Bistro Bar Blog

vendredi 20 décembre 2013

Ultraman : création d'une société de démantèlement


TEPCO va mettre sur pied une "société de démantèlement" en tant que division séparée au sein de TEPCO, et le gouvernement national soutiendra TEPCO à hauteur de 10 trillions de yens



Les détails en seront annoncés par le président de TEPCO, Naomi Hirose, lors de la conférence de presse qui démarre à 17h, vendredi 20 décembre.

La "société de démantèlement" ne sera pas une société séparée avec un capital séparé mais une société au sein de TEPCO, ressemblant plus à une division. L'idée avait déjà été lancée en octobre de cette année par le groupe de travail du parti démocrate sur la réhabilitation.

Maintenant, pourquoi faire cela, au lieu de mettre en place une société séparée ? J'ai quelques idées sur la question mais elles ne sont pas encore solides. J'attendrai d'avoir entendu M. Hirose.

Cette "société de démantèlement" sera chargée du démantèlement de la centrale de Fukushima Daiichi et gérera l'eau contaminée à la centrale. Deux objectifs disparates, il me semble, mais clairement pas pour le parti démocrate ou TEPCO.

Reuters Japan rapporte que le gouvernement national va augmenter le montant du prêt de TEPCO pour la décontamination et les indemnisations, passant de 5 à 9 trillions de yens. De plus, le gouvernement paiera 1,1 trillion de yens pour couvrir le coût de construction des installations de stockage intermédiaire pour le sol contaminé qui a été enlevé pour décontaminer. Le coût de ce bâtiment devait être payé par TEPCO.

Le soutien total de plus de 10 trillions de yens, c'est le gouvernement national qui l'assume, et non juste TEPCO. Selon ce qui est dit, cela ne va couvrir que la moitié du montant du démantèlement et de la décontamination.

Si le Japon avait dû imprimer de l'argent en grande quantité pour le dépenser, cela aurait dû être après mars 2011. Il ne l'a pas fait. Le gouvernement du parti démocrate, que ce soit avec Naoto Kan ou Yoshihiko Noda, était trop occupé à faire porter le chapeau de l'accident sur TEPCO et à chercher des solutions bon marché. Ils ont sûrement trouvé la moins chère des solutions : parler.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.