Bistro Bar Blog

vendredi 29 novembre 2013

Changement climatique, géo-ingénierie et ENMOD


Changement climatique, géo-ingénierie et techniques de modification de l'environnement (ENMOD*)


* ENMOD : Environmental Modification Techniques


Par le Pr Michel Chossudovsky
Global Research, 24 novembre 2013

Les hommes politiques, les ONG, scientifiques et chefs d'entreprises participant au Sommet sur le Climat de Varsovie (19ème sommet organisé par l'ONU qui s'est tenu du 11 au 23 novembre, NdT) ont "oublié" de reconnaître le fait, amplement documenté, que le climat peut être manipulé grâce aux techniques de modification de l'environnement (ENMOD).


Discuter de ENMOD est tabou. C'est une vérité à taire. Les scientifiques n'osent l'aborder comme faisant partie du débat sur le changement climatique. Bien que ces techniques soient solidement documentées, ces mêmes scientifiques vont volontiers affirmer sans preuves que le réchauffement mondial (provenant d'un excès d'émissions de CO2) est la cause des tempêtes tropicales.

Sommet de Varsovie 2013

Les technologies ENMOD non seulement existent, mais elles sont parfaitement opérationnelles. Confirmés par des documents de l'armée, typhons, tsunamis ou séismes peuvent être déclenchés par l'utilisation des technologies ENMOD. Le sujet doit par conséquent être abordé par des spécialistes du climat.

Ce que nous suggérons est que les enquêtes sur les causes sous-jacentes des événements météorologiques extrêmes, ne peuvent en aucune façon exclure le problème d'une manipulation du climat.

L'ironie est que l'existence de technologies ENMOD a été reconnue il y a plus de 30 ans par les Nations-Unies lors de la convention officielle de 1977 sur l'interdiction à des fins militaires ou à toute autre finalité hostile des techniques de modification de l'environnement.



La convention a défini ENMOD comme "toute technique qui modifie – par manipulation délibérée de processus naturels – la dynamique, la composition ou la structure de la Terre, incluant son biotope, sa lithosphère, son hydrosphère et son atmosphère, ou son espace extérieur." L'enjeu est "la modification ou la manipulation intentionnelles de l'écologie naturelle, comme le climat ou la météorologie, et des systèmes terrestres". En supprimant ENMOD du débat sur le changement climatique, l'UNFCC (United Nations Framework Convention on Climate Change, Convention-cadre des Nations-Unies sur le changement climatique, NdT) est une violation éhontée de la convention de l'ONU de 1977.

Des techniques de modifications de l'environnement ont été réalisées par l'armée américaine pendant plus d'un demi-siècle. Le mathématicien US, John von Neumann, en liaison avec le Département de la Défense US, a démarré sa recherche sur la modification du temps à la fin des années 40 en pleine période de Guerre Froide et il anticipait "des formes de militarisation climatiques comme jamais encore imaginées". Pendant la guerre du Vietnam, des techniques d'ensemencement de nuages ont été utilisées dès 1967 dans le cadre du projet Popeye, dont l'objectif était de prolonger la saison de mousson et de bloquer les routes d'approvisionnement de l'ennemi le long de la piste Ho Chi Minh.

Depuis les beaux jours de la guerre du Vietnam, les technologies ENMOD à destination militaire ont évolué de manière significative. Nous avons affaire à des systèmes d'armes hautement sophistiqués.

La possibilité de manipulations climatiques ou environnementales dans l'agenda de l'armée et de l'espionnage, bien que tacitement admis, n'a jamais été considéré comme pertinente. Les analystes de l'armée sont muets sur cette affaire. Les météorologues n'enquêtent pas sur le sujet et les écologistes s'accrochent mordicus au réchauffement climatique et au protocole de Kyoto.

Il est intéressant de remarquer qu'à peine deux mois avant la catastrophe des Philippines, l'émission de CBS, This Morning, a confirmé dans une interview du Dr Michio Kaku, professeur de physique au City College de New-York, l'existence et l'utilisation de technologies ENMOD, tout en minimisant comme par hasard leur importance et en faisant abstraction de leurs applications stratégiques et militaires (voir vidéo ci-dessous, en anglais) :




L'implication de la CIA dans les technologies de changement climatique


En juillet 2013, MSN News a rapporté que la CIA était impliquée dans l'aide au financement d'un projet de l'Académie Nationale des Sciences dont l'objectif était la géo-ingénierie et la manipulation du climat. L'article non seulement reconnaissait ces technologies, il confirmait aussi que l'agence de renseignements US avait été impliquée systématiquement dans l'approche du thème de la manipulation du climat :
La CIA aide à financer la recherche parce que l'Académie Nationale des Sciences prévoit aussi d'évaluer "les questions de sécurité nationale (qui pourraient) se relier aux technologies de géo-ingénierie déployées quelque part dans le monde", a dit Kearney.
Dans une déclaration par email, Christopher White, porte-paroles du bureau des affaires publiques de la CIA, a déclaré à MSN, "Pour un sujet comme le changement climatique, l'agence travaille avec des scientifiques pour mieux comprendre le phénomène et ses implications sur la sécurité nationale".
Bien que la CIA et l'Académie Nationale des Sciences restent bouche cousue sur ces possibles inquiétudes, un chercheur souligne que la géo-ingénierie a le potentiel de perturber délibérément le temps à des fins terroristes ou militaires.
John Pike, directeur de GlobalSecurity.org, société basée à Washington spécialisée dans la question des affaires de sécurité à venir, dit que les problèmes d'un impact potentiel de géo-ingénierie ne sont pas aussi primordiaux que les questions de sécurité potentielle qui pourraient surgir si les US n'utilisaient pas cette technologie.
"Un manque d'engagement envers la géo-ingénierie pourrait impacter la stabilité politique des autres pays, et cela pourrait conduire à des ennuis pour les US", a-t-il ajouté.

Le projet de l'Académie Nationale des Sciences est soutenu par la communauté du renseignement américain, la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), la NASA et le département de l'énergie.

"des exemples historiques de technologies connexes (par exemple, l'ensemencement de nuages et autres modifications du temps) concernant les leçons à tirer sur les réactions de la société, examinent en quoi les accords internationaux existants pourraient s'appliquer aux essais ou au déploiement de technologies de géo-ingénierie, et explorent brièvement les considérations du potentiel sociétal et l'éthique relatives à la géo-ingénierie. Cette étude est prévue pour fournir un fondement soigneux, clairement scientifique en informant sur les discussions éthiques, légales et politiques autour de la géo-ingénierie.(voir http://www8.nationalacademies.org/cp/projectview.aspx?key=49540)

Alors que la géo-ingénierie et la militarisation de la météo ne sont en rien nouveaux, ils sont rarement les objets de l'attention médiatique. La modification du temps à usage militaire a été admis par l'US Air Force dans un document, le rapport final AF 2025 :
"[ENMOD] offre à la guerre un large éventail d'options possibles pour écraser l'adversaire ou l'intimider' [incluant] le déclenchement d'inondations, d'ouragans, de sécheresses et de séismes...La possibilité de créer des précipitations, du brouillard et des tempêtes terrestres ou de modifier la météo...et la production d'un temps artificiel font tous partie de la gamme intégrée des technologies [militaires]."

Au cours des années 90, on a développe le programme HAARP, High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP), basé à Gakona, en Alaska ; il est en activité depuis 1992. [Il a été interrompu en 2013]. Il fait partie d'une nouvelle génération d'armements sophistiqués à l'initiative de la défense stratégique américaine. Géré par le directorat du laboratoire des véhicules spatiaux de l'Air Force, HAARP se constitue d'un système de puissantes antennes capables de créer "des modifications locales contrôlées de l'ionosphère" [couche supérieure de l'atmosphère].

Lors d'une émission de CBS TV des années 90 sur la modification du temps, l'armée reconnaissait que HAARP avait la capacité de déclencher des typhons, séismes, inondations et sécheresses :
"Une énergie dirigée est d'une telle puissance technologique qu'on pourrait s'en servir pour chauffer l'ionosphère et transformer la météo en arme de guerre. Imaginez qu'on utilise une inondation pour détruire une cité ou des tornades pour décimer une armée qui approche dans le désert. L'armée a passé beaucoup de temps sur la modification de la météo en tant que concept de batailles environnementales. Si une impulsion électromagnétique était dirigée sur une ville, concrètement tous les éléments électroniques chez vous se mettraient à clignoter et à s'éteindre ensuite et ils seraient irrémédiablement détruits."

Le documentaire de CBS est visible ci-dessous :



Traduit par le BBB.

2 commentaires:

  1. ENMOD n'est pas un ensemble de technologies, mais une Convention datant de 1976 et 1977 sur l'interdiction d'utiliser des techniques de modification de l'environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'abréviation ENMOD signifie au départ "environmental modification". Il y a aussi la convention ENMOD de 1977 qui est expliquée dans le texte.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.