Bistro Bar Blog

mercredi 11 septembre 2013

Le refroidissement climatique


Échec des modèles informatiques sur le réchauffement climatique ; la calotte glaciaire arctique s'étend rapidement et la planète plonge vers un refroidissement mondial


10 septembre 2013 par Mike Adams

(NaturalNews) Nous avons tous entendu parler pendant des années de la menace du réchauffement climatique. Mais aujourd'hui, par un stupéfiant volte-face, les scientifiques mondiaux préviennent qu'une ère de refroidissement mondial semble planer au-dessus de nos têtes, comme le montre l'extraordinaire expansion de la banquise depuis un an.

Même le tout dernier compte-rendu du GIEC semble indiquer qu'une ère de refroidissement mondial est aujourd'hui en marche, selon de nombreux scientifiques.

Il s'avère que les prédictions d'un réchauffement n'étaient qu'un sinistre alarmisme basé sur l'échec de modèles informatiques.

Par exemple, en 2007, la BBC rapportait que l'Arctique serait "libre de glace" pendant l'été 2013. Voici exactement comment cet alarmisme a été publié :

Les scientifiques américains ont présenté l'une des plus dramatiques prédictions jusqu'ici sur la disparition de la banquise arctique. Leurs derniers modèles indiquent que les eaux polaires nordiques pourraient être libres de glace l'été d'ici 5 à 6 ans. Le Pr Wieslaw Maslowski a déclaré à l'Union Américaine de Géophysique que les précédentes projections avaient sous-estimé les processus qui dirigent la fonte glaciaire.

L'expansion massive de la glace prouve que les alarmistes du réchauffement climatique avaient tort.

Maintenant que l'été 2013 s'achève, les images satellite de la glaciation ne prêtent à aucune discussion. Les images ci-dessous révèlent que plus d'un million de km² de glace s'est formé en une seule année. C'est une augmentation de 60 % par rapport à l'année dernière, rapporte le Daily Mail.



Voici l'image satellite qu'ils ont publié, montrant l'expansion de la glace :

La couche de glace s'est agrandie de 2.382.800 km² en un an

Comme visible sur les images, la couverture glaciaire d'août 2013 (à droite) a sérieusement augmenté depuis août 2012.

J'espère maintenant ne pas avoir enfoncé une porte ouverte avec cet article, mais si des températures plus élevées faisaient fondre la glace, le résultat serait MOINS de glace et non davantage.

La présence d'une quantité de glace en rapide augmentation est ainsi une preuve que les températures de la région sont en chute et non en augmentation. Et voilà, sauf si on croit à la magie comme semblent le faire tant de "scientifiques". Quelle magie ? La magie que d'une manière ou d'une autre des températures en augmentation donnent un accroissement de la formation de glace. Ce type de magie nécessite un sacré coup de baguette magique et une bonne quantité de poupées vaudou.

De nombreux scientifiques croient néanmoins si fort à leurs arguments de réchauffement climatique qu'ils ont été forcés d'imaginer un nouveau baratin élaboré pour tenter d'expliquer la formation de glace dans l'Arctique. Ce baratin s'appelle aujourd'hui une "pause". L'expansion rapide de la couche de glace est due à une "pause" du réchauffement, disent-ils !

Le réchauffement climatique a toujours été un argument politique et non scientifique


En réalité, le réchauffement climatique n'a jamais été un argument scientifique depuis le départ. Il a toujours été – et sera toujours – un argument politique déguisé en langage scientifique.

Pour des raisons politiques qui n'ont rien à voir avec la science ou la réalité, certains agents mondialistes avaient besoin de convaincre les populations du monde qu'une catastrophe arriverait si elles ne réduisaient pas leurs émissions de dioxyde de carbone. Mais pour en arriver là, ces agents devaient d'abord diaboliser le dioxyde de carbone, le seul nutriment vraiment important de la reforestation, de la croissance des plantes, de la production de nourriture et du reverdissement de la planète.

Le dioxyde de carbone est si important pour les plantes qu'on achète et installe des générateurs de dioxyde de carbone dans les serres pour fournir un supplément de nutriments aux plantes qui sont affamées par les bas niveaux atmosphériques de CO2.

En fait, voici une photo d'un catalogue envoyé par mail à des professionnels de la culture en serre. Comme vous pouvez le voir, cette page montre deux générateurs différents de CO2 qui convertissent le propane ou le gaz naturel en dioxyde de carbone pour augmenter considérablement la croissance des plantes :



"Les bénéfices d'une supplémentation en dioxyde de carbones sur la croissance des plantes et la production dans un environnement de serre sont bien compris depuis de nombreuses années", déclare le ministre de l'agriculture de l'Ontario.

"Le CO2 augmente la productivité par une amélioration de la croissance et de la vigueur des plantes. Les manières par lesquelles la productivité augmente avec un supplément de CO2 sont une floraison plus précoce, une meilleure récolte de fruits, une diminution d'avortement des bourgeons de rosiers, une amélioration de la taille des tiges et des fleurs. Les cultivateurs devraient considérer le CO2 comme un nutriment...augmenter le taux de CO2 de 1000 ppm fera augmenter la photosynthèse d'environ 50 % par rapport aux niveaux ambiants de CO2."

La tentative de diabolisation du dioxyde de carbone, en d'autres mots, s'effondre dès que vous comprenez la simple réalité scientifique de l'utilisation du CO2 par les plantes. Le dioxyde de carbone est un "engrais atmosphérique" pour presque toutes les plantes. Ainsi, plus le CO2 de l'atmosphère est élevé, plus rapide sera la reforestation de territoires ou la réparation de conditions quasiment désertiques.


La culpabilisation du public par le canular de l'ours polaire


Grâce aux efforts de propagande par lavage de cerveau menés sur le public, la plupart des gens pensent aujourd'hui que le CO2 est quelque peu maléfique ou mauvais. Cette idée n'a absolument aucune base scientifique. Elle a été implantée dans l'esprit des gens via une campagne de fraude extrêmement bien subventionnée, dans un but politique.
polar-bear.jpg
La fameuse photo qui a servi pour le canular de l'ours polaire victime du réchauffement climatique

Une fois les gens convaincus que le CO2 était mauvais, on pouvait les culpabiliser s'ils n'allaient pas dans le sens d'une restriction du CO2, ce qui permettait au bout du compte un contrôle virtuel du gouvernement pour toutes les industries imaginables : l'agriculture, les transports, l'énergie et même la reproduction et la population humaines (car les humains expirent du CO2 par leur respiration).

Le CO2 est devenu un levier capable de mettre l'économie mondiale en esclavage par un agenda de contrôle anti-scientifique appelé "réchauffement climatique". Ce mensonge a été vendu au public grâce à une longue liste de déclarations et fraudes bizarres dont celle de l'incapacité des ours polaires à nager entraînant leur noyade parce que la banquise disparait. Cette tromperie sur le réchauffement climatique a été répandue dans le pays par des photos déprimantes d'ours polaires en train de se noyer à faire pleurer les enfants américains dans les chaumières.

Mais il s'avère que les ours polaires sont de remarquables nageurs. C'est bien connu des biologistes de l'Arctique. Même Sea World le sait et le publie ouvertement sur son site web :

Les ours polaires sont de puissants nageurs ; ils traversent des baies à la nage sans hésitation. Ils peuvent nager plusieurs heures d'une traite sur de longues distances. On les a suivi pendant qu'ils nageaient 100 km en continu. Ils peuvent atteindre une vitesse de 10km/h à la nage.

Une épaisse couche de graisse qui va jusqu'à 11 cm, permet à l'ours polaire de conserver sa chaleur pendant qu'il nage dans l'eau froide...les ours polaires ont une si bonne isolation qu'ils ont tendance à la surchauffe. Ils se meuvent lentement et se reposent souvent pour éviter cette surchauffe.


L'absurde déclaration que les ours polaires ne savent pas bien nager équivaut à l'assertion biologique que les humains ne savent pas marcher. Le canular ours-polaire-réchauffement-climatique ne s'appuyait que sur la seule observation de 4 ours polaires flottant dans l'océan après avoir, semble-t-il, été tués dans une tempête arctique. Les scientifiques qui prétendaient que ces ours avaient été tués par le réchauffement climatique ont été ensuite réprimandés, rapporte le Huffington Post :


L'article était basé sur des observations de Monnett et Gleason en 2004 pendant qu'ils faisaient une étude aérienne des baleines à bosse. Ils ont vu quatre ours polaires morts flottant sur l'eau après une tempête...

Des alarmistes du réchauffement climatique, comme Al Gore, en ont aussitôt profité pour sauter à la conclusion que les ours polaires étaient décimés par le réchauffement climatique causé par les taux de CO2 en augmentation.

La preuve du réchauffement climatique, s'avère t-il, n'est pas plus crédible que la preuve d'Obama d'une utilisation d'armes chimiques du gouvernement syrien (qui n'est en fait que du fluorure de sodium). Dans les deux cas, nous sommes témoins d'une fabrication de preuves à des fins politiques.

De mauvais modèles informatiques conduisent à de mauvaises prévisions

Maintenant que le canular du réchauffement climatique est totalement discrédité, on doit se demander comment les scientifiques ont fait une aussi terrible erreur pendant tout ce temps.
Si on met de côté un moment l'idée qu'ils ne faisaient que mentir, on doit conclure que leurs modèles informatiques qui ont servi à prévoir les effets d'une augmentation des taux de CO2 sont furieusement imprécis. Des modèles informatiques sont, bien sûr, des essais scientifiques pour deviner comment les changements de certaines variables peuvent impacter les résultats.

Mais ces modèles sont basés sur des estimations qui peuvent refléter ou non la réalité. Après tout, le météorologue de la TV utilise une technologie avancée de modélisation mais peut tout juste dire sans aucun degré de précision s'il va pleuvoir le lendemain. Qu'est-ce qui peut faire penser que des modèles informatiques similaires peuvent prévoir avec certitude des changements de la température mondiale pour le siècle à venir ?

Le Daily Mail rapporte les dires d'un expert climatique américain, le Pr Judith Curry : "En fait, l'incertitude grandit. Il est clair aujourd'hui que les modèles sont beaucoup trop sensibles pour le dioxyde de carbone. Je ne vois aucune base concernant le niveau de confiance du GIEC."

Les météorologues ont en particulier gagné la réputation de n'être pas plus précis que des médiums ou des chiromanciens de carnaval. Après tout, à la fin des années 60 et au début des années 70, de nombreux scientifiques, qui observaient les tendances au refroidissement, prédisaient publiquement un âge glaciaire imminent.

Il s'avère de plus que les émissions de CO2 anthropiques sont éclipsées par les émissions de CO2 provenant des océans mondiaux. Donc si le CO2 seul engendrait un réchauffement, nous aurions vécu un effet planétaire de serre longtemps avant que les humains n'entrent en scène. (et, en réalité, la Terre a connu des niveaux de CO2 15 fois plus élevés dans son histoire...)

Météorologues, casinos et addiction aux jeux


Les excuses verbales des météorologues sur le réchauffement climatique ressemblent de plus en plus à celles des drogués du casino qui essaient d'expliquer leurs pertes. "Ouais, j'ai juste perdu cette main, mais dans l'ensemble je gagne !"

Il existe une forte tendance de la psychologie humaine à quelque chose que je qualifie "d'élan cognitif". Cela signifie qu'une personne qui a décidé de croire à quelque chose et qui a publiquement énoncé sa croyance est normalement très difficile à convaincre pour qu'elle réexamine sa croyance sous un nouvel angle. C'est pourquoi tous ceux parmi nous qui sommes de vrais scientifiques doivent rester vigilants à propos de nos propres croyances, et capables de les remettre en question et de changer de position publiquement si elles se révèlent fausses. (exemple : je croyais au battage médiatique du réchauffement climatique, mais j'ai publiquement changé ma position par de nouvelles preuves qui contredisent clairement mon ancienne croyance).

Ceux qui rejettent simplement toute preuve contradictoire comme une aberration plutôt que comme une vraie preuve ne sont pas de vrais scientifiques...ils sont dogmatiques. Ce qui inclut presque tous les gens pro-vaccins, en passant, qui rejettent consciencieusement tous les compte-rendus d'enfants à qui les vaccins ont fait du tort comme des "aberrations" plutôt que des modèles de preuve. Quand une preuve accablante ne compte-t-elle pas pour preuve ? Quand c'est une preuve qui montre les dangers des vaccins, bien sûr. Toutes ces preuves sont passées sous silence, comme les preuves actuelles d'un réchauffement climatique causé d'abord par l'activité humaine.

Voilà comment la "science" devient un "dogme". Voilà comment les scientifiques deviennent sectaires. Et de toutes les manières imaginables, les promoteurs du réchauffement climatique sont aujourd'hui des chefs de secte qui demandent à leurs fidèles de croire à leur bonne foi sans aucune preuve de réalité.

Ils ont peut-être besoin qu'on les trempe quelques secondes dans les eaux glacées de l'Arctique pour qu'ils changent subitement d'avis. "Vous croyez toujours au réchauffement climatique ?" pourrait-on leur demander en leur sortant la tête de l'eau. "Alors pourquoi votre visage est-il couvert de glace ?"


Traduction par le BBB.

26 commentaires:

  1. Et Al Gore, alors, c'est pas bien de lui faire ça, on devrait lui enlever tout le fric qu'il a gagné et fait gagner à d'autres, il n'y a pas de petits profits, et même qu'il n'a pas fini.

    http://www.lapresse.ca/environnement/200903/24/01-839854-al-gore-publie-un-nouveau-livre-sur-le-changement-climatique.php

    RépondreSupprimer
  2. Regardez bien les deux fotos !
    Elles sont prises sous des angles différents !!!
    Ils semblerait que les glaces soient identiques ! ! !
    Pépé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les deux angles, d'accord. Mais les glaces sont effectivement plus étendues sur la deuxième photo. Faut des nouvelles lunettes, Pépé.

      Supprimer
  3. Moi, l'impression que ça me donne c'est surtout que la glace n'a pas la même consistance comme si elle s'était étalée, mais du coup on dirait que la couche est plus fine aussi.
    Il y aussi les différentes teintes de l'eau qui est plus claire en 2013, à cause d'une température plus élevée que celle qu'on voit dans le contour direct de la glace.

    C'est juste en regardant ces deux images que je dis ça, mais ce n'est pas mon métier, simplement un avis.

    RépondreSupprimer
  4. Juste un trucage de photos réalisé à partir de ce site:
    http://climate.nasa.gov/news/767

    Si vous avez republié ce hoax vous êtes sacrément crédules.
    Ça m'a pris moins de 2 minutes pour trouver les images d'origine.
    Vous vous attendiez à quoi venant d'un tel site?

    Le fait même que certains en aient débattu sur ce site prouve que les gens ingurgitent tout ce qu'on leur dit sans jamais vérifier les informations. Des dictatures sont nées et naissent encore comme ça de nos jours...

    GD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lien direct pour la vidéo qui a servit au photo montage:

      http://www.flickr.com/photos/gsfc/8003901788/in/set-72157631272507568

      GD

      Supprimer
    2. c'est vrai que la photo aout 2012 est tirée de cette serie de photos, mais pas la seconde. les taches ne sont pas au mêmes endroits... c'est une autre série

      Supprimer
  5. moi ce que je vois c'est juste deux photos informatisé et non réel !

    RépondreSupprimer
  6. Il y a une grosse différence entre une photo du 1er aout et une photo du 1 aout !

    RépondreSupprimer
  7. Les pôles de la Terre changent, ils cachent cette information.
    http://mchris999.centerblog.net/9-REVES
    http://mchris999.centerblog.net/43-basculement-des-poles-nibiru-arrive
    Nibiru n'est pas Ison.

    RépondreSupprimer
  8. ça ne ressemble pas à un photomontage sur le site de la NASA ^^

    http://svs.gsfc.nasa.gov/vis/a000000/a004000/a004096/index.html

    RépondreSupprimer
  9. La surface d'enneigement terrestre (en bas de la glace flottante, sud) n'est pas le même sur les deux photos. Idem pour la glaciation entourant les îles située en bas de la photo.

    PS: Pour le webmestre. Dommage le second article sur la réincarnation est toujours inaccessible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme de 10h56 : je peux envoyer l'article par mail. Il suffit de cliquer sur mon profil, il s'y trouve.

      Je rappelle que sous Firefox, il n'y a pas de souci.

      Supprimer
  10. Que ces photos soit "truqués ou pas " ce qu'Hélios voulait faire passer comme message c'est qu'On nous fait "croire n'importa quoi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça. Le film d'Al Gore, "Une vérité qui dérange" était de la pure propagande.

      Et si les photos sont truquées, ce n'est pas Mike Adams qui a voulu diffuser une information fausse, c'est le Daily Mail qui l'a diffusée le premier.

      De toutes façons d'autres articles indiquent que le réchauffement climatique est du pipeau.

      Supprimer
  11. Nigel Farage, en deuxième partie de son exposé, montre les photos reproduites ci-dessus. Oserait-il se rendre ridicule si elles étaient un hoax ? Voir la vidéo :

    http://www.youtube.com/watch?v=MjruPuo1KgU#t=166

    RépondreSupprimer
  12. Audrey Garric, Le Monde du 12-09-13

    "L'information a fait le bonheur des climatosceptiques : la banquise arctique aurait gagné 60% en superficie cette année, comparé à 2012, quand elle avait atteint un minimum de 3,4 millions de km2 – un record depuis le début des mesures. Ce n'est plus le réchauffement climatique mais le "refroidissement climatique", titre le Daily Mail dans un article publié samedi 7 septembre, assorti de clichés de la NASA sans équivoque. En réalité, si la fonte de la glace de mer est moins forte que l'an dernier, elle reste majeure, et s'inscrit dans une tendance lourde qui s'accélère depuis une décennie.
    Là où l'information du quotidien britannique est partiellement biaisée, c'est qu'elle prend pour comparaison le mois d'août, et non le jour de la superficie minimale qui survient habituellement vers la mi-septembre. La banquise, surface de mer gelée, contrairement à la calotte glaciaire, fond en effet en été (jusqu'à septembre) pour se reformer en hiver (elle est la plus étendue en mars).

    "DANS LES SIX RECORDS DE FONTE JAMAIS ENREGISTRÉS"

    Les chiffres les plus récents, publiés mercredi 11 septembre par le centre de référence en la matière, le National Snow and Ice Data Center (NSIDC) américain, montrent ainsi que la banquise s'est encore rétrécie depuis août, à 5,1 millions de km2, soit bien en deçà de la moyenne des minimums observés entre 1979 et 2012, qui s'établit à 6,1 millions de km2.

    "La banquise va atteindre son minimum d'ici quelques jours, explique Mark Serreze, directeur du NSIDC. Bien que sa surface soit supérieure à celle de septembre 2012, elle rentrera néanmoins dans les six records de fonte jamais enregistrés."

    L'évolution de la surface de la banquise en 2013, par rapport à 2012 et à la moyenne entre 1981 et 2010.

    "Ce n'est pas en regardant la différence entre deux années que l'on peut analyser les changements en cours, assure la paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte, directrice de recherches au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement. Il faut étudier la tendance sur dix ans au moins."

    Or, depuis trente ans, la banquise recule, avec une accélération notable au cours de la dernière décennie – et deux records en 2007 et 2012 – comme le montre ce graphique du site spécialisé Cryosphere Today, qui agrège les anomalies avec le cycle moyen entre 1979 et 2008. "La superficie de la banquise est de plus en plus fuctuante au fur et à mesure du temps : elle fond de plus en plus en été", observe la scientifique.

    Evolution des hausses et baisses de la surface de la banquise au fur et à mesure des mois entre 1979 et 2013.
    Au-delà de sa surface, la banquise arctique fond aussi en épaisseur, avec une perte d'un mètre de la glace pluriannuelle (qui survit durant l'été). Résultat : on a perdu 3 000 km3 de volume de glaces de mer par décennie entre 1980 et aujourd'hui, selon Valérie Masson-Delmotte.

    Quand la banquise aura-t-elle entièrement disparu ? Le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), en 2007, anticipait une disparition complète à la fin de l'été autour de 2080. Mais les nouveaux modèles, utilisés dans le prochain rapport qui paraîtra le 27 septembre, devraient avancer cette date à 2040 ou 2060."

    Amicalement,

    Delphin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette réponse . Enfin une argumentation qui tient la route.

      Supprimer
  13. Evaluer une modification climatique à l'échelle planétaire sur quelques dizaines d'années est une tâche impossible : moyenner des températures n'a pas de sens physique, et les conditions de mesures (du moins avant les relevés par satelites) sont incompatibles avec la précision requise.
    On essaie donc de nous imposer comme preuve des fontes locales de glaces (ça n'a pas plus de sens mais ça marque les esprits). Quand cela se retourne contre les marchands de catastrophisme, je rigole tout simplement/

    RépondreSupprimer
  14. il suffit juste de regarder les glaciers dans les alpes les oiseaux migrateurs qui restent de plus en plus tard (tourterelles turc, étourneaux etc...)

    RépondreSupprimer
  15. toujours ce pourri de Al Gore sponsorisé sûrement par les Rothschild et du même clan !

    RépondreSupprimer
  16. Rappelez-vous que les côtes groenlandaises, pays verts ont été libre de glace par périodes...

    RépondreSupprimer
  17. Sinon, on mange quoi à midi ? Et ce WE, elle est où la teuf ?

    RépondreSupprimer
  18. Le château de cartes de l’escroquerie du réchauffement climatique anthropique continue de s’effondrer…

    Réchauffement Climatique Anthropique le point de non-retour: le scepticisme se généralise…

    http://resistance71.wordpress.com/2013/09/20/science-et-nouvel-ordre-mondial-le-chateau-de-cartes-de-lescroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-continue-de-seffondrer/

    RépondreSupprimer
  19. C'est étrange que tout le monde ne voit pas la question qui importe:
    Est-ce un refroidissement ou un réchauffement climatique qui nous serait le plus profitable?
    Or, la réponse est simple et se remarque par les simples observations historiques, le réchauffement permettant une agriculture plus productive, elle est, et de loin, beaucoup plus profitable qu'un refroidissement.
    C'est simple, clair et net.
    En fait le catastrophisme se trouve là et faut-il être dépourvu d'un minimum de connaissance historique pour croire à ces fadaises, une observation empirique suffit.
    Un refroidissement, en revanche,serait pour nous, genre humain, catastrophique en raison de l'amoindrissement des récoltes, songez que nous sommes 7 milliards d'être humain sur Terre quand le premier milliard ne fut atteint qu'un petit peu après le début du XIX° siècle et qu'il a fallu plus d'un autre siècle pour passer le second..., il va falloir nourrir toutes ces bouches.
    Je préfèrerais un réchauffement à un refroidissement parce que la crise économique majeur devant laquelle nous sommes sera plus facile à traverser.
    Alors, messieurs-dames, quand il s'agit de savoir si nous sommes ou non manipuler, demandez-vous, d'abord, si ce ne serait pas le questionnement induit par les affirmations du temps qui serait ou pas biaisé.
    Certes, les réponses toutes faites sont dangereuses mais les questions toutes faites aussi.
    C'est pourquoi tous les gouvernements totalitaires veulent contrôler les scientifiques (sérieux, pas les faiblards du G.I.E.C.) et les artistes (ici les vrais artistes cachés derrière leurs murs et non pas la soupe tiédasse qui nous est serinée à longueur de temps par des handicapés de la phonation ou les coincés de la barbouille), eux, ces gens sérieux et inventifs vont remettre en question les vérités de l'époque et si l'art, surtout, et la science, bien moins, d'aujourd'hui sont si piètres c'est justement, non pas pour nous induire en erreur, mais parce que même nos élites sont sottes, c'est pourquoi dans nos pseudo-démocraties les arts et les sciences vrais sont censurés discrètement ou autocensurés, personne ne comprend la qualité.
    Alors, messieurs-mesdames, posez-vous les bonnes questions et tous nos problèmes commenceront à se régler.
    Comment savoir ce que sont les bonnes questions?
    C'est que leurs réponses mènent à de nouvelles questions.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.