Bistro Bar Blog

samedi 28 décembre 2013

Découvertes archéologiques dissimulées (1/3)

Par des autorités archéologiques, comme la célèbre Institution Smithsonian, gérée par le gouvernement fédéral américain. L'appellation de cet organisme, basé à Washington, vient du nom du généreux donateur britannique James Smithson qui aurait légué au 19ème siècle plus de 500.000 dollars aux États-Unis d'Amérique. Il est curieux que ce Smith n'ait jamais mis les pieds là-bas...

Le site internet du Smithsonian est ICI.

Bref, on pourrait donner à cet article (édité en 3 parties) de David Childress  (né en 1957 en France, vit aux US, auteur de nombreux livres comme "la technologie des dieux"), qui révèle la présence possible de populations égyptiennes en Arizona, le sous-titre de "Smithsoniangate".

Première partie

Dissimulations archéologiques ?


Par David Hatcher Childress

Qui contrôle le passé, contrôle le futur. Qui contrôle le présent, contrôle le passé.
George Orwell, 1984

Nous avons presque tous en mémoire la dernière scène du film populaire sur les aventures archéologiques d'Indiana Jones, Les Aventuriers de l'Arche Perdue, où un important artefact historique, l'Arche d'Alliance du temple de Jérusalem est enfermée dans une caisse et placée dans un gigantesque entrepôt, invisible pour toujours, empêchant ainsi toute réécriture des livres d'histoire et toute remise en question des cours donnés par les professeurs d'histoire sur les quarante années précédentes.

Bien que le film soit une fiction, la scène pendant laquelle l'ancienne relique est enterrée dans l'entrepôt est désagréablement proche de la réalité pour de nombreux spécialistes de la recherche. Pour ceux qui enquêtent sur les allégations de dissimulations archéologiques, il existe des indications perturbantes sur le fait que l'institut archéologique le plus important des USA, l'Institut Smithsonian, agence fédérale indépendante, aurait sérieusement supprimé certaines découvertes archéologiques américaines les plus intéressantes et les plus importantes.

Le Vatican a été longtemps accusé de conserver des artefacts et d'anciens livres dans ses vastes sous-sols sans permettre au monde extérieur d'y accéder. Ces trésors secrets, de nature souvent controversée sur le plan historique ou religieux, auraient été supprimés par l'Église catholique parce qu'ils pouvaient nuire à la crédibilité de l'église ou mettre peut-être en doute leurs textes officiels. Il y a malheureusement des preuves que quelque chose de très semblable se soit produit avec l'Institut Smithsonian.

Le Smithsonian a été créé en 1829 lorsqu'un britannique excentrique, du nom de James Smithson, mourut en laissant 515.169 $ pour créer une institution "en vue d'un accroissement de la connaissance et de sa diffusion parmi les hommes". Des preuves indiquent, hélas, que le Smithsonian s'est montré depuis un siècle plus actif à supprimer la connaissance...qu'à la diffuser.

La dissimulation et la suppression de preuves archéologiques auraient commencé fin 1881 quand John Wesley Powell, archéologue rendu célèbre pour son exploration du Grand Canyon, nomma Cyrus Thomas comme directeur de la Section des Tumulus du Bureau d'ethnologie de l'institut Smithsonian.

Quand Thomas arriva au Bureau d'ethnologie il,

"croyait fermement à l'existence d'une race de bâtisseurs de tumulus [Mound Builders], différente de la race amérindienne."


Un exemple de "tumulus", ici celui de Monks Mound en Illinois

John Wesley Powell, directeur du Bureau d'Ethnologie, qui avait une grande sympathie pour les amérindiens, ayant vécu dans sa jeunesse plusieurs années avec les paisibles indiens Winnebago du Wisconsin, pensait que l'idée d'amérindiens primitifs et sauvages était malhonnête.

Le Smithsonian commença à répandre l'idée que les amérindiens, en cours d'extermination à cette époque avec les guerres indiennes, descendaient de civilisations avancées et étaient dignes de respect et de protection. Ils mirent aussi en route un programme de suppression de toute preuve archéologique qui accréditait l'école de pensée connue comme le Diffusionnisme, école qui croyait qu'il y avait eu au cours de l'histoire une large dispersion de la culture et de la civilisation via des contacts par mer et par les routes commerciales majeures.

Le Smithsonian opta pour l'école opposée, connue comme l'Isolationnisme. L'Isolationnisme soutient que la plupart des civilisations sont isolées les unes des autres et qu'il n'y a eu que très peu de contact entre elles, surtout celles séparées par des océans. Pendant cette guerre intellectuelle qui démarra dans les années 1880, on proclamait que même le contact entre les civilisations des vallées de l'Ohio et du Mississippi était rare, et que ces civilisations n'avaient forcément aucun contact avec des civilisations avancées comme celles des mayas, des toltèques ou des aztèques au Mexique et en Amérique centrale.

Selon les normes de l'Ancien Monde c'est une idée extrémiste et même ridicule, sachant que le système fluvial débouchait dans le golfe du Mexique et que ces civilisations étaient très proches de la rive opposée du golfe. C'est comme si on disait que les cultures de la région de la Mer Noire ne pouvaient avoir de contact avec la Méditerranée.

Quand on examina le contenu de nombreux tumulus et pyramides du Midwest, il fut démontré que l'histoire des vallées du Mississippi était celle d'une culture ancienne et sophistiquée qui avait été en contact avec l'Europe et d'autres pays. De plus, le contenu de plusieurs tumulus révélait des sépultures d'hommes très grands, mesurant parfois jusqu'à 2,30 m, en armure avec des épées et entourés parfois de grands trésors.

Quand le Spiro Mound d'Oklahoma fut mis au jour dans les années 1930, par exemple, un homme de grande taille en armure fut découvert avec un coffret de milliers de perles et autres artefacts, le plus important trésor documenté jusqu'ici. L'origine de l'homme en armure est inconnue et il y a tout lieu de penser qu'il fut emmené au Smithsonian.

Lors d'une conversation privée avec un chercheur en histoire bien connu (qui restera anonyme), j'ai appris qu'un ancien employé du Smithsonian, qui a été renvoyé pour avoir défendu le point de vue diffusionniste des Amériques (c'est à dire l'hérésie disant que d'anciennes civilisations ont pu visiter les rives de l'Amérique du nord et du sud pendant les nombreux millénaires précédant l'arrivée de Colomb), affirmait que le Smithsonian avait à une époque envoyé une barge remplie d'artefacts étranges en Atlantique et qu'ils ont été largués dans l'océan.

Bien que l'idée d'une dissimulation par le Smithsonian de découvertes archéologiques de valeur soit difficile à accepter par certains, il existe, malheureusement, un grand nombre de preuves suggérant qu'il a délibérément dissimulé et "perdu" des reliques archéologiques importantes. La lettre d'information Stonewatch de la société Gungywamp du Connecticut, qui fait des recherches sur les sites mégalithiques en Nouvelle-Angleterre, proposait une curieuse histoire dans son numéro de l'hiver 1992 à propos de la découverte en 1892 de cercueils de pierre en Alabama qui furent envoyés à l'institut Smithsonian et par la suite "perdus".

Selon la lettre d'information, le chercheur Fredérick J. Pohl écrivit en 1950 une lettre intrigante au Dr T.C. Lethbridge, un archéologue britannique.

La lettre de Pohl déclarait :
"Un professeur de géologie m'a envoyé un retirage de l'Institut Smithsonian d'un livre intitulé "La grotte sépulture de Crumf" de Frank Burns, d'après un rapport du National Museum de 1892. Dans cette grotte (accessible par le fleuve) ont été trouvés des cercueils de bois évidés par le feu à l'aide de ciseaux de pierre ou de cuivre. Huit de ces cercueils ont été emportés au Smithsonian. Ils mesuraient environ 2,30 m de long sur 45 cm de large et 18 cm de profondeur. Les couvercles étaient ouverts."

J'ai écrit récemment au Smithsonian et j'ai reçu le 11 mars une réponse du conservateur en chef du département d'anthropologie. Il disait "Nous n'avons pu retrouver les spécimens dans nos collections, bien que les archives montrent qu'ils sont bien arrivés.

David Barron, président de la société Gungywamp fut finalement avisé en 1992 par le Smithsonian que les cercueils étaient en fait des auges en bois et qu'on ne pourrait pas les voir parce qu'ils étaient stockés dans un entrepôt contaminé par de l'amiante. Cet entrepôt devait être fermé pendant les dix prochaines années et personne n'y était autorisé sauf le personnel du Smithsonian !

Ivan T. Sanderson, zoologue de renom, raconta un jour une curieuse histoire sur une lettre qu'il a reçue concernant un ingénieur basé sur l'île Aléoutienne de Shemya pendant la seconde guerre mondiale. Pendant la construction d'une piste d'atterrissage, son équipe passa au bulldozer un groupe de collines et découvrit sous plusieurs couches sédimentaires ce qui semblait des restes humains. Le tumulus Alaskan était en fait un cimetière de squelettes humains gigantesques, constitué de boites crâniennes et d'os longs de la jambe.

Les crânes mesuraient de 56 à 61 cm de la base jusqu'au sommet. Le crâne d'un adulte mesurant normalement environ 20 cm d'arrière en avant, un crâne aussi grand impliquerait une taille immense pour un humain normalement proportionné. De plus, tous les crânes avaient été trépanés avec précision (procédé de découpe d'un trou dans la partie supérieure du crâne).

En fait, l'habitude d'aplatir le crâne des nouveaux-nés et de l'obliger à grandir en prenant une forme allongée était une pratique qu'utilisaient les anciens péruviens, mayas et les indiens Tête Plates du Montana. Sanderson tenta de rassembler d'autres preuves, il reçut finalement une lettre d'un autre membre de l'unité qui continuait le compte-rendu. Les lettres indiquaient toutes que l'institut Smithsonian avait réuni les restes, puis plus aucune nouvelle. Sanderson semblait convaincu que le Smithsonian avait reçu les bizarres reliques, mais il se demandait pourquoi ils ne publiaient pas les données.

Il demande,
"...serait-ce que ces gens ne peuvent faire face à la réécriture de tous les livres ?"

En 1944 une découverte accidentelle d'une nature encore plus controversée fut faite par Waldemar Julsrud à Acambaro, au Mexique. Acambaro se situe dans l'état de Guanajuato, à 280 km au nord-ouest de Mexico. Un étrange site archéologique y rassemblait plus de 33.500 objets de céramique et de pierre, dont du jade et des couteaux en obsidienne (plus aiguisé que l'acier et toujours en usage aujourd'hui pour la chirurgie cardiaque). Julsrud, commerçant local reconnu, trouva aussi des statues d'une taille allant de moins de 2 cm jusqu'à 1,80 m, représentant de grands reptiles, certains d'entre eux associés activement aux humains – en général en train de les manger, mais sur certaines bizarres statuettes il y avait l'indication d'une association érotique. Pour les observateurs une bonne partie de ces nombreuses créatures ressemblait à des dinosaures.

Jalsrud a entassé cette collection dans douze pièces de sa résidence. On y trouvait de surprenantes représentations de personnages négroïdes, orientaux et de caucasiens barbus avec des rappels de motifs égyptiens, sumériens et d'autres anciennes civilisations, ainsi que des représentations de Bigfoot et de créatures aquatiques monstrueuses, mélanges bizarres mi-humain mi-animaux, et une foule d'autres créations inexplicables. Des dents d'un cheval de l'ère glaciaire, le squelette d'un mammouth et plusieurs crânes humains furent découverts sur le même site que celui des artefacts en céramique.

Une datation au radiocarbone dans les laboratoires de l'université de Pennsylvanie et des tests supplémentaires par thermoluminescence de datation des poteries furent réalisés pour déterminer l'âge des objets. Les résultats indiquèrent que les objets avaient été fabriqués il y a environ 6500 ans, aux alentours de – 4500. Une équipe d'experts d'une autre université ayant vu une demi-douzaine d'échantillons de Jalsrud mais ne connaissant pas leur origine, éliminèrent la possibilité qu'ils pouvaient être des reproductions modernes. Ils devinrent cependant silencieux quand on leur parla de leur origine controversée.


Traduit par Hélios

À SUIVRE

3 commentaires:

  1. Le Smithsonian Institute a aussi activement participé à l’enterrement des découvertes de Tesla, et à la promotion à la place pour la postérité des noms de ceux qui lui avaient volé ses découvertes pour s’enrichir. Tesla ne figure même pas de le Livre des Inventions publié par ce pseudo institut.
    http://www.bibliotecapleyades.net/tesla/lostjournals/lostjournals00.htm
    Mais le Smithsonian n’étant qu’une des agences du NWO, pas étonnant qu’il soit l’un des trous noirs du système de contrôle. Tous les domaines de la Connaissance ont depuis longtemps leurs spécialistes du trou noir.

    Ce qui est étonnant par contre, c’est l’idée persistante que les civilisations qui nous ont précédé n’auraient eu d’autres moyens que les mers et les terres pour se déplacer.
    Et les airs ? Et les ondes ?
    Il n’y a aucun mystère en réalité sur les civilisations anciennes, sauf le mystère qui est fabriqué de toutes pièces.
    Quand va-t-on déclarer la vérité sur le fait que notre civilisation a été délibérément isolée, ramenée en arrière et retenue arriérée, et pour quelles raisons ?

    Mais s’il était si important depuis si longtemps de nous cacher les découvertes de notre ère + les restes de nos anciennes civilisations, soit par destruction des artefacts, recouvrement des sites, falsification des livres, soit par "sons et lumières" cosmiques et terrestres, n’est-ce pas parce que le moindre accès à Connaissance nous rendrait libres et ingérables par nos pseudo « maîtres » ?

    Joyeuses fêtes à tous, dans l'euphorie !
    Brigitte

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.