Bistro Bar Blog

mardi 10 juin 2014

Ultraman : une photo aérienne de la centrale


Une photo aérienne de l'Asahi montre la désolation autour de la centrale de Fukushima


Bien que je n'approuve pas du tout la publication initiale du témoignage confidentiel donné par le responsable de la centrale, Masao Yoshida, pour l'enquête sur l'accident par le gouvernement qu'a obtenu l'Asahi, la page spéciale dédiée au témoignage donne de bonnes photos.

En voici une en épilogue (leur reportage est déjà terminé) concernant la piscine du réacteur 4.


Selon le crédit de la photo, elle a été prise le 15 décembre 2013 à partir de l'hélicoptère de l'Asahi. À la différence des photos qui montrent pour la plupart uniquement la centrale, celle-ci montre Okuma-machi (au sud de la centrale) et Futaba-machi et en direction de Namie-machi (au nord de la centrale).

Personne (officiellement) ne vit à Okuma ou Futaba. La zone côtière de Futaba et Namie (au-dessus de la centrale sur la photo) semble avoir été dévastée par le tsunami du 11 mars 2011. Il y a des maisons appuyées sur la colline d'Okuma, mais les champs abandonnés semblent envahis par les herbes. Plus personne pour labourer les terres.

Personne ne reviendra d'ici un long moment dans la zone en bas à droite (au sud) de la centrale. Elle se nomme Ottozawa. Le niveau le plus élevé de l'air ambiant à présent est de 28 microsieverts/h selon la mesure faite le 5 juin 2014.

Ottozawa avait l'un des taux d'air ambiant les plus élevés de la zone d'évacuation de départ, située tout contre la centrale. En février 2012, des ouvriers sous contrat ont "décontaminé" la zone avec des radiations de 70 à 130 microsieverts/h.

En utilisant la formule de calcul pour l'exposition annuelle cumulée même avec un coefficient de 0,2 (au lieu de 0,4 pour les structures en bois), ce serait un cumul de 114 millisieverts en un an au taux actuel ambiant.

Mais ensuite, il y a de nombreux experts et chercheurs autour du monde qui diraient que le niveau serait suffisamment inoffensif pour que les habitants reviennent vivre une vie épanouissante, au lieu de vivre dans des abris temporaires surpeuplés.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.