Bistro Bar Blog

samedi 4 janvier 2014

Les émotions visualisées sur le corps humain

Ha, les émotions, nous en vivons tous en permanence et la vie actuelle nous en procure de plus en plus. 

Mais comme le disait Brigitte sur un commentaire :

Surtout ne pas faire taire sa colère, surtout ne pas faire taire nos 
émotions : elles sont les voies navigables entre notre corps et notre 
Esprit, notre pouvoir, notre capacité à créer.

Aller au fond de nos émotions pour nous laisser emporter dans la rivière 
qui mène tout droit à la Conscience, au lieu de fuir ou réprimer nos 
émotions.

Les émotions retentissent automatiquement sur le physique et en voici la visualisation, suite à une expérience (par l'université Aalto) faite sur 700 personnes, dont des finlandais, des suédois et des taïwanais.

Il en ressort que quel que soit le contexte culturel, économique, social et tout ce qui fait la différence de vécu, la concrétisation corporelle des émotions est la même chez tous. Le vécu des émotions est universel.



Légende pour les non-anglophones. Ligne du haut, de gauche à droite :

Colère, peur, dégoût, bonheur, tristesse, surprise, neutre (repère = 0).

Ligne du bas, de gauche à droite :

Anxiété, amour, dépression, contentement, orgueil, honte, envie.

L'émotion du bonheur est la plus "chaude" (énergie de feu) et la dépression la plus "froide".



9 commentaires:

  1. Cela s'appelle passer par toutes les couleurs..."j'en ai vu de toutes les couleurs" LOL merci de la traduc

    RépondreSupprimer
  2. Source de cet article :
    http://www.journaldelascience.fr/sante/articles/carte-corporelle-nos-emotions-revelee-etude-3400

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mes sources sont en anglais, comme celles de l'article cité.

      Supprimer
  3. Très intéressant, merci.
    Et parfaitement d'accord avec les mots de Brigitte.
    Juste envie de rajouter d'apprendre à exprimer ses émotions sans les cracher au visage de notre voisin.
    Dans le cas de la colère par exemple, savoir la vivre pleinement mais admettre que rien ni personne n'en est responsable. C'est juste un courant qui nous traverse.
    Oliv.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exprimer notre colère - comme le recommande Brigitte - tout en n'exprimant que paix et harmonie vis-à vis de notre voisin qui l'a suscitée - comme le recommande Oliv - me semble un exercice paradoxal. Je parle en connaissance de cause, mais étant encore trop loin du perfectionnement humain absolu, je peux vous assurer que ce n'est pas bon, ni pour la santé physique, ni pour la santé morale.

      Supprimer
    2. Ça semble en effet paradoxal. Je me suis peut être mal exprimé.
      Lorsque je dis qu'il ne faut pas cracher au visage de notre voisin, c'est ne pas mettre la responsabilité de l'autre en cause. Je peux et dois exprimer ma colère, mais je dois aussi expliquer à l'autre qu'il n'en est nullement responsable, que ce n'est pas de sa faute.
      Oliv

      Supprimer
    3. wouai ! et surtout "cracher" sa colère au pif du voisin, en postillonnant les dents...ou pire le dentier, Bé non, ça va pas le faire dans la politesse .

      Supprimer
  4. Une précision semble s'imposer.
    Quand je dis de "ne pas faire taire sa colère", cela ne signifie évidemment pas l'exprimer à son voisin, à son conjoint ou à ses enfants qui ne sont nullement concernés.
    Je parle de ressentir pleinement sa colère, ou sa tristesse infinie (dont parlait Loriana) pour soi-même, pour voir où ces émotions nous mènent, ce qu'elles ont à nous dire de nous-mêmes et de notre identité et de notre pouvoir, pour connaître la voie que nous proposent d'explorer nos émotions, au lieu d'essayer de les réprimer.

    Exemples.
    La colère peut être une émotion extrêmement positive à libérer face à des agresseurs. J'ai mentionné le cas face à des candidats violeurs que j'ai mis au tapis avec mes 40 kilos, alors qu'ils étaient deux armoires à glaces de 80 kg chacun. La Force à laquelle j'ai eu accès ce soir-là dépassait largement la dimension de mon corps physique.
    Il faut simplement garder à l'esprit dans le cas de l’émotion « colère » que cette Force dans laquelle nous nous retrouvons est sans limite. Cela veut dire qu'on a la puissance de tuer. Cela veut dire qu'il nous appartient de savoir que cette Force existe et que ce n'est pas elle qui choisit jusqu'où nous irons dans les actes qui deviennent alors possibles, le physique n'étant plus une limite.
    C'est nous.

    La puissance de l'Homme peut alors le perturber et même grandement l'effrayer tant qu'il ne sait pas que c'est lui qui choisit tous ses actes (tant qu'il ne se croit qu'un bouchon impuissant balloté par les flots). La colère dans ce cas précis (en présence d'un agresseur) est comme un cheval lancé au galop. Il faut savoir le chevaucher, et savoir qu'il nous appartient de l'arrêter à temps, et que nous en avons le pouvoir.
    Ce qui fait le plus peur à l'Homme, c'est la puissance à laquelle ses émotions lui donnent accès. Car une fois fusionné à la Force de Vie, il ne se croit pas capable de conduire dans la direction de sa volonté.

    La tristesse infinie, elle, ne ressemble pas tout à fait à un cheval lancé au galop. Quoique... seulement au premier abord.
    Mais généralement l'Humain ne va pas jusqu'à découvrir la puissance à laquelle sa tristesse lui propose l'accès. Car lorsqu'il voit s'amonceler autour de lui les nuages du chagrin de plus en plus profond, son réflexe est de fuir, de chercher une distraction.

    En faisant le choix inverse cependant, le choix d'avancer tout droit vers les nuages noirs, de les regarder en face et de plonger dans cette tristesse apparemment insondable et dangereuse, de laisser écouler ces pleurs qui l’entraînent dans des secousses et des remous douloureux, l’Humain peut, en gardant toujours en main le gouvernail de son embarcation, naviguer dans les rapides de cette rivière sauvage qu'on appelle le désespoir, traverser des rideaux de pluie dense… jusqu’à arriver de l’autre côté, où le ciel est parfaitement limpide.

    Il peut, dans ce processus, retourner dans son passé, le réparer, et changer complètement son Présent. Il peut voir sa propre vie et le monde avec une vision sphérique qui lui montre tout ce qui est simultanément, le sens et la cohérence de tout ce qu'il vit, et comprendre qui il est.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  5. Waouhhh!! ce que c'est beau ce que vous exprimez Brigitte et tellement vrai!..
    En tout cas çà ressemble bigrement à du vécu expérimenté et çà me parle!....
    Luz

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.