Bistro Bar Blog

mercredi 6 août 2014

Les 7 piliers de la matrice (1/2)


Comme nous avons déjà abordé une facette de la matrice (LIEN), restons-y en paraphrasant un passage de l'ancien testament (le livre des proverbes) et le titre du livre écrit en 1919 par Thomas Edward Lawrence (Lawrence d'Arabie), Les 7 piliers de la sagesse. Voici la version actuelle des 7 piliers, non pas ceux de la sagesse, mais ceux de notre esclavage dont nous devons avoir connaissance pour reprendre notre vie en main et retrouver notre souveraineté d'humain. C'est possible, si, si.

La deuxième partie sera publiée demain.

Les sept piliers de la matrice



30 juillet 2014, Robert Bonomo, Waking Times


Traduit par Hélios pour le BBB.


"Nul n'est plus esclave que celui qui pense être libre sans l'être".
Goethe



L'homme contemporain, baptisé, socialisé et aseptisé a rarement l'occasion de remettre en question son identité et s'il le fait, sa réponse typique serait, "Je suis chef de rayon dans une grande chaîne de détaillants, je suis marié à Catherine, père de Jacques, je vote à gauche, je suis fan de musique classique et catholique." [J'ai fait une adaptation à la française]

Sa réponse implique non seulement ses croyances, mais les nombreuses responsabilités, règles et restrictions auxquelles il est soumis. Très peu de ces choses, voire aucune n'ont été négociées – elles lui ont été imposées, mais il se considère malgré tout comme libre.

Mais libre est-il le bon adjectif le concernant, ou celui de "singe moderne domestiqué" serait-il plus pertinent ? On lui a dit quoi faire, penser, croire et comment ressentir, aussi loin qu'il se souvienne. Un très brillant éleveur a fait se reproduire plusieurs milliards de ces créatures autour du monde en créant le cheptel le plus rentable qu'on puisse imaginer. Elles travaillent pour lui, combattent pour lui, meurent pour lui, croient à ses contes les plus farfelus, rient à ses plaisanteries et sortent rarement du rang. Quand l'homme domestiqué rompt une de ces règles, il y a des armées, des geôliers, des psychiatres et des bureaucrates prêts à tuer, incarcérer, droguer ou harceler le transgresseur pour qu'il se soumette.



L'un des aspects les plus fascinants de la situation de l'homme domestiqué est qu'il ne voit jamais le bétail, moutons et porcs qui se retrouvent sur son assiette et il en arrive à la très simple déduction qu'il est simplement une version parlante d'eux, rassemblé et guidé tout au long de sa vie. Comment cela s'accomplit-il ? Seuls les animaux vivant en groupes hiérarchiques peuvent être dominés par l'homme. L'astuce est de duper l'animal en lui faisant croire que le chef du groupe ou du troupeau est la personne qui les domestique. Une fois ceci accompli, l'animal est sous le contrôle total de son maître homo sapiens. L'homme domestiqué n'est pas différent, organisé qu'il est au départ en groupes clairement hiérarchisés et il a été facile de remplacer le chef de ces petits groupes par une figure prédominante comme Dieu, le Roi, le Président, le PDG, etc.

On peut décrire la méthodologie de création de cette race actuelle exceptionnellement loyale et obéissante, l'homo domesticus, par l'existence de sept piliers à partir desquels une immense matrice capture les singes parlants et leur esprit conscient pour les prendre au piège d'un complexe filet duquel très peu échappent. Le système est si avancé que ceux qui arrivent à s'en démêler et taillent leur chemin hors du filet sont immédiatement taxés de malades mentaux, d'anti-sociaux ou simplement de marginaux qui ne peuvent accepter la "complexité de la vie moderne", on parle ici de ces cinglés de conspirateurs.

Platon a décrit ceci brillamment dans son "Allégorie de la caverne", un endroit où les gens ne voient que les ombres artificielles d'objets, institutions, dieux et idées :

Voici des hommes dans une habitation souterraine en forme de grotte, qui a son entrée en longueur, ouvrant à la lumière du jour l’ensemble de la grotte ; ils y sont depuis leur enfance, les jambes et la nuque pris dans des liens qui les obligent à rester sur place et à ne regarder que vers l’avant, incapables qu’ils sont, à cause du lien, de tourner la tête ; leur parvient la lumière d’un feu qui brûle en haut et au loin, derrière eux ; et entre le feu et les hommes enchaînés, une route dans la hauteur, le long de laquelle voici qu’un muret a été élevé, de la même façon que les montreurs de marionnettes disposent de cloisons qui les séparent des gens ; c’est par-dessus qu’ils montrent leurs merveilles.

Tout a commencé avec les mots qui ont donné à tout jamais aux hommes l'aptitude à se manipuler entre eux. Avant le langage, tout ressenti se faisait directement à travers les sens sans le filtre des mots. Mais il y a environ 50.000 ans le langage a commencé à remplacer la réalité et les premières pièces du code ont été mises en place pour la création d'une Matrice. Dès que les mots ont commencé à se répandre, le monde s'est divisé et c'est à partir de cette fracture que l'angoisse existentielle et l'esclavage de l'homme sont nés. Les mots nous ont séparé de qui nous sommes vraiment, créant le premier écran sur lequel les images de la caverne de Platon ont été lancées. Gurdjieff l'a très bien dit, "s'identifier est le principal obstacle pour se souvenir de soi. Un homme qui s'identifie à tout est incapable de se souvenir de lui."

Ce n'est pas un hasard si dans les âges de l'homme d'Hésiode, l'âge d'or ne connaissait pas l'agriculture, qui apparut à l'âge d'argent et si en arrivant à l'âge de bronze le thème dominant est labeur et conflit. Les deux éléments-clé de la mise en esclavage de l'homme sont clairement le langage et l'agriculture. Dans la société des chasseurs-cueilleurs, destituer un chef n'était pas plus compliqué que d'envoyer une balle bien placée sur la tête [expression de base-ball]. Ce n'est qu'après l'arrivée de l'agriculture qu'il a été possible de créer à plein temps des exécutants et des propagandistes et ainsi rendre l'esclavage inévitable.

La recherche de la lumière porte rarement des fruits dans ces temples des mots, nos écoles et nos universités. Presque toutes les traditions insistent sur l'isolement et le silence comme les seules voies d'éveil ; ce sont les vrais antidotes à l'esclavage moderne. Comme l'écrivait Aristote, "Celui qui fait ses délices de la solitude est soit une bête sauvage, soit un dieu".

Donc à partir de l'institution qui nous bombarde sans merci de mots et nous rend esclaves du temps, commençons notre plongée à travers les sept couches de la Matrice.

Éducation




Nous sommes nés avec la capacité de faire des choses comme manger, rire et pleurer et d'autres auxquelles nous faisons face sans trop d'effort comme marcher, parler et nous battre, mais sans une stricte éducation institutionnelle, pas moyen de pouvoir devenir un jour un membre fonctionnel de la Matrice. Nous devons être endoctrinés, envoyés dans des camps d'entraînement de la Matrice, je parle bien sûr de l'école. Comment autrement transformer un chasseur en esclave d'entreprises, soumis aux horloges, à d'innombrables patrons, à la monotonie et l'uniformité ?

Les enfants savent naturellement qui ils sont, ils n'ont aucune angoisse existentielle, mais l'école commence immédiatement à leur rendre évidente l'importance des programmes, règles, listes et niveaux qui conduit inévitablement les étudiants à un concept qui correspond à ce qu'ils ne sont pas. Nous formons nos petits jusqu'à ce qu'ils apprennent à compter l'argent, à dire l'heure, à mesurer le progrès, à se mettre en rang, à garder le silence et à endurer la soumission. Ils apprennent qu'ils ne sont pas libres et qu'ils sont séparés de l'autre et du monde lui-même par une infinité de différences, de noms et de langues.

On n'insistera jamais assez sur la manière dont l'éducation est de simplement inculquer aux gens l'heure de la pendule et l'idée d'une identité forcée.

C'est comme si le langage en lui-même n'était pas suffisamment abstrait – rien ne doit être laissé qui n'entre dans une catégorie. Suzy ne peut juste être Suzy – elle est citoyenne d'un pays, membre d'une religion et produit d'une civilisation, dont beaucoup possèdent des drapeaux, des mascottes, des armées, des uniformes, des monnaies et des langues. Une fois que toutes les mascottes, devises et principes collectifs sont appris, alors on peut commencer à enseigner l'histoire. Les grands mythes épiques inventés et intriqués fort à propos dans des archétypes au fil des âges ont réussi à cimenter cette matrice dans l'esprit de l'enfant.

Même la langue qu'il parle sans effort doit être décomposée. Une pomme ne sera plus jamais une pomme – elle deviendra un nom, un sujet ou un objet. Rien ne sera épargné, tout doit être mis en pièce et réexpliqué à l'enfant en langage "matriciel".

On ne nous enseigne presque rien d'utile durant les douze années et quelques pendant lesquelles nous sommes institutionnalisés et conditionnés en vue de l'esclavage – on n'apprend pas à cuisiner, jardiner, chasser, construire, faire la cueillette, rire ou jouer. On nous enseigne juste la manière de vivre avec une pendule et de nous conformer à des comportements institutionnalisés en vue de sérieuses carrières en tant que "esclavocrates".

Gouvernement




Dans les pays qui se prétendent démocratiques, on évoque souvent le concept d'un gouvernement créé pour servir le peuple. Le gouvernement et les lois qu'il crée et met en application constituent un contrôle social institutionnalisé au bénéfice de ceux qui ont pris le pouvoir. Cela a toujours été le cas et le sera toujours. Dans l'ère pré-démocratique il était beaucoup plus facile de reconnaître qui avait le pouvoir, mais le génie des grands états démocratiques ce sont les couches superposées de "corporatiocratie" et les intérêts particuliers qui cachent si brillamment l'identité de ceux qui gèrent réellement l'énorme appareil de contrôle.

Les fonctions de l'état sont si bien secondées par les versions dogmatiques de l'histoire enseignées dans les écoles que presque personne ne remet en question l'absolue nécessité d'un gouvernement pour le maintien de l'ordre dans l'ère post-industrielle. Les cours d'histoire ne mettent jamais le doigt sur la fait que ce sont les gouvernements eux-mêmes qui sont les propagateurs et instigateurs des guerres, des génocides, des famines et de la corruption. Dans une version hollywoodienne de l'histoire que presque tous les gens gobent, les "bons" gouvernements sont souvent dépeints comme combattant les "mauvais". Nous attendons toujours de voir un film où les gens des deux camps se désengageraient tout simplement de leurs gouvernements et ignoreraient les appels à la violence.

L'appareil étatique se base sur la loi, qui est un contrat entre le peuple et l'organisme créé pour administrer les nécessités courantes – un échange de souveraineté entre le peuple et l'état. Ce qui semble raisonnable, mais quand on regarde les massacres massifs du 20ème siècle, presque sans exception, les responsables sont les états eux-mêmes.

La perte de liberté humaine est le seul droit imprescriptible offert aux citoyens d'une nation moderne. Il n'y a jamais de choix. C'est tourné en liberté et privilège alors qu'en fait c'est une servitude inféodée à l'appareil de l'état et à la corporatiocratie qui la contrôle.

À suivre...

7 commentaires:

  1. 1° partie
    Le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes.

    Texte de Martin NIEMÖLLER (1892-1984)

    > Un homme dont la famille faisait partie de l'aristocratie allemande, avant la seconde guerre mondiale, possédait un certain nombre de grandes usines et de propriétés. Quand on lui demandait combien d'allemands étaient de véritables nazis, il faisait une réponse qui peut guider notre attitude au regard du fanatisme.

    > Peu de gens sont de vrais nazis, disait-il, mais nombreux sont ceux qui se réjouissent du retour de la fierté allemande, et encore plus nombreux ceux qui sont trop occupés pour y faire attention. J'étais l'un de ceux qui pensaient simplement que les nazis étaient une bande de cinglés. Aussi la majorité se contenta-t-elle de regarder et de laisser faire. Soudain, avant que nous ayons pu réaliser, ils nous possédaient, nous avions perdu toute liberté de manœuvre et la fin du monde était arrivée. Ma famille perdit tout, je terminai dans un camp de concentration et les alliés détruisirent mes usines.
    > > > > > > > > >
    > > > > > > > > > > La Russie communiste était composée de russes qui voulaient tout simplement vivre en paix, bien que les communistes russes aient été responsables du meurtre d'environ vingt millions de personnes. La majorité pacifique n'était pas concernée.


    > > > > > > > > > > L'immense population chinoise était, elle aussi, pacifique, mais les communistes chinois réussirent à tuer le nombre stupéfiant de soixante-dix millions de personnes.

    > Le japonais moyen, avant la deuxième guerre mondiale, n'était pas un belliciste sadique. Le Japon, cependant, jalonna sa route, à travers l'Asie du sud-est, de meurtres et de carnages dans une orgie de tueries incluant l'abattage systématique de douze millions de civils chinois, tués, pour la plupart, à coups d'épée, de pelle ou de baïonnette.

    > Et qui peut oublier le Rwanda qui s'effondra dans une boucherie. N'aurait-on pu dire que la majorité des Rwandais était pour la Paix et l'Amour ?

    > Les leçons de l'Histoire sont souvent incroyablement simples et brutales, cependant, malgré toutes nos facultés de raisonnement, nous passons souvent à côté des choses les plus élémentaires et les moins compliquées : les musulmans pacifiques sont devenus inconséquents par leur silence.

    > Aujourd'hui, des experts et des têtes bien pensantes, ne cessent de nous répéter que l'Islam est la religion de la paix, et que la vaste majorité des musulmans ne désire que vivre en paix. Bien que cette affirmation gratuite puisse être vraie, elle est totalement infondée. C'est une baudruche dénuée de sens, destinée à nous réconforter, et, en quelque sorte, à diminuer le spectre du fanatisme qui envahit la Terre au nom de l'Islam.

    > Le fait est que les fanatiques gouvernent l'Islam, actuellement. Ce sont les fanatiques qui paradent. Ce sont les fanatiques qui financent chacun des cinquante conflits armés de par le monde. Ce sont des fanatiques qui assassinent systématiquement les chrétiens ou des groupes tribaux à travers toute l'Afrique et mettent peu à peu la main sur le continent entier, à travers une vague islamique.

    > Ce sont les fanatiques qui posent des bombes, décapitent, massacrent ou commettent les crimes d'honneur. Ce sont les fanatiques qui prennent le contrôle des mosquées, l'une après l'autre. Ce sont les fanatiques qui prêchent avec zèle la lapidation et la pendaison des victimes de viol et des homosexuels. La réalité, brutale et quantifiable, est que la majorité pacifique, la �majorité silencieuse y est étrangère et se terre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout a fait raison... L'Islam se prépare a dominer le monde et la majorité ne veut rien dire...
      https://www.youtube.com/watch?v=28d04OHyhwU&feature=youtu.be

      Supprimer
  2. 2° partie
    Les musulmans pacifiques deviendront nos ennemis s'ils ne réagissent pas, parce que, comme mon ami allemand, ils s'éveilleront un jour pour constater qu'ils sont la proie des fanatiques et que la fin de leur monde aura commencé.

    > Les Allemands, les Japonais, les Chinois, les Russes, les Rwandais, les Serbes, les Albanais, les Afghans, les Irakiens, les Palestiniens, les Nigériens, les Algériens, tous amoureux de la Paix , et beaucoup d'autres peuples, sont morts parce que la majorité pacifique n'a pas réagi avant qu'il ne soit trop tard.

    > Quant à nous, qui contemplons tout cela, nous devons observer le seul groupe important pour notre mode de vie : les fanatiques.

    > Enfin, au risque de choquer ceux qui doutent que le sujet soit sérieux et détruiront simplement ce message, sans le faire suivre, qu'ils sachent qu'ils contribueront à la passivité qui permettra l'expansion du problème.



    Aussi, détendez-vous un peu et propagez largement ce message.

    Espérons que des milliers de personnes, de par le monde, le liront, y réfléchiront et le feront suivre...

    Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

    Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

    Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

    Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester.



    Texte de Martin NIEMOLLER (1892-1984), pasteur protestant arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. Il fut ensuite transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau . Libéré du camp par la chute du régime nazi, en 1945.

    On ne peut s’empêcher de repenser à cette phrase de l’un de nos congénères les plus éclairés, lui aussi allemand d’origine :



    Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.



    Albert Einstein

    RépondreSupprimer
  3. hors sujet

    1,2 milliard de mots de passe volés par des pirates russes

    Selon le New York Times, un groupe de hackers russes aurait réussi à pirater près de 1,2 milliard de mots de passe sur Internet.
    Les sites de quelques 420 000 sociétés américaines et étrangères ont ainsi été visés. Ce ne sont pas moins de 500 millions d'adresses e-mail qui ont été récupérées.

    Soyez vigilants, il va sans doute vous falloir changer quelques mots de passe sur vos sites de commerce en ligne préférés notamment. Selon la société de sécurité informatique Hold Security citée par le New York Times, des pirates russes sont parvenus à subtiliser les informations de quelque 420 000 sites et à récupérer environ 1,2 milliard de logins (noms d'utilisateur et mots de passe) ainsi que les noms réels des internautes. Au total, Hold Security estime cependant que ce sont 4,5 milliards de fichiers qui ont été récupérés en juillet. Mais les individus utilisant plusieurs fois le même mot de passe sur des sites différents, le tout a été ramené à 1,2 milliard de mots de passe.

    Les plus grandes sociétés américaines et étrangères ainsi que de plus petites ont été visées. Les hackers ont ainsi eu accès à près de 545 millions d'adresses e-mail. "Les pirates n'ont pas uniquement ciblé des sociétés américaines, ils ont visé tous les sites internet qu'ils pouvaient trouver. Cela va des entreprises référencées dans le classement Fortune 500 aux très petits sites. Et la plupart de ces sites sont encore vulnérables", explique Alex Holden, fondateur de Hold Security.

    Un coût estimé à 3,5 millions de dollars

    RépondreSupprimer
  4. Magnifique texte, oui, mais en plus beaucoup laisse faire... par égoïsme, pour ne pas faire "de vagues", de toutes façons, actuellement, la moindre vague est opprimée, grâce à la dictature de notre gouvernement. Eviter à tout prix le moindre débordement, car il se transformera immédiatement en pugilat sanguinaire... et oui, et oui, par les dits fanatiques. Car il est à savoir que les gouvernements précédents et celui-ci (nous avions des ordres) font tout pour éviter une guerre civile (qui approche)
    J'ai posté sur le tchat ce qui suit, qui rejoint ce qui est dit, même si c'est un peu "hors sujet" Merci anon. 2378. Il est à expliquer que les droits des arrivants sont bien supérieurs... à ceux des nationaux Un seul exemple = pour un "national" TRAVAILLEUR, une chambre seule à l'hôpital est payanbte + de 50 € par jour ; pour tous les autres, CMUC....et suivants, la chambre toujours demandée grâce à ces "cartes" EST GRATUITE. Je vous fais grâce du reste...style franchise sur les médocs. La police de Menton (la municipale) est très très occupée actuellement à la "frontière" pour empêcher les camions de fruits et légumes, venant de Sicile de faire de la vente, (dite sauvage) bien moins cher que les marchands et paysants des alentours ! En ce qui concerne les "frontières" sachez que les douaniers, qui, non seulement EMPECHENT l'arrivage de ces masses - conjointement avec la PAF, mais ils VERIFIENT tout ce qui arrive sur le territoire, comme la réduction du nombre d'agents est de plus en plus importante, vous aurez de plus en plus d'accidents... d'empoisonnements, de maladies, et très souvent de viandes avariées irradiées ...Bon appétit . Il y a encore 1 agent 1/2 (celui là il a mal ! ) pour vérifier les contenus de l'ensemble des conteneurs arrivant sur le sol français par jour, ça vous donne une idée ? Continuons à ne rien voir, à ne pas vouloir savoir, surtout ne rien faire... vive les profits, vive la mondialisation mais pauvres vos enfants et suivants ...

    RépondreSupprimer
  5. Cet article (encore un) était programmé sur la Pensine depuis quelques jours.. Ma parole si tu n'affirmais ne pas être si nulle en informatique, je commencerais à croire que tu as piraté mon blog (je rigole). Mais tu as peut-être une boule de cristal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois surtout que nous avons les mêmes lectures...

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.