Bistro Bar Blog

dimanche 1 juin 2014

La médecine des signatures

Extrait de la lettre d'information n° 20 de François Couplan. Les photos des plantes ne sont pas celles de sa lettre (impossible de les rapatrier), mais les plus proches possibles.


La médecine des signatures



Depuis la nuit des temps, l'homme a cru que les plantes pouvaient l'interpeller par des «signes » qu'il n'avait qu'à déchiffrer. En notre siècle moderne et raisonnable (...), un tel point de vue a de quoi faire sourire. Et pourtant, les recherches les plus récentes sont venues confirmer certaines indications de cette théorie, qui n'est peut-être pas si farfelue que ça !

C'est presque le printemps. Les feuilles de l'année passée pendent encore aux branches des chênes blancs, tandis que les bourgeons hésitent à s'ouvrir. Au pied des arbres, de petites étoiles bleu pâle, parfois blanches ou roses, parsèment le sous-bois. Ce sont les fleurs d'une jolie anémone au nom curieux, l'« hépatique ». Quel rapport peut-il y avoir entre cette gracieuse plante et le foie (en grec hêpar, hêpatos) ? Approchons-nous de plus près pour observer ses feuilles. Leur forme caractéristique, découpée en trois lobes profonds, évoque celle du plus gros organe de notre corps, et la couleur rouge vineuse de leur face inférieure est là pour renforcer la comparaison. On ne peut confondre l'hépatique avec aucun autre végétal.

Hepatica nobilis

Il ne semble pas que cette plante ait été employée dans l'Antiquité ni au Moyen-Age, du moins n'en entend-on pas parler. Mais on la voit apparaître dès le XVIè siècle comme remède spécifique du foie, avec son nom significatif d'« hépatique ». Vers cette époque, en pleine Renaissance, plusieurs alchimistes mettent sur pied un système de médecine par analogie, où le végétal est censé indiquer à l'homme la maladie ou la partie du corps qu'il peut soigner. Oswald Crollius dans La Royale Chimie explique : « Les herbes parlent au médecin attentif par leur signature, lui découvrant par quelque ressemblance leurs vertus intérieures, cachées sous le voile du silence de la nature. » Le plus célèbre de ces médecins-alchimistes est probablement le suisse Auréole Philippe Théophraste Bombast von Hohenheim, mieux connu sous le nom simplifié de Paracelse. Ses longs travaux le mènent à découvrir les propriétés thérapeutiques de nombreuses substances et à codifier les similitudes entre certaines plantes et les organes humains ou les maladies. Pour lui, la création se présente comme une parfaite architecture de miroirs qui révèlent l'omniprésence d'un dieu d'ordre et de bonté. Le microcosme se relie au macrocosme, l'homme au cosmos et la plante à l'homme.

Ce principe de similitude avait émergé longtemps auparavant. Dans la Chine du Vème siècle avant notre ère, le livre Houang-Ti Nei-King présente une vision du monde où tout est relié, la maladie résultant d'une rupture d'équilibre entre l'homme et les forces de l'univers. À cette époque déjà, on constate que les plantes par leur forme, par leur couleur, par la partie utilisée possèdent une application médicale précise qu'il suffit de savoir déchiffrer pour obtenir la guérison. On choisit par exemple les boutons et les fleurs pour soigner les parties supérieures du corps humain, et les racines pour les membres inférieurs. En Occident par contre se développe la médecine classique basée sur la pensée d'Hippocrate, qui oppose les « éléments » et leurs « qualités » pour entretenir ou rétablir l'équilibre du corps. C'est ainsi qu'un remède feu/chaud saura guérir une maladie eau/froid, par exemple le gingembre contre le rhume. Il faudra attendre le Moyen-Age pour que l'analogie apparaisse dans les pharmacopées européennes, de façon implicite. C'est ainsi que l'on préconise « la buglosse à trois graines » dans les accès de fièvre tierce (récurrente tous les trois jours) et « la buglosse à quatre graines » dans la fièvre quarte (récurrente tous les quatre jours). Le roseau, dont on fabrique des flèches, sert à soigner les blessures provoquées par ces projectiles. Paracelse mettra enfin en forme la théorie des signatures, qui exercera une énorme influence aux XVIe et XVIIe siècles. La pensée analogique qu'il développe en fait d'ailleurs le vrai pionnier de l'homéopathie, puisque c'est d'elle que s'inspirera plus tard Hahnemann dans ses célèbres travaux.

Bien sûr, nous avons du mal à y croire. Ce serait tellement simple si les plantes pouvaient vraiment nous indiquer ce qu'elles soignent... Ce qui est troublant en tous cas, c'est que bien souvent, ça marche ! Des recherches effectuées sur notre sympathique hépatique par exemple ont récemment prouvé que certains de ses composants possédaient une réelle action sur le foie, réhabilitant ainsi après plusieurs siècles d'oubli son usage traditionnel, contre lequel bien des médecins « sérieux » s'étaient élevés. La ficaire est une petite renoncule commune au printemps dans les bois et les haies fraîches qu'elle éclaire de ses superbes étoiles d'or. Ses racines sont renflées en forme de tubercules allongés et rappellent étrangement des hémorroïdes. De là viennent son appellation populaire d'«herbe-aux hémorroïdes » et son usage traditionnel contre ces douloureuses excroissances. La phytothérapie officielle n'y avait guère prêté attention, jusqu'à ce que, voici une trentaine d'années, des travaux scientifiques viennent prouver son efficacité comme analgésique et anti-inflammatoire. Aussi la ficaire, dont on utilisait les tubercules écrasés dans de la graisse sous forme de pommade, entre-t-elle aujourd’hui dans la composition de plusieurs spécialités antihémorroïdaires.

La ficaire était autrefois nommée « petite éclaire » par opposition à la « grande éclaire » qui est la chélidoine, cousine du coquelicot et du pavot. Ce qui est frappant chez cette belle plante des décombres, qui affectionne particulièrement le voisinage des murs, est le curieux latex jaune qui coule abondamment dès qu'on en brise une tige. La tradition voulait que les hirondelles en cassent les rameaux pour récupérer un peu de latex avec lequel frotter les yeux de leurs nouveaux-nés afin de les ouvrir. D'où son nom d'« éclaire », et celui de « chélidoine », tiré du grec chêlidôn, qui signifie hirondelle. 

Chelidonium majus
S'il semble que tout cela relève de la légende plutôt que de l'observation, l'usage du latex contre les affections de la vésicule biliaire est, lui, tout à fait justifié. La médecine des signatures voulait que sa couleur jaune, brunissant à l'air, rappelle celle de la bile, et donc qu'on emploie cette plante pour soigner les difficultés de son écoulement. La chélidoine calme effectivement les spasmes de la vésicule biliaire et se voit fréquemment prescrite par les phytothérapeuthes modernes. Mais c'est une plante assez toxique, qu'il ne faut utiliser qu'avec circonspection. Du moins en usage interne, car son emploi universellement répandu contre les verrues, s'il n'est pas garanti efficace à 100%, se montre en tous cas sans danger.

Le millepertuis présente lui aussi des signes manifestes. Comme son nom l'indique, ses feuilles arrondies semblent percées de mille trous – il s'agit en fait de minuscules glandes remplies d'une essence aromatique. Et si l'on écrase entre les doigts ses magnifiques fleurs jaune d'or, ils se tachent d'un rouge évoquant celui de la peau brûlée par le soleil. 

Hypericum perforatum
Cueilli autour de la Saint-Jean, lorsque le soleil est au plus près de la terre, le millepertuis permet de fabriquer une huile rouge foncé, indiquée depuis des siècles comme le grand remède des blessures et des brûlures. Il suffit de placer dans un bocal les sommités fleuries fraîchement cueillies, de les recouvrir d'huile d'olive et de les laisser macérer pendant deux à trois semaines au soleil de l'été, puis de filtrer. Cette préparation est couramment vendue contre les coups de soleil et se montre remarquablement efficace.

Devinette : que possèdent en commun deux végétaux aussi différents que le saule, arbuste ou arbre plus ou moins échevelé, et la reine-des-prés qui embaume les soirées de la belle saison ? Eh bien tous les deux ont les pieds dans l'eau... et tous les deux soignent les maladies que l'on attrape à vivre les pieds dans l'eau, ou du moins dans les lieux humides et froids. Dans ce cas, la «signature » ne se manifeste ni dans la forme ni dans la couleur de la plante, mais dans son habitat ! L'écorce du saule est employée depuis le XVIIe siècle comme fébrifuge, en décoction, tandis que les sommités fleuries et les feuilles de la reine des prés font depuis la Renaissance des infusions antirhumatismales réputées. Il se trouve que la chimie moderne a su extraire au siècle dernier de l'écorce du saule un principe actif que l'on nomma – puisqu'il provenait du saule, Salix en latin– « acide salicylique ». Quant à la reine-des-prés, ses feuilles, ou mieux ses curieux fruits en spirale, dégagent lorsqu'on les froisse une forte odeur médicamenteuse due au salicylate de méthyle, substance voisine de celle que contient le saule. Et quand on fabriquera par synthèse l'acide acétylsalicylique, on la commercialisera sous le nom d'« aspirine » en souvenir de la reine-des-prés,que l'on nommait jadis « spirée ulmaire ». On peut donc dire, en quelque sorte, que notre médicament le plus célèbre a été inspiré par la médecine des signatures !

La pulmonaire, qui fleurit rouge puis bleu au fond des bois, est encore un bon exemple du principe de similitude. Ses grandes feuilles allongées, d'un beau vert foncé, sont fréquemment couvertes de taches blanches. Pour les alchimistes, ces taches représentaient les alvéoles pulmonaires, d'où le nom de la plante, que l'on devait donc utiliser contre les affections des poumons. Cette indication se trouve confirmée par la médecine moderne car la plante est très riche en mucilage, ce qui lui confère des vertus adoucissantes et expectorantes certaines.

Pulmonaria officinalis

 Il en est de même d'un lichen, connu lui aussi sous le nom de « pulmonaire ». Profondément alvéolé et boursouflé, il ne faut pas beaucoup d'imagination pour y trouver l'image d'un poumon. Pratiquement inusité de nos jours, il a pourtant connu des siècles de bons et loyaux services dans la lutte contre la toux et les catarrhes pulmonaires chroniques.
Mais emportés par un « zèle analogique » qui confinait parfois à l'aveuglement, les auteurs de la Renaissance ont parfois aussi attribué des pouvoirs totalement imaginaires à d'autres plantes. C'est ainsi que l'on prescrivait la noix dans les maladies de la tête, dont la folie, parce qu'elle représente remarquablement le cuir chevelu avec le brou, le crâne avec la coque et le cerveau avec les cerneaux divisés en deux hémisphères. Il ne semble pourtant pas que la noix puisse avoir quelque efficacité que ce soit dans ce domaine – mais après tout, peut-être ne savons-nous pas encore tout sur la noix... Quant au domaine sexuel, il a bien entendu excité l'imagination des analogistes. Le meilleur exemple en est celui des orchidées, dont les tubercules jumeaux rappellent étonnamment dans certaines espèces les testicules de l'homme. Les grecs l'avaient d'ailleurs déjà remarqué, puisqu'ils avaient donné à ces plantes le nom grec des testicules, orchis. L'un des tubercules sert d'organe de réserve de nourriture pour assurer à la plante un démarrage rapide l'année suivante, tandis que l'autre s'épuise en la nourrissant pendant l'année en cours et se trouve flétri. Pour Oswald Crollius, on peut utiliser l'un ou l'autre suivant l'effet que l'on désire obtenir : « Le tubercule le plus haut, plus grand et plus plein, excite grandement au fait; mais le plus bas, mol et ridé, a un effet tout contraire: car au lieu d'eschauffer, il refroidit, merveille de la sagesse de la nature. » Il ne semble cependant pas que les tubercules d'orchidées aient jamais eu de propriétés aphrodisiaques bien réelles. Heureusement en fait, car sinon il ne resterait sans doute plus une de ces plantes déjà rares...

Philosophie pratique vérifiée dans les faits ou charlatanisme de bas étage ? La théorie des signatures a de quoi nous donner à réfléchir. Il ne faudrait en tous cas pas la réduire à un simple moyen mnémotechnique pour se souvenir des propriétés médicinales des plantes. Ou le reste morcelé d’une ancienne connaissance spontanée ? Peut-être est-il vrai après tout que chaque grain de sable est relié à une étoile ?

3 commentaires:

  1. Bello, ritorniamo alla natura, fiche ci sarà E che ne dici di curarsi con la parola??? di Lahy, en francais sur le web e super ses lectures
    Ciao Loriana

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ciao Loriana,
      Traductrice, please ? Merci Dany !

      Supprimer
    2. Beau, est-ce que nous revenons à la nature ? ,Et est-ce que la possibilité serait de se soigner avec les mots ? de Lahy, en francais sur les web et ses super lectures Salut Loriana

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.