Bistro Bar Blog

mercredi 13 août 2014

Cela fait une différence




 

Cela fait une différence




Texte de Loren Eiseley trouvé ICI.



Traduit par Hélios



Il y avait une fois un sage qui allait au bord de l'océan pour écrire. Il avait l'habitude d'aller marcher sur la plage avant de commencer son ouvrage.

Un jour, alors qu'il approchait de la grève, son regard fut attiré par une figure humaine qui se déplaçait comme si elle dansait. Il sourit intérieurement à la pensée de quelqu'un qui offre une danse à la journée et il se mit à avancer plus vite pour le rattraper.

En se rapprochant, il remarqua que la figure était celle d'un jeune homme et ce qu'il faisait n'était pas du tout de danser. Le jeune homme se penchait, ramassait de petits objets et les jetait dans l'océan.

Le sage s'approcha encore et lança "Bonjour ! Puis-je savoir ce que vous faites ?"

Le jeune homme s'arrêta, leva les yeux et répondit "Je jette des étoiles de mer dans l'océan".

"Dites-m'en plus, pourquoi jetez-vous des étoiles de mer dans l'océan ?" demanda le sage, quelque peu surpris.

Ce à quoi répondit le jeune homme, "Le soleil monte dans le ciel et la marée descend. Si je ne les rejette pas, elles vont mourir".

En entendant ceci, le sage commenta, "Mais, jeune homme, ne réalisez-vous pas qu'il y a des kilomètres et des kilomètres de plage et qu'il y a des étoiles de mer tout du long ? Cela ne va sans doute pas faire une grande différence !"

À quoi le jeune homme se baissa, ramassa une autre étoile de mer qu'il lança dans l'océan. Quand elle atteignit l'eau, il dit,

"Cela a fait une grande différence pour celle-là".


Loren Eiseley (1907-1977, anthropologue et philosophe américain)

7 commentaires:

  1. 6 août 1958, l’étrange lettre du Général de Gaulle à Hubert Beuve-Méry
    http://tempspresents.com/2014/04/22/de-gaulle-documents-beuve-mery/

    CITATION :
    L’Histoire a réservé des destins curieusement mêlés à Charles de Gaulle (1890-1970) et à Hubert Beuve-Méry (1902-1989). Rarement deux hommes se sont aussi bien trouvés pour s’affronter et parfois se soutenir. D’un côté Beuve-Méry se fait une haute idée de son métier, de son journal et de l’institution qu’est devenue au fil des années Le Monde. De l’autre, le Général se fait une grande idée de sa personne, de la France et de leurs rôles respectifs dans Le Monde.
    Entre 1944 et 1969 (et plus encore entre 1958 et 1969) l’histoire politique s’incarne dans ce duel tumultueux –parfois un dialogue de sourds – entre ces deux hommes et par cet étrange jeu de miroir : quand l’un fait une conférence de presse, l’autre lui répond dans un éditorial. Vingt-cinq ans d’histoire de la France et de la presse ont été marqués par les confrontations entre le fondateur de la Ve République et le fondateur du Monde qui signait Sirius – l’étoile la plus brillante du ciel -, quand il veut interpeller, bousculer, rudoyer et mettre en garde le général-président contre ses choix et les risques de sa politique.
    Voilà le sujet, nous le traitons dans un documentaire diffusé ce jeudi 24 avril, France 5, 21 heures 35.

    Avant cette diffusion, je partage ici ce petit échange entre les deux hommes, ainsi que quelques photographies. Cet échange de bons mots me paraît très significatif.

    Depuis leur premier entretien de 1945, Beuve-Méry et de Gaulle ne s’étaient jamais revus. En même temps qu’une demande d’audience, Beuve-Méry adresse au Général son livre « Le suicide la IVe République » reproduisant ses principaux articles. A son plus grand étonnement, il reçoit une lettre manuscrite datée du 6 août 1958 :

    « Cher Monsieur,
    J’ai lu, relu, les pages que vous réunissez dans « Suicide de la IVe République ». J’y reconnais l’ampleur de la critique et l’étendue du talent. Peut-être après tout, « rien ne vaut-il rien. » Mais DANS CE CAS qu’importe que cette chose-ci et celle-là meurent et nous tous ?
    Veuillez croire, cher Monsieur, à mes sentiments les plus distingués.
    C.de Gaulle »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est point une étrange lettre !:
      Il vous faut savoir qu'entre ces deux personnages, le climat peut être comparé à celui d'un vieux couple.
      Hubert a longtemps reproché a Charles de lui avoir laissé la bride sur le cou !!!!!
      Charles avait totalement confiance en Hubert ! Mais ne lui a jamais octroyé des signes d'encouragement ce que Hubert a toujours mal vécu !
      68WS

      Supprimer
  2. Oops, début de l'article, ne devrait-on pas dire :
    "Il était une fois un sage" ?

    RépondreSupprimer

  3. QUELLES ETOILES DE MER ?
    Ne savez-vous pas qu'il n'y en a plus déjà dans le pacifique nord ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y°, cette histoire est un conte.

      Supprimer
    2. Des étoiles de mer s'arrachent les bras pour mourir
      Une mystérieuse maladie les tue par millions, le long de la côte ouest de

      Mis à jour le 03/02/2014 | 08:12 , publié le 03/02/2014 | 07:43

      Leurs bras se nouent avant de partir chacun dans une direction différente. Des millions d'étoiles de mer meurent d'une mystérieuse maladie sur la côte ouest de l'Amérique du Nord, de l'Alaska au sud de la Californie, rapporte Gawker (en anglais), lundi 3 février. D'autres cas ont été observés sur la côte est.
      Que sait-on de cette maladie ?

      Les animaux touchés portent des lésions blanches qui s'étendent rapidement, puis se ramollissent avant que leurs bras ne se nouent et s'arrachent, causant la désintégration de leur corps et leur mort en quelques jours, parfois même en seulement vingt-quatre heures. L'hécatombe aurait commencé en juin 2013 et frappe différentes variétés d'étoiles de mer vivant sur le littoral et en captivité, précise Jonathan Sleeman, directeur du Centre de recherche de la faune sauvage de l'Institut américain de géophysique (USGS), dans une note publiée sur le site internet (en anglais) de l'organisme.

      Les scientifiques qui surveillent les écosystèmes de cette zone n'ont identifié aucune cause de cette mortalité massive. "Nous pensons qu'un élément pathogène comme un parasite, un virus, ou une bactérie pourrait infecter ces étoiles de mer et compromettre leur système immunitaire, ce qui les rendrait vulnérables à des infections bactériennes secondaires responsables des dommages physiques observés", explique à l'AFP Pete Raimondi, professeur de biologie à l'université de Californie, à Santa Cruz
      Quelles étoiles de mer sont touchées ?

      Parmi les quelque 1 500 espèces recensées, les deux plus touchées sont la Pisaster ochraceus, une étoile de mer de couleur pourpre, et la Pycnopodia helianthoides, aussi appelée Soleil de mer. De couleurs variables, cette dernière est considérée comme la plus grande des étoiles de mer, son diamètre pouvant dépasser un mètre. Mais une dizaine d'autres espèces sont concernées, précise The Columbian (en anglais).

      Des populations entières de ces étoiles de mer ont été décimées dans le détroit de Puget, dans l'Etat de Washington (nord-ouest des Etats-Unis), et la mer des Salish en Colombie-Britannique (Canada) ainsi que le long de la côte californienne, indique le document de l'USGS. Le taux de mortalité est estimé à 95%.
      A-t-on déjà observé une telle hécatombe ?

      Supprimer
    3. A-t-on déjà observé une telle hécatombe ?

      Ce phénomène a déjà été observé dans le passé, mais il était lié à un réchauffement des eaux côtières, ce qui n'a pas été le cas en 2013. Dans ces précédents accès de mortalité nettement moins étendus géographiquement, les scientifiques avaient soupçonné un agent pathogène qui se serait développé à la faveur du réchauffement de l'eau, mais sans jamais le confirmer.

      En 1983, une vague de mortalité sur la côte sud de la Californie avait presque entièrement éliminé l'étoile de mer Pisaster ochraceus du littoral. Une hécatombe plus limitée s'était produite en 1997, attribuée surtout au réchauffement de l'océan résultant du grand courant du Pacifique Sud El Niño. Une mortalité de masse nettement plus réduite de certaines espèces d'étoiles de mer s'est également produite au printemps 2013 sur la côte est des Etats-Unis.
      Quelles conséquences sur l'écosystème ?

      L'étoile de mer Pisaster ochraceus est "un prédateur clé dans son écosystème côtier", dit le professeur Pete Raimondi. Cet animal se nourrit de crustacés comme les moules, les berniques et les escargots de mer. Si l'étoile de mer venait à disparaître, les populations de ces mollusques augmenteraient considérablement, ce qui pourrait profondément modifier l'écosystème rocheux situé entre le maximum et le minimum des marées, jugent les scientifiques.

      Les larves d'étoiles de mer sont aussi un composant important du plancton, la base de la chaîne alimentaire des océans. Les étoiles de mer ont assez peu de prédateurs, qui peuvent être d'autres étoiles de mer, des mouettes et parfois des loutres de mer.

      Supprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.