible pour la transition, et peut devenir superflu ensuite, voire refusé. Je ne connais rien à l'indice glycémique. Comme snack vous pouvez manger des cubes de beurre cru dur (c’est comme manger une glace, les enfants mangent le beurre en premier dans les légumes !), une cuiller de crème de lait cru (cf. Hortense), des résidus croustillants de graisse de bœuf fondue, quelques amandes trempées trois heures, respirer des fleurs, des aromatiques, la pluie, de l’herbe coupée, la joie…

      Brigitte

      Supprimer
    13. Merci, Brigitte, je savais que tu ne manquerais pas de répondre.

      J'aime bien "respirer des fleurs, des aromatiques, la pluie, de l'herbe coupée, la joie..."

      C'est en effet très nourrissant et rien que du bonheur.

      Supprimer
  8. Très intéressant ! Merci à vous pour tous ces conseils. J'avais exclu tout sucre de mon alimentation et en vieillissant, je me suis mise à le réutiliser un peu progressivement, et presque sans m'en rendre compte. Je vais tenter le conseil de Danysis...

    RépondreSupprimer
  9. Hélios,

    Je ne saurais pas donner des liens fiables ni explications scientifiques, mais toi tu avais celui de Jurian.
    Ce qui me gène juste c'est quand on parle de "régime" cétogène. Il vaudrait mieux dire que c'est un mode alimentaire : un régime (une dictature !) est un système qui s'applique de l'extérieur et a bien peu de chances de convenir à tous, un mode d'alimentation est une démarche qui vient de l'intérieur parce qu'elle est notre propre voie.
    Elle dépend de notre expérience individuelle et ne veut pas prétendre être un standard pour les autres. Cette démarche est sans violence et sans privation : c'est notre corps qui décide, et si nous vivons vraiment dans notre corps, nous sommes forcément du même avis.

    L'évolution alimentaire s'est faite en moi avec l'évolution du métabolisme, en me laissant guider -de façon spectaculaire parfois- par mon corps, au cours des années. Quand j'étais petite je ne comprenais pas pourquoi il fallait manger. Un jour je suis arrivée au jeûne intermittent parce que l'alimentation semblait m'empoisonner, mais j'avais déjà depuis longtemps l'habitude du "jeûne" naturel pendant les périodes de création intense où j'étais "hors du temps". Je ne perdais aucun poids (n'en ayant aucun besoin).

    Puis un Biocoop a ouvert près de chez moi : j'ai recommencé à manger du pain au levain, du riz, etc., avec joie, en pensant que les invitations à dîner redeviendraient plus faciles. Mais au bout de quelques mois mon corps a manifesté de nouveau un refus. Là j'ai fait des recherches et compris qu'il fallait éliminer gluten et céréales. Cela faisait longtemps que je ne pouvais plus absorber de sucre.

    Au bout de quelques années mon corps a exigé la suppression de tout aliment sucré. En dehors des fruits sauvages, les fruits actuels ne sont pas sucrés naturellement, ils sont sélectionnés pour être très sucrés. En fait ils me donnent la nausée et des vertiges, des nuits blanches. Je n'imagine pas qu'on puisse ni doive s'imposer par un régime ce qui vient à son heure par l'intérieur, notre corps sait se faire entendre.

    Voilà. L'alimentation dite "cétogène" consiste pour moi à faire un repas par jour, très frugal et très bon, avec proportionnellement beaucoup de graisses animales. Sans amaigrissement ni fatigue. Je ne jeûne jamais, je mange simplement à ma faim.

    Oh oui, parle du Quinton, avec des photos avant/après des mourants que Quinton a sauvés ! Je recommande toujours les bouteilles de Quinton Isotonique dit "nasal" pour tout : une giclée dans l'eau de boisson, sur une piqûre de moustique, des giclées dans le nez en continu en guise de "transfusion" si on n'a pas d'infirmière sur place...

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  10. QUINTON le miracle !
    Quand j'avais 10 mois ( en juin 1950 !) il y a eu le lait en poudre GUIGOZ et j'ai eu droit a mes premiers biberons de lait faits pour moi ! ! !
    Résultats Diarrhée verte du nourrisson (l'équivalent de l'Ebola mais en vert !) , à l'article de la mort .
    Heureusement le médecin de la famille avait travaillé dans une clinique QUINTON (Si,si il y en avait en France avant la guerre ) alors il m'a traité au Quinton en sous cutané à grosses doses et en quelques jours je suis revenu à la vie ... et je suis toujours là ...
    Merci à lui et à QUINTON.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://lociol.wordpress.com/2010/11/29/nestle-what-else/

      Supprimer
    2. oui anon, NESLE et cela aussi, avec..;ou sans sucre ? C a savoir ABSOLUMENT ! C encore un odieux scandale très très bien étouffé !

      http://www.arte.tv/fr/bottled-life/6882604.html

      Supprimer
  11. "si il y en avait en France avant la guerre"

    Merci NED de n'avoir pas oublié le Quinton. Il y avait des cliniques Quinton avant la guerre, jusqu'en Egypte. Et la "médecine" officielle n'empêchait pas René Quinton de sauver des vies qu'elle ignorait comment guérir. Mais c'était avant la première guerre de destruction de l'Europe, cet holocauste organisé de la jeunesse européenne.

    La guerre sert principalement a effacer tous les progrès dans la Connaissance que fait l'Humanité courageuse et confiante, mue par "la Force de la Vie agissante", et à les remplacer dans sa conscience par des mensonges autodestructeurs de type : "l'homme détruit tout".

    En inversant les mots dans le sens de la Vie, l'Humanité reprend sa route.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  12. La Médecine Traditionnelle Chinoise dont un de mes amis est 1 expert en Chine -http://dietetiquetuina.75.fr/ -m'a bien expliqué que la MTC médecine traditionnelle chinoise qui n'a que + de quelques 1000 années de connaissance n'approuve absolument pas le jeûne. J'ai plus confiance en cette connaissance millénaire qu'en la notre qui n'en a (et pas toujours efficace) environ que 90 ans !!!
    Quant au QUINTON.... vu Fukushima ... je vous laisse seulS en tirer vos conclusions , en lisant aussi les articles mensongés qui s'y réfèrent , du même style que les articles arrêtant le nuage de Tchernobyl à nos frontières françaises (ce furent certainement les douaniers avec leurs petites mains levées vers le ciel qui ont réussi cet exploit ! ) ! ! !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un raisonnement logique, c'est pourquoi personnellement je préfère encore m'adresser au laboratoire QUINTON qui met la priorité sur les lieux de prélèvement et les conditions de filtrage. Bien sûr, il convient de le tester sur soi, et il y aura toujours une part de risque, l'on est sûr de rien avant de l'avoir tester. Pour le quinton, j'ai eu des effets positifs sur les douleurs musculaires et articulaires au bout de trois mois de traitements à raison de 2 voir 3 ampoules par jour. Et les mauvais effets revenir après l'arrêt du "traitement". Je mets ce mot entre guillemet puisqu'il ne présente pas d'effets secondaires. Pareil pour la médecine chinoise TRADITIONNELLE, trouver un bon praticien aujourd'hui revient à en trouver un qui vous fasse du bien à vous ;-)
      Je suis d'accord avec toi, l'ouverture des frontières ne rend pas que des services, c'est évident. Et les nuages passent comme les canards, le ciel ouvert sur nos certitudes.

      Supprimer
    2. Danysis

      " J'ai plus confiance en cette connaissance millénaire qu'en la nôtre qui n'en a (et pas toujours efficace) environ que 90 ans !!! "

      De quoi parles-tu ?

      - La création végétale et animale tout entière est capable de passer par des phases de jeûne.
      - La pratique du *jeûne volontaire* est attestée depuis l'antiquité.
      - La connaissance du jeûne par la médecine de type occidental n'existe pour ainsi dire pas encore : elle ne débute vraiment que très récemment avec Walter Longo qui fait jeûner des levures, des souris et maintenant des hommes avec des résultats choquants eu égard à ceux de l'establishment médical et de son déni de la santé.
      - L'âge de la réappropriation contemporaine du jeûne est proche du siècle. Elle concerne des centaines de chercheurs hétéroclites, indépendants les uns des autres et dont toutes les publications sont malgré tout *extrêmement cohérentes* entre elles, avec des résultats certes n'ayant que la simple valeur de témoignage, mais quand même sacrément bluffant si tant est que l’on ne soit pas un sceptique par posture. A titre d'illustration de ce qui fait ma « crédulité », j'ai moi-même guéri une gingivite/parodontite très avancée en deux fois trois semaines de jeûne hydrique. Toutes mes dents se déchaussaient, le pronostic médical était "Dans trois ans, plus de dents, il n’y a rien à faire". J’ai jeûné et dix ans après, j'ai encore toutes les dents que j'avais alors et je n'ai plus de tartre.

      Je déduis de ton délai de 90 ans que tu ne peux parler que de cette dernière approche, la non-conventionnelle. Je me pose une question légitime : un ensemble de gens, même hétéroclite, qui étudie un phénomène pendant un siècle et un autre qui le refuse (même avec de très bonnes raisons) pendant un millénaire, qui est le plus crédible ?

      Tu dis "pas toujours efficace".

      Sans source ni développement, une telle affirmation n’est que rhétorique. L'efficacité du jeûne est maintes fois avérée comme exceptionnelle, mais sa pratique comporte un certain savoir indispensable. Aucune activité humaine n'est dépourvue de conditions de possibilités, n’est-ce pas ? Ne pas les connaître empêche évidemment la réalisation du but. En illustration d'une connaissance élémentaire sur ce qui peut enrayer l'efficacité du jeûne, voici une petite liste non exhaustive de ce qu'une personne ignorante pourrait prendre pour de l'inefficacité générique :
      - les affections innées et d'autres acquises (rares) sont inguérissables ;
      - les guérisons peuvent prendre beaucoup de temps ;
      - les personnes trop faibles doivent se méfier ;
      - avoir de graves carences alimentaires est incompatible avec le fait de jeûner.


      Ce n'est pas gratuit de jeûner. Si le jeûne permet au corps de se guérir de façon qui peut sembler miraculeuse, il est indubitable qu’il est un stress dont on doit se remettre par une durée proportionnelle. Que la médecine chinoise déconseille le jeûne (il existe pourtant un jeûne taoïste, « bigu ») comme étant un stress et un déséquilibre, est tout à fait concevable. Mais il est indubitable que la vision globale de la santé en Chine pouvait se permettre de se passer d’un outil aussi extrême (ce que ne font d’ailleurs ni les Indiens, ni les Grecs de l’antiquité : fr.wikipedia.org/wiki/Jeûne). La situation dans laquelle nous sommes entre merchandising forcené des poisons banals, médecine corrompue depuis sa naissance et discrédit systématique de ce qui ne sort pas de la faculté, ne devrait pas nous inciter à prendre à la légère pour de mauvaises raisons une pratique si riche en guérisons, enseignements et amélioration des conditions de vie.

      Comment connaître le tout sans connaître ses extrêmes ?

      Supprimer
    3. Un semi-jeûne quotidien, pour ma part me convient très bien (je ne mange pas le matin, très peu le midi et tôt le soir, ce qui me laisse une quinzaine d'heures sans digestion en route). Couplé avec une alimentation (et non régime) cétogène, voilà une bonne conduite alimentaire.

      Supprimer
  13. OK, la MTC, ne rejette pas le jeûne, (elle préconise plus rationnellement ce qu'applique Hélios, mais avec des "diètes-repas" spécifiques selon les k à traiter). elle considère que le jeûne tel que pratiqué en occident, c'est un gros stress pour l'ensemble des cellules du corps (qui garderont bien au chaud ce stress dans leurs mémoires et qui se feront un plaisir de déclencher d'autres tracas - voir la médecine quantique ...) , Hélios a raison, et le jeûne ne doit pas être fait sur une longue période... La MTC a donné de grandes preuves sur des millénaires tout en continuant à apprendre... par rapport au savoir acquis et prouvé...Elle n'est pas bornée ou stationnaire.
    Le jeûne est la privation totale de quelque chose... (nourriture - eau ) Je vous laisse libre de vouloir ou pas ensuite savoir ce qui se passe dans l'inconscient de votre subconscient ! A chacun ses idées. à tous ;-) .

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.