Bistro Bar Blog

jeudi 19 juin 2014

Ultraman : le "mur de glace", un nouveau jeu du téléphone arabe


Le (énième) jeu du téléphone arabe à la centrale de Fukushima : "La barrière gelée pour l'eau des tranchées ne fonctionne pas" s'est transformé en "Le mur de glace autour des bâtiments de réacteur ne fonctionne pas"



Il inclut aussi bien les médias japonais qu'étrangers, autant en japonais qu'en anglais, suivant le schéma habituel :


  1. L'article original en japonais apparaît dans les médias japonais;
  2. L'article original en japonais est ensuite traduit incorrectement en anglais;
  3. L'article en anglais fait peur aux lecteurs étrangers;
  4. L'article en anglais est ensuite retraduit en japonais;
  5. Les lecteurs japonais s'effraient en lisant l'article retraduit en japonais.
Dans ce jeu du téléphone arabe qui se joue toujours en date du 18 juin, l'article original venait de NHK Japan (17 juin), il a été correctement traduit en anglais (sauf pour l'ordre des paragraphes) par NHK World.

Les nouvelles concernent le tampon d'eau gelée, ou "ice plug", que TEPCO essaie d'installer dans la tranchée entre le bâtiment de turbine du réacteur 2 et le port de la centrale près de la prise d'eau pour les réacteurs. La tranchée contient de l'eau extrêmement contaminée qui se trouve là depuis avril 2011 quand un ouvrier l'a découverte se déversant depuis une fissure d'un caniveau dans le port (photo). Le dosimètre est passé hors échelle à 1000 millisieverts/h au-dessus de l'eau.
Cela NE concerne PAS le mur de glace imperméable dont la construction par TEPCO/Kajima a démarré autour des bâtiments de réacteur/turbine.






D'après NHK World (16 juin 2014 ; c'est moi qui souligne) :


TEPCO découvre que l'eau des tunnels n'est pas encore gelée
Des ouvriers disent que les efforts pour geler l'eau radioactive dans les tunnels souterrains ne marchent pas comme prévu.

En avril, ils ont commencé à verser des produits chimiques dans les tunnels au niveau du réacteur 2. Ils espéraient geler l'eau pour l'empêcher de s'écouler vers la mer.

Mais les tests montrent que l'eau reste supérieure à la température de glaciation.

L'exploitant TEPCO pense que des objets dans les tunnels empêchent le liquide refroidisseur de se répandre uniformément. Ils disent aussi que les eaux polluées qui coulent ralentissent le processus.

Ils disent qu'ils prévoient de trouver des moyens pour contrôler les courants aquatiques et d'ajouter des tuyauteries pour verser plus de liquide refroidisseur.

Ils disent qu'ils ne pourront peut-être pas terminer la barrière de glace à la fin du mois, et assécher le tunnel le mois prochain, comme programmé.

Ils tentent le même procédé dans le tunnel entourant le réacteur 3. On suppose que 11.000 tonnes d'eaux polluées se trouvent dans les tunnels des deux réacteurs.

TEPCO espère enlever les eaux polluées entourant les tunnels de tous les réacteurs pendant l'année fiscale 2014 (jusqu'à fin mars 2015, NdT).

L'exploitant doit aussi gérer les eaux souterraines qui coulent dans la centrale en provenance des collines alentour et qui se mélangent aux matériaux contaminés. Les ouvriers s'affairent pour créer un mur souterrain de glace d'un kilomètre et demi autour des quatre réacteurs endommagés.
Le problème réside, je pense, dans l'ordre des paragraphes de l'article original en japonais par NHK. Le passage qui parle du mur de glace, qui est placé à la fin des éléments d'information dans l'article en anglais de NHK ci-dessus, se trouve au milieu des informations dans le texte en japonais de NHK.
L'attention des rédacteurs qui ont écrit des articles sur le sujet en se basant sur le rapport en japonais de NHK a donc pu être détournée de l'ice plug du gel de l'eau de tranchée vers un sujet différent, celui du mur de glace pour stopper les eaux souterraines. Ou bien les rédacteurs n'ont pas suffisamment suivi le travail en cours à la centrale.

L'article du Japan Times en anglais écrit le 18 juin, qui citerait l'AFP, Jiji et Reuters confond le ice plug pour la tranchée d'eau avec le mur de glace pour les eaux souterraines. Il est clair que le rédacteur ne comprend pas de quelle "tranchée" parle TEPCO :
[Mes commentaires sont entre crochets en italique]
Le mur de glace de Tepco éprouve des difficultés à Fukushima n°1

TEPCO dit que le mur de glace réfrigéré construit pour ralentir le mouvement de l'eau sous les réacteurs endommagés ne fonctionne pas comme prévu. [Non, TEPCO n'a pas dit cela]
TEPCO a dit que le projet, qui en est encore à ses débuts, éprouve un problème avec un mur de glace interne prévu pour contenir de l'eau hautement radioactive qui s'écoule des sous-sols des réacteurs endommagés.

"Nous en sommes toujours à créer un ice plug parce que nous ne pouvons obtenir une température assez basse pour geler l'eau", a dit un porte-paroles de Tepco mardi.

Des tranchées sont creusées en vue d'un immense réseau de tuyaux sous la centrale dans lesquels sera versé un réfrigérant. Si cela fonctionne, il refroidira le sol et formera une barrière physique, en ralentissant de manière importante le rythme d'écoulement des eaux souterraines dans les sous-sols des réacteurs qui se contaminent au passage. [Le Japan Times parle du mur de glace et non de l'ice plug dont parle le porte-paroles de TEPCO.]

"Nous sommes en retard sur le programme, mais nous avons pris des mesures supplémentaires, comme d'ajouter des tuyaux, pour pouvoir enlever dès le mois prochain l'eau contaminée de la tranchée", a dit le porte-paroles.

Le réfrigérant utilisé dans l'opération est une solution aqueuse de chlorure de calcium, qu'on refroidit à – 30°. Le mur de glace utilise la même technologie que le projet de tranchée et implique la même entreprise, Kajima Corp.

L'idée de geler une section du sol a été proposée l'année dernière. Les ingénieurs ont utilisé la technique pour construire des tunnels près des cours d'eau. Mais les scientifiques soulignent que cela n'a jamais été utilisé à une si grande échelle, ou pour la durée proposée par Tepco.

Gérer l'énorme quantité d'eau de la centrale s'avère un défi majeur pour Tepco dans sa tentative pour nettoyer les dégâts après la pire catastrophe nucléaire de la génération.

De même que réunir les énormes quantités d'eau servant à refroidir les réacteurs en fusion. Tepco pompe et stocke l'eau qui s'écoule des montagnes vers la mer.

Le démantèlement complet de la centrale doit prendre plusieurs dizaines d'années. Une zone d'exclusion reste en place et les experts avertissent que des régions anciennement résidentielles pourront être abandonnées en raison de hauts niveaux persistants de radiations.
Les médias étrangers qui ont aussi la présence du web japonais ont ensuite écrit des articles en japonais disant que "NHK a dit que le mur de glace ne fonctionne pas". L'article japonais de la Voix de la Russie et le Huffington Post en japonais en sont deux exemples. Il y a des sites et des blogs anglais qui ont cité l'article erroné du Japan Times...
Après plus de trois ans d'informations confuses et leur dissémination concernant l'accident nucléaire de Fukushima, de plus en plus de gens semblent s'en remettre à la "preuve du diable" - pouvez-vous prouver que les informations (comme celles du Japan Times et des autres) sont fausses à 100 % ?

Dans ce cas précis, c'est en fait faux à 100 %, car les nouvelles ne concernent pas le mur de glace mais l'eau extrêmement contaminée d'une tranchée qui apparemment s'écoule et reste en dessous d'une température de gel.

C'est beaucoup plus effrayant pour moi que les eaux souterraines (but du mur de glace), car cela signifie que cette eau extrêmement contaminée peut ne pas être une eau dormante mais peut s'écouler en permanence et fuir constamment, peut-être dans le sol environnant et dans le port de la centrale. Je n'ai lu personne qui prête attention à cette possibilité. (certainement pas NHK)

Mais peu importe. De plus en plus de gens ont aussi commencé à parler comme Hillary Clinton (sur Benghazi) : Quelle différence cela fait-il ?

L'embrouillamini des articles en anglais semble tel que TEPCO a publié un article de presse en anglais pour tenter de redresser le tir. Je pense qu'il tombera dans des oreilles de sourds, mais le voici :
Fukushima – 18 juin 2014, TEPCO a démarré le 28 avril 2014 le gel de l'eau aux intersections des bâtiments de turbine dans les tranchées , qui contiennent de l'eau contaminée. Cette opération est l'une des premières étapes pour enlever l'eau contaminée des tranchées qui représente une phase majeures dans le démantèlement de la centrale.
Le 16 juin, TEPCO a annoncé quelques difficultés rencontrées dans l'effort de geler l'eau dormante à l'intérieur du tunnel, ce qui a obligé à mettre en œuvre des contremesures depuis début juin. Cependant, cela n'a rien à voir avec le "mur de glace" qui sera construit en gelant le sol par des tuyaux transportant un réfrigérant. Malheureusement il existe des malentendus concernant le mur de glace qui est construit dans le périmètre entourant les quatre unités de réacteurs dans le but de bloquer les eaux souterraines.

Ce gel de l'eau dormante à l'intérieur des tranchées est entièrement différent du mur de glace, dont la technologie sert à geler le sol, en créant un mur gelé – et non pas vraiment un "mur de glace" mais en fait un mur de sol gelé, a été testée et démontrée efficace en mai avant le démarrage de la construction du mur. Avant de geler le sol, TEPCO doit geler l'eau dormante dans les tranchées.

Les difficultés rencontrées à geler l'eau contaminée ne représentent en aucune façon un "contretemps" dans la poursuite du "mur de glace" dont la construction se fait comme prévu.

TEPCO continuera l'opération de démantèlement et de la gestion de l'eau contaminée avec sécurité et diligence avec le soutien et les connaissances acquises de nos partenaires japonais et internationaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont validés après acceptation. Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.