Bistro Bar Blog

samedi 12 octobre 2013

Nucléaire : La souveraineté du Japon ne doit pas être violée


Un point de vue différent sur la pétition qui circule pour permettre aux américains de prendre le contrôle des opérations à Fukushima.

Dangers d'irradiation mondiale : confier la décontamination de Fukushima à Washington et aux Nations-Unies serait une folie politique

La souveraineté du Japon ne doit pas être violée


GlobalResearch, 11 octobre 2013

Par Eve Human


Une pétition au gouvernement américain et aux Nations-Unies pour qu'ils prennent le contrôle de la dépollution à Fukushima serait moralement inacceptable et politiquement stupide.

Le raisonnement est que TEPCO et le gouvernement japonais se sont montrés incompétents et indignes de confiance dans leur politique d'information au sujet de la catastrophe de Fukushima ; que la communauté internationale et plus spécialement le gouvernement des US devraient maintenant intervenir et prendre la direction des opérations.


Cependant, examiner la totalité et la précision des informations données sur les antécédents des accidents nucléaires personnels de l'Amérique et l'échec de son industrie nucléaire sur la seule mise en œuvre des précautions de sécurité les plus basiques reviendrait en fait à laisser le loup s'occuper de la bergerie. (Il n'y a pas eu que la catastrophe de Three Mile Island. 56 des 99 accidents nucléaires mondiaux enregistrés l'ont été aux US. Lien : (It wasn’t just the 3-mile-island disaster. In reality 56 of the 99 globally recorded reactor accidents occurred in the Untited States)) Et charger l'organisation des Nations-Unies sous domination US de cette tâche ne vaudrait pas mieux. Ce serait la même chose qu'avec la peur de la fausse grippe porcine, où l'Organisation Mondiale de la Santé sous la coulpe de Big Pharma a autorisé des sociétés pharmaceutiques, prises en flagrant délit à contaminer des vaccins anti-grippaux ordinaires par des virus vivants de la grippe aviaire, à produire des vaccins contre la grippe porcine.

Demander une prise de contrôle américaine pour les efforts de décontamination à Fukushima voudrait dire aussi que les japonais ayant été assez "idiots" pour laisser arriver une catastrophe de ce genre à l'une de leurs installations nucléaires et "trop stupides" pour pouvoir dépolluer eux-mêmes leur propre "merdier", tout est bien et super pour les installations nucléaires occidentales et particulièrement les américaines, et que les américains et autres occidentaux devraient s'immiscer via les Nations-Unies sous domination occidentale dans le sauvetage de ces "idiots" de japonais.

Rien ne pourrait être plus loin de la réalité.



Dans le documentaire d'Aljazeera "Zone Danger : les réacteurs nucléaires US vieillissent" (Lien : Danger Zone: Ageing US Nuclear Reactors), on montre par des détails terrifiants l'état de délabrement de nombreux réacteurs nucléaires américains et la corruption de l'industrie en lien avec l'agence de régulation du gouvernement. L'infrastructure vitale des sites nucléaires est souvent en état avancé de corrosion ou d'effondrement. Et ces réacteurs continuent d'obtenir le renouvellement de leur permis. Comme au Japon, de nombreux réacteurs ont été construits sur des zones prédisposées aux séismes avec la même conception que les réacteurs de Fukushima et avec des normes ne leur permettant pas de résister à des tremblements de terre majeurs supérieurs à 7,2 sur l'échelle de Richter.


L'argent dépensé pour réparer et renouveler l'infrastructure devrait conduire à l'obligation financière d'un arrêt de viabilité des réacteurs. Ce qui veut dire que l'industrie devrait fermer une grande partie de ses réacteurs et que l'agence de régulation du gouvernement US préfère donc fermer les yeux que de prendre le risque d'une fermeture.


Cette attitude insensée met tout autant en danger le peuple américain et le reste de l'humanité qu'un possible nouveau meltdown à Fukushima.


Alors que le gouvernement japonais peut avoir bon nombre de raisons de ne pas informer sa propre population du grave danger où elle se trouve, surtout les habitants de Tokyo, il a toutes les raisons du monde de faire une dépollution la meilleure et la plus minutieuse de la piscine de combustible de l'unité 4.


Ceux qui seraient les plus touchés par un nouveau meltdown sont les habitants du nord du Japon, y compris l'élite politique et économique elle-même. En atteignant le reste de l'hémisphère nord l'impact des panaches nucléaires serait beaucoup plus atténué.


Le Japon est un pays hautement développé avec une population de 127 millions d'habitants comprenant de nombreux techniciens, ingénieurs et scientifiques hautement formés dans le domaine nucléaire. Le gouvernement japonais a déjà consulté des experts en nucléaire étrangers et il le fera sans aucun doute à l'avenir.


Il n'y a pas de raison de penser qu'un groupe d'experts international dirigé par l'Amérique pourrait accomplir un travail meilleur ou plus compétent qu'un groupe dirigé par le Japon. Ce sont les japonais qui ont le plus à perdre et ils devraient donc être les plus résolus à éviter une nouvelle catastrophe nucléaire. Les ouvriers japonais risquent déjà leur vie chaque jour dans leurs efforts de dépollution sans motivation financière mais pour protéger leurs familles et leurs concitoyens. Ceux qui vont démarrer le dangereux travail de novembre ne seront pas moins motivés.


Bien que le producteur d'énergie TEPCO puisse être trop démuni pour gérer les énormes coûts de l'opération, l'argument que le gouvernement japonais pourrait ne pas les soutenir ne tient pas non plus.


Alors que l'Amérique est la plus grande nation en dette de la planète, le Japon est proche de la deuxième plus grande nation en dette, la Chine. Il détient environ 6 % des dettes américaines dans sa banque centrale. Profiter de ces créances en utilisant cet argent couvrirait certainement tout le coût astronomique occasionné par la décontamination.


Il n'y a pas la moindre nécessité de violer la souveraineté japonaise sur les tentatives de dépollution de Fukushima.


Le faire créerait un dangereux précédent, qui permettrait une interférence américaine et des Nations-Unies dans tout pays qui a subi des catastrophes naturelles ou causées par l'homme.


Ce serait aussi une dangereuse révision du droit international et une nouvelle expansion de pouvoir des élites auto-proclamées qui dirigent l'Amérique et possèdent une énorme influence sur la plupart des organisations des Nations-Unies.


Oui, nous devrions avoir une meilleure transparence de l'information. Contrastant avec ce que pensent les gouvernements de notre nation, la population a un droit réel à la vérité et est tout à fait capable de traiter une information véridique de manière productive.


Ce qui en ressortirait serait une plus grande pression sur les gouvernements du monde entier pour fermer ou au moins supprimer progressivement les réacteurs nucléaires de leurs nations et remplacer cette forme dangereuse de production d'énergie par une autre beaucoup moins empoisonnée et destructrice.


Source : GlobalResearch
Traduction par le BBB.

5 commentaires:

  1. Les japonais sont incompétents dorenavant pour gerer la centrale de fukushima.Ils en ont perdu le controle.Ok pas question que les US en prennent le controle dites vous?Ok admettons...repondez a la question:qui pourrait etre competent dans l'histoire de gerer fukushima ?La france?L'UE?L'allemagne?Ce probleme est devenu mondiales et ca concerne TOUT LE MONDE!!!!Les japonais vont DEVOIR LAISSER ENTRER des equipes internationales pour essayer au moins de limiter les degats futurs a venir.Cette centrale est en train de menacer le vie entiere sur cette planete et les questions politiques et de pognon n'ont plus leurs place la...
    En ce qui me concerne je pense que l'affaire de fukushima est sans solution ,la radioativité et l'irradiation va pourrir la terre entiere pour des millions d'annes et l'etre humain ne pensent qu'a son petit pognon....vraiment pitoyable.
    Alors qui est vraiment competent pour prendre le controle de cette centrale ?

    RépondreSupprimer
  2. derriere le décors de fukushima
    en réalité la centrale est "save" depuis le début de l'attentat. Ce sont les agents de la cabale qui déversent du celsium dans les eaux autour de la centrale pour faire croire que le réacteur à des problèmes et que les autorités japonaises sont incompétentes.
    le seul but est que cette cabale veut neutraliser le japon, qu'il deviennen aussi dépendant des énergie fossiles et aussi les USA ont une énorme dette monétaire envers le Japon, les tribunaux internationaux avait obligé les USA à rembourser cette dette au plus tard le 12 septembre 2001 et nous savons ce qui c'est passé le 11

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un lien pour toutes ces révélations ?

      Supprimer
  3. Merci Hélios pour la publication de cet avertissement, je n'avais pas eu le temps de poster sur la précédente version de l'histoire publiée dans l’autre article décérébré.
    Ce serait bien en effet de ne pas tomber dans le piège de signer (ou penser, ou dire) quoi que ce soit qui permette au gouvernement de l'ombre d'institutionnaliser ce nouveau "droit d'ingérence humanitaire" auquel il tient tant, mais n’est évidemment qu’une des nombreuses facettes de sa guerre impériale.

    Que de multiples moyens d’influence soient utilisés pour saboter les tentatives de solution au problème Fukushima, je n’en doute pas : la technologie pour ce faire n’a pas été inventée pour rien. C’est pourquoi après les « révélations » de Snowden, j’écrivais que ce grand battage organisé sur les informations dans le sens « nous » vers « eux » servait surtout à masquer les informations qui partent d’« eux » vers « nous ». Et sont autrement plus dangereuses pour l’Humanité si nous continuons à en ignorer l’existence.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  4. Oui, Brigitte, je pense que c'est ce que veut dire l'auteur à mots couverts.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.