Bistro Bar Blog

dimanche 15 décembre 2013

Bienvenue au "trou de mémoire" (1/2)


Après le précédent article sur l'incitation au numérique chez nos enfants, voici un article qui fait le tour des méthodes pour nous donner des "trous de mémoire".

1984 a servi de mode d'emploi : bienvenue au Trou de Mémoire*




Global Research, 4 décembre 2013

Par Peter Van Buren


Autrefois, on aurait pu dire que quelqu'un "disparaissait". Mais dans les années 70 en Argentine, au Chili et ailleurs, ce verbe a pris une tournure plus inquiétante sous sa forme passive. Un homme ou une femme ne "disparaissait" plus, mais on le ou la "faisait disparaître" – ce fut le cas avec l'armée pour plus de 30.000 argentins de leur propre pays au cours des luttes intestines qu'on appela par la suite "la guerre sale". On parlait d'eux comme les "desaparecidos" (disparitions forcées).
Il n'y a rien d'aussi profondément répugnant au plan moral que de faire disparaître un autre être humain, peu importe comment, où, et pourquoi c'est fait. Pourtant dans l'Amérique du XXIème siècle, il est possible de faire disparaître des gens de manière nouvelle et innovante "online" (sur internet), comme le suggère Peter Van Buren, ancien informateur et dénonciateur du département d'état, dans son dernier article.

Et s'il était prévu de faire disparaître Edward Snowden ? Non, je ne suggère pas une nouvelle tentative d'extradition par la CIA, ni une théorie de la conspiration sur qui-a-tué-Snowden, mais quelque chose d'un genre plus sinistre.


Et si tout ce qu'un dénonciateur avait exposé pouvait simplement être appelé à disparaitre ? Et s'il était prévu que tous les documents de la NSA publiés par Snowden, toutes les interviews qu'il a données, toutes les traces documentées sur l'état de sécurité nationale puissent disparaître en temps réel ? Et si la publication même de telles révélations pouvait s'avérer un effort stérile ?

Suis-je en train de suggérer l'intrigue du roman de George Orwell écrit au siècle dernier ? Presque. Comme nous sommes à deux doigts d'un monde totalement numérique, de telles choses peuvent devenir bientôt possibles, non pas en tant que science-fiction mais dans le monde réel – et juste en appuyant sur une touche. En fait, les tout derniers prototypes d'un nouveau genre de "disparition" ont déjà été testés. Nous n'avons jamais été aussi près d'une choquante réalité dystopique qui a pu servir dans le passé de matériau à des romans futuristes. Bienvenue au trou de mémoire.



Même si un futur gouvernement franchissait la dernière limite du monde actuel et assassinait simplement les nouveaux dénonciateurs, d'autres apparaîtraient toujours. Pourtant en 1948, dans son sinistre roman 1984, Orwell suggérait une solution bien plus diabolique au problème. Il évoquait un dispositif technologique pour le monde de Big Brother qu'il appelait "le trou de mémoire". Dans son sinistre avenir, des armées de bureaucrates, travaillant pour ce qu'il surnommait sardoniquement le Ministère de la Vérité, passaient leur vie à effacer ou transformer des documents, les journaux, les livres pour créer une version acceptable de l'histoire. Quand une personne tombait en disgrâce, le Ministère de la Vérité l'envoyait avec toute la documentation qui s'y rapportait vers le trou de mémoire. Toute anecdote ou article où était noté ou enregistré d'une manière ou d'une autre un élément de sa vie était modifié pour éradiquer toutes trace d'elle.


Dans le monde pré-numérique d'Orwell, le trou de mémoire était un aspirateur dans lequel les documents périmés disparaissaient matériellement pour toujours. Le fait de modifier les documents existants et d'évacuer les autres garantissait qu'un soudain réveil par l'ensemble des ennemis et coalitions ne poserait pas de problèmes pour les gardiens de Big Brother. Dans le monde qu'il imaginait, le présent était, avec ces armées de fonctionnaires, ce qu'il avait toujours été – et il y avait ces documents altérés pour le prouver et rien pour contredire d'incertains souvenirs. Toute personne exprimant des doutes sur la vérité de l'époque présente serait, en vertu de la rubrique des "crimes de pensée" marginalisée ou éliminée.


Gouvernement et censure numérique sociale


Pour la plupart d'entre nous, infos, livres, musique, émissions de TV, films et communications en tous genres nous parviennent par voie électronique. À l'heure actuelle, les bénéfices publicitaires de Google sont supérieurs à ceux de tous les médias américains imprimés réunis. Même le vénérable Newsweek ne publie plus d'édition papier. Et dans ce monde numérique, un certain genre de "simplification" est en cours d'exploration. Chinois, iraniens et d'autres pays mettent, par exemple, déjà en œuvre des stratégies de filtrage du web pour bloquer l'accès aux sites et aux données en ligne désapprouvés par leur gouvernement. Idem pour le gouvernement américain (même si c'est parfois en vain) qui bloque l'accès des ordinateurs de travail – et non ceux à la maison, pour l'instant, de ses employés, au site Wikileaks et aux documents d'Edward Snowden.

La Grande-Bretagne va cependant franchir bientôt une étape importante en décidant ce qu'un citoyen privé peut voir sur le web, même chez lui. Avant la fin de l'année, presque tous les utilisateurs d'internet auront l'option d'un système conçu pour filtrer et éliminer la pornographie. Par défaut, un contrôle bloquera aussi l'accès à un "contexte violent", à du "contenu extrémiste et relatif au terrorisme", aux sites sur "l'anorexie et les troubles du comportement alimentaire" et "aux sites en lien avec le suicide". Le filtre bloquera aussi "le matériel ésotérique", bien qu'un groupe de défense des droits basé en Grande-Bretagne dise que le gouvernement doit encore éclaircir ce que cette catégorie inclura [traduire : on gardera des éléments de la propagande new-âge utiles à l'agenda, NdT].


Et les formulations de censure d'internet encouragées par le gouvernement sont en cours de privatisation. De nouveaux produits commerciaux génériques prouvent qu'une organisation n'a pas besoin de s'appeler NSA pour bloquer un contenu. Par exemple, la société de sécurité internet Blue Coat est un leader national dans le domaine et un exportateur majeur de ce type de technologie. Elle peut facilement mettre sur pied un système pour surveiller et filtrer toutes les applications internet, en bloquant des sites au moyen de leurs adresses, mot-clés ou même leur contenu. Le logiciel Blue Coat est utilisé entre autres par l'armée US pour contrôler ce que ses soldats regardent pendant leurs missions à l'étranger et par les gouvernements répressifs de Syrie, d'Arabie saoudite et de Myanmar (Birmanie) pour empêcher l'intrusion d'idées politiques extérieures.


Recherche Google...


En un sens, le moteur de recherche Google fait déjà "disparaître" du matériel. Pour l'instant Google joue au gars sympa avec les dénonciateurs. Une rapide recherche (0,22 seconde) déroule plus de 48 millions d'entrées sur Edward Snowden, la plupart portant sur ses documents fuités de la NSA. Certains sites présentent les documents eux-mêmes, toujours étiquetés comme "Top Secret". Il y a moins d'un an, il fallait faire partie de l'un des groupes à accès restreint au gouvernement ou être en lien contractuel pour voir de telles choses. Aujourd'hui, tout a été répandu sur le web.


Google – et comme il est le moteur de recherche numéro un sur la planète, je le garderai comme nom de référence pour tous les moteurs de recherche, même ceux pas encore inventés – est étonnant à cet égard et ressemble à une énorme machine de diffusion et non de suppression des informations. Mettez n'importe quoi sur le web et il est probable que Google le trouve rapidement et l'ajoute dans les résultats de recherche mondiaux, parfois en quelques secondes. Comme la plupart des gens ne déroulent que rarement au-delà des premiers résultats, en faire disparaître prend déjà une autre signification sur le net. Il ne faut pas plus de temps pour que Google vous remarque. Mettre en place ce que vous postez suffisamment haut sur sa page de résultats pour que ce soit remarqué est ce qui compte maintenant. Si votre travail est le numéro 47.999.999 pour des résultats sur Snowden, c'est comme si ça n'existait pas, comme si ça avait disparu. Pensez à cela comme à un point de départ sur les manifestations plus importantes de disparition qui se feront sans aucun doute dans l'avenir.


Cacher quelque chose aux utilisateurs en reprogrammant les moteurs de recherche est l'une des sombres étapes à venir. Une autre est de supprimer carrément un contenu, processus aussi simple que de transformer le code du processus de recherche de l'ordinateur en quelque chose d'abusif. Et si Google refuse de mettre en œuvre le changement vers des "recherches négatives", la NSA, qui apparaît déjà capable d'accéder à Google, peut implanter sa propre version de code malveillant comme cela a déjà été fait au moins 50.000 fois.


Mais peu importe l'avenir : voici comment une stratégie de recherche négative fonctionne déjà, même si aujourd'hui son but – en grande partie les pédophiles – est assez facile à accepter. Google a récemment introduit un logiciel qui rend plus difficile aux utilisateurs de localiser du matériel sur des abus sur enfants. Comme l'expose le directeur de la société, Eric Schmidt, Google Search a été adapté pour supprimer les résultats de plus de 100.000 termes utilisés par des pédophiles pour regarder de la pornographie infantile. Maintenant, par exemple, quand les utilisateurs tapent une recherche sur ce qui peut se rapporter à des abus sexuels sur enfants, ils ne trouveront aucun résultat qui soient reliés à du contenu illégal. À la place, Google les redirige directement vers des sites d'aide et de conseils. "Nous lancerons bientôt ces changements en plus de 150 langues, l'impact sera donc vraiment mondial", écrivait Schmidt.

 
* Un passage de 1984 d'Orwell où il mentionne le "trou de mémoire" :

"Dès qu’il avait fini de s’occuper de l’un des messages, Winston agrafait ses corrections phonoscriptées au numéro correspondant du Times et les introduisait dans le tube pneumatique. Ensuite, d’un geste autant que possible inconscient, il chiffonnait le message et les notes qu’il avait lui-même faites et les jetait dans le trou de mémoire afin que le tout fût dévoré par les flammes.

Que se passait-il dans le labyrinthe où conduisaient les pneumatiques ? Winston ne le savait pas en détail, mais il en connaissait les grandes lignes. Lorsque toutes les corrections qu’il était nécessaire d’apporter à un numéro spécial du Times avaient été rassemblées et collationnées, le numéro était réimprimé. La copie originale était détruite et remplacée dans la collection par la copie corrigée."

Traduit par Hélios

À suivre...

14 commentaires:

  1. J'écoutais ce matin l'allocution du 12 décembre de Laurent louis devant le parlement belge. En regard de cet article, voilà une énième démonstration des stratagèmes du Système à vouloir faire avaler au plus grand nombre la "pilule bleue": "on lutte contre la pédophilie, on lutte contre le terrorisme: on vous surveille, on censure mais c'est pour pour votre bien".
    Je pense que la destruction de la bibliothèque d'Alexandrie est un des plus anciens exemples de cette technique.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent Hélios, merci de faire ici la connexion avec l'article de Pièces et main d'oeuvre :
    le Peuple de la Terre est en train de retrouver son Esprit, d'exercer sa capacité à voir tout ce qui est d'une manière panoramique et non plus linéaire et fragmentaire, et à comprendre les liens entre les événements. Ce qui semblait réservé aux autistes jusqu'ici...
    Il assemble les morceaux du puzzle en trois dimensions, sans cesse en mouvement. Il s'aperçoit qu'il n'est pas débordé par les informations, qu'il sait les hiérarchiser et les intégrer.
    L'évolution est palpable, elle s'accélère.

    Peuple de la Terre, si tu te souviens des photos avec le père noël et du consentement, alors tu sais que tu ES le système de contrôle.

    Merci,
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Merci.
      Vous l'avez montré ,j'ai vu sur ces photos que le regard des tout petits étaient terrorisés (?), effrayés (?)...Je m'interroge sur le qualificatif.
      Alors que le regard des plus grand exprime ce "poignant" phénomène (j'avais écrit phénomème) d’auto-domestication...Je ne trouve pas mes mots pour préciser les émotions car il y' en a trop ...
      Genre?
      Essayer d'être gentil comme on nous l'a dit?
      souvenirs:
      "tu vas voir , tu vas aller dans un endroit super ou y'a plein d'enfants..."
      si crédule, essayant toute la vie de croire que c'était vrai...
      Gloups...la taille de la pilule^^
      A toutes à tous merci,
      je trouve souvent dans les articles du Bistrot Bar Blog et dans les commentaires
      un soutient, une réponse aux questions qui me préoccupent, comme par synchronicité.
      :)
      Virginie

      Supprimer
    2. "j'ai vu sur ces photos que le regard des tout petits étaient terrorisés (?), effrayés (?)"
      Oui Virginie, ils étaient effarés : leurs parents, les êtres dont ils étaient totalement dépendants pour aimer, être aimés et se construire, et en qui ils avaient besoin d'avoir toute confiance, étaient prêts à les mettre en danger, à les "vendre" au mensonge collectif.
      Le regard de ces tout-petit semblait désespéré de vivre une si précoce trahison.

      Avez-vous vu les articles traduits par Hélios sur Carly
      http://bistrobarblog.blogspot.fr/2013/12/la-voix-interieure.html
      et un autre http://bistrobarblog.blogspot.fr/2013/12/lesprit-au-dessus-de-tout.html
      ?
      C'étaient deux articles dont je voulais vous donner des citations dans de nouveaux épisodes du dossier en plusieurs parties que vous m'avez demandé sur "notre pouvoir". Il y en a d'autres et je les apporterai dès que je pourrai.

      Brigitte

      Supprimer
    3. Bonjour
      Oui je les ai bien vus et je vous en remercie.

      J'avais appelé le résultat de ce phénomène d'auto-domestication le conditionnement intégré. Ceci dit il peut s'agir plus , ou autant une imprégnation du bébé dans l'eau du bain que d'une auto-domestication consciente. L’auto domestication est elle,de toutes façons encouragée et valorisée comme une vertu , voire un art, le self control?

      http://retraitbaseeleves.wordpress.com/autres-fichiers-de-len/livret-de-competences/

      http://retraitbaseeleves.files.wordpress.com/2010/07/du-marche-du-travail-au-marche-des-travailleursv2.pdf

      dans le cadre de la normalisation européenne des critères d'évaluation des élèves, les compétences valorisées sont elles de type "obéir à une consigne" "respecter la consigne " "comprendre une instruction donnée" , "arriver à l'heure" ?

      J'avais plutôt l'âge des plus grands lors de la photo avec le père Noël, je me souviens bien de ce regard qui cloche.Et notre échange a fait ressurgir le souvenir de ce que j'ai ressenti juste avant la photo, du dégoût pour ce gros personnage rouge et suant ,qui n'avait rien du père Noël, et sans doute de la peur et le terrible manque d'envie d'aller sur ses genoux.
      C'est peut être pour ça que beaucoup de gens sont tendus et nerveux aux moment de Noël, parce qu'il ne se sont pas mis en colère ce jour là....sentir leur énervement et leur tension me tend et m'énerve...
      mais peut être que ces éclaircissements sur cette période vont laisser libre de la passer avec plus de sérénité.


      :)
      Virginie



      Supprimer
    4. "Ceci dit il peut s'agir plus , ou autant une imprégnation du bébé dans l'eau du bain que d'une auto-domestication consciente."
      Oui Virginie bien sûr, il y a des bébés qui se confondent eux-mêmes avec l'eau de leur bain, et leur auto-domestication n'est pas consciente. Mais à partir d'un certain niveau d'information, la conscience est un choix.

      Ceux qui refusent de choisir la conscience vouent donc, par projection, l'ensemble de leurs semblables à la destruction, au motif qu'ils sont eux-mêmes une espèce néfaste à l'Homme et qu'ils ne veulent pas voir pourquoi des Humains différents d'eux ne seraient pas néfastes à leur espèce.

      Qu'ils aient choisi la non-conscience ne les excuse en rien. Ils fonctionnent dans le même système que les prédateurs de l'Humanité : privatisation des profits, mutualisation des pertes. Ils sont leurs alliés objectifs.

      "le souvenir de ce que j'ai ressenti juste avant la photo, du dégoût pour ce gros personnage rouge et suant ,qui n'avait rien du père Noël"
      Le dégoût pour le FAUX, pour le mensonge, le CONSENTEMENT, c'est ce qui montre que les enfants naissent structurés avant qu'on les oblige à se conformer au mensonge* par "l'éducation".

      "C'est peut être pour ça que beaucoup de gens sont tendus et nerveux aux moment de Noël"
      Beaucoup de gens sont tendus au moment de Noël, parce que même s'il n'y avait pas le dégoût d'un gros pantin rouge à surmonter, il y avait dans leur enfance à cette époque de l'année assez de FAUX, de CONSENTEMENT à surmonter, assez d'espoirs simples et d'amour déçus pour ne plus avoir envie de revivre Noël.

      Combien d'enfants ont demandé un cadeau simple dont ils rêvaient au plus profond d'eux pour créer des merveilles, et ont reçu à la place un Ersatz clinquant et jetable, n'ayant rien à voir avec leur projet de création ?

      Je peux vous citer entre mille l'exemple d'un enfant qui avait demandé de la terre à modeler, car il voulait faire des sculptures et de la poterie. Pas assez cher sans doute, emballage trop simple, standing pas assez haut pour récolter l'approbation sociale. Bref, demande pas jugée digne de donner lieu à un cadeau.
      Cet enfant a reçu à la place un "kit" contenant un sac de plâtre à couler, et un jeu de moules Disney en latex.
      Cet exemple réveillera sans doute bien des souvenirs. Il importe seulement de nous en réparer ensuite.

      Brigitte
      * ça ne marche pas à tous les coups, c'est ce qu'on va découvrir bientôt avec une certaine catégorie d'autistes.

      Supprimer
    5. Voilà que le père Noël se retrouve même en plein milieu du trou de mémoire ! Cela témoigne effectivement de traumatismes inoubliables qui semblent surtout avoir affecté les plus jeunes générations. Quelle chance pour les plus anciens qui ne l’ont connu par ouï-dire.

      Personnellement, je n'avais rencontré qu’une fois le père Noël « en chair et en os » lors d’un spectacle au jardin d’enfants où je devais réciter un poème devant lui, ce qui m’a laissé surtout le souvenir d’une première expérience de trac.

      Sinon, je ne me souviens pas d’avoir jamais cru aux mystifications des adultes. Cela me semblait un jeu un peu stupide de leur part, mais je m’y prêtais pour ne pas gâcher leur plaisir.


      Quant aux cadeaux, la fameuse liste pour le père Noël n’existait pas encore ; les enfants recevaient ce que les parents arrivaient à leur offrir. Et c’était d’une modestie qui me faisait de la peine pour eux qui ne pouvaient pas faire autrement. Plus tard, les psychologues disaient de cette époque : génération sacrifiée, privée d’enfance, prématurément responsabilisée, etc., etc., avec des séquelles impossibles à surmonter.

      Eh bien, je trouve malgré tout que j'ai eu de la chance par rapport aux enfants d'aujourd'hui. Ainsi, je comprends votre refus. Depuis que j’ai assisté à des Noëls qui n’étaient qu’un concours de cadeaux offerts par les grands-parents, parents et le reste de la famille, avec des enfants pleurnichards qui disparaissaient, couvés par leur regard, sous les montagnes de jouets, je ne veux pas de ce Noël non plus.

      Quel gâchis !

      Supprimer
    6. bonsoir

      http://bistrobarblog.blogspot.fr/2012/07/lempathie.html

      "Beaucoup de gens sont tendus au moment de Noël, parce que même s'il n'y avait pas le dégoût d'un gros pantin rouge à surmonter, il y avait dans leur enfance à cette époque de l'année assez de FAUX, de CONSENTEMENT à surmonter, assez d'espoirs simples et d'amour déçus pour ne plus avoir envie de revivre Noël."
      on se retrouve dans la famille, le creuset de ce conditionnement la première caverne",avec le voeu pieux de passer un bon moment ensemble, on se voit si peu...
      en plus c'est pour célébrer la naissance de l'enfant, et cet enfant , c'est symboliquement nous même...et là on se retrouve entre nous , avec toutes ces émotions refoulées et donc même plus,donc, réprimées, auto contrôlées,domestiquées qui ont pu disparaître dans l'inconscient au fil des années , à chaque âge..pour chaque membre de la famille réunie...
      tout se retrouve sur la table car difficile de faire table rase d'un passé que l'on a oublié, nié, déformé ..celui qui est supposé endosser le rôle du mouton noir, cheveu dans la soupe,empêcheur de tourner en rond, cinquième roue du carosse (la roue de secours) refuse d'incarner son rôle et c'est justement en se révoltant contre celui ci qu'il l'endosse..il y'a des familles qui se disputent à chaque fois qu'ils se retrouvent...
      et si Noël, c'était l'espoir déçu que nos voix intérieures se rencontrent et se réjouissent,comme des enfants?comme vous le dites espoirs simples et amours déçus?

      mais quid de la voix intérieure justement, croyez vous que tout le monde puisse l'entendre,ou que certains puissent en être coupés?
      et s'ils sont coupés de leur voix intérieure, celle ci est elle celée quelque part dans l'inconscient?
      ceux qui ne veulent pas l'entendre finissent ils par devenir "sourds"?

      "Je fais le pari que le jour est proche où les Humains par vagues entières se mettront à voir ce qu’ils veulent connaître : ce jour arrivera dès qu’ils prendront conscience que le système de contrôle, c’est eux, et que le pouvoir d’inverser la direction et de changer le monde est entre leurs mains."
      j'en parlais à une petite commerçante qui me contait les peurs pour 2014.
      quand on parle individuellement avec les gens ,on a l'air tous d'accord pour dire que c'est révoltant, elle l'a remarqué elle aussi.
      elle m'a dit qu'on serait obligés d'arrêter car qu'on allait dans le mur,et je lui ai répondu que la plupart des gens qui font des rêves éveillés,la première chose qu'il font, c'est d'essayer de traverser les murs...alors que je n'en sais rien, ce qu'ils font en rêve...si ça se trouve c'est n'importe quoi.
      un peu hors sujet, mais
      si tout est lié, tout est dans le sujet .
      :)
      Virginie


      Supprimer
    7. Oui Virginie, c’est vrai tout est lié, rien de notre vision « panoramique » n’est hors sujet ici. Une association, une image qui nous vient spontanément* en écho à une première image entendue ou vue « par hasard » est bien souvent l’un des aspects de cette image, un autre sens de cette image vu sous un autre angle ou sur un autre plan. Ou sous de multiples angles et sur de multiples plans.

      Et c’est le fait de parler comme cela en images tout naturellement qui nous rappelle notre capacité d’exprimer en quelques mots plusieurs aspects à la fois d’une même idée, plusieurs ramifications, plusieurs sens et implications d’un même concept.
      C’est le langage le plus proche de notre langage universel, qu’on appelle ici « la télépathie », mais qu’on peut aussi appeler « voix intérieure ».

      « elle m'a dit …qu'on allait dans le mur,et je lui ai répondu que la plupart des gens qui font des rêves éveillés, la première chose qu'il font, c'est d'essayer de traverser les murs »
      • L’image est très juste en tout cas.
      Ils traversent les murs de leur corps physique et de leur mental, et ainsi ils sortent de ce qu’on appelle ici « le temps », cette construction artificielle inventée pour nous enfermer dans la linéarité, la matérialité (ou nous inciter à en sortir), et dans une « histoire » officielle complètement fausse puisque réécrite sans cesse selon les besoins des « dominants » (ou nous obliger à nous souvenir que nous sommes des dominants), déjà bien avant le « trou noir » d’Orwell.

      « mais quid de la voix intérieure justement, croyez vous que tout le monde puisse l'entendre,ou que certains puissent en être coupés? »
      • Ceux qui ne font pas la démarche délibérée de « traverser les murs » de la Matrice, la paroi du bocal, pour regarder à l’extérieur de cette illusion qu’on appelle « le monde », sont coupés de leur voix intérieure par leur propre choix.
      Ils ont besoin d’aller dans le mur et il s’y emploient activement : c’est leur seule chance d’entendre leur voix intérieure… et ils entraînent les autres avec eux dans le mur.

      « ceux qui ne veulent pas l'entendre finissent ils par devenir "sourds"? »
      • Oui Virginie, sourds et aveugles : de parfaits robots dont rêvent les prédateurs de l’Humanité pour maintenir en esclavage le reste de l’espèce. Et la surdité étant rétribuée par de nombreuses récompenses, ils sont peu enclins à en sortir.

      « et s'ils sont coupés de leur voix intérieure, celle ci est elle celée quelque part dans l'inconscient? »
      • Je me méfie de ce fourre-tout qu’on appelle « l'inconscient ». Notre voix intérieure s’exprime partout, de multiples façons, elle s’affiche dans des messages écrits sur les murs, s’entend dans les paroles d’une chanson, se ressent dans le mouvement et les sons d’une musique, jaillit dans un cauchemar ou un rêve, se traduit par une maladie...
      Notre voix intérieure remue ciel et terre pour se faire entendre de nous, elle nous entoure en permanence, nous baignons dedans. Notre voix intérieure est un choix : c’est nous qui décidons si nous l’entendons ou pas.

      D’autres Humains peuvent entendre la voix intérieure des sourds, et leur répondre, sans imaginer que les sourds ne veulent pas l’entendre. Cela nous arrive souvent quand nous sommes enfants. Tant que nous n’avons pas compris ce qu’est le consentement.

      « et si Noël, c'était l'espoir déçu que nos voix intérieures se rencontrent et se réjouissent,comme des enfants?comme vous le dites espoirs simples et amours déçus? »
      • Oui Virginie je crois que Noël, englouti sous le matérialisme, c’est fondamentalement ça : le symbole de l’espoir le plus simple déçu : l’espoir du Partage, de l’Amour dont chacune de nos cellules garde la mémoire indélébile.

      Brigitte
      *spontanément de notre Esprit et non du système de manipulation mentale

      Supprimer
    8. bonjour ,
      merci de votre réponse.

      "j'ai l'impression d'être en train de faire un rêve, que je ne suis pas dans la réalité justement,que je suis en train de dormir"
      sont les premiers mots d'Hélios dans le reportage sur lequel je suis tombée par hasard hier.
      -aparté (c'est la croix et la bannière pour le trouver et le voir tant la pub surgit inopinément pour me balader dans le site,il suffit de mettre sur pause pour noter, pour voir ressurgir 179mn de pub au secours)-


      http://www.6play.fr/m6/#/m6/66-minutes/11334516-emission-du-22-decembre

      "l'enfant et le piano" à partir de 42mn environ.

      voilà ce qu'il dit ,à 47mn, et pour un mot de cette phrase que je n'avais pas saisi, je me suis dit qu'il serait bon de chercher cette vidéo pour le retrouver ,
      oui c'est bon de le retrouver :)
      "La réalité, je trouve que c'est ridicule"
      Merci.
      comiquement l'émission commence par un tonitruand "les hommes sont ils des femmes comme les autres?" et se poursuivra avec notamment le père Noël..
      cerné.

      Ô là ,je branche mon cœur sur le vœu que notre voix intérieure s'élève joyeusement en cette période hivernale .
      :)
      Virginie

      Supprimer
    9. je me souviens qu'hier je n'ai pas réussi à le regarder en entier, j'ai arrêté en entendant cette phrase
      "si on le met avec des gens comme lui ça va le tirer vers le bas."
      j'ai pu le voir aujourd'hui, à l'instant et je retiens ceci : la musique est un pont entre son monde et la réalité.
      merci.
      :)
      Virginie

      Supprimer
  3. Bonjour !
    J'ai essayé une fois, par pure curiosité, d'aller voir le 40 millionième résultat d'une recherche Google.
    Impossible d'aller plus loin que la page 50.... Me manquait donc pas loin de... 40 millions de résultats... Très frustrant.

    RépondreSupprimer
  4. ouaah ! Premier paragraphe, première réaction : C'est fort ça !!! J'espère que c'est un long texte :-p

    RépondreSupprimer
  5. Il vaut peut-être mieux s'habituer à parler à ses voisins que s'habituer à parler à son ordinateur...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.