Bistro Bar Blog

jeudi 9 janvier 2014

Communication par télépathie : expériences avec le chien Jaytee (+vidéo)

Suite à l'article que j'ai publié sur "Télépathie et autres phénomènes vus par Rupert Sheldrake" (ICI), voici le récit d'une série d'expériences qu'a réalisé Rupert Sheldrake avec un chien nommé Jaytee et sa "maman", Pamela Smart.

J'ai connu personnellement un magnifique berger allemand du nom de Wotan, qui savait à la minute précise quand ses maîtres débarquaient au retour d'une croisière d'un mois ou plus en voilier. Le chien était chez sa "nounou" qui pouvait relever l'heure où le chien commençait à s'agiter et à gémir. Elle savait que dans l'heure qui suivait, elle reverrait les "parents" de son pensionnaire. Là, pas de critère d'horaire routinier, ils étaient obligés de faire en fonction de plusieurs facteurs matériels (horaires de l'écluse, météo, etc...) en dehors de la décision de rentrer au port un jour précis.

Je n'ai pas traduit la partie plus technique avec les graphiques pour ne pas alourdir ce texte déjà assez long.
Une vidéo a été tournée où vous verrez Jaytee. (voir en fin d'article)



Un chien qui semble savoir quand sa maîtresse rentre à la maison : expériences filmées et observations



Par Rupert Sheldrake et Pamela Smart (la "maman" du chien Jaytee)



Introduction

De nombreux propriétaires de chiens prétendent que leur animal sait quand un membre de la maisonnée est sur le point de rentrer. Ils disent en général que le chien va attendre à la porte, à la fenêtre ou au portail au moment où la personne est sur le chemin du retour. Des enquêtes au hasard en Grande-Bretagne et aux US ont montré qu'entre 45 et 52 % des propriétaires de chiens déclarent avoir remarqué ce genre de comportement. 
 
Les propriétaires des chiens attribuent souvent les anticipations de leur animal à de la télépathie ou à un 6ème sens, mais il pourrait y avoir des explications plus conventionnelles :

Premièrement, le chien pourrait entendre ou sentir son maître approcher.
Deuxièmement, le chien pourrait réagir aux horaires routiniers de retour.
Troisièmement, il pourrait répondre à de subtils indices venant des personnes à la maison qui savent quand la personne absente va rentrer.
Quatrièmement, l'animal pourrait aller à l'endroit où il attend son maître quand la personne n'est pas sur le chemin de la maison ; les gens à la maison peuvent se souvenir de son apparente anticipation juste quand la personne rentre peu de temps après, en oubliant les autres fois. Donc le phénomène pourrait simplement être un artefact de mémoire sélective.

Pour tester ces possibilités, le chien doit pouvoir réagir avec au moins dix minutes d'avance, la personne à qui réagit le chien doit arriver chez elle à des heures non-routinières, les gens à la maison ne doivent pas savoir quand cette personne rentre et le comportement du chien doit être enregistré de manière à éliminer une mémoire sélective. Pour être plus efficace, cet enregistrement peut être fait par une vidéo avec affichage de l'heure.

Dans cet article, nous décrivons une série d'expériences et d'observations enregistrées avec un chien nommé Jaytee, appartenant à Pamela Smart (PS en abrégé).


Comportement d'anticipation de Jaytee


PS a adopté Jaytee après être allée le chercher en 1989 dans un chenil de Manchester alors qu' il n'était encore qu'un chiot et un lien étroit se forma bientôt entre eux. Elle habitait au rez-de-chaussée d'un appartement adjacent à celui de ses parents retraités, William et Muriel Smart. Quand elle sortait, elle laissait habituellement Jaytee chez ses parents.

En 1991, époque ou PS travaillait comme secrétaire à Manchester, ses parents remarquèrent que Jaytee avait l'habitude d'aller chaque jour de la semaine à la porte-fenêtre du séjour aux environs de 16h30, heure à laquelle PS se mettait en route pour rentrer à la maison. Son trajet prenait normalement entre 45 et 60 minutes et Jaytee attendait à la porte-fenêtre la plus grande partie du temps de son trajet de retour. Comme elle travaillait à des heures classiques de bureau, la famille supposa que le comportement de Jaytee dépendait d'une sorte de prise de conscience de l'heure.

PS fut licenciée en 1993 et resta par la suite sans emploi. Elle était souvent absente de chez elle pendant plusieurs heures de suite et n'était plus tenue à un emploi du temps régulier. Ses parents ne savaient pas quand elle rentrait, mais Jaytee continua d'anticiper son retour. Ses réactions semblaient se manifester à l'heure où elle se mettait en route sur son trajet de retour.

En avril 1994, PS lut un article du Sunday Telegraph au sujet de la recherche que faisait Rupert Sheldrake (RS) sur ce phénomène et demanda à y participer. La première étape de cette enquête fut de remplir un journal de bord. Entre mai 1994 et février 1995, elle laissa une centaine de fois Jaytee chez ses parents quand elle sortait et ils prirent des notes sur les réactions de Jaytee. PS elle-même consigna ses sorties, la distance d'éloignement (habituellement au moins 6 km et parfois 50 km), son mode de transport et à quel moment elle se mettait en route pour rentrer. Sur ces 100 sorties, Jaytee réagit 85 fois en allant attendre à la porte-fenêtre du séjour avant le retour de PS, avec en général 10 minutes ou plus d'avance.

(…)La distance d'éloignement de PS ne semblait pas avoir d'importance.

Les réactions d'anticipation de Jaytee démarraient généralement quand PS se trouvait à une distance supérieure à 6 km. Il ne pouvait avoir entendu sa voiture à de telles distances, surtout avec le trafic du centre de Manchester et de l'autoroute 66. De plus, M. et Mme Smart avaient déjà noté que Jaytee anticipait quand même le retour de PS quand elle arrivait dans un véhicule inhabituel.

Pour néanmoins vérifier que Jaytee ne réagissait pas au bruit de la voiture de PS ou à celui d'autres véhicules familiers, nous avons fait une étude pour savoir s'il anticipait toujours son arrivée quand elle voyageait par des moyens moins courants : en vélo, en train et en taxi. Le résultat fut le même.

PS ne disait pas à l'avance à ses parents quand elle rentrait, ne téléphonait pas non plus pour les informer. Elle-même ne savait pas toujours non plus l'heure de son retour après des courses, des visites à des amis, une conférence ou après une soirée. Mais il est possible que ses parents pouvaient dans certains cas avoir deviné quand elle risquait de revenir et donc, consciemment ou inconsciemment, communiquer leur attente à Jaytee. Certaines de ses réactions pouvaient donc provenir de l'anticipation des parents, plutôt que de dépendre de quelque mystérieuse influence de PS elle-même.

Pour tester cette possibilité, nous avons fait des expériences dans lesquelles PS se mettait en route à des heures choisies au hasard après qu'elle ait quitté la maison. Ces horaires étaient inconnus de toute autre personne. Pendant ces expériences, Jaytee commençait à attendre quand elle se mettait en route, bien que personne ne sache quand elle arriverait. Ses réactions ne pouvaient donc être expliquées en termes d'attente des parents.

********************

C'est là que j'ai sauté le descriptif technique des expériences réalisées avec Jaytee.
Il faut savoir que toutes les précautions ont été prises pour faire ressortir au maximum la motivation du comportement du chien à attendre le retour de Pamela sans interférences extérieures. Et d'autres expérimentateurs ont répété les mêmes expériences de leur côté.

Je passe directement à la discussion de Rupert Sheldrake :


Discussion
Explications "normales" du comportement de Jaytee

Les données présentées dans cet article impliquent que l'attente de Jaytee à la porte-fenêtre quand sa maîtresse rentre chez elle ne peut être expliquée en fonction d'aucune des hypothèses suivantes :

1. Routine. Le comportement d'anticipation de Jaytee quand PS revenait à la maison s'est manifesté à divers moments de la matinée, de l'après-midi et de la soirée et ne dépendait pas d'un horaire routinier de retour. Ce fut apparent dans la série des 30 retours à la maison ordinaires ainsi que dans nos expériences avec des horaires choisis au hasard. Les données provenant des expériences de Wiseman, Smith et Milton (1998) avec des heures de retour choisies de manière aléatoire font écho à nos propres découvertes et les confirment. De plus, dans les observations de contrôle quand PS ne rentrait pas à la maison, Jaytee ne commençait pas son attente à un moment particulier.

2. Entendre le véhicule familier. Dans de nombreuses expériences, le comportement d'anticipation de Jaytee était déjà apparent dans les périodes de pré-retour avant que PS n'ait en fait pris le chemin du retour dans le véhicule et donc avant qu'il puisse entendre des bruits caractéristiques. Quand elle rentrait réellement, Jaytee attendait à la porte-fenêtre quand le véhicule était au moins à 7 km de là et dans certains cas à plus de 25 km. Bien que les chiens puissent entendre des tonalités plus aiguës que les humains, leur sensibilité générale aux niveaux de bruit est identique à celle des hommes. Il n'est pas possible que Jaytee ait pu entendre le son de véhicules familiers à de telles distances avec le bruit de fond du trafic routier et d'une manière indépendante de la direction du vent. De plus, Jaytee attendait aussi PS de la même manière quand elle voyageait en taxi ou dans d'autres véhicules non habituels.

3. Récupérer des indices par les gens à la maison. PS ne disait pas à ses parents ou à sa sœur (habitant le bourg voisin qui gardait aussi Jaytee) quand elle rentrait et ne le savait pas toujours à l'avance elle-même. Mais peut-être que dans certains retours ordinaires, ses parents ou sa sœur auraient pu deviner l'heure approximative de son retour et auraient communiqué consciemment ou non leur attente à Jaytee. Mais cette possibilité ne peut être valable avec les essais de retours à des heures aléatoires, ni quand il était seul.

4. Mémoire sélective ou report sélectif de données. Les vidéos ont permis d'enregistrer toutes les visites de Jaytee à la porte-fenêtre et les données présentées dans cet article incluent toutes les visites faites, même quand elles étaient manifestement reliées à des événements survenant dehors, comme des chats qui passent devant la fenêtre ou quand il dormait au soleil près de la porte-fenêtre. Les vidéos ont été analysées "en aveugle" par des gens qui ne connaissaient pas les détails de l'expérience. Il n'y avait donc pas d'intervention d'une mémoire sélective ou de compte-rendus sélectifs de données. Les données provenant d'expériences menées avec Jaytee par Wiseman, Smith et Milton montrent aussi le même schéma de comportement que les nôtres.

5. Plus l'absence de sa maîtresse se prolonge, plus Jaytee va à la porte-fenêtre. L'analyse des données montrent que les visites de Jaytee à la porte-fenêtre ne sont pas explicables par un temps d'absence plus long de PS. Son attente était relative au retour de Pamela, plutôt qu'à son temps d'absence de la maison.


Possibilité de télépathie

Jaytee semblait détecter l'intention de PS de rentrer, d'une manière impossible à expliquer selon les hypothèses "normales" envisagées ci-dessus. Il répondait peut-être à ses intentions ou pensées de manière télépathique.

L'hypothèse de la télépathie correspondrait non seulement au comportement d'attente du chien quand PS était vraiment sur le retour, mais elle pourrait aider à expliquer pourquoi Jaytee commençait à passer plus de temps à la porte-fenêtre avant qu'elle ne se mette en route. Dans les situations de la "vie réelle", quand elle rentrait à des heures hors routine selon son propre choix, les anticipations de Jaytee démarraient régulièrement dans la période de "pré-retour", avant qu'elle n'ait pris le volant. Ce schéma de comportement s'accorde bien avec l'hypothèse de la télépathie parce qu'avant de monter dans la voiture et de conduire ou d'être conduite, PS formulait l'intention de rentrer et se préparait à le faire. Si Jaytee répondait télépathiquement à son intention, on s'attendrait à ce qu'il manifeste cette anticipation avant qu'elle ne monte réellement dans le véhicule.

Mais Jaytee montrait aussi des signes d'anticipation dans les expériences où PS revenait à des heures aléatoires, avant qu'elle ne reçoive le signal du retour. Comment aurait-il pu anticiper alors que PS n'avait pas été bipée ?[Un bipeur était utilisé pour donner le signal du retour]

Il est peut-être concevable que Jaytee ait récupéré télépathiquement l'intention de RS (Rupert Sheldrake) de biper PS à 300 km de là, mais nous ne prenons pas cette possibilité très au sérieux. À une occasion, le signal bipé a été fait non pas par RS mais par quelqu'un que ni PS ni Jaytee n'avaient rencontré et Jaytee a quand même répondu en avance. Il est aussi concevable que Jaytee ait une précognition du moment où PS serait bipée. Mais ceci impliquerait l'introduction d'une autre hypothèse "paranormale" en plus de l'hypothèse de la télépathie. Il est plus économique d'envisager une explication possible en terme de télépathie avec PS.

Dans toutes les expériences avec des horaires de retour choisis au hasard, PS savait qu'elle serait bipée pour revenir à la maison à un moment particulier. Dans l'idéal, son esprit aurait été entièrement occupé par d'autres problèmes jusqu'à l'arrivée du bip. Mais elle pensait inévitablement parfois au signal du retour avant qu'il ne se produise, surtout vers la fin de la période où elle savait qu'on la biperait. Jaytee aurait pu capter ces pensées anticipées, exactement comme il semblait répondre à une intention pleinement formulée de rentrer.

Si Jaytee répondait effectivement au fait que PS s'attendait à bientôt recevoir le signal du retour, on s'attendrait à ce que cet effet d'anticipation se produise davantage quand le bip arrivait vers la fin de la période où elle savait qu'elle serait bipée qu'au début. Sur quatre des 6 tests où PS a été bipée à la première moitié de la période de bip ("bip précoce"), Jaytee n'a manifesté aucune anticipation avant que PS n'éteigne le bipeur. En revanche, il y a eu des signes d'anticipation dans tous les tests de "bip tardif", sauf un. L'exception s'est produite lors d'un test où Jaytee n'était pas du tout allé à la fenêtre de toute l'expérience. Donc l'anticipation de Jaytee du bip signalant le retour de PS a pu être en lien avec sa propre anticipation du bip, qui avait tendance à être plus importante quand le signal était plus tardif.

(…) Pourquoi est-il arrivé que Jaytee ne réagisse pas au retour de PS ?

Parmi toutes nos séries d'expériences avec Jaytee, dans quelques cas son comportement d'anticipation ne s'est pas manifesté. Pendant notre série préliminaire d'une centaine d'observations, il y a eu 15 cas où il ne l'a pas fait. Lors de certaines fois, il était fatigué après de longues promenades ; une autre fois il était malade ; pour d'autres il était occupé par une chienne en chaleur d'un appartement voisin. Mais dans quelques cas il n'y avait pas de raison évidente à son manque de réaction. Dans notre série de 12 expériences avec des heures de retour choisies au hasard, il y a une fois où il n'est pas du tout allé à la fenêtre. Dans la série des 30 retours ordinaires à la maison, son comportement d'anticipation ne s'est pas manifesté lors de 6 expériences.

Quand PS laissait Jaytee seul dans son appartement, son manque de comportement d'anticipation était habituel plutôt qu'exceptionnel. Dans la plupart des cas il n'allait pas l'attendre à la fenêtre ou n'allait pas du tout à la fenêtre. Dans 15 cas sur 50 il montra néanmoins son comportement habituel d'anticipation, d'attendre à la fenêtre le retour de PS. Il semblait donc capable de l'anticiper quand il était seul, mais ne le faisait pas en général. Pourquoi ? Notre sentiment est que c'était une question de motivation. Son attente à la fenêtre pendant que PS faisait son trajet de retour pouvait signifier qu'il voulait communiquer son anticipation aux membres de la famille de PS, comme pour leur dire qu'elle arrivait. Quand il n'y avait personne à qui le dire, il était moins motivé pour l'attendre. Il l'a quand même fait quelques fois.

La différence de comportement entre le propre appartement de PS et celui de ses parents était une question de degré. Aux deux endroits il attendait parfois à la fenêtre quand PS revenait et parfois non. Dans l'appartement des parents le taux de cas où il a attendu par rapport à ceux où il ne l'a pas fait était environ de 80/20, alors que quand il était seul dans l'appartement de PS il était de 30/70.

Implications évolutionnaires

L'hypothèse que certains chiens, comme Jaytee, puissent anticiper l'arrivée de leur propriétaire par voie télépathique nécessite évidemment d'autres tests. Nous avons déjà obtenu des résultats comparables avec plusieurs autres chiens. De nombreux propriétaires d'animaux disent qu'un comportement d'anticipation semblable se produit avec d'autres espèces domestiques, surtout les chats, les perroquets et les chevaux ; et il faut faire des recherches expérimentales sur le comportement d'anticipation pour les animaux de ces espèces. Il serait également intéressant d'étudier si des animaux dans la nature semblent savoir quand des membres de leur groupe reviennent : par exemple, des louveteaux qui attendent dans leur tanière montrent-ils des signes d'anticipation avant le retour des adultes avec de la nourriture ?

Bien que les parapsychologues et les chercheurs en paranormal aient fait de nombreuses recherches sur la télépathie entre personnes, il n'y a eu que très peu de recherches préalables sur la télépathie de personne à animal ou d'animal à animal. S'il s'avère que la communication télépathique se produit effectivement parmi les animaux, cela impliquerait une origine biologique et évolutionnaire pour la télépathie entre personnes et rendrait ce phénomène "paranormal" apparemment "normal", au moins dans le fait qu'il soit biologique et qu'il possède une histoire évolutionnaire.


VIDÉO avec Jaytee et Pamela

Article trouvé
ICI.

Traduction par Hélios

3 commentaires:

  1. Si je puis me permettre une suggestion/recommandation, celle de la lecture des ouvrages de Rupert Sheldrake, notamment :

    - L’Âme de la nature,
    - Ces chiens qui attendent leur maître et autres pouvoirs inexpliqués des animaux,
    - Une nouvelle science de la vie,
    - Sept Expériences qui peuvent changer le monde,
    - Les pouvoirs inexpliqués des animaux,

    Il cherche à comprendre comment l'homme en est arrivé à considérer la nature comme une entité inerte.

    Pourquoi et comment retrouver la communication intuitive avec les animaux et cette nature.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr, Korrigan, Sheldrake est un bonhomme très intéressant. Ces livres sont à recommander. Merci à toi.

      Supprimer
  2. La formule: "vous êtes déjà ce que vous cherchez" s'applique autant ici.
    Quand Jaytee est avec les parents de Pam, ils sont trois à percevoir -consciemment ou non, c'est une question d'attention là aussi- qu'elle a l'intention de rentrer.

    "S'il s'avère que la communication télépathique se produit effectivement parmi les animaux, cela impliquerait (...) la télépathie entre personnes et rendrait ce phénomène "paranormal" apparemment "normal".
    Il faudrait simplement commencer par inverser le postulat. Ce qui est normal a été présenté comme anormal ou paranormal pour le retirer au Peuple de la Terre. Pour maintenir son mental occupé à regarder bouger les ombres dans le mur du fond de la caverne. Pour lui faire croire que toute valeur est obligatoirement à chercher en dehors de lui-même, alors qu'il dispose de tout à l'intérieur. Donc lui faire passer tout son temps de vie à chercher au lieu d'être.

    Mais combien de fois avons-nous reçu un appel d'un proche au moment où nous lui parlions dans notre tête ? Et pour retrouver les mémoires ou les objets perdus, combien de fois avons-nous reçu la réponse de notre propre esprit, qui, lui, voit partout à tous les coups ?
    Etc...

    Brigitte

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.