Bistro Bar Blog

mardi 19 août 2014

Être parent : 8 leçons apprises de ma mère


Être parent : 8 leçons apprises de ma mère



6 août 2014, par Heidi L. Fitterling

 

Traduit par Hélios


Avant de devenir mère, j'ai souvent réfléchi aux erreurs qu'ont fait mes parents et à la manière d'éviter leur répétition si et quand je deviendrai moi-même maman. Je pense que c'est une attitude assez courante parmi ceux qui n'ont pas élevé les enfants de M. et Mme Astuce. Cependant, je me suis surprise, quand à l'âge vénérable de 34 ans je suis devenue mère, à commencer pour de bon à tenter d'être le genre de mère qu'était la mienne, ce qu'elle est d'ailleurs toujours. Je pense souvent : "Que ferait ou dirait maman dans cette situation ?" quand je me retrouve dans un cas litigieux. Le jour où je suis devenue enceinte j'ai oublié toutes les soi-disant erreurs, que je considère aujourd'hui comme des choses qui humanisent nos parents – après tout, des parents parfaits ne seraient-ils pas parfaitement pesants ? - et je me suis souvenue de tous les merveilleux cadeaux que m'ont offert mes parents.

Les huit plus belles leçons que m'a enseignée ma mère sur l'éducation des enfants :


1. Les enfants sont des êtres souverains

Par souverain je veux dire que les enfants appartiennent à eux-mêmes. Nous ne possédons pas nos enfants pas plus que nos enfants ne nous doivent la vie parce que nous les avons mis au monde. La responsabilité d'un parent est d'aider son enfant à apprendre comment se diriger dans la vie en tant que personne à part entière et non comme la personne que nous souhaiterions qu'il soit.

2. Maintenir son enfant à de hauts niveaux

Si nous autorisons nos enfants à prendre des raccourcis en ne mettant en jeu que le minimum de leurs possibilités, nous les empêchons d'acquérir la foi en leurs propres capacités. Si nous sommes d'accord pour nous contenter de moins que ce dont ils sont capables avec ce que nous leur communiquons, c'est que nous pensons qu'ils ne peuvent en faire plus et finalement ils le croiront aussi. À ne pas confondre avec un comportement d'adjudant-chef mais bien au contraire c'est apprendre à votre enfant comment s'appliquer le cadeau à eux-mêmes : une fierté bien placée pour leurs efforts et réalisations.

3. Les enfants ont droit à une vie privée

Quand vous respectez l'intimité de votre enfant vous bâtissez une confiance et encouragez un environnement où ils se sentiront en sécurité pour venir vers vous avec des choses qu'ils garderaient autrement pour eux. Tant de parents expriment tant de crainte à ne pas connaître la vie de leur enfant qu'ils en arrivent à les entraîner à devenir experts dans l'art de cacher les choses. Personne n'aime qu'on fourre son nez partout. Personne. Cela ne doit pas être confondu avec de la négligence, de ne pas vouloir s'impliquer ou d'abandonner toute responsabilité dans la sécurité de votre enfant. Les circonstances dans lesquelles vous devrez fouiller sont rares. Apprenez à vous sentir à l'aise avec le fait que les enfants, comme les adultes, ont besoin de leur intimité.



4. On devrait encourager les enfants à se consacrer à ce qu'ils aiment

Si Johnny veut apprendre la couture ou Brenda la mécanique automobile, débrouillez-vous par tous les moyens pour que cela soit possible. Il est important d'encourager et de soutenir les intérêts de votre enfant et d'y donner suite. Même si (et peut-être surtout quand) ses rêves semblent étranges ou susceptibles de mener nulle part. Un enfant doit apprendre en explorant par lui-même la direction que lui feront prendre ses intérêts. En encourageant cette exploration, nous les aidons à connaître la valeur de la découverte.

5. Traitez chaque enfant comme un cas unique

Car chaque enfant est particulier, unique et riche de ses propres potentiels et dons. Ces derniers devraient être mis en lumière et célébrés à chaque occasion. Ce n'est pas à confondre avec une glorification vide de sens.

6. Sachez faire de temps en temps l'école buissonnière

Cela se passe d'explications. Le plaisir de 'voler' du temps ensemble crée des souvenirs et des liens qui durent toute la vie (Merci, Maman!)

7. Les enfants devraient être encouragés à s'exprimer à travers l'art, la danse, la musique, le jardinage, etc.

Nous avons tous besoin d'exutoires créatifs et les enfants étant naturellement créatifs en tirent de grandes satisfactions quand ils ont cette liberté et cet encouragement de pouvoir s'exprimer par des voies artistiques.

8. Ne jamais cataloguer un enfant

Parler à des enfants ou au sujet d'enfants en se servant de termes comme 'colérique', 'commandeur', 'mauvais en sport' ou encore pire, 'idiot' est au mieux limitant et au pire préjudiciable. Résistez à l'envie d'attribuer des épithètes aux enfants, parce que les étiquettes pourront lui coller à la peau, surtout quand un enfant commence à prendre confiance en lui.


5 commentaires:

  1. « Si nous autorisons nos enfants à prendre des raccourcis en ne mettant en jeu que le minimum de leurs possibilités, nous les empêchons d'acquérir la foi en leurs propres capacités. »…

    Et si nous les empêchons de garder la foi en leurs propres capacités, au-delà, nous les empêchons de garder leur Foi innée en la Vie, et de tailler comme un diamant leur conscience de leur capacité de fusion instantanée avec la « Force de la Vie agissante ».
    Nous les mettons donc en danger de chercher à recourir, dans les moments difficiles que leur évolution terrestre leur offrira de résoudre, à des « baguettes magiques », les fameux raccourcis, qui sont de dangereux pièges pour leur âme et celle de l’Humanité.

    Pour reprendre un exemple dans l’histoire de Cœurvaillant et J. Allen Boone, le langage articulé est un langage (la plupart du temps pratiqué en mode) linéaire, alors que la télépathie –le langage naturel du Vivant- est un langage sphérique.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  2. Et nous Parents et Grands-parents (ou futurs) quelle attitude avons nous avec nos enfants déjà adultes ou déjà parents eux même ?
    Nous avons peut-être des révisions à faire selon les recommandations de HEIDI ! Que ce soit en mode linéaire ou sphérique peut importe mais posons nous aussi ces 8 questions ... et pas rien que pour les petits enfants ...!
    Vive la VIE.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne savais pas ce site promoteur du Gender, un enfant qui appartient à lui-même ? Ou à l'Etat de 1789 ? (cf Laurence Rossignol).
    Sympa, mais bon on peut discuter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas où se niche une théorie du genre dans cet article. Un enfant appartient à lui-même comme le sera l'adulte qu'il deviendra.

      Supprimer
    2. Effectivement l'adulte appartient à lui-même car il est majeur : il a une maturité physique et psychique, ce que n'a pas encore l'enfant.
      Dire que l'enfant appartient à lui-même signifie qu'il a un degré de maturité suffisant et cela revient à le considérer adulte.
      En d'autres termes, si vous émancipez un enfant à 5 ans, ne peut-il pas se marier ? C'est ce vers quoi finit de glisser notre société

      Supprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.