Bistro Bar Blog

mardi 12 août 2014

Le bébé est une personne

Merci à JP (grâce au commentaire que j'ai posté pour lui sur l'haptonomie) de m'avoir fait partir à la recherche d'une série de 3 émissions TV de Bernard Martino diffusées en 1985 qui avait retenu mon attention.

J'ai trouvé les 3 émissions réunies en une vidéo de 3 heures postée en février 2013:



[Concernant le passage très émouvant en fin de vidéo sur l'institut en Hongrie pour bébés orphelins, je me souviens d'une anecdote racontée par Françoise Dolto (interviewée dans l'émission) dans un de ses livres ("La cause des enfants" ?) sur sa rencontre avec une toute petite fille âgée d'une semaine amenée par sa grand-mère. La maman était décédée à la naissance et cette petite fille ne voulait pas se nourrir, personne ne lui avait expliqué la situation et elle se laissait mourir de faim.

Françoise Dolto explique la scène (c'est moi qui reconstitue de mémoire) : la petite est enfouie sur l'épaule de sa grand-mère, tournant le dos à Françoise. Cette dernière s'adresse directement au bébé en lui expliquant que sa maman est morte et que sa grand-mère va la remplacer et qu'elle a le droit de vivre et pour cela qu'elle doit manger. Puis elle dit à la petite fille qui semble endormie que si elle a compris le message et qu'elle est d'accord pour se nourrir, elle tourne la tête vers elle... Au bout d'une dizaine de secondes, la petite bouge et tourne la tête vers Françoise, on lui a enfin expliqué pourquoi elle n'a plus sa maman. Et elle s'est mise à manger.]


10 commentaires:

  1. Ciao Helios, Il y a je suppose encore d'autres explications, mais cela est plausible, car c'est le sang qui a le pouvoir de comuniquer et donc there is no age,....la comunication adviene a traver l'ame qui comprende au delà
    C'est le silence qui est mortel comme l'indifference, si on pense aux costellazioni familiari, le secret de cacher quelche choses portes consequences incroyables. Du moment que l'enfant a eté mise au courant, l'ame decide de continuer sa vie pour experimenter

    Ciao Loriana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Loriana, il faut expliquer aux bébés ce qui se passe pour ne pas installer la peur dans leur vie.
      Merci, ciao.

      Supprimer
  2. Merci Helios, magnifique documentaire, je dirait même plus c'est "magique"...
    Ils faisaient de bonnes choses à la télé à l'époque...

    RépondreSupprimer
  3. Oui Ngiu, avant la privation de tout le bien commun, il y avait quelques bonnes choses à la télévision. En une seule génération tant de Connaissance a été effacée !

    Je n'ai pas eu le temps de voir le documentaire, mais je connais un enfant qui, deux jours après la conception, connaissant parfaitement la situation difficile entre ses géniteurs, et venu demander à sa mère: "est-ce que tu veux que je m'en aille, ou est-ce que je peux rester ?". Il a laissé un délai de réponse à sa mère. Cinq jours plus tard, il est revenu lui demander : "maintenant, j'ai besoin que tu me donnes ta réponse".
    Elle a dit oui, s'engageant au plus profond d'elle-même à l'élever même seule si les circonstances l'exigeaient. Elle l'aimait déjà. Comment aurait-elle pu lui dire non ? Leurs dialogues ont continué pendant neuf mois, et au-delà.

    Aujourd'hui, trente ans plus tard, il lui dit encore : "maman, c'était la bonne décision que tu as prise alors".

    Un père à qui je racontais l'histoire m'a raconté la sienne : c'est à lui que sa fille a annoncé qu'elle était là, alors que sa femme n'avait pas encore conscience d'être enceinte. C'est lui qui a eu le premier dialogue avec l'enfant, et cela est une autre confirmation que donner la vie n'est pas le privilège de la femme, que tout homme peut donner la vie s'il ne se rétrécit pas au rôle qu'on prétend lui faire jouer.

    Il va de soi que la femme n'a nul besoin d'un spécialiste pour partager des dialogues et des jeux avec son enfant dans l'utérus. L'homme non plus.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais écrire : "avant la privatisation" de tout le bien commun...

      Supprimer
  4. Je connais depuis peu, l'engagement pétitionnaire dans les années 70/80 de F. Dolto en faveur de "l'émancipation sexuelle des enfants". Soit : pour le soutien affiché à la légitimation des actes pédophiles. Aller sur le site "pédopolis" pour en savoir d'avantage, vous serez édifiés sur la profondeur du mal et des complicités actives dont ce "mouvement" bénéficie aux plus hautes strates de l'état. Je sais, c'est incroyable...F.D était loin d'être la seule. Bien d'autres, en ces temps de libertinage affiché, prônaient l'instrumentalisation de la libido naissante des enfants pour mieux assouvir la leur. Voir les nombreux sites sur la pédocriminalité . Vous y verrez une liste impressionnante de "célébrités" plus ou moins solubles dans le temps, le botox ou la cocaïne. Du politique au philosophe, en passant par l'avocat adoubé, lui-même soutenu par ses pairs et récupéré in-extremis par un juge compréhensif... Je force juste un peu le trait.... Alors si le bébé est -comme je le sais- une vraie personne, nul n'a le droit d'en abuser, de le faire souffrir, de le détruire.
    Il s'agit aujourd'hui d'abattre les icones pour remettre l'humain au centre de l'univers.
    L'humain c'est toi et moi, c'est nous tous. L'univers est notre monde.
    L'enfant en nous est immortel. Il n'oublie pas. Rarement il pardonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais me renseigner personnellement auprès de Pédopolis.

      Supprimer
  5. Pure émotive, j'ai peu la mémoire des chiffres.
    Plusieurs centaines d'enfants disparaissent chaque années.
    Filles, garçons, suivant la loi du "marché".
    Des films circulent sur la planète à un rythme et des prix défiant l'entendement.
    Des contenus d'une cruauté inimaginables pour un esprit sain.
    Du 'simple viol" à la mise à mort en direct de petits enfants.
    Des enregistrements rendent compte de cette réalité.
    Les quelques personnes courageuses voulant porter témoignage l'ont payé cher.
    Suicides suspects, disparitions de témoins non élucidées.
    Fichiers transmis au Ministre de la Justice -à l'époque Mme (la jolie blonde du PS (?)-
    égarés comme par hasard et jamais depuis retrouvés.
    Il s'agit du dossier Zanforf (pardon pour l'orthographe approximative).
    Une compilation de photos de très jeunes enfants violés, torturés (brulures de cigarettes, fers à repasser, chalumeau, aiguilles plantées dans tout le corps, le corps ligoté de haut en bas, des heures et des heures durant sur la pointe des pieds sans boire ni manger.
    Des centaines de parents ont dit reconnaitre leur enfant.
    Qu'importe, circulez, il n'y a rien à voir.
    N'oubliez pas Dutroux (le bien nommé), les deux gamines retrouvées encore vivantes, les mortes présentant des séquelles évidentes d'abus sexuels, mortes de faim, ose-t-on nous affirmer. Hélios, mon ami, si tu peux faire savoir l'ignoble réalité que tu découvriras sur ces sites fais-le savoir. La femme Dutroux "miraculeusement" libérée au tiers de sa peine vers une retraite religieuse toute de repentir et de flagellation...
    La Belgique entière vomit cet "aménagement de peine".
    Je ne sais plus quoi ajouter tant il y a tant à dire.
    Merci, Hélios, de prendre le relais.
    Atmosphère

    RépondreSupprimer
  6. lasorciererouge26 août 2014 à 07:40

    https://fr-mg42.mail.yahoo.com/neo/launch?.rand=dbcl768m4e7jg#607320447

    Les premières fois des bébés

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.