Bistro Bar Blog

mardi 18 février 2014

Mammographie : à éviter absolument


En France, l'Institut National du Cancer précise : "Le dépistage du cancer du sein, organisé par les pouvoirs publics, est généralisé sur l'ensemble du territoire depuis 2004. Il concerne les femmes âgées de 50 à 74 ans,  invitées à se faire dépister tous les deux ans (mammographie avec double lecture et examen clinique des seins), sans avance de frais."

Si vous, lectrices du blog, venez d'atteindre 50 ans, vous allez recevoir tous les deux ans un courrier vous invitant à ce dépistage. Voulez-vous subir, par crainte d'un cancer, cet examen douloureux et d'un diagnostic peu précis ? Lisez cet article avant.


Les mammographies sont plus nocives que vous ne le pensez


(NaturalNews) La mammographie a acquis la réputation d'être un outil efficace pour le dépistage du cancer du sein. Mais certaines recherches d'experts suggèrent qu'elle pourrait faire plus de mal que de bien.
Elle augmente le risque de cancer
Subir une mammographie oblige les femmes à être exposées à des rayons. Et les rayons, comme nous le savons, sont une cause de cancer.

Le Dr Russell Blaylock, oncologue, chirurgien du cerveau et expert en neurosciences, a estimé que des mammographies annuelles pouvaient élever annuellement de 1 à 3 % le risque de cancer. Selon lui, "certains radiologues disent que ce pourcentage serait encore plus élevé".

Lors d'une étude sur 1600 femmes européennes publiée dans le Journal d'Oncologie Clinique en juillet 2006, des chercheurs ont découvert que les femmes ayant subi des mammographies présentaient un risque plus élevé d'au moins 54 % de développer un cancer du sein par rapport à celles qui n'en avaient jamais fait.


Par ailleurs, le Dr Samuel Epstein, dans son livre "les politiques du cancer", a écrit : "Une mammographie régulière des femmes jeunes augmente le risque de cancer. Une analyse de contrôle sur dix ans a montré dans les années ayant suivi les débuts du dépistage une augmentation importante de la mortalité par cancer du sein. Ce qui apporte une preuve de la forte sensibilité des seins chez les femmes non ménopausées et les effets cancérigènes cumulés des rayons".

Et il n'y a pas que les rayons. Pendant la mammographie, la poitrine est littéralement "écrabouillée" afin d'obtenir des images plus claires. La douleur peut être violente au point de faire pleurer certaines femmes. Une telle manipulation physique des tumeurs, si c'est bien le cas, pourrait en fait déclencher une propagation des cellules cancéreuses dans l'organisme.

Capture d'écran : l'écrasement du sein pendant la "mammo"


Le Dr Charles Simone, ancien associé à l'Institut National du Cancer, disait que "les mammographies augmentent le risque de développer un cancer du sein et augmentent le risque de disperser une tumeur existante".

Une faible exactitude


De nombreux médecins pensent que les mammographies sont inefficaces dans la détection des tumeurs du sein. Une étude suédoise publiée dans le British Medical Journal qui impliquait 60.000 femmes, a révélé que 7 tumeurs sur 10 signalées par les mammographies étaient en fait de "faux positifs".

Et de faux positifs entraînent souvent une angoisse inutile, des frais financiers, des biopsies invasives et même une mutilation physique.

"Les diagnostics ne sont vraiment pas très précis et de nombreuses femmes se voient contraintes à subir une chimiothérapie et une radiothérapie sans aucune raison", a dit le Dr Blaylock.

Sans parler aussi de l'enlèvement d'un sein avec la mammectomie



Elle ne diminue pas le taux de mortalité

Pis encore, une recherche, incluant une large étude récente canadienne qui a suivi 90.000 femmes pendant 25 ans, a montré que les mammographies ne diminuaient pas le taux global de mortalité du cancer du sein. Il est clair que si certaines mammographies ont sauvé certaines femmes, elles sont probablement nocives pour les autres. Il est important ici de faire une distinction entre des analyses qui touchent le domaine émotionnel et des analyses en vue de statistiques ; et il faut garder une vision d'ensemble.



Profit et politiques

Pourquoi alors la mammographie reste-t-elle l'outil de dépistage dominant ?

"Cette industrie entretient l'activité de radiologues, de manipulateurs en radiologie, de chirurgiens, d'infirmières, de fabricants d'équipement radiologique, d'hôpitaux, etc, et on ne l'autorisera pas à disparaître dans le cadre du traitement et de la prévention du cancer du sein", a déclaré le Dr James Howenstine.

"Il est prouvé que les mammographies ne donnent pas un diagnostic exact et qu'elles peuvent induire un cancer du sein, surtout chez les femmes très sensibles. Mais il y a tant d'argent à gagner et tant d'argent a été investi dans ces unités hospitalières, que personne ne veut admettre la vérité", a ajouté le Dr Blaylock.

Un outil de diagnostic alternatif


Une bonne alternative à la mammographie est la thermographie, une méthode de diagnostic sans danger, très précise, peu coûteuse, qui peut détecter un cancer du sein plusieurs années à l'avance, bien avant les examens physiques et les mammographies. Des médecins progressistes d'Europe et des US utilisent la thermographie [analyse des différences de température au niveau du sein] depuis 1962.

Traduit par Hélios

33 commentaires:

  1. Merci Hélios d’avoir repris le sujet de la mammographie. N’hésite surtout pas à le faire régulièrement. Car si pour les « anciennes », cette étude n’apporte rien de nouveau, il y a toujours à nouveau des jeunes femmes non prévenues qui se laissent entraîner dans cette logique du « dépistage ». Or, celle-ci est en fait basée sur la peur qui est déjà à elle seule une porte d’entrée pour la maladie. Toute une nébuleuse d’angoisses s’y engouffre, accompagnée de sa pharmacopée problématique dont, normalement, personne n’a besoin. Je me souviens de ces jeunes femmes toujours plus ou moins sous anxiolytiques. Parce que la nouvelle échéance arrivait, parce que les résultats se faisaient attendre, parce que malgré tout, elles ne pouvaient jamais être vraiment rassurées.

    Je me souviens aussi de certaines dont j’ai dû me dire, la mort dans l’âme, que les traitements pénibles et les mutilations qu’elles enduraient héroïquement étaient probablement à côté du problème. Car que nous ayons tous des problèmes à résoudre fait partie de la vie. Le mieux à faire est certainement de s’y attaquer de manière aussi autonome que possible et de s’en donner les moyens. Mais si finalement une femme se trouve plus ou moins passivement embarquée dans la cancérologie pure et dure, ne jugeons pas et admettons qu’il faut apparemment parfois passer par là pour se forger une âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien, Hortense, je publierai régulièrement cet article ;-)

      C'est évidemment la peur qui est le 1er moteur des mammographies. La société reste là vigilante derrière. Je me souviens des affiches avec l'actrice Marlène Jobert recommandant chaudement aux femmes d'aller faire le dépistage. Traîtresse !

      Supprimer
    2. j'ai adoré l'article qui aidé ma mère habituée aux mammographies, elle voulait cesser, n'ayant plus confiance, et là elle a pu prendre sa décision avec légèreté,(Béryl) merci Hélios

      Supprimer
  2. J'en ai faite faire une , une fois, une seule :çà m'a suffit à me dire :
    plus jamais cette torture !!!!!
    cela a eu comme conséquence une déchirure musculaire ...
    çà aurait pu être pire ...
    Qui a décidé de la faire ?moi,je me suis laisser influencer .
    Maintenant en connaissance de cause , je dis : non, merci ...
    constance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. idem pour moi ... une seule fois !
      la douleur était telle que je me suis posé la question du pourquoi des mammographies ... et depuis, je n'en fais plus ...

      Supprimer
    2. si on veut pas de mammographie, on peut demandé des radiographie, comme quand on est enceinte... c'est pas la même chose, mais c'est moins désagréable et ils voient la même chose !

      Supprimer
  3. Autre article paru aussi chez :
    http://rustyjames.canalblog.com/archives/2014/02/16/29229859.html

    Réalisée sur près de 90 000 femmes âgées de 40 à 59 ans, suivies pendant 25 ans, l'étude a montré que les femmes qui avaient subi des mammographies annuelles pendant cinq ans n'avaient pas moins de risque de mourir d'un cancer du sein que celles ayant seulement bénéficié d'un examen physique. Au bout de 25 ans, 500 décès par cancer du sein étaient survenus chez les 44 925 femmes suivies par mammographies contre 505 décès chez les 44 910 femmes du groupe témoin....


    La PEUR rien que la PEUR ????????

    RépondreSupprimer
  4. Un lien intéressant sur le port de soutien gorge et les kystes et tumeurs cancéreuses (compression du système lymphatique, ect...).
    http://fr.slideshare.net/Yves971/le-danger-du-soutien-gorge-52

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le soutien-gorge, autre instrument d'esclavage. C'est sexy, n'est-ce pas, même si c'est gênant et comprime le thorax.

      Supprimer
    2. Lien intéressant. Mais le meilleur moyen pour savoir ce qu'il en est, c'est d'écouter directement votre corps et non qui que ce soit d'autre. Au besoin, oubliez que pour se montrer avec vous sur la plage, votre maman vous a déjà ficelée des bouts de tissu synthétique sur les mamelons quand vous n'aviez que cinq ans. Elle s'est peut-être fait plaisir à jouer à la poupée Barbie avec vous, mais ce n'était pas pour votre bien.

      Supprimer
    3. M'enfin, m'enfin ! c'est aussi pratique quand les seins pendent trop bas... il y a le risque d'y marcher dessus LOL !

      Supprimer
    4. Auriez-vous alternative au soutien-gorge quand on fait comme moi du 95 D? Deux heure sans soutien-gorge et la douleur est intolérable!

      Supprimer
    5. vaut quand meme mieux un soutien-gorge à la bonne grandeur que trop serré comme beaucoup le fond... il faut vérifié fréquemment que notre poitrine ne soit pas comprimé mais juste en place dans le soutien-gorge, sinon ca donne rien... et ce n'est pas beau non plus

      Supprimer
    6. bonjour, il y a une autre solution , les brassieres, sans armatures, sans bretelles qui font mal , ça fait 2 ans que j'en porte , je n'ai jamais été aussi heureuse !! moins sexy, mais pour qui ??

      Supprimer
    7. @ Anonyme 21 février 2014 23:56
      Je faisais du 100 C et m'en souviens parce que les vendeuses de soutiens-gorges faisaient invariablement la remarque : "C'est insensé"! (UN CENT C, si vous n'avez pas compris que c'était drôle). Assez tentant de mettre ça en valeur, jusqu'au jour où je ne trouvais plus aucun modèle qui ne me faisait pas mal. Très mal, surtout à gauche, tantôt sur l'omoplate, sur l'épaule, dans l'aisselle, et dans le sein lui-même. Tout se congestionnait et devenait névralgique suivant le parcours du "réchaufeur du coeur" en médecine chinoise, comme je l'ai seulement appris plus tard. Je suis alors passée, comme une autre commentatrice, à plusieurs modèles de "brassière", moins contraignantes. Mais je me souviens d'un premier été où je me suis promenée en ville, la main discrètement (?) glissée sous les vêtements pour éviter le contact trop douloureux. Un jour, j'ai laissé tout tomber. Ne restaient que les ablutions matinales à l'eau froide, pratique transmise au moins depuis ma grand mère, et bien entendu, jamais d'eau chaude ou de savon. En plus, "bains d'air", entièrement nue ou torse nu, en m'occupant de mon intérieur. - Ma silhouette a changée, mais sans la "chute" catastrophique annoncée. Je n'ai plus de douleurs, et je me sens infiniment plus libre de mes mouvements. L'idée d'un cancer s'était certainement présentée à moi, comment l'éviter avec tout ce battage, mais je ne l'ai jamais laisser s'installer dans ma tête et encore moins dans mon corps.

      Supprimer
    8. @ 100 C. Je me reconnais assez largement dans vos symptômes! Sauf qu'en désespoir de cause, j'ai assez vite abouti chez un médecin qui pratiquait la médecine chinoise. Après quelques séances acupuncture infructueuses, il m'a dit à peu ceci: Vous n'avez plus d'autre choix que l'oncologue ou d'envisager que -tenez vous bien - votre mari vous trompe. Car, selon la médecine chinoise, j'en avais tous les symptômes . L'oncologue, je n'en voulais à aucun prix, et admettre que mon mari me trompe non plus. Vous l'avez évidemment devinée toute de suite, en réalité, il le faisait depuis longtemps dans le plus grand secret, et le moment était venu où il n'en pouvait plus. Avec la conséquence qu'un beau jour, je n'avais plus de mari, mais que je récupérais une -soyons modeste - assez belle poitrine, après m'être définitivement débarrassée de tous mes sous-tifs.

      Supprimer
  5. Je croyais que la mammographie c'étaient des ultrasons, pas des rayons ?

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui suit n' est pas hors sujet


    Du maïs transgénique "made in France" bientôt dans nos assiettes ?

    Si le Parti socialiste souhaitait voir les maïs transgéniques TC1507 et MON810,
    récemment autorisés par l'Union européenne, être interdits,
    les sénateurs de droite en ont décidé autrement, en votant lundi en faveur d'une motion
    d'irrecevabilité déposée par l'UMP.

    Le Sénat a rejeté lundi une proposition de loi PS interdisant la culture du maïs transgénique en France,
    en particulier le maïs TC1507 qui vient d'être autorisé par l'Union européenne, et le MON810 que
    certains producteurs veulent planter.

    L'UMP avait déposé contre cette proposition de loi d'Alain Fauconnier, député de l'Aveyron,
    une motion d'irrecevabilité qui a été adoptée par 171 sénateurs de droite, mais aussi du RDSE,
    à majorité PRG, 169 à gauche votant contre.

    De fait la motion est passée et la proposition de loi a été rejetée.
    La gauche est majoritaire avec 178 sièges à la Haute Assemblée où la majorité absolue est de 174.
    Elle a besoin de toutes ses voix pour faire passer ses textes.

    Le texte ne sera pas transmis à l'Assemblée.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas hors sujet, c'est vrai : maïs et mammographie commencent pareils !

      Supprimer
  7. Comme il s'agit d'une proposition de loi issue du Sénat, le texte ne sera pas transmis à l'Assemblée.
    Si le gouvernement veut qu'un texte identique soit étudié à l'Assemblée, où il aurait de fortes chances
    de passer puisque le PS y détient la majorité absolue, il faudra qu'il demande à un député de déposer
    une proposition de loi similaire.

    La proposition de loi d'Alain Fauconnier, qui a reçu le soutien du gouvernement, a pour but de sécuriser
    juridiquement l'interdiction du maïs MON 810. Le Conseil d'Etat a en effet annulé l'été dernier un arrêté d'interdiction,
    datant de 2011, de cet OGM produit par l'américain Monsanto, et dont le renouvellement d'autorisation est en cours
    d'examen par l'Union européenne. Les Etats de l'UE ont en effet la possibilité d'interdire sur leur territoire un OGM
    autorisé par l'Union européenne.

    Il s'agit aussi d'interdire par avance le maïs TC1507 (Pioneer-Dupont), qui pourrait être autorisé par l'UE :
    si les Etats ont été majoritairement opposés à ce feu vert, ils n'ont pas atteint la majorité qualifiée, ce qui a relancé
    le débat sur le mécanisme européen d'autorisation des OGM.

    "Mettre au point de nouvelles méthodes d'évaluation des OGM"

    "La proposition de loi a pour simple objet de combler un vide juridique et, dans le prolongement du moratoire actuellement
    imposé par la France, d'instaurer une interdiction de mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié",
    a déclaré Alain Fauconnier. "Elle ne vise pas à mettre fin aux débats, mais au contraire à permettre la poursuite des
    discussions au niveau national et européen afin de mettre au point de nouvelles méthodes d'évaluation des OGM".

    En revanche, pour Jean Bizet (UMP) qui a présenté la motion d'irrecevabilité, ce texte "est contraire à plusieurs
    dispositions constitutionnelles, légales, ou réglementaires" en visant "clairement à contourner l'annulation
    des clauses de sauvegarde par le Conseil d'Etat", et "en respectant encore moins le droit européen".

    "Quelle est l'urgence d'interdire le Monsanto 810 et le TC1507?", a-t-il demandé.
    "Il ne faut pas se contenter de le dire, mais il faut le démontrer scientifiquement".

    Un arrêté ministériel pour l'interdiction du MON810

    Lundi, les ministères de l'Ecologie et l'Agriculture ont de leurs côtés indiqué qu'un projet d'arrêté visant
    à interdire la commercialisation et l'utilisation des variétés de semences issues de la lignée de maïs génétiquement
    modifié MON810, est soumis à la consultation du public. Un texte qui permettrait de "faire face aux risques environnementaux
    liés à la mise en culture de ces variétés", précisent les deux ministères dans un communiqué commun.

    L'objectif est ainsi d'éviter les semis de ce maïs transgénique avant l'adoption d'une loi interdisant la culture des OGM.

    Les deux ministères ont rappelé "la détermination du gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour interdire la mise en culture de semences OGM afin de prévenir les risques environnementaux et économiques pour les autres cultures et l'agriculture".

    RépondreSupprimer
  8. Ma mère a perdu une grande partie d'un sein suite à une mammographie. Le spécialiste lui a brisé le sein. Elle a dû se faire opérer pour en enlever une partie. Aujourd'hui elle doit porter un soutien spécial avec prothèse pour cacher le tout.
    Sue

    RépondreSupprimer
  9. Génial de parler de cette "SALOPRIE" Que de pièges,que de pièges pour voler le "FRIC" C'est clair pour moi,ni soutien gorge ni mamographitie!!!!!!!!!!!!!!!!! MERCI BBB pour les beaux Hibicus plein de lumières

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des amaryllis et non des hibiscus, mais merci du compliment.

      Supprimer
  10. Mes parents reçoivent du courrier à peu près tous les 2 ans, pour dépistage des seins et de la prostate, ainsi que indirectement du côlon (des laboratoires demandent de prélever quelques millimètres de fèces à envoyer par courrier postal afin d'être analysés).
    Comme plusieurs l'ont dit, ce que le lobby pharmaceutique appelle "soigner" le cancer, ce n'est que "soigner" les signes et symptômes, mais pas la ou les causes :-( .

    RépondreSupprimer
  11. quant à moi,le radiologue n'a rien trouvé de mieux que de sortir précipitamment en me laissant coincée dans l'appareil de torture,en revenant il s'est rendu compte de sa boulette,il a appuyé sur le bouton pres de la porte pour me decoincer et s'est platement excusé,l'avantage de mon histoire est qu'elle a fait rire beaucoup de monde,sauf moi

    RépondreSupprimer
  12. Peut-être qu'une Auto Examination des Seins c'est mieux qu'une mammographie?
    http://www.youtube.com/watch?v=Gy8-bXbnbuc
    http://www.chu-st-etienne.fr/Reseau/Reseau/ELENA/GrdPublic/Recommandations/AutoPalpationSeins.pdf
    http://www.jemesensbien.fr/2008/soin/exercice-haut-les-seins/
    http://bien-etre.excite.fr/sante-des-seins-des-petites-boules-sans-gravite-N20715.html
    etc.

    RépondreSupprimer
  13. il est temps que vous appreniez que internet est une grosse poubelle, et qu"il faut savoir être critique sur ce qu'on peux y lire.

    On va reprendre dans l'ordre cet article

    le - Dr Russell Blaylock n'est pas oncologue mais neurochirurgien... certes spécialisé dans les tumeurs de cerveau, mais chirurgien ça na rien à voir avec l'oncologie, deplus il est à la retraite depuis un certain nombre d'année et la medecine à bien évolué depuis.

    l'étude des 1600 patients, vaste blague ce paragraphe. Apprenez à lire des stats les amis.
    Démonstration : quel est l'incidence du cancer du sein en gros je vous la donne à peu prés 100 cas pour 100.000 donc dans une population de 1600 on attend combien de cas 2-3 cas en gros. L'étude à du comparer 2 groupes de 800 personne et Et bien c'est simple les résultats ont donné par exemple 1 patient avec un cancer dans un groupe et 2 patient avec un cancer dans l'autre groupe. Et voilà vous avez 2 fois plus de chance davoir un cancer soit 50% plus de chance d'avoir un cancer à cause d'une mammo.... Et sachez pour ceux qui ont aucune notion de statistique, on considère que cette différence est du au hasard et donc n'a aucune significativité

    le Dr Samuel Epstein dit que la mortalité par cancer du sein à augmenté.. tout à fait d'accord avec lui. Mais il ne faut pas oublié que la mortalité à augmenter aussi pour le cancer du poumon, vessie, colon, pancreas etc etc. Aucun rapport entre l'augmentation de la mortalité du cancer du sein et les mammographies.




    1 pourquoi on met en place un dépistage. Et bien pour des raisons d'argent. Mais celle que vous pensez.

    Et bien quand le gouvernement dépense de l'argent dans les mammographies. Parce que vous ne payez rien normalement. (et si vous avez payé vous êtes allez voir le mauvais radiologue qui fait des dépassements). Ca parce que ça coute moins cher de dépister et traiter un cancer précocement que de le traiter tardivement avec toute les complications que cela engendre.

    La mammographie méthode pas fiable, je suis d'accord. certe il y aura des biopsies inutiles à cause des mammographies. Mais mieux vaux une biopsie inutiles que de déclarer un cancer potentiellement par la suite. Ca fait partie des risques du dépistage. mAis un risque jugé acceptable face au risque de cancer.

    Et on n'enlève pas de sein, et on ne fait pas de chimio si la biopsie n'a pas confirmé le cancer.... Non mais vraiment vous croyez ça ???? On charcute un sein pour le fun. Réfléchissez un peu.

    La mammographie n'a pas diminuer la mortalité, tout à fait d'accord. Le but n'est pas que de diminuer la mortalité mais de réduire la morbidité engendré. et On a fait des progrès en medecine maintenant. On vit longtemps avec un cancer du sein déclaré. Mais en cas de stade avancé on vit longtemps mais avec une qualité de vie diminué. Le but du dépistage c'est aussi la qualité de vie.

    La thermographie ça marche oui mais pas pour tout les types de cancers. Certain ne sont pas vascularisé et d'autre ne le sont qu'à un stade déjà avancé.

    C'est pas parceque vous voyez le mot DOCTEUR que les faits son vrai, C'est pas parce que vous l'avez lu sur internet que c'est vrai;

    je reste ouvert à tout débat.

    RépondreSupprimer
  14. Je suis étonné que personne ne pose ici la vrai question :

    POURQUOI certaines femmes, plutôt pourquoi l’organisme de certaines femmes met- il en place la création de modules dans leur seins qui dans certaines circonstances est déclaré "Malin (fûté ?) " et dans d'autres "bénin" (!) ...

    Et pourquoi dans le sein gauche et pas dans le droit ? ou pourquoi dans les deux ? ou pourquoi avec une "récidive" après enlèvement du premier ?

    Et là avec ou sans le mot DOCTEUR ou INTERNET ce sont des faits, vrais ou pas faux ...!

    Quand à l'étude elle porte elle porte sur 90000 cas et non pas sur 1600 comme vous semblez le croire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci a toutes, tous,

      Ned, bonsoir,

      Pourriez vous aller plus loin, merci.

      Bien a vous, Léa.

      Supprimer
    2. Il faudrait plusieurs articles complets sur le sujet du cancer pour être un peu plus complet que ces quelques questions de bon sens .
      LA revue Néosanté y a déja consacré des articles de fonds dans ces numéros :
      - Seins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . N° 3 p 21
      - Sein (cancer du) . .N° 5 p 23/N° 11 p 45/N° 12 p 45/N° 16 p 4 . N° 17 p 27/N° 19 p 2/N° 19 p 27/N° 24 p 27/N° 31 p 25

      Qu'il est possible de commander séparément (en numérique 4€)?
      Le décodage basique et déjà ancien des seins est un problème du NID !
      mais en réalité va plus profondément que celà . les "oiseaux ne sont pas que nos enfants ... les célibataires sans enfants ont aussi des cancers du seins ... et même des hommes ! mais tous ont maternés un ou des membres proches ... !!!
      le sujet est vaste ..
      D'où mes questionnements !
      Tout aussi valable pour les autres cancers ...
      Merci Léa d"avoir ... rebondi !
      bon dimanche .

      Supprimer
    3. :)

      Merci a vous, Ned.

      http://www.lasantenaturelle.net/560/la-sante-naturelle.html

      Bien a vous, joli dimanche, Léa.

      Supprimer
  15. l'étude de 1600 conclue que la mammographie cause des cancers, ce qui est absolument faux.

    L étude de 90.000 patients dit que la mammo ne reduit pas la mortalité. Ba ça on le savait et je suis tout à fait d'accord..... le but n'est pas uniquement de réduire la mortalité avec le dépistage. Mais surtout de réduire la morbidité du cancer.

    RépondreSupprimer
  16. Dans un rapport daté du 2 février, le Swiss Medical Board, un comité d'experts établi par les autorités de santé fédérales remet en question le dépistage systématique par mammographie.

    http://www.lanutrition.fr/les-news/la-suisse-abandonne-le-depistage-systematique-du-cancer-du-sein-par-mammographie.html

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.