Bistro Bar Blog

jeudi 5 juin 2014

Ultraman : le "mur de glace" a démarré

Prévu pour assurer une non-contamination de l'eau qui sera rejetée en mer, le mur de glace obligera l'eau à contourner les bâtiments des réacteurs. Si TEPCO ne mégote pas trop...


Centrale de Fukushima : la construction du "mur de glace" autour des bâtiments de réacteur et de turbine a démarré


À la suite de l'approbation du bout des lèvres de l'Autorité de Régulation Nucléaire, la construction d'un mur de glace imperméable autour des bâtiments de réacteur et de turbine a démarré sans délai.

Le premier endroit où une entreprise (Kajima) a commencé à creuser des trous se situe dans l'angle nord-ouest du mur tout près du réacteur 1.

Le plan pour le mur de glace de Kajima a été critiqué par les médias et les internautes comme "non testé" et "coûteux". Je ne partage pas personnellement ce sentiment après avoir vu la présentation faite par Kajima et celles des deux entreprises en lice, mais je m'inquiète, car le modus operandi de TEPCO est de faire des économies à tout prix. Il me trotte dans la tête que TEPCO va se débrouiller pour saboter d'une manière ou d'une autre le travail de Kajima.

D'après les photos de TEPCO (2 juin 2014) :




Une photo aérienne du Yomiuri (comment ils s'y sont pris pour prendre une photo est un mystère pour moi, étant donné l'avertissement du gouvernement/TEPCO concernant la protection physique) montre que le mur sera très proche du bâtiment de réacteur (réacteur 1 en l’occurrence). L'emplacement du forage est marqué par un cercle rouge :


La cheminée de ventilation que vous voyez à droite présente un endroit où le dosimètre a dépassé les 10.000 millisieverts/h (ou 10 sieverts/h) en août 2011. TEPCO a calculé à quel niveau les radiations sont montées en novembre 2013 et c'était au moins à 25 sieverts/h à la surface du tuyau. Les taux de radioactivité ambiante près du tuyau vont de 19 à 95 millisieverts/h.
Carte de surveillance de TEPCO le 23 mars 2011, que TEPCO a rendu public pour la première fois montre la zone avec des niveaux de radiation entre 6 et 130 millisieverts/h :


Après l'enlèvement méticuleux par des ouvriers humains et un équipement commandé à distance des débris hautement radioactifs qui jonchaient l'endroit, les taux de radiation le 14 mai sont quasiment entre 0,2 et 0,8 millisievert/h. Le taux près de l'emplacement du forage semble être de 0,35 millisievert/h :


Toujours est-il que 0,35 millisievert/h sont toujours 350 microsieverts/h ; ce n'est pas loin du niveau critique d'exposition pour que des ouvriers y travaillent. Un travail de trois heures là et il est possible de dépasser 1 millisievert par an d'exposition.
À Fukushima city aujourd'hui (5 mai), les taux de radiations sont pratiquement en dessous de 0,25 microsievert/h, selon la carte de mesure de la radioactivité de la préfecture :


En même temps à Tokyo, un poste de surveillance montre un taux de 0,0343 microgrey/h, selon l'institut pour la santé de Tokyo. C'est revenu au niveau d'avant l'accident nucléaire. À 1 mètre du sol, le niveau est de 0,06 microgrey/h :


(Cliquez sur les photos pour les agrandir)


1 commentaire:

  1. Merci hélios je vais tenter de reblogué cela dans la journée,

    bises,

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.