Bistro Bar Blog

dimanche 10 novembre 2013

L'ONU minimise l'impact sanitaire de l'accident nucléaire de Fukushima

Une vidéo sous-titrée par Kna.


Des experts médicaux critiquent le dernier rapport de l'UNSCEAR qui minimise l'impact sanitaire de l'accident nucléaire de Fukushima.

L'UNSCEAR (Comité scientifique des Nations Unies sur l'effet du rayonnement atomique) a récemment publié un rapport intitulé « Sources, effets et dangers des rayonnements ionisants" avec un accent particulier sur les niveaux et les effets de l'exposition aux radiations dues à l'accident nucléaire après le séisme et le tsunami de 2011 au Japon.

Le rapport a été critiqué par des experts médicaux qui font des recherches sur les effets sanitaires des radiations. Dans cette interview avec la chaîne internationale 3Sat, le Dr Alex Rosen, un pédiatre allemand et membre de l'IPPNW allemagne (Association Internationale des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire), fustige la minimisation de l'impact de la radoactivité par l'UNSCEAR et le lobby nucléaire. Le Professeur Wolfgang Hoffmann, un épidémiologiste et radiobiologiste allemand, est du même avis que le Dr Rosen. Il suppose que ceux qui critiquent ce rapport pourraient être officiellement blâmés pour semer la panique et que toute demande de dommages et intérêts pourrait également être jugée et rejetée sur la base de ce rapport.

Il semble, cependant, que le rapport n'a pas reçu un soutien unanime au sein de l'UNSCEAR. Selon le journaliste belge Marc Molitor, la délégation belge de l'UNSCEAR a initialement critiqué le rapport, affirmant qu'il minimise les effets sanitaires des radiations après l'accident nucléaire de Fukushima. Lorsqu'il a été contacté par 3Sat cependant, le Dr Vanmarcke, chef de la délégation belge de l'UNSCEAR, n'a pas voulu s'exprimer sur la question de pressions exercées sur lui et sa délégation par le lobby nucléaire international.

Le Dr. Keith Baverstock, un ancien chercheur à l'OMS, nous a parlé du manque d'indépendance de l'OMS dans ses recherches sur l' impact sur la santé de la radioativité. L'existence d'un accord mutuel signé par l'AIEA et l'OMS en 1959 entrave les recherches indépendantes de l'OMS dans ce domaine.

1 commentaire:

  1. Merci de cette traduction -
    Ces pressions sur la délégation belge (et d'autres certainement) est intolérable -
    Il y a aussi une note critique soumise à l'assemblée générale de l'ONU sous ce lien :
    http://amfpgn.org/site/note-critique-au-sujet-du-rapport-de-lunscear-doctobre-2013/

    Sylvie 80

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.