Bistro Bar Blog

lundi 14 octobre 2013

Divines proportions (2ème et dernière partie)


De Lubicz n'est pas le premier à voir Phi de cette manière. Le mathématicien et astronome allemand du 17ème siècle, Johannes Kepler pensait que le Nombre d'Or servait à Dieu d'instrument fondamental pour créer l'univers. L'architecte suisse Le Corbusier se concentrait sur des systèmes d'harmonie et de proportion. Il décrivit les propriétés du Nombre d'Or comme "des rythmes rendus apparents à l’œil et clarifiés dans leurs relations les uns avec les autres. Et ces derniers sont à l'origine même des activités humaines. Ils résonnent en l'homme de manière organiquement inévitable, de cette même inévitabilité qui entraîne le traçage du Nombre d'Or par les enfants, les vieillards, les sauvages et les érudits."


Comme pour le Rectangle d'Or, Phi fait partie intégrante des mathématiques de tous les pentagones. À la différence des polygones réguliers à trois, quatre et six côtés, le pentagone n'apparaît pas dans les structures cristallines, parce que sa forme ne peut être créée en mosaïque à joints serrés. Le pentagone est plus en accord avec les formes symétriques et les choses vivantes. Pour cette raison, des gens assimilent le pentagone et Phi avec le vivant. De nombreuses plantes semblent avoir une préférence pour une symétrie pentagonale.


On trouve les nombres de Fibonacci dans de nombreuses dispositions en spirale des feuilles sur les tiges de plantes et sur les arbres. En partant de n'importe quelle feuille d'une branche, si vous additionnez le nombre de feuilles autour d'une tige jusqu'à rejoindre la branche juste au-dessus, le nombre de feuilles est souvent un nombre de Fibonacci, typiquement 3, 5 ou 8. Le nombre de tours depuis la feuille de départ jusqu'à la dernière feuille est aussi habituellement un nombre de Fibonacci. La proportion du nombre de tours au nombre de feuilles s'appelle la proportion phyllotactique de l'arbre. Bien que la proportion phyllotactique ne suive pas toujours la suite de Fibonacci, elle le fait fréquemment : pour le tilleul et l'orme, elle est de 1/2; pour le hêtre et le noisetier, elle de 1/3 ; pour l'abricotier, le cerisier et le chêne, elle est de 2/5 ; pour le poirier et le peuplier, elle est de 3/8 ; et pour l'amandier et le saule, elle est de 5/13. Tous présentent les nombres du modèle d'alternance de Fibonacci. C'est la disposition que le collégien Aiden Dwyer suggérait pour rendre ses panneaux solaires plus efficaces.



De manière semblable, les schémas en spirale des pommes de pin, des artichauts et des ananas fournissent d'excellents exemples de nombres de Fibonacci. Si on compte les spirales allant dans les deux directions de ces plantes, elles sont souvent des nombres adjacents de Fibonacci.
8 et 13 spirales pour la pomme de pin

Certains cônes ont trois spirales dans le sens des aiguilles d'une montre et cinq spirales dans le sens inverse, certains en ont 5 et 8, et d'autres 8 et 13. Les pommes de pin et les ananas présentent trois schémas spiralés différents, qui sont tous des nombres de Fibonacci adjacents comme 5, 8 et 13. Les spirales des tournesols présentent pareillement des paires de Fibonacci de 21 et 34, 34 et 55, 55 et 89 ou même de 89 et 144. Si vous mesurez les angles entre chaque feuille, bourgeon ou écaille de ces plantes, vous trouverez Phi.
 

Une intéressante digression ici – un crop circle qui ressemblait à un tournesol est apparu à Woodborough Hill, dans le Wiltshire en Angleterre pendant l'année 2000. Ce crop circle est composé de 22 cercles dans le sens horaire et de 22 cercles dans le sens anti-horaire, clairement ce ne sont pas des nombres de Fibonacci, et pas une représentation d'une fleur naturelle avec ses relations à Phi.

Le crop circle de Woodborough Hill (2000)

Comme le suggérait Schwaller de Lubicz, la proportion Phi est également présente dans le corps humain. Le nombril (sommet de la hanche sur un squelette) divise le corps selon le Nombre d'Or. Si on prend la hauteur totale comme 1, le corps depuis les pieds jusqu'au nombril est égal à 1/Φ, avec la portion du nombril au sommet de la tête égal à 1/Φ2. Cette proportion n'est pourtant pas statique. À la naissance le nombril est au centre et sa position sur le corps évolue en allant vers l'âge adulte. Chez la femme adulte le nombril est habituellement un peu au-dessus du Nombre d'Or et chez les hommes il est habituellement un peu en-dessous. On trouve semblable relation dans les mesures des jambes et des bras. Vous pouvez regarder votre index et voir la proportion Phi. La proportion des deux premiers segments avec la longueur totale du doigt est proche du Nombre d'Or. Pliez l'index comme si vous vouliez serrer le poing et vous pouvez voir un rectangle proche de Phi sur votre doigt replié. Des correspondances semblables se retrouvent sur le visage et la tête.


Des scarabées aux papillons, des chevaux aux grenouilles, les chercheurs ont noté que les relations entre les différentes parties des corps sont souvent proches de Phi. Il doit être remarqué que les mesures de ces différents animaux et parties du corps ne correspondent pas exactement au Nombre d'Or. Cependant, quand on fait une moyenne des mesures, elles s'en approchent de très près. Les formes vivantes et en développement dansent au milieu et autour de la proportion parfaite.

13 pétales
21 pétales
La Spirale d'Or, qu'on peut construire à partir du Triangle d'Or ou du Rectangle d'Or, est aussi le reflet de la spirale la plus courante dans la nature. C'est la spirale logarithmique que nous voyons sur les fougères, les coquilles de nautiles, les cornes du bélier, les ouragans et même les galaxies. Exactement comme le Nombre d'Or ou le Rectangle d'Or, ces spirales possèdent la même proportion quelle que soit leur échelle, que certains prétendent une expression de l'infini.


Les humains vivent dans un corps et un monde marqué par Phi. Il semble naturel que nous cherchions à trouver son expression dans notre architecture, notre art, notre musique et notre langage. Nous avons déjà vu que la Proportion d'Or peut exister dans des édifices sacrés. Les nombres de Fibonacci sont apparus aussi dans de la poésie sanskrite et prakite du 7ème siècle, le Matra-vittas. Un auteur donne la règle spécifique pour créer des mètres en ajoutant les deux précédents mètres et en calculant les séquences de mètres, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21,...qui est une séquence Fibonacci.


D'autres ont suggéré que Léonard de Vinci a utilisé cette proportion dans certains de ses tableaux, comme la Mona Lisa et La Cène. Paul Larson de l'université du Temple soutenait avoir découvert le Nombre d'Or dans des chants grégoriens primitifs connus sous le nom de Liber Usualis. La musique semble arrangée avec des phrases de certaines Proportions d'Or. D'autres encore ont analysé la musique de Bela Bartok, surtout sa Musique pour cordes, Percussion et Celesta. Cette musique présente des divisions à 89, 55, 34, 21, 13 et 8 mesures, toutes des nombres de Fibonacci. On pense généralement que Bartok n'essayait pas consciemment d'utiliser les nombres de Fibonacci dans sa musique – tout du moins il n'en a jamais fait état.


Gustav Fechner a mesuré les dimensions de milliers de livres d'imprimerie, de cadres de tableaux dans les galeries, de fenêtres et autres objets rectangulaires courants, comme les cartes à jouer. Les résultats ont été variables, pourtant la moyenne d'une grande partie de ces objets s'approchait du nombre Phi. Chose intéressante, de nombreux livres sortis entre 1550 et 1770 possédaient la proportion Phi au millimètre près.


Il est clair que si on élargit suffisamment, on peut trouver le Nombre d'Or partout où l'on porte le regard. Nous pouvons le voir dans l'architecture ancienne, dans l'art, dans la poésie et sauter à la conclusion que nos ancêtres connaissaient cette proportion et s'en servaient. Pourtant il n'existe que peu de preuves factuelles que les peuples anciens avaient les mathématiques d'aujourd'hui pour comprendre Phi, ou que même des artistes et musiciens de l'histoire l'utilisaient consciemment.


Cela étant dit, il y a quelque chose de curieux qui se passe dans notre relation à ce nombre. Il apparaît à maintes reprises dans les choses que nous créons et il peut continuer à procurer de nouvelles solutions élégantes à nos problèmes modernes. C'est peut-être comme le suggère Schwaller de Lubicz, que la proportion Phi est d'une certaine façon une constante sous-jacente au monde dans lequel nous vivons. Quand les peuples d'autrefois étaient en harmonie avec le monde de la nature et construisaient un espace sacré, ils n'avaient pas besoin de connaître la formule de Phi – la proportion était intégrée dans cette structure comme un reflet d'eux-mêmes et de leur connexion au monde de la nature.

Source
Traduction par le BBB.
(Les photos de cette page, en dehors de celle du crop circle proviennent de ce site)

17 commentaires:

  1. « Il est clair que si on élargit suffisamment, on peut trouver le Nombre d'Or partout où l'on porte le regard. Nous pouvons le voir dans l'architecture ancienne, dans l'art, dans la poésie et (…). Pourtant il n'existe que peu de preuves (…) que même des artistes et musiciens de l'histoire l'utilisaient consciemment.
    (…) il y a quelque chose de curieux qui se passe dans notre relation à ce nombre. Il apparaît à maintes reprises dans les choses que nous créons (…).
    Quand les peuples d'autrefois ÉTAIENT EN HARMONIE AVEC LE MONDE DE LA NATURE et construisaient un espace sacré, ils N'AVAIENT PAS BESOIN DE CONNAÎTRE LA FORMULE DE PHI – la proportion était INTÉGRÉE dans cette structure comme UN REFLET D'EUX-MÊMES et de leur CONNEXION au monde de la nature.

    Peuple de la Terre, l’harmonie avec le monde est en ton pouvoir, puisqu’il est le reflet de toi-même, et que tu n’as aucun besoin d’expert ni de mathématicien pour construire des formes sacrées. Ton corps lui-même est un temple, il est sacré.
    Tu es le peuple d'autrefois. Ne te laisse plus mystifier par les pseudo-décodeurs de symboles « ésotériques », ne te laisse plus convaincre par les usurpateurs que les formes qui parlent à ton ADN et le font vibrer joyeusement soient des symboles appartenant à des entités diaboliques. C’est à toi qu’ils appartiennent ces symboles, peuple de la Terre. Reprends ton pouvoir.
    Les formes que tu construis naturellement, non seulement sont plus solides que les carrés, mais en plus sont plus vivantes et laissent l’énergie mieux circuler et la vie mieux se développer.

    « "des rythmes rendus apparents à l’œil et clarifiés dans leurs relations les uns avec les autres. Et ces derniers sont à l'origine même des activités humaines. Ils RÉSONNENT EN L'HOMME de manière ORGANIQUEMENT inévitable, de cette même inévitabilité qui entraîne le traçage du Nombre d'Or par les enfants, les vieillards, les sauvages et les érudits." »
    Peuple de la Terre, l’harmonie avec toi-même est en ton pouvoir.
    La science est en toi, maintenant, utilise-la consciemment : rejette les formes et les couleurs discordantes qui te heurtent, les sons criards et discordants, les longueurs d’ondes sans harmonie. Ne coince plus ton lit dans un angle droit, entoure-toi le plus possible de formes organiques, de voûtes sarrazines, de rapports de couleurs organiques, du monde vibrant d'harmonie dans lequel tu veux vivre : de l’Art à l’état pur, de « l’amour sous toutes ses formes », comme dit Loriana.
    Et tu verras le monde changer sous tes yeux.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  2. Hug,
    Phi est peut-être comme la beauté...fonction du regard que l'on y porte...
    Résultat d'un filtrage, d'une interprétation...mais n'empêche que ça existe :o))
    ...et ça fait penser aux fractales...aux choses qui se développent...comme la conscience...
    ;o))
    Et merci pour toutes ces infos !

    RépondreSupprimer
  3. L'ORIGINE DE LA MATRICE, NOUS SOMMES DANS UN "JEU VIDÉO" !

    RépondreSupprimer
  4. Remarques sur le séisme 7,5 des Philippines: il s'est produit sur une parfaite opposition Lune Mars et non plus Lune Saturne (ou conjonction) comme habituellement. Il semble qu'il y ait une modification de l'influence des vortex cosmiques sur la Terre... Quel est le message pour l'Homme?... si il y en a un...

    Remarque complémentaire @ hélios: Le nombre d'or, c'est du réchauffé vibratoire que l'on met a toutes les sauces, même si il a une réelle influence sur sur l'Homme - mais dans une dimension de conscience perdue qui mériterait d'être réhabilitée (comme on réhabilite un logement).

    Elle ferait mieux d'amplifier le message inédit de Guz sur le réel impact de l'énergie vibratoire sur l'Homme et l'explication du nouveau décodage de certains symboles dont le G de Gamma. (publication dans l'article 911 qui va même avoir une suite tellement que c'est bien)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remarque complémentaire @ hélios: Le nombre d'or, c'est du réchauffé vibratoire que l'on met a toutes les sauces, même si il a une réelle influence sur sur l'Homme - mais dans une dimension de conscience perdue qui mériterait d'être réhabilitée (comme on réhabilite un logement).

      Supprimer
    2. c'est du réchauffé qui fait chaud au corps .....beaucoup de personne et j'en fait parti on besoin qu'on dise et redise pour que le clou s'enfonce

      et redecouvrir l'harmonie c'est toujours émerveillant

      xavier

      Supprimer
  5. Rongeur
    Depuis que le nombre d'or a été découvert (2009 je crois)a l'échelle subatomique (quantique), il n'y a pas beaucoup de place pour le hasard.
    Et vu avec quelle précision(millier de chiffre après la virgule je crois) toute les grandes théories s'emboîtent (gravitation, relativité etc. 12 au totale) il est absolument indéniable quelque chose a pensé ça!
    L'information irai t elle plus vite que la lumière ?

    RépondreSupprimer
  6. Avez-vous déjà observé comme le regard d’un jeune enfant peut être fasciné par le mouvement des feuilles agitées par le vent ? Tout n’est que rencontres furtives, courbettes espiègles, pirouettes vacillantes, bref, danse infatigable sur fond de ciel changeant. Il en va de même pour les jeux d’ombre et de lumière ou des plis du rideau dans sa chambre où, de proche en proche, des pistes mystérieuses se devinent entre les fleurettes du papier peint et les craquelures du plafond deviennent des figures fabuleuses …

    Bon, tout cela semble appartenir au passé. Depuis longtemps déjà, les enfants ne sont plus tout simplement laissés à leur univers. De nos jours, tout le monde s’empresse de leur fournir du matériel dit "d’éveil", installé sur le berceau avant même la naissance. Ainsi, le premier regard ne va pas se mettre en quête n’importe où, mais être canalisé et retenu par des objets qui n'ont rien de naturel, déterminés d’avance, leurs formes et leurs couleurs sont figés et indiscutables.

    Quand je vois cela, je plains ces enfants et me dis qu’ils auront certainement beaucoup de mal à devenir des êtres créatifs plus tard. Car la créativité commence essentiellement par celle du regard. Qui se rend compte de toute l’activité que le sens de la vue est capable de déploier pour compléter le spectacle du monde et lui donner une signification ?

    Et maintenant, quand je vois le monde expliqué à travers des nombres, je me dis que c’est un peu la même chose qu’avec les "jouets d’éveil", mais cette fois-ci à l’intention des adultes. Sous prétexte de nous sensibiliser à l’art, un conférencier nous projette l’image d’un tableau de maître. À peine entrevu, nous allons le voir complété par des lignes géométriques, censées révéler la vision secrete et le véritable message du peintre. Nous poussons des ah ! et des oh ! parce tout son art devient si simple et évident. En sortant de la conférence, nous n’avons en fait rien vu du tableau, mais nous sommes convaincus d’avoir enfin "compris" quelque chose.

    Cela peut aussi nous arriver avec une fleur de tournesol, un ananas ou un panier tressé. Fascinant, c’est certain, mais encore ? Quelles que soient l’exactitude des figures géométriques et la pertinence des lois des nombres, elles ne nous donnent qu’un des multiples aspects, l’aspect le plus abstrait de la réalité. Va donc pour le mathématicien et la curiosité intellectuelle générale. Mais ensuite, il faut passer à autre chose. Je pense que l’artiste n’en fait pas autrement, si toutefois il s’y intéresse jamais beaucoup.

    Cela dit, je ne veux pas nier qu'il y a entre la géométrie et la peinture un lien factuel qui passe par l’architecture. Avant l’ère, somme toute assez récente, où le "tableau" s’est émancipé de son support architectural – mur, plafond, voûte, colonne, etc., –, certains éléments de la peinture – composition,couleurs – étaient forcément soumis aux lois architecturales, géométriques et calculables, qui régissaient ses supports.

    Par ailleurs, il est intéressant de constater que cette question réapparaît également quand il s’agit d’installer une exposition de "tableaux", peints indépendamment de tout support architectural. Leur belle indépendance n’est que relative, car il faut recréer une nouvelle harmonie avec les données des locaux où ils seront accrochés. Mais bien sûr, le plus important reste la mystérieuse et incontournable relation picturale qui les lie les uns aux autres. Vincent Van Gogh, le peintre des tournesols, en savait quelque chose. De là ce grave conflit, à la fin de sa vie, avec son frère Théo, le galeriste, qui n’y avait rien compris !

    RépondreSupprimer
  7. "Sous prétexte de nous sensibiliser à l’art, un conférencier nous projette l’image d’un tableau de maître. À peine entrevu, nous allons le voir complété par des lignes géométriques, censées révéler la vision secrete et le véritable message du peintre. Nous poussons des ah ! et des oh ! parce tout son art devient si simple et évident. En sortant de la conférence, nous n’avons en fait rien vu du tableau"

    C'est la mystification habituelle des experts, de ceux qui imposent à l'Humanité le monde du contrôle si nous ne préservons pas le monde du partage. Si l'humanité ne prend pas conscience qu'elle possède la Connaissance inscrite en elle-même.
    Certains profs de français nous saoulaient déjà avec des dissections incroyables de poèmes, alors que ces textes coulaient comme des sources directement dans nos âmes.

    Soyez certaine Hortense, qu'un peintre réel ne peint pas comme les peintres de cour ni comme indiqué par les "experts". Il peint exactement comme vous décrivez le regard naturel et libre de l'enfant :

    "Il en va de même pour les jeux d’ombre et de lumière ou des plis du rideau dans sa chambre où, de proche en proche, des pistes mystérieuses se devinent entre les fleurettes du papier peint et les craquelures du plafond deviennent des figures fabuleuses …"

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. D'Ombre et de LumièreS, juste pour l'égrégore, ;-)

      Supprimer
    2. Rien dans la tête, rien dans le cœur. Juste capable de polluer.

      Supprimer
  8. une approche gemiatrique révèle que le nombre d'or est aussi 33, O 15 eme lettre +R 18eme lettre = 33 et PHI P+H+I =33 chiffre sacre chez les francs-maçons , les égyptiens etc...

    RépondreSupprimer
  9. l´œil de la gématrie, la numérologie des couleurs

    http://www.lecoindelenigme.com/index_fr.htm

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Accablée de mille maux, l'humanité n'en peut plus de respirer la poussière d'un ancien monde tombé en ruines. A présent, avec Internet, cette pollution est décuplée un nombre incalculable de fois. Nous n'en sommes plus à la tête bien (trop) pleine, elle éclate de documentations terriblement bien faites! De pitié, ne vous attardez pas sur ce genre de lien, ouvrez la fenêtre, levez le regard sur le monde qui vous entoure, respirez un bon coup. Et si vous êtes peintre, reprenez vos esprits et retournez sans plus de façons à vos pinceaux, reconnaissant(e)s que votre chevalet soit encore debout!
      Sans vouloir offenser Indigo bleu... couleur précieuse!

      Supprimer
    2. Pas de souci
      la peinture reste un art

      http://www.dailymotion.com/video/xistr0_tron-legacy-aerosol-mural-hd_creation

      Supprimer
  10. http://zone-7.net/articles/nombres-premiers-cle-de-lunivers

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.