Bistro Bar Blog

samedi 25 janvier 2014

Traitement chinois de l'addiction à internet


À l'intérieur des camps secrets chinois qui traitent les addictions à internet



21 janvier 2014

La Chine est le premier pays à qualifier l'addiction à internet de trouble clinique. Mais au lieu de fermer l'ordinateur portable et d'aller faire un tour, la Chine ouvre des centres de redressement surveillés dans le but de déprogrammer les jeunes accros.


Nous utilisons internet quotidiennement. Nous en dépendons. Mais il y en a qui en sont si dépendants qu'ils se détournent du royaume matériel de la réalité pour vivre en ligne, passant leur temps à explorer les mondes numériques et à vivre dans le numérique au point de rendre confuse la frontière entre le réel et l'artificiel.



Le besoin compulsif d'être excessivement branché a été la cause d'un grand nombre de décès. Certains sont morts d'épuisement après avoir participé non-stop à des jeux en ligne pendant des jours et des jours, et en Corée, un couple a passé tellement de temps dans un cybercafé que leur bébé de trois mois en est mort car ils avaient oublié de le nourrir.

On emploie une discipline militaire pour rééduquer les accro à internet


Cette addiction et cet isolement social préoccupent la nation chinoise, et pour les éradiquer, le pays met les adolescents dans des camps de style militaire où les accros à internet sont derrière des barreaux, gardés par des soldats, pour un sevrage brutal.

Un nouveau groupe vient d'arriver au camp


Dans un documentaire intitulé Web Junkies (les drogués du web), les réalisateurs Shosh Shlam et Hilla Medalia ont franchi les portes du camp Daxong de Pékin – l'un des premiers établissement de réhabilitation en Chine, qui en compte plusieurs.

Le film capture les visages figés d'adolescents, masculins pour la plupart, habillés dans un uniforme de type camouflage, qui suivent un "traitement" de 3 à 4 mois comprenant un entraînement physique militaire, des médicaments, des séances de thérapie et un régime alimentaire contrôlé, pour les reconnecter à la société.

La cellule aux barreaux. Pas de wi-fi ici.


Les ados dépendants, qui sont amenés la plupart du temps contre leur gré par leurs parents, passent leurs nuits dans des cellules austères, complètement coupés de l'électronique. Sauf quand ils sont branchés à des machines pour que les psychologues puissent observer leur activité cérébrale. Puis on les retrouve assis pendant la journée devant une équipe de médecins en blouse blanche qui tentent de reprogrammer leurs patients.

Séance de psychothérapie
L'un des adolescents présenté a admis passer 300 heures à se gaver du jeu interactif World of Warcraft alors qu'un autre a avoué envoyer promener toutes ses responsabilités pour se consacrer des mois entiers au jeu.

Le documentaire, qui est présenté au festival de films Sundance, sert à mettre l'accent sur les effets psychologiques et physiologiques d'internet, mais appelle aussi à se demander si les parents ne se servent pas simplement de ce "trouble" pour pouvoir lui mettre sur le dos tous les problèmes sociaux et les problèmes de comportement.

Contrôle de l'activité cérébrale (quelles méthodes de reprogrammation utilise-t-on ? Du MKUltra ?)





Bien des gens verront sans doute comme extrême cette méthode de traitement de l'addiction au web. En 2009, un camp chinois, qui fonctionnait dans l'illégalité, a battu à mort un participant dans le cadre de son traitement de l'addiction – bien qu'il était simplement décrit comme quelqu'un n'utilisant internet à l'occasion le week-end. Il est aujourd'hui fermé mais il remet en question le genre de techniques de réhabilitation qui existent dans les nombreux camps du pays.


Traduit par Hélios 

*****************************************

Concernant l'addiction à l'écran et au clavier, voici deux photos trouvées sur un blog américain :





1 commentaire:

  1. nadia bougoslavsky26 janvier 2014 à 13:00

    effectivement c'est plus qu'une drogue encore plus dangereux là le gouvernement chinois a raison

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.