Bistro Bar Blog

dimanche 23 février 2014

Mangez-vous des aliments vivants ou morts ?


Importance des enzymes dans l'alimentation quotidienne. Cela va bien sûr dans le sens de la consommation des jus de légumes, comme conseillé par Thierry du site "vivre cru". Autrement, il est conseillé de manger les aliments crus en début de repas, pour laisser les enzymes faire leur travail digestif. Et pourquoi ne pas faire une cure de cru de temps en temps ?


Vos aliments sont-ils vivants ou morts ?


(NaturalNews) Le Dr George Malkmus disait, "Notre corps est un organisme vivant, constitué de cellules vivantes qui ont été créées par Dieu pour être nourries exclusivement avec des aliments (crus) fournis par les plantes". La majorité de votre alimentation quotidienne est-elle vivante ou morte ? Vous n'avez peut-être jamais songé à mettre vos aliments dans l'une ou l'autre de ces catégories mais cela peut vous aider dans votre quête pour éviter de sérieux problèmes de santé aujourd'hui et à l'avenir.
La plus grande partie de votre nourriture se trouve-t-elle dans son état naturel ou a-t-elle été cuisinée ? Un aliment cru est vivant parce qu'il contient des enzymes actifs (ils sont en quelque sorte sa force de vie).

Que sont donc les enzymes ? Ce sont des protéines qui sont nécessaires à tous les organismes vivants et ils proviennent au moins de trois sources : métabolique, digestive (en provenance de notre corps) et par les enzymes alimentaires (à partir d'aliments vivants). Les enzymes trouvés dans l'aliment vivant jouent un rôle crucial en aidant le corps à accomplir une digestion correcte, l'élimination et l'absorption des nutriments vitaux trouvés dans l'aliment vivant. Les enzymes aident aussi à activer la guérison après une chirurgie ou de la chimiothérapie, à combattre l'inflammation, à stimuler le système immunitaire ainsi qu'à apporter de nombreux autres bienfaits.
Importance des enzymes
Le Dr Edward Howell, pionnier de l'enzyme-thérapie, disait, "Les enzymes sont des substances qui rendent possible la vie...Sans enzymes, aucune activité ne se passerait. Ni les vitamines, ni les minéraux, ni les hormones ne peuvent travailler sans les enzymes." La nourriture vivante contient ses enzymes naturels mais quand elle est cuite à une température de 42° et au-dessus, la chaleur détruit les enzymes en réduisant donc, si elle ne l’élimine pas, le contenu nutritionnel.

La nourriture cuisinée est une nourriture morte et elle est au cœur du Standard American Diet [régime américain standard, riche en protéines, graisses animales et sucres, avec beaucoup d'aliments transformés, pauvre en fibres, hydrates de carbone et légumes] à laquelle malheureusement beaucoup de gens de cette nation et d'autres nations occidentales adhèrent comme à une religion. Si une majorité de ce que vous mangez sont des aliments morts dépourvus d'enzymes, votre corps sera obligé d'en produire la plupart, amenant à une déficience d'autres enzymes qui ne seront plus disponibles pour aider le corps dans ses autres fonctions de guérison et de prévention des maladies.



Le bon carburant

L'aliment est un carburant et un aliment mort est un carburant de très mauvaise qualité qui est incapable de nourrir correctement notre corps constitué de cellules vivantes. Combien de temps durerait votre voiture si vous mettiez continuellement et systématiquement du carburant contaminé dans le réservoir ? Pas bien longtemps ! Notre corps a été conçu pour fonctionner avec des aliments vivants, pourtant beaucoup ont oublié ou délaissé le régime idéal de l'humanité. Est-il donc étonnant que tant de gens souffrent de tant de maux différents et de problèmes physiques ?

Dans les années 30 et 40, le Dr Francis Pottenger fit une expérience qui consistait à nourrir 900 chats des mêmes aliments pendant neuf ans. La moitié des chats mangeait leur nourriture crue (viande et lait cru) et l'autre moitié mangeait leur nourriture cuite (viande cuite et lait stérilisé). Les chats qui ont mangé du cru pendant les 9 ans n'ont jamais souffert de problèmes physiques. Mais il observa que les chats qui mangeaient des aliments cuits développaient les mêmes problèmes physiques que ceux dont souffrent de nombreuses personnes des sociétés "civilisées" et plus les chats mangeaient des aliments morts/cuits, plus ils devenaient vite malades. Une preuve qui montre clairement que dès l'arrivée du régime américain standard avec la nourriture cuite, emballée, prête à consommer, les maladies qui étaient à l'origine réservées aux anciens sont maintenant retrouvées chez nos jeunes. Pour équiper notre corps à son auto-guérison et prévenir la maladie, nous avons besoin de l'alimenter avec des aliments vivants conçus pour lui.

Traduit par Hélios

9 commentaires:

  1. Entre un œuf dur et un œuf mollet voyez vous la différence maintenant ?

    Entre nourriture et pourriture il n'y à qu'une lettre (et encore qu'un une barre verticale de différence ! ).

    Au delà d'une fièvre de 42° C un être humain n'est plus vraiment vivant !

    Et déshydrater des aliments au delà de cette température ça doit bien être pareil et garde les enzymes vivantes ... et en attente !

    Les cuissons vapeur courtes, mais pas en auto-cuiseur, atteignent rarement des températures élevées au cœur du légume .

    RépondreSupprimer
  2. Me ne conteste pas ce que vous dites de la nécessité de manger une bonne proportion d'aliments crus. Et même temps, je me demande comment, selon des récits authentifiés, certaines personnes ont pu survivre jadis de longues années en prison avec le fameux régime pain et eau. Car il y a même des défenseurs d'un tel régime, jugé tout à fait suffisant pour l'homme. Et selon moi aussi unilatéral que le tout cru ou même le tout jus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande dans quel état ces prisonniers étaient ? L'être humain s'adapte, d'accord, ces gens avaient sûrement un "moral d'acier".
      Le tout cru ou le tout jus ne sont pas non plus compatibles en permanence, mais en complément d'un tout cuit, pour garder les enzymes.

      Supprimer
  3. Le docteur Tal Schaller est le premier que j'aie entendu parler de manger cru:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Tal_Schaller
    http://www.youtube.com/watch?v=YNJ5RIFhnf8

    RépondreSupprimer
  4. "La moitié des chats mangeait leur nourriture crue (viande et lait cru)"
    J'imagine que dans les contrées très froides où il ne pousse pas longtemps de potager dans l'année, les hommes doivent s'alimenter comme les chats pour leur plus grand bénéfice.

    Quant à évoquer le "régime américain standard, riche en protéines, graisses animales et sucres", là j'ai l'impression que l'auteur se moque un peu de nous. Il faudrait peut-être dire: ""régime américain standard, riche en protéines, céréales et sucres, et additifs neurotoxiques en tous genres, sans compter l'intoxication permanente aux médicaments".

    Les graisses animales, comme l'ont bien compris les eskimos et les seigneurs du Moyen Age, sont des sources essentielles d'énergie pour l'Homme, en particulier en période de grand froid. Elles peuvent se conserver d'une année sur l'autre sans frigo, ce qui donne une sérieuse autonomie alimentaire.
    Mais elles sont aussi une base du régime cétogène, qu'il peut être utile de connaître.
    Et elles permettent de régénérer le cerveau, les gaines des nerfs (myéline) les articulations, dents, os et peau. Tous nos tissus.

    Il suffit de regarder notre système digestif pour vérifier que nous ne sommes pas des ruminants. Pourquoi une propagande végétarienne massive essaie-t-elle de nous transformer en herbivores? Peut-être parce que les seigneurs du monde actuel sont carnivores et qu'ils savent que les herbivores se classent toujours en-dessous des carnivores dans la chaîne alimentaire ?

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réponds oui à tes quatre affirmations. :-)

      Supprimer
    2. Les discriminations ou les prohibitions de certaines catégories d'aliments, dont l'humanité s'est pourtant nourrie depuis la nuit des temps en tenant compte de sa situation géographique, m'a toujours paru hautement suspecte. Il en va de même pour les recommandations trop pressantes visant la consommation d'aliments venant de loin, et/ou nécessitant des quantités incompatibles avec la production locale qui doit nourrir tout le monde et pas seulement quelques-uns. Il vaut donc mieux manger ses betteraves rouges râpées crues que d'en acheter des litres de jus qu'un potager familial ne saurait fournir. Et quand on mange de la viande (en quantités raisonnables), c'est absurde de la disséquer pour en éliminer la moindre parcelle de peau ou de gras. Bien au contraire. On peut alors renoncer à l'achat de compléments alimentaires à l'effet incertain et toujours très chers.

      Supprimer
  5. J' applaudis le commentaire de Brigitte.
    Si l'on se soucie vraiment pour sa santé, c'est les "sucres" que l'on doit restreindre, voir abolir, et non pas le cuit!
    Je ne peux que recommander, comme elle le dit, de faire des recherches sur la cétose, sur la diète cétogène, dont le but premier n'est pas de maigrir.
    Un bon indice est que, c'est l'état dans lequel on passe quand on jeûne.
    Mangez gras, (mais ne mélangez pas avec des Carb.Hydr.)
    Le problème est plus dans le "sucre" (l'indice glycémique) que dans le cuit!

    Merci Hélios pour ce blog, et toutes tes traductions... ;-)

    RépondreSupprimer
  6. http://www.inrees.com/Video/extra-extra-lab-5-alimentation/

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.