Bistro Bar Blog

mardi 22 juillet 2014

Où sont passés les chapeaux ?


C'est vrai, on ne porte plus de chapeau. Voici pourquoi.


Une foule à New York en 1930. Personne tête nue.








RHP, 24 avril 2014

Traduit par Hélios pour le BBB. (Seule la photo ci-dessus figure dans l'article, les suivantes proviennent de recherches personnelles.)

Mais qu'est-il arrivé aux chapeaux ? Jusqu'aux années 60 les chapeaux étaient très populaires aussi bien chez les hommes que chez les femmes, tellement populaires qu'un homme sortant en public sans chapeau était comme s'il sortait pieds nus. Même les ouvriers travaillant à l'extérieur portaient des casquettes. Mais à la fin des années 50 et au début des années 60, les chapeaux sont devenus rapidement facultatifs, surtout parmi les hommes jeunes, puis carrément vieux jeu. Que s'est-il donc passé ?

5ème Avenue, New York, 1905. Chapeaux pour tout le monde...



Plusieurs facteurs expliquent leur disparition. Avant le 20ème siècle les gens au travail passaient beaucoup de temps dehors, ne serait-ce que pour des petits déplacements. Le chapeau protège la tête de la pluie, du soleil et du vent. Avec un bon pardessus, ils procurent une protection raisonnable contre les éléments même pendant plusieurs heures de suite. C'est pourquoi chapeau et pardessus devinrent une sorte d'uniforme, même chez les femmes. En quelque sorte une transformation en une forme de vêtements traditionnels qui est restée populaire bien que moins appropriée avec l'apparition des automobiles.



L'explosion de l'automobile fut la première forme de transition qui rendit les chapeaux encombrants et embêtants. Autrefois les gens marchaient beaucoup plus, alors qu'aujourd'hui ils sont au volant et les chapeaux sont en général un peu moins pratiques et également inutiles à l'intérieur d'un véhicule. Dans les années 50 les toits des automobiles s'abaissèrent aussi, il y avait donc moins de place pour les chapeaux.


Prendre un bain était alors considéré comme un luxe et se faire un shampoing n'était pas aussi courant qu'aujourd'hui. Les gens se lavaient plus rarement et étaient aussi plus dépendants des différents produits pour maintenir leurs cheveux en place. La plupart des gens avaient donc les cheveux très gras et les chapeaux servaient à les camoufler.


Les lunettes de soleil furent un nouveau facteur. En 1929, Sam Foster, dont le nom commercial était Foster Grant, commença à vendre en série des lunettes de soleil à Atlantic City. On les connaissait avant, mais elles étaient assez chères et avaient une connotation négative avec les spectacles pour mal-voyants et les lunettes noires des aveugles. Des photos en temps de guerre de fringants aviateurs portant des lunettes de soleil et tête nue (les chapeaux étant totalement incompatibles avec un avion) influencèrent grandement le public américain. Il fallut encore quelques années pour que les lunettes de soleil fassent passer les chapeaux pour vieillots. Et une campagne publicitaire de Foster Grant au début des années 60 scella le destin de l'ennuyeux chapeau traditionnel.

L'affiche publicitaire de Foster Grant pour les lunettes de soleil

Un autre facteur significatif du déclin des chapeaux (tout au moins pour les hommes) fut les cheveux. Elvis Presley, Marlon Brando, James Dean...avant ces gars, les hommes n'avaient pour ainsi dire pas de coupe de cheveux. Ils se servaient d'une sorte de gomina surtout pour que leurs cheveux restent bien rangés sous leur chapeau. Mais James Dean ? Cet homme n'avait pas besoin de chapeau, parce qu'il avait plus d'allure sans. Les cheveux gras, puis les cheveux d'apparence négligée, puis les hippies et ainsi de suite. Plus question de cacher ses cheveux sous un chapeau parce que cela serait étroitement associé à l'image qu'on se faisait des hommes jeunes.





8 commentaires:

  1. Et bien, personnellement, je porte le chapeau, je n'arrive pas à sortir sans un chapeau. Probablement une habitude mais je ne supporte que ma tête soit à l'air libre. Entre le cuir pour la pluie, la paille pour le soleil ou le tissus quand il fait bon au feutre pour le froid, et bien je trouve le chapeau très confortable à porter et dans toutes les circonstances.
    Merci pour cette excellent article comme d'ab !

    RépondreSupprimer
  2. Il y eu même un temps (1960 ou 65 ?) ou le port du chapeau ( au minimum un foulard) était obligatoire pour les femmes, pour entrer dans une église et le port d'un chapeau interdit pour les hommes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très intéressant ce que vous dites. Le port du chapeau, symboliquement, c'est la peur du divin, c'est pour se protéger du "Ciel". Obliger les femmes à en porter dans une église revenait donc, à l'époque, à les couper de cette connexion avec le divin.

      Supprimer
    2. A vous disciples choisis, il est donné de connaître les mystères du Royaume de Dieu mais à la multitude, ces choses sont dites en paraboles afin qu’ils voient et n’entendent pas, qu’ils écoutent et ne comprennent pas.

      Supprimer
  3. Très bel article !
    Comme je n'ai pas une tête à chapeau, je n'en porte pas et je le regrette car en certaines circonstances, je trouve que celui-ci est un accessoire très élégant.

    RépondreSupprimer
  4. Ayant la quarantaine, j'ai connu mes grands-parents avec des chapeaux / casquettes, surtout le dimanche.
    Et même mon père a longtemps porté une casquette à carreaux avant de se "moderniser".
    Toute une époque et comme le temps passe vite, j'ai l'impression que c'était hier tout ça...
    Article instructif et dépaysant, ça change des autres news de notre monde actuel.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Chapeau ou salutations c'est un accessoire de protection et de communication, merci pour cet article qui renvoie au respect.
    justebienlibre

    RépondreSupprimer
  6. En Suisse, lors de grandes célébrations, je pense notamment à Pâque, il semble d' usage que les dames représentant le pouvoir politique (membres d un conseil comme femmes de président) se couvrent d'un chapeau de l entrée à la sortie de la cathédrale.

    De toute manière quelque soit la tenue vestimentaire, la liturgie contemporaine a perdu tout son sens depuis que le berger se tourne vers ses brebis et plus vers les pâturages célestes.

    belle journée et surtout sortez couverts!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.