Bistro Bar Blog

samedi 23 novembre 2013

Les zones géopathogènes (2/2)


Il est conseillé de lire la première partie pour comprendre les cas expliqués ci-dessous.


Cas de zones géopathogènes


Note: Pour les cas qui vont suivre, la personne chargée d'enquêter, Käthe Bachler, n'a relevé que la présence des lignes Curry et des écoulements d'eau. Le réseau Hartmann et autres facteurs géopathogènes mentionnés ci-dessus n'ont pas été pris en compte. Dans nombre de ces cas, la présence de ces facteurs additionnels empire proportionnellement la situation présentée.



Cas 1 – L'enfant la plus lente de sa classe


C'était une enfant de 10 ans très lente à apprendre, à qui il fallait beaucoup de temps pour accomplir des tâches, comme de nettoyer le tableau noir.
Un changement de la position du lit vers celle montrée ci-dessus a grandement amélioré la situation.
Elle dormait sur une zone où une intersection Curry se croisait avec un courant d'eau.



Cas 2 – L'enfant la plus perturbante de sa classe


Elle ne prêtait aucune attention, interrompait la classe, était très nerveuse et agitée.
Après déplacement vers un nouveau pupitre, son comportement s'est considérablement amélioré.
Son pupitre était situé sur une zone géopathogène avec un croisement d'eau.
C'est un argument pour faire changer de place les élèves toutes les deux ou trois semaines pour éviter une exposition prolongée aux zones géopathogènes.




Cas 3 – Cette femme a subi une perte considérable de poids et vécu deux fausse-couches.


Elle dormait sur un croisement Curry et des radiations à micro-ondes provenant d'un flux d'eau souterrain.
Notez la zone géopathogène avec une triple intersection allant de la taille et allant jusqu'aux pieds.



Cas 4 – Un couple qui divorce



La femme disait que le mari était agressif et perpétuellement de mauvaise humeur. C'est lui qui a demandé le divorce.
La femme souffrait de douleurs terribles de tout son corps, d'une dépression sévère et de troubles nerveux.
Le mari dormait sur une zone constituée par un croisement Curry recoupé par un écoulement d'eau souterrain.
La femme dormait sur une ligne Curry croisant un écoulement d'eau.



Cas 5 – Un homme mort d'un cancer des os à 45 ans.


Cet homme ne buvait ni ne fumait, mais était tout le temps malade. Il a été hospitalisé, a subi une chirurgie de l'estomac et est resté confiné dans son lit.
Il a développé un cancer des os et est mort après avoir dormi dans ce lit pendant 13 ans.
Il dormait sur une zone géopathogène avec un croisement Curry ainsi qu'un croisement d'eau.
Un courant souterrain s'écoulait de haut en bas du schéma. Un autre coulait horizontalement au niveau de ses jambes.



Cas 6 – Problèmes de santé chez des enseignants de collège


Le siège I sur la gauche se situait sur une zone géopathogène avec un croisement Curry et un écoulement d'eau.
L'enseignant A fit pendant dix ans des cours sur cette chaise et a eu deux crises cardiaques.
L'enseignant B a fait cours pendant quatre ans et a souffert d'une dépression nerveuse.
L'enseignant C a fait cours pendant un an, se plaignant de ressentir du froid et d'avoir toujours une santé précaire.
L'enseignant C s'est ensuite déplacé vers le siège II et a rapporté qu'il ne ressentait plus de froid et qu'il était au mieux de sa forme.
L'enseignant D faisait cours sur le siège II depuis quatre ans et était en très bonne santé.



Cas 7 – Évanouissements dans un téléphone public



Cet endroit était affligé d'une zone géopathogène avec un seul rayonnement Curry et un croisement d'eau.
Trois personnes se sont évanouies pendant qu'elles utilisaient le téléphone, l'une d'elles est morte instantanément.
Deux d'entre elles ont été évacuées et ont repris conscience.



Cas 8 – Animaux de ferme



Le schéma montre une étable traversée par des écoulements d'eau souterrains.

Au point d'intersection il y avait une vache malade.

En début d'année un cochon et des poulets étaient morts mystérieusement dans leurs enclos montrés avec un écoulement d'eau à 50 mètres en dessous d'eux.

L'autre enclos n'a eu aucune histoire d'animaux malades.



Comment vérifier si votre lit est dans une zone géopathogène

Le géorythmogramme

C'est un procédé créé par le médecin allemand Hartmann qui a découvert le réseau du même nom. Il consiste à mesurer la résistivité de la peau à des intervalles de 30 secondes sur une période de 20 minutes en étant allongé sur son lit.

On dessine ensuite une courbe à partir des mesures, dont le profil indiquera une perturbation ou non par zone géopathogène. Si la courbe reste horizontale sans irrégularités, le lit est un endroit sain pour dormir. Si la courbe est irrégulière et présente une tendance ascendante, le lit est une zone géopathogène. Déplacez-le et vérifiez de nouveau.

L'équipement nécessaire est simple :

Papier millimétré
Crayon ou stylo
Multimètre (ou contrôleur universel)
quelques mètres de fil électrique
des pinces crocodiles
deux électrodes à tenir, une dans chaque main
Vous pouvez effectuer la procédure vous-même ou vous faire aider par un assistant.



Important. Avant de faire le test vous devrez éliminer toutes les sources d'électrosmog de la chambre. Ce qui veut dire débrancher tous les appareils électriques de la chambre, couper tous les téléphones mobiles et appareillages WiFi de votre maison ou appartement. Assurez-vous que toutes les fiches de tout l'équipement électrique de votre chambre sont enlevées des prises murales, sinon il y aura interférence avec les tests de mesure et vous obtiendrez un résultat inexact.



L'auteur de l'article donne un lien pour le détail de la procédure du géorythmogramme. J'ai cherché s'il y avait l'équivalent en français et n'ai pas trouvé. Je ne le traduirai donc que si j'ai plusieurs demandes (il y a deux pages de traitement de texte).


Source de l'article
Traduit par le BBB.



7 commentaires:

  1. bonjour,
    je viens de temps en temps sur ton blog et à chaque fois j'y découvre des articles intéressants, qui ouvrent des perspectives... celui-ci ne fais pas exceptions... et si tu prends le temps de traduire ces deux pages, alors je ferais ce test.
    nicolas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pierre (et Nicolas...) J'ai pris note de ta demande de traduction pour le procédé de détection. Comme je l'ai dit, j'attends de voir s'il y en a d'autres, car je n'ai pas que cela à traduire.
      Bonne journée.

      Supprimer
  2. Moi aussi le test m'intéresse quand vous aurez du temps. Je ne suis pas pressée.

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,moi aussi je suis interessée.J'ai de gros problèmes de santé,fibromyalgie,leucémie lymphoide chronique et d'autres maladies auto-immunes.et je ne dors pratiquement plus la nuit.et au bout d'un moment,je tombe comme une masse d'un sommeil qui n'est pas réparateur.vivi

    RépondreSupprimer
  4. Je vais donc traduire la procédure de test, le géorythmogramme, dès que j'ai un moment.

    RépondreSupprimer
  5. Petit conseil, pour le réseau hartmann, on peut détecter les zones où dormir ou pas avec une simple radio sans fil, transistor si vous préférez, un objet un peu ancien à piles lol
    Les endroits où elle ne capte pas sont déconseillés !!! et pour l'avoir vécu c'est vrai que j'y dormais mal... après il y a aussi le feng-shui qui est important dans une chambre, comment orienter son lit par rapport à la porte d'entrée...

    Les personnes les plus sensibles peuvent faire intervenir des géobiologues.... cela a un coût mais bon... pour sûr il y a des maisons et apparts pathogènes !!!
    http://santenature.over-blog.com/article-5864272.html
    en tout merci hélios super article en effet !!!

    RépondreSupprimer
  6. Je me demande si c'est avec des réseaux du genre Hartmann mais appelés par d'autres noms que les Indiens et autres peuples détectaient l'eau potable dans les milieux hostiles, déserts, forêts, jungles, etc.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.