Bistro Bar Blog

dimanche 2 février 2014

Le ventre, notre deuxième cerveau

Émission diffusée sur ARTE le 31 janvier, la voici en replay, accessible pendant une semaine. Bonne lecture.

Que savons-nous de notre ventre, cet organe bourré de neurones, que les chercheurs commencent à peine à explorer ? Selon cette captivante enquête scientifique, il semblerait que notre cerveau ne soit pas le seul maître à bord.




Il y a quelques années, les scientifiques ont découvert en nous l’existence d’un deuxième cerveau. Notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui veillent à notre digestion et échangent des informations avec notre "tête". Les chercheurs commencent à peine à décrypter cette conversation secrète. Ils se sont aperçus par exemple que notre cerveau entérique, celui du ventre, produisait 95 % de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions. On savait que ce que l'on ressentait pouvait agir sur notre système digestif. On découvre que l'inverse est vrai aussi : notre deuxième cerveau joue avec nos émotions.

Espoirs thérapeutiques

En outre, certaines découvertes ouvrent aujourd’hui d’immenses espoirs thérapeutiques. Des maladies neurodégénératives, comme le Parkinson, pourraient trouver leur origine dans notre ventre. Elles commenceraient par s’attaquer aux neurones de notre intestin, hypothèse qui, si elle est vérifiée, débouchera peut-être sur un dépistage plus précoce. Plus étonnant encore, notre deuxième cerveau abrite une colonie spectaculaire de cent mille milliards de bactéries dont l’activité influence notre personnalité et nos choix, nous rend timides ou, au contraire, téméraires. Des États-Unis à la Chine en passant par la France, ce documentaire, nourri d'interviews et d'infographies éclairantes, passe en revue les recherches les plus récentes menées sur notre deuxième et intrigant cerveau.


Lien si la vidéo ne s'incrustait pas :

http://tinyurl.com/mlx7hx9

12 commentaires:

  1. La pandémie de la grippe de 1918 (souvent nommée la "grippe espagnole") a été une pandémie de grippe particulièrement virulente et contagieuse ayant fait 20 millions de morts.

    Son nom semble venir du fait que seule l'Espagne -- non impliquée dans la Première Guerre mondiale -- publia librement les informations relatives à cette épidémie. Les journaux français parlaient donc de la grippe espagnole qui faisait des ravages en Espagne.

    Sommaire

    1 Deux souches, trois vagues épidémiques
    2 Avant 1918 : virus pères
    2.1 Apparition et propriétés
    2.2 Des origines géographiques incertaines
    3 D'épidémie à pandémie mortelle
    3.1 Septembre 1918: l'épidémie américaine devient mortelle
    3.2 Les propriétés de cette grippe
    4 Octobre 1918 : L'épidémie devient pandémie
    5 Bilan et conséquences
    6 Notes et références
    7 Sources et liens
    7.1 Liens internes
    7.2 Sources et liens externes
    7.3 Bibliographie

    Deux souches, trois vagues épidémiques
    Photographie électronique du Virus de 1918 rétrospectivement reconstitué par génie génétique à partir d'échantillons de restes humains de 1918.

    Un premier virus grippal, dit « virus père », serait apparu en Chine, inhabituellement contagieux. Cette souche a probablement sévi dès 1916, mais elle ne fut identifiée comme telle et suivie avec plus d’attention qu'à partir d'avril 1918 et jusqu'à juin 1918.
    Ce virus a ensuite muté en une souche particulièrement contagieuse et virulente dite « de la grippe espagnole », ayant connu une première extension épidémique aux États-Unis d'Amérique, et ayant décimé de 21 à 100 millions d'individus, selon les sources et estimations. Cette souche s’est répandue en deux principales vagues meurtrières : l'une de la mi-septembre à décembre 1918, l'autre de février à mai 1919.

    Avant 1918 : virus pères
    Apparition et propriétés

    Du fait de l'absence d'étude sur des souches originales du virus de la grippe espagnole, aucune souche n'ayant pu être conservée, il est impossible de déclarer, aujourd'hui du moins, quelle est la source qui a vu apparaître le « virus père ». Il y a cependant deux hypothèses possibles concernant l'apparition du « virus père » de la grippe espagnole : la première est que ce virus proviendrait de la mutation d'un virus humain préexistant (voir les différents phénomènes dans la partie suivante qui expliquent les différentes mutations possibles du virus de la grippe); dans ce cas, il devrait n'être que faiblement différent de l'original, et les populations humaines devraient, en bonne partie, être immunisées. La seconde est qu'il proviendrait d'une souche nouvelle, provenant d'une autre espèce, notamment les espèces aviaires, qui sont des réservoirs naturels de bon nombre de virus.

    C'est effectivement souvent ainsi qu'apparaissent les nouvelles souches de virus de la grippe : par l'interaction de populations humaines, porcines et aviaires (voir aussi la seconde partie).

    Si cela demeurait inconnu à l'époque, nous savons désormais que les différentes espèces d'oiseaux, notamment les canards domestiqués, sont des réservoirs naturels de quantité de virus et que ceux-ci peuvent, sous certaines conditions, se transmettre à d'autres espèces, tels les porcs.

    RépondreSupprimer
  2. Un deuxième cerveau dans le ventre... Tiens, ce n'est pas là que j'aurais dit.

    RépondreSupprimer
  3. Un dentiste m'a appris que les dents sont reliées avec les organes génitaux et je veux aisément le croire puisque une petite histoire me l'a prouvé.
    Lorsque nous vivons qque chose de difficile, nous avons souvent une réaction intestinale ; le fait que le ventre soit notre deuxième cerveau ne m'étonne pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour cela que la fellation peut être parfois douloureuse...
      Désolé, Guz n'a pas pu s'en empêcher.

      Supprimer
  4. Disons plutôt que dans l'organisme tout est relié à tout. Farfouiller dans la bouche de plus ou moins jeunes et jolies patientes peut entraîner certains dentistes à des fantasmes sexuels. En tout cas, ils feraient beaucoup plus difficilement ce genre de remarques à un vieux barbon.

    Sinon, constater le lien entre la tête et le ventre est juste, mais ne date vraiment pas des dernières découvertes de la science, qui doit torturer et sacrifier des quantités de petites souris, juste pour trouver des concepts nouveaux mais aucun remède valable au troubles constatés.

    RépondreSupprimer
  5. Donc, lorsque vous vivez qque chose de difficile, vous avez souvent une réaction intestinale !
    Merci de nous expliquer le rapport avec les dents et les organes génitaux.
    Par contre je confirme, quand j'ai une ampoule au doigt de pied, ça me fait mal au ventre.
    Conclusion, les dents sont également reliées au ventre et aux doigts de pied.

    RépondreSupprimer
  6. Le fait que les ganglions autour de l'intestin sécrète toute la panoplie des neuromédiateurs du cerveau est connu de longue date.
    Le cerveau n'est pas seul pour assurer la réflexion. La moelle épinière y participe aussi : La coordination des actions faites par Abigail et Britany Hensel le montre clairement. Et ce qui est vrai pour elles (siamoises) l'est aussi pour tout un chacun.

    RépondreSupprimer
  7. Aha ....

    http://www.achblog.com/Sciences/Sciences-de-la-vie/Le-coeur-a-un-cerveau,751.html

    :)

    Léa.

    RépondreSupprimer
  8. L’humour du ventre ! Ou du second cerveau !

    Il est rappelé que le 2ième cerveau devrait être considéré comme le 1er ...

    En effet, chez les animaux les plus primitifs, le cortex n’est pas apparent, voire n’existe pas .... Le centre de décision, d’action, est réparti sur toute la surface intestinale ....

    Cela évoque aussi l’état de la moindre cellule qui se contente de suivre le « principe d’homéostasie » (c. à d. de maintenir son état de déséquilibre partiel au dessus d’un seuil létal ...)

    1) N’aurait-on pas intérêt à prendre plus conscience en permanence de son abdomen et de sa relation-communication avec le cerveau ...

    2) La personne qui ne maîtrise plus du tout son abdomen (s’est laissé allé ...) se trouve-t-elle a priori dans la position ad hoc, (Is the question ? !)

    3) Mac Lean, en 1970, avait émis l’hypothèse du cerveau triunique (3 composantes principales : cerveau reptilien, cerveau des émotions, néocortex). Si cette localisation excessive a été remplacée par un réseau des émotions, les rôles de ces 3 composantes demeurent inchangés !

    V. Internet ... À noter que ce réseau est installé chez tous les mammifères, gère l’enregistrement des divers événements qui surgissent (accompagné d’une appréciation du ressenti), s’occupe du pilotage automatique (via les conditionnements et/ou les automatismes), est chargé de la quête du bien-être, de la sécurité, des plaisirs basiques ...
    Pour ce motif, on ne peut pas se permettre de vulgariser ces évidences chez les enfants, dès l’école primaire, sans suicider prématurément la société de consommation devenue « Toujours plus » !

    4) Si jamais les gosses étaient éduqués de manière à différencier l’état d’« être » et l’état d’« avoir », ils ne consommeraient plus, en tant qu’adultes, du tout de la même façon ! Les faillites commerciales s’accumuleraient et les dettes des Etats s’amplifieraient ! La fin du Système capitaliste serait boostée ! ! !

    5) En toute objectivité, il est nettement plus économique et intelligent (néocortical) d’inciter les gens à s’éclater, bouffer, boire, baiser, acheter, avoir, posséder, etc., “toujours plus” de manière à provoquer la fin de cette civilisation le plus rapidement possible (V. la vidéo « Sans lendemain » consultable sur Internet ... distinguant l’amplitude linéaire de l’exponentielle ! ! !

    Plus la fin de cette civilisation basée sur la suprématie du réseau des émotions (donc des religions et autres trucs de consommation) sera proche et moins il sera difficile aux survivant(e)s de remettre en ordre la planète dévastée ...

    Les écologistes traditionnel(le)s sont sympathiques mais “humanistes” !

    Elles/Ils n’ont pas décrypté le message résultant directement du bilan de 2005 concernant la comparaison de notre génome et celui du chimpanzé, c. à d. la différence voisine de 1 % !

    Trop conditionné(e)s, elles/ils n’ont pu ranger au grenier la parabole faisant de nous les “chefs-d’œuvre de l’Univers” ! ! ! (V. “L’homme a été créé à l’image de Dieu” et son prolongement rationaliste, à une symétrie près : “L’homme est un dieu en devenir”, le D devenant d !

    Cela ne signifie en rien que l’athéism

    Le plus petit raisonnement par l’absurde permet de dire que si tout n’est pas absurde, non sens, monstruosité, alors il existe une réalité cachée, seulement accessible après la sortie du cycle de la vie terrestre

    Le développement, voire le surdéveloppement de notre cerveau entérique (celui du ventre) produisant ~ 95 % de la sérotonine (un neurotransmetteur qui participe à la gestion de nos émotions), sans se référer au principe de linéarité trop rudimentaire, ne pourrait-il pas se manifester au niveau des comportements, les influencer ? !

    N. B. Un article a été publié dans le journal Le Monde Par Alain Constant le 31/01 ou 01/02/14

    Pierre Payen (Dunkerque)




    RépondreSupprimer
  9. "tout est relié à tout" dit justement Hortense.
    Oui, et "La coordination des actions faites par Abigail et Britany Hensel le montre clairement"...
    La coordination des mouvements et pensées d'autres êtres qui n'ont pas de moelle épinière commune le montre aussi clairement. Par exemple dans le corps à corps de l'amour humain, aurait dit Reich.

    La Vie est une danse, parfaitement coordonnée. Le Peuple de la Terre a été artificiellement "décoordonné", mais lorsque "les gosses [ne seront plus] éduqués de manière à différencier l’état d’« être » et l’état d’« avoir », ils ne consommer[o]nt plus": ils reprendront leur place naturelle dans la danse.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  10. Un complément ... En élargissant un peu, ne retombe-t-on pas sur les problèmes du cartésianisme, du jacobinisme, de la bureaucratie, du centralisme, de la technocratie, de la décentralisation, du management en général ? ! Sur une des caractéristiques française ? !
    (Anonyme3 février 2014 21:55)

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.