Bistro Bar Blog

mercredi 23 octobre 2013

Ultraman : AIEA : fuites radioactives, priorité majeure


Le directeur de l'AIEA dit que les fuites radioactives sont la priorité majeure à la centrale de Fukushima ( dans un article bâclé de l'AFP)


Yukiya Amano, directeur général de l'AIEA (agence internationale de l'énergie atomique), dit qu'elles restent le plus grand défi de la centrale.

(Mais, mais, le premier ministre japonais a dit que "l'effet" de l'eau contaminé était "bloqué" "dans son ensemble" et son ministre chargé du démantèlement de la centrale a déclaré que l'eau contaminée ne fuit pas dans l'océan ! – voir traduction d'hier)

D'après l'AFP (22 octobre 2013) :


Les fuites radioactives, priorité majeure à Fukushima : surveillance nucléaire (gendarme nucléaire)
Bratislava – L'eau contaminée reste le plus grand défi à la centrale de Fukushima après le meltdown de 2011, le pire désastre atomique de la génération, a déclaré mardi le gendarme nucléaire des Nations-Unies.

"Les réacteurs endommagés sont en général en situation stable", a dit à l'AFP le directeur de l'AIEA, Yukiya Amano, pendant son séjour dans la capitale slovaque, Bratislava.

"La priorité la plus urgente est de contenir l'eau contaminée", a-t-il dit, après que des fortes pluies aient causé une fuite possible d'eau radioactive dans la mer contenant des isotopes cancérigènes.

"Il est également important de s'occuper de la décontamination hors site" afin que des dizaines de milliers d'évacués puissent rentrer chez eux.

Sa déclaration vient un jour après que l'exploitant de Fukushima ait annoncé que de l'eau contaminée par du strontium-90 – avec un taux à 70 fois la limite légale pour une élimination en toute sécurité – avait franchi la barrière supposée contenir le débordement d'eau radioactive.

Le strontium-90 est produit pendant les réactions nucléaires. Il s'accumule dans les os et reste actif pendant de nombreuses années, entraînant plusieurs types de cancers chez les humains.

Le 14 octobre, les experts de l'AIEA ont démarré une mission d'expertise sur les efforts de nettoyage à la centrale endommagée.

Amano a dit qu'il y aura une autre mission au Japon plus tard dans l'année pour conseiller les autorités sur la manière de gérer l'eau contaminée.

TEPCO a déversé des milliers de tonnes d'eau sur les réacteurs gravement endommagés pour continuer à les refroidir et empêcher des meltdowns à répétition.

Cet énorme volume d'eau doit être stocké dans d'énormes réservoirs jusqu'à ce qu'on soit sûr que les substances radioactives aient été récupérées dans le processus de refroidissement.

Il existe toujours des menaces de nouvelles contaminations, a dit Amano, dont font partie des conditions météo extrêmes, le Japon devant faire face à un typhon en fin de semaine, apportant de nouvelles pluies sur le pays.
Heu..."une fuite possible d'eau radioactive dans la mer contenant des isotopes cancérigènes" ? Ce taux deux ans et 7 mois après le démarrage de l'accident nucléaire ? Il semble que le rédacteur de l'AFP a besoin d'obtenir une connaissance basique dans le domaine nucléaire.
"70 fois la limite légale pour une élimination en toute sécurité" ? Non, ce n'est pas ça. C'était 70 fois la limite provisionnelle interne (celle de TEPCO, qui est d'un tiers la limite légale pour le strontium-90) pour libérer l'eau de pluie du barrage (barrière) autour du groupement de réservoirs de stockage.

1 commentaire:

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.