Bistro Bar Blog

vendredi 6 septembre 2013

La question de la réincarnation (2)


Comprendre ce que veut dire se réincarner


Depuis sa réintroduction dans la conscience occidentale, la réincarnation a pourtant subi une transformation. Ce n'est plus la roue des "cycles de vie" sans fin enseignée par les hindous et les bouddhistes, mais une "école d'éducation évoluée" conçue pour nous amener à de toujours plus grands niveaux d'éveil spirituel. C'est pourquoi quand un hindou ou un bouddhiste et leurs homologues réincarnationnistes occidentaux parlent du sujet, ils semblent parler deux langages différents. C'est d'une certaine façon là que s'installe la confusion.

Pour l'hindou, l'âme est fondamentalement coincée dans un cycle éternel de renaissances qui ne peut jamais être rompu en raison du besoin continuel d'équilibrer son karma. En effet, avec toute incarnation charnelle, la personnalité humaine – sous-produit de l'âme sous-jacente qui lui a donné naissance – accumule une dose de mauvais karma qui doit être éliminé pour restaurer son équilibre. Une partie de ce karma peut être éliminé dans la vie sous forme de bonnes actions, mais c'est rarement suffisant pour éliminer la dette entière, dont on tient compte dans la vie suivante avec l'âme qui accepte une incarnation qui peut être plus difficile et permet donc à la dette karmique d'être éliminée.

En de rares occasions, la vie peut être si exemplaire que la personne peut naître dans une situation plus évoluée (ou dans une caste différente dans le parler hindou) mais la règle veut que le mauvais karma a tendance à peser plus lourd que le bon karma et, en s'accumulant constamment au fil des vies, il s'ajoute à la dette croissante qui reste à équilibrer et ainsi perpétue le cycle des renaissances. (Bien sûr, si quelqu'un accumule trop de mauvais karma, il peut ne pas renaître en tant que personne, mais peut revenir sous la forme d'un animal ou même dans certains enseignements, en tant qu'objet inanimé tel qu'une pierre. Cette croyance s'appelle "transmigration de l'âme" et est aussi un élément majeur des enseignements de l'hindouisme).



Le bouddhisme, d'un autre côté, tout en envisageant le processus de la réincarnation à peu près de la même manière que les hindous, diffère en ce qu'il enseigne que le cycle des renaissances peut être brisé en atteignant le nirvana (littéralement l'illumination), moment auquel le cycle est rompu.

L'illumination signifie fondamentalement devenir conscient de sa vraie nature et des réalités contenues au cœur des Quatre Nobles Vérités comme l'a exprimé Gautama Bouddha il y a plus de 2000 ans. Ce sont : premièrement, être en vie veut dire souffrir en raison de l'imperfection de la nature humaine et du monde qui nous entoure ; deuxièmement, la cause de la souffrance est l'attachement aux choses transitoires (en effet, l'état de besoin ou le désir des choses) ; troisièmement, on peut apprendre à laisser partir ces attachements ; et enfin, le processus pour accéder à l'illumination est progressif et peut s'étendre sur plusieurs vies.

Au contraire, le but de la renaissance pour de nombreux réincarnationnistes occidentaux est d'apprendre les leçons nécessaires dans chaque incarnation pour accéder au  niveau spirituel suivant qui, tout en ayant des similitudes avec le concept bouddhiste de la lente accession à l'illumination pendant plusieurs incarnations par la pratique de la Voie Octuple du Bouddha (vision juste, intentions justes, parler juste, action juste, moyens de subsistance justes, effort juste, attention juste, et concentration juste), est en fait tout à fait différent.

Le bouddhiste ne pense pas qu'on "apprend" de nouvelles leçons à chaque vie, mais qu'on applique simplement les principes contenus au sein de la Voie Octuple jusqu'à ce que l'état de besoin, l'ignorance, les illusions et ses effets disparaissent graduellement en progressant vers l'illumination. Pour la mentalité occidentale, l'attachement n'est pas considéré comme la source du problème (bien qu'il soit généralement reconnu qu'un attachement obsessionnel aux choses puisse être au détriment de la croissance spirituelle).

Une autre différence importante entre les concepts orientaux et occidentaux de la réincarnation se rapporte à la perception de ce qui, exactement, se réincarne. L'hindou voit son âme – l'essence divine de Dieu – comme ce qui génère chaque incarnation, avec la personnalité individuelle ou ego comme étant l'expression transitoire de cette âme.

Contrastant fortement, le bouddhiste ne croit pas du tout à des âmes individualisées, mais pense que le sens de soi est principalement une illusion créée par nos propres perceptions personnelles – une "mémoire" consciente si vous voulez, conçue par la supposition que nous existons séparément. Pour le bouddhiste, nous faisons tous partie d'une conscience divine plus large et nous avons simplement accepté l'"illusion" momentanée d'une séparation. Les bouddhistes comparent la signification de notre existence aux vagues de l'océan ; de même que la vague est un phénomène temporaire causé par le vent et les courants, notre personnalité est également aussi éphémère et est réabsorbée, après la mort, par la conscience divine de la même manière qu'une vague est finalement avalée par l'océan.

En occident, cependant, la personnalité – ou ego – est plus résistante et généralement considérée comme immortelle. Pour beaucoup, l'âme et la personnalité sont vues comme synonymes, faisant donc qu'à la mort notre personnalité de base – chargée de toutes ses mémoires, expériences de vie, connaissances et caractères – retourne dans un autre corps afin de poursuivre son existence. Elle peut ne pas avoir un souvenir direct de sa vie passée – bien que certaines personnes prétendent posséder la capacité de se rappeler consciemment leurs précédentes incarnations – mais c'est essentiellement la même personnalité qui recommence à vivre dans un autre contexte. 
 
La personnalité peut expérimenter un cadre radicalement nouveau – par exemple, elle peut vivre une incarnation en tant que femme indienne qui a vécu et est morte au 19ème siècle et ensuite revenir comme un homme dans l'Espagne du 20ème siècle – mais c'est toujours la même "personne" qui sous-tend chaque "rôle". Bien sûr, les expériences et l'environnement qu'elle retrouve à chaque nouvelle incarnation affecteront la personnalité de base d'une manière subtile et parfois substantielle, mais cela fait aussi partie du processus. Voilà pourquoi l'occidental voit la réincarnation comme des "leçons". Après tout, la jeune femme indienne a pu vivre et n'apprendre que trop peu dans son bref passage sur Terre, et elle aurait fait le choix de revenir – cette fois en tant qu'homme espagnol – pour apprendre ce qu'elle avait négligé d'apprendre dans sa précédente incarnation ou qu'elle n'a pas eu l'opportunité de faire .

Cela fait de l'illumination spirituelle une sorte de liste de "choses à faire" qui a besoin d'être pointée dans son intégralité avant que le processus des renaissances puisse être stoppé. (Ce qui arrive après est également ouvert à la spéculation parmi les occidentaux : certains imaginent que nous revenons en tant qu'avatars ou enseignants spirituels ; d'autres supposent que nous recommençons le processus sur une autre planète, alors que d'autres encore maintiennent que nous nous dirigeons vers d'autres dimensions. Il semble que les options possibles pour une âme évoluée sont étendues.)

Je me demande, toutefois, si la vérité ne serait pas une accumulation de chacune de ces perceptions ? Il est clair que le concept oriental d'une âme-source qui donnerait naissance à toutes les personnalités est fondé, tout comme la croyance bouddhique en la nature transitoire et temporaire de l'ego qui est venu au monde. Et le concept occidental selon lequel nous nous réincarnons jusqu'à ce que nous apprenions ce que nous devons savoir a un certain bien-fondé et pourrait être l'équivalent, en quelque sorte, de l'idée bouddhiste selon laquelle le cycle des renaissances prend fin avec l'illumination -- bien que ce soit l'individu qui choisisse d'en définir les conditions.


Je me demande souvent si nous ne regardons pas tous le même phénomène et n'en voyons pas uniquement les éléments qui nous parlent personnellement. Je soupçonne que notre compréhension du but de la réincarnation a des manques à plusieurs niveaux et ne peut jamais être intégralement parfaite, bien qu'il me semble aussi que nous progressons pour en arriver à une meilleure idée de sa complexité et de sa sophistication. Peut-être qu'un jour l'Orient et l'Occident s'uniront pour fusionner leurs différentes perceptions et ainsi formeront un tout qui répondra aux questions de chacun.

Bien sûr, je reconnais qu'une chose de ce genre peut sembler un processus contradictoire. Après tout, comment peut-il y avoir une âme et une absence d'âme et comment l'ego peut-il être immortel et pourtant transitoire ? Associer les concepts occidentaux et orientaux sur la réincarnation semblerait vouloir adopter ce paradoxe, mais j'ai découvert que c'est souvent dans les complexités d'un paradoxe que réside la vérité. En fait, ce n'est avant tout que notre capacité limitée de compréhension qui transforme ces apparentes contradictions en paradoxes.

Je me demande si elles apparaîtraient toujours comme telles en découvrant en nous la capacité de comprendre réellement à un niveau que notre capacité mentale actuelle ne permet pas. D'un autre côté, il est possible que comprendre ces concepts ne se fait pas au niveau mental, mais spirituel, qui est d'un accès difficile pour beaucoup de gens.

Il est possible qu'on ne nous ait finalement jamais donné les moyens de comprendre pleinement comment fonctionne la réincarnation et ce peut être là que l'aventure commence réellement. La question de notre devenir après notre mort n'a peut-être jamais été censée recevoir une réponse, mais simplement être un thème d'exploration, car c'est en cherchant – pas forcément en trouvant – la réponse qu'une croissance peut se faire.

Ce n'est peut-être qu'en abandonnant en fait notre besoin de trouver des réponses que nous leur donnons la possibilité de nous atteindre. En effet, nous pouvons ressembler à un homme tellement occupé à chercher un trésor qu'il en oublie de réaliser qu'il ne le cherche qu'au plus profond d'une mine d'or. En levant simplement la tête pour regarder le trésor qui scintille autour de lui, il comprendrait combien sa quête passionnée s'est révélée stupide. Nous avons peut-être juste besoin de faire de même.


Source

Traduit par le BBB.


63 commentaires:

  1. "nous pouvons ressembler à un homme tellement occupé à chercher un trésor qu'il en oublie de réaliser qu'il ne le cherche qu'au plus profond d'une mine d'or"
    En effet : chercher est l'exact contraire de trouver. Comme la peur est l'exact contraire de l'Amour. Comme attendre est l'exact contraire de vivre.
    Il y a donc ceux qui cherchent, et ceux qui trouvent. Tout est en ordre.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
  2. En rédigeant ces lignes, je voudrais déjà donner un écho à certaines contributions.
    Pour commencer, il me semble bien dit qu'en matière de réincarnation, il ne faut pas chercher à convaincre qui que ce soit.

    Certains en ont la tranquille certitude dès leur plus jeune âge. D'autres en ont un pressentiment et n'attendent que d’entendre ou de lire quelques mots pour qu’il prenne des contours plus concrets. D'autres encore ont la réaction opposée, et au premier mot ils ont des réactions de rejet panique bien symptomatiques de ceux qui ne supporteraient pas de savoir et se protègent par des préjugés. Reste ce qui est toujours la majorité de gens, à l'esprit complètement obnubilé; pour eux, le sujet n'existe qu'à travers quelques clichés sans signification réelle.

    Il existe aussi des curieux qui cherchent à connaître leurs vies antérieures en se faisant aider par des personnes se disant à tort ou à raison compétentes. À mon sens, la plus grande prudence s’impose, parce qu’avant d’être confronté à ses vies antérieures, il vaut mieux déjà avoir acquis par soi-même les forces psychiques qui permettent de distinguer le vrai du faux qui s’y glisse le plus souvent, et ensuite, en assumer les conséquences.

    La réincarnation reste un sujet délicat à aborder. Déjà, il faut sérieusement le réactualiser, comme le fait le présent article, et je ne reviendrai pas là-dessus en ce qui concerne le monde oriental. Là, les choses sont assez cernables, car on dispose de conceptions élaborées de longue date et on leur reste encore assez fidèle.

    Pour le monde occidental, c’est très, très différent, et là, l’auteur donne l’impression d’avancer sur un sol plutôt incertain. Il pose donc beaucoup de questions et déplore le manque de concepts. De toute évidence, notre culture ne les a pas, parce qu'elle n’a pas eu à les développer !

    A cet endroit, il aurait fallu qu’il pose la question : pourquoi ? L'auteur constate bien qu’« en occident… la personnalité – ou ego – est plus résistante et généralement considérée comme immortelle », mais il ne dit jamais pourquoi.

    à suivre

    RépondreSupprimer
  3. Suite

    La raison en est pourtant évidente et réside dans l’emprise exercée dans cette partie du monde par la religion chrétienne, qui a mis tout l’accent sur l’importance, l’unicité et le caractère immortel de chaque âme individuelle. C’est même pour cette raison que l'Eglise catholique a en quelque sorte été "obligée" de faire oublier tout souvenir ou toute allusion à la réincarnation, comme au départ ils existaient pourtant bien un peu partout, et comme ils se retrouvent aussi bien dans l’Ancien que le Nouveau Testament ! Mais, émergeant juste d’anciens liens familiaux et tribaux, de coutumes et de corporatismes contraignants, chaque âme individuelle, pour se consolider, devait alors avant tout être incitée à se concentrer sur sa seule vie du présent .

    Que la religion chrétienne, et surtout le catholicisme, ne tienne pas compte du fait que depuis un certain temps déjà nous sommes suffisamment individualisés pour pouvoir nous intéresser à nos vies antérieures sans danger pour notre personnalité, est un véritable drame. L'Eglise voit bien les côtés négatifs de cette individualisation poussée trop loin, mais au lieu de comprendre que le moment est ainsi venu d’élargir sa doctrine, et par là, sauvegarder sa raison d’être en tenant compte des vies successives et du karma, elle se cramponne à la possibilité d’exercer encore quelque influence sur certains en leur interdisant de s’y intéresser.

    Une des principales missions du grand initié Rudolf Steiner a été de parler, il y a déjà un siècle, non seulement du rôle central de Jésus-Christ dans l’ensemble de l’évolution de l’humanité, mais aussi de la place que prennent à côté de lui le karma et l’évolution de chacun de nous à travers des incarnations successives. A une époque déjà très difficile pour le monde occidental, il a tenu, à travers l’Europe entière, un grand nombre de conférences où il étaye ce sujet. Tous ces textes existent en traduction française, à voir : Editions Triades ou Editions Romandes.

    RépondreSupprimer
  4. Merci Hortense. "Certains en ont la tranquille certitude dès leur plus jeune âge". Certains savent même qu'ils viennent d'un autre monde dès leur plus jeune âge, et pourquoi ils sont venus ici.
    La période que nous vivons est exceptionnelle : nous pouvons dire tout cela aujourd'hui. Nous ne le pouvions pas hier sans le payer très cher.

    Je sais que beaucoup de jeunes voient leur avenir plombé par l'obscurcissement des nuages actuels, et je ressens leur souffrance de n'avoir pas droit à une jeunesse insouciante, à des rêves d'enfants.
    Et je leur dis que je comprends ce qu'ils ressentent. Mais je leur raconte : imaginez quelle aurait été votre enfance si vous étiez venu ici comme étranger dans un monde où il y a la guerre, ce qu'elle aurait été longue et dure, votre vie, si vous aviez été ostracisé toute votre jeunesse et votre âge d'adulte à cause de vos différences.
    Je leur dis : il vous aurait fallu attendre toutes ces années sans vous désespérer, avant de pouvoir faire ce que vous étiez venu faire sur ce monde. Sans jamais savoir si vous alliez tenir assez longtemps pour un jour enfin y arriver.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Brigitte, je devrais aller me coucher, mais ce ne sera pas avant de vous avoir dit que votre écho m'a fait du bien. Parce que l'ostracisme et l'isolement existent toujours, et parce que nous suivons trop de fausses pistes dans la vie.
      Les jeunes! Mais qui leur a mis dans la tête que leur avenir est plombé quand le soleil brille sur eux un beau jour d'été? Ou quand la bourrasque souffle avec tant de vigueur tandis qu'ils sont bien au chaud un jour d'hiver? Quand ils respirent, sont vêtus, nourris...
      "A chaque jour suffit sa peine", c'est une parole si sage, et la contentement de ce que l'on a vaut toutes les richesses du monde. Le vouloir toujours plus, le droit à l’insouciance, voilà des paroles du diable; il ne faut même pas les écouter, ce sont des mensonges, car qu'est-ce qu'il sait du lendemain de notre destin ?
      Je prêche cela ayant vécu une enfance et une jeunesse dont le récit factuel ferait lever les bras des braves gens au ciel, et personne ne me comprendrait quand je dis que j'ai été heureuse et que je suis toujours reconnaissante à mon destin de m'avoir tant apporté. Ce n'est pas pour parler de moi, mais pour témoigner que c'est tout à fait possible. Chaque destin est une oeuvre d'art, avec des tâches sombres et des tâches lumineuses; tout est nécessaire pour qu'il soit.
      Bonne nuit maintenant! Hortense

      Supprimer
    2. Chère Hortense, j'ai bien lu votre réponse hier soir. L'ostracisme que j'ai vécu "seule" (on ne l'est jamais) existe encore c'est vrai, mais il n'existe plus sous la forme d'avant : nous sommes de plus en plus nombreux à nous exprimer, et vous avez perçu comme moi la résonance en ceux qui n'osent pas encore se souvenir de leur origine et de leur raison d'être ici.
      Les jeunes ne sont pas tous nourris, ni vêtus ni chauffés. Ils n'osent peut-être pas tous vous le dire. Les vieux non plus.

      L'insouciance n'est ni de l'inconscience, ni de l'irresponsabilité. C'est une expérience de sécurité absolue qui permet aux enfants de garder solidement gravée dans leur ADN la certitude qu'ils peuvent faire confiance à ce que la Vie leur donne.

      Tout comme l'expérience de la dépendance, lorsqu'elle est heureuse, est importante à son heure (même si elle peut être réparée ensuite). Par exemple la dépendance au sein de la mère, si elle est heureuse.
      Garder gravée en soi l'expérience d'une dépendance heureuse (l'inverse de la valeur donnée actuellement à la dépendance) donne à l'Humain beaucoup plus de chances de faire confiance aux bonnes personnes, au bon moment. Et de vivre libre.

      Bonne journée à vous Hortense
      Brigitte

      Supprimer
    3. Bonjour Brigitte,

      je ne perds pas de vue notre sujet, la réincarnation. En fait, il n'est pas possible d'en parler sans prendre aussi en compte le rôle du "karma", une dénomination qu'il me semble légitime d'avoir puisée ailleurs, puisque notre mot "destin" n'arrive pas à entièrement rendre la réalité en question. Le karma est quelque chose que chaque personne se crée au cours de sa vie, sans s'en rendre compte à moins d'entendre encore la voix de sa conscience, généralement passée de mode.

      Quoi qu'il en soit, nos vies ne sont pas parfaites et comme, dans le meilleur des cas, nous pesons encore malgré nous plus sur le monde (Terre, plantes, animaux et humains) que nous pouvons lui donner en retour, nous devenons de plus en plus débiteurs, comme cela s’exprime d'ailleurs très bien dans les conceptions extrême-orientales: Du simple fait de vivre sur Terre et de s’ y réincarner, la situation ne peut que devenir de plus en plus ingérable. Le résultat: le fatalisme ou l'espoir de s'échapper complètement au cycle des réincarnations.

      La vision occidentale qui se base sur le christianisme, comme j'ai essayé de l'exprimer hier, est plus positive. Grâce au Christ, la part ingérable des dégâts que nous causons pour mille raisons (j'hésite à utiliser le terme "dette karmique" qui est assez clair, mais risque d’orienter dans une vision trop mécaniste) a été et est continuellement assumée. Il ne reste à notre charge que ce qui peut être gérable - et DOIT être géré (individuellement, collectivement) si nous voulons évoluer et contribuer à l'évolution générale.

      Tous les jours, j'échange avec des personnes plus ou moins proches sur la question du mal, de la douleur, de la mort. Ce qui arrive à certains peut paraître immérité, comme injuste, et cela l'est parfois effectivement. Pourtant, tout a un sens, au sein d'un contexte qui nous dépasse. On peut se mettre à réfléchir à cela. Mais le plus souvent, on se contente de formuler son amertume, ses griefs, ses revendications et de s’y cramponner. Ce qui ne sert à rien sauf à empoisonner l’atmosphère. (Voir la récente étude « Pourquoui les gens ne guérissent-ils pas ? »)

      Supprimer
    4. (Suite:) Cela dit, la question est complexe, et moi aussi, je connais ce profond désir de voir les jeunes générations vivre comme vous le dites : Nourris au sein, habillés textiles naturelles, soignés alternativement, etc., etc., bref, de la voir bénéficier de tout ce qui nous tient à cœur au BBB. Nous devons un corps sain à nos enfants et, si possible, à tous les autres. - Dans la réalité, cela ne se réalisera jamais. Certains naissent handicapés, et continueront à naître si nous refusons l'eugénisme génétique. En fait, pourquoi nous le refusons-nous? Parce que le corps n'est pas tout.

      Vient donc le chapitre de l'entourage qui prend soin de l'âme des enfants. Encore infiniment plus difficile à gérer! Je ne m'étends pas, vous savez de quoi je veux parler. Des situations concrètes me tiennent régulièrement éveillée la nuit avec un grand sentiment d'impuissance. Comme occidental, on ne peut pas se résigner. Ne reste que de nous tourner vers Dieu, à lui soumettre nos souhaits et à lui faire confiance.

      Si une telle attitude est incompatible avec notre orgueil, nous en venons aux revendications. Nous mettons des DROITS à la place des DEVOIRS. Ainsi, un jour quelqu'un a inventé "les droits de l'homme". (Le "droit au bonheur" est un véritable paradoxe et la garantie d'un malheur qu'autrement on n’aurait pas connu.) Tous ces droits sont opposables à qui? Ça, ce n'est pas dit, mais ce sont forcément les autres. S’ils ne l'entendent pas de cette oreille, ils deviennent des ennemis. Et après la guerre, un jour on recommencera. Des devoirs, personne ne parle, personne n’y songe pour rester dans la course.

      Mon propos d'hier n'avait pas la prétention de tenir compte de tous les cas de figure. Je ne veux pas nier qu'il y ait des jeunes, et des vieux aussi, qui ont faim. Mais en règle générale, on ne laisse personne mourir de faim dans un pays comme la France. Beaucoup de gens, et surtout les jeunes, ne savent même pas ce que c'est, la faim, et ne sauraient pas s’en angoisser. Le malaise de nos jeunes provient d'ailleurs. Pour simplifier toujours, je dirai que leur creux n'est pas dans l'estomac, mais ailleurs. Ils sont en manque, mais personne ne sait ou oserait leur dire qu’ils sont en manque d’eux-mêmes, du sens de leur vie.

      Question de destin à gérer, et question de destin à construire ! Plus nous avançons en âge, plus nous devenons disponibles pour y aider les plus jeunes. Après avoir été une pas trop mauvaise mère, un bon prof, une bonne infirmière, etc., nous pouvons distribuer la soupe populaire et remettre des bonnets chauds aux sans-abri. Nous pouvons, sans toutefois nous imposer, donner des conseils pratiques,. Certain(e)s ont le don de l’écoute. Ils/elles peuvent même parfois aider aux prises de conscience. Mais on ne peut guère aller plus loin !

      Bonne fin de semaine , Brigitte!

      Hortense

      Supprimer


  5. autres interprétations ! !!

    http://www.ananda-travel.com/FR/bouddhisme_interpretation_erreur.htm

    http://www.4p8.com/eric.brasseur/bouddh.html

    RépondreSupprimer
  6. Il existe aussi la vision hindouïste de vajnava (dévôts de Krishna) selon laquelle il existe deux âmes dans tout être , le Paramatman ( l'âme divine ) et l'atman , l'âme individuelle. Mais si le sujet vous intéresse ( et il est passionnant ) lisez la Bhagavad-Gita ( le chant du bienheureux) tirée du Mahabarata.

    RépondreSupprimer
  7. ""Quand une goutte de pluie s'évapore , elle monte au ciel. Puis elle se condense à nouveau et retombe sous forme de gouttes. Mais la goutte qui retombe, est ce la même qui s'est évaporée? ou bien sont-ce des morceaux de gouttes qui se sont évaporées ?"
    En gros les corps et les vies elles mêmes sont secondaires : ce qui compte ce sont les expériences.
    L'être spirituel choisit un corps pour effectuer un certains nombre d'expériences.
    Il peut lui même vivre plusieurs vies simultanément ou bien récupérer des morceaux de vies antérieures et une même personne peut se réincarner en morceaux dans différents corps (idée tibétaine de la chose)"
    une vision tirée du blog de christophe allain, de ce point de vue la mort ne parait pas très attrayante, et cela donnerait une explication au pourquoi de la pratique des vampires psychiques dans la construction de leur "corps de lumière noire" afin de subsister dans l'astral tel des parasites, avec cependant leur personnalité post-mortalisé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela est peut-être un peu le cas des malheureux schizophrènes? Ils racontent ce genre de choses.

      Supprimer
  8. "les corps et les vies elles mêmes sont secondaires : ce qui compte ce sont les expériences.
    L'être spirituel choisit un corps pour effectuer un certains nombre d'expériences."
    C'est mon expérience également. Ce qui compte est de savoir qui on est et ce qu'on est venu faire ici. Pas de se triturer le nombril à chercher ses "vies antérieures", car chercher est le contraire de trouver.

    "Il peut lui même vivre plusieurs vies simultanément ou bien récupérer des morceaux de vies" qu'on appelle sur cette planète "antérieures" mais qui ne le sont pas. Rien n'est linéaire, seule la matière peut l'être.

    Penser au prétendu syndrome de "personnalités multiples" pour comprendre notre pouvoir de choisir, et l'accessibilité de nos choix, sans passer par le chemin de croix des théories religieuses : le chemin de croix de la pensée des autres qui est, j'ose le rappeler, fondée sur une religion de base : le masochisme intégriste.
    Juste penser par nous-mêmes. Danser.
    Ensuite, on peut étendre cette compréhension aux mondes multiples.

    Brigitte

    RépondreSupprimer

  9. Il y a une énorme différence entre se sentir existentiellement concerné par la question de la réincarnation ou l'éprouver simplement comme une sorte de passe-temps mental excitant, permettant de papillonner de théorie en théorie.
    La plupart contiennent du vrai, et si la question se pose sérieusement pour nous, nous reconnaîtrons rapidement ce qui nous concerne.
    Même pour le noyau de l'être, la "linéarité" semble à certaines époques avoir été importante. Pour continuer sa route, il lui fallait retrouver un corps très proche du précédent. À voir: mariages consanguins obligatoires pour les pharaons, la préservation des liens du sang du peuple juif, les survivances dans le culte des ancêtres...
    Avec l'individuation croissante et les nouvelles possibilités pour l'évolution qu'elle apporte, cela est dépassé la plupart du temps. Cette évolution ne peut pas être linéaire, car rien ne peut se régler en une seule vie. Il semble évident qu’à notre époque, beaucoup de gens cherchent à reprendre ce qu’ils avaient commencé à l’ancienne époque égyptienne, p. e., tout en ayant probablement été incarné plusieurs fois depuis.

    Ce parcours n'est pas non plus forcément ascendant non plus, car l'être humain n'est pas seul à chercher à évoluer, car beaucoup d'autres êtres, en retard sur leur évolution, s'accrochent à lui. Ce sont de terribles tentations, de terribles épreuves, et beaucoup d’hommes s’en trouvent entraînés vers le bas. Ce n'est pas de la théorie, mais une des expériences spirituelles de base à laquelle il est impossible d'échapper, même pour beaucoup de négateurs de l'esprit. Ces derniers temps semblent particulièrement révélateurs dans ce domaine, et même des médecins matérialistes parlent à mi-voix de possession démoniaque à propos de certains patients.

    Quant aux personnalités multiples, il faudrait savoir distinguer si c’est le résultat de manipulations satanistes actuelles ou le résultat "normal" de vies antérieures.

    Hortense

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite. Merci de compléter: à la 6e ligne, il faut lire "la linéarité DES CORPS".

      Supprimer
    2. Suite. Merci de compléter: à la 6e ligne, il faut lire "la linéarité DES CORPS".

      Supprimer
  10. Hortense, il y a beaucoup de choses dans votre texte mais faute de temps pour y répondre, je reviens juste sur votre dernière phrase, à mes yeux essentielle :
    "Quant aux personnalités multiples, il faudrait savoir distinguer si c’est le résultat de manipulations satanistes actuelles ou le résultat "normal" de vies antérieures."

    Tout le but des programmeurs professionnels est d'empêcher qu'il y ait communication entre les différentes personnalités. D'empêcher que le sujet ait conscience simultanément des différentes personnalités qui lui sont implantées. On voit que cet objectif est très difficile à atteindre, car beaucoup de sujets retrouvent leur mémoire et se mettent à faire le tri.

    Le but de la programmation que pratiquent les anti-humains, c’est de s’assurer que les différentes personnalités qu’ils créent dans un sujet ne puissent jamais devenir conscientes les unes des autres : c’est aussi à grande échelle ce qu’il voudraient obtenir sur tous les humains de la planète : ils les empêcheraient ainsi de franchir le passage clef de leur évolution qui leur permettrait de savoir qui ils sont et quel est leur pouvoir, et de renverser les contrôleurs de cette planète d’une chiquenaude.

    Je pense que les satanistes lâchent délibérément dans la nature certains de leurs « sujets » programmés en personnalités multiples artificielles pour polluer et désorienter la société, et la terroriser par des « bombes » humaines dont personne ne peut prédire quand elles vont éclater.
    (Le pervers narcissique est le rudiment de la personnalité multiple et ils sont au moins deux. C’est déjà très facile d’en faire fabriquer en grand nombre sans aucune compétence particulière par des non professionnels. À leur niveau, ces pervers narcissiques font aussi partie , comme dit Fritz Springmeier, du "plan très sophistiqué pour unifier l'humanité sous le règne de l'antéchrist". En clair, la plus dangereuse partie de la secte est sa réplique dans la vie courante.)

    Je pense que les satanistes ont créé des personnalités multiples avec leur programmation mentale pour fabriquer un grand nombre de détraqués qui comportent des alters meurtriers ou dépravés, dans le but de les faire identifier sous un jour inquiétant avant que l’Humanité n’accède à la connaissance de QUI elle est.

    De cette manière, les satanistes jettent d’avance le discrédit et la peur sur toute personne qui se découvrira différentes personnalités riches ou vies « antérieures » ou identités à intégrer, et font en sorte que la personne elle-même se sente malade AVANT = au lieu de comprendre qu’elle est en train d’intégrer ses différentes facettes.

    Les personnalités multiples naturelles ne sont pas une maladie mais une capacité. Elles sont une clé pour comprendre par exemple l'effet placébo (dont parle entre autres Bruce Lipton). Elles sont la clef de notre plasticité mentale donc de notre accès à une vision panoramique et multiple des événements et des êtres, de notre pouvoir de prendre les décisions qui vont dans le sens de la Vie.

    La "personnalité multiple" est juste un portail vers l’intégration de nos capacités multidimensionnelles. Notre capacité de passer indifféremment mais consciemment d’une réalité à l’autre pour préserver notre intégrité.

    Dossier à disposition en anglais (traductions pour Hélios) et français.

    Pour conclure, je voudrais rappeler : tout ce que nous avons à faire, nous le faisons naturellement, et souvent sans effort. Souvent il arrive ensuite quelqu'un qui dit: "il est impossible de faire cette chose". Si nous venons de faire cette chose, il nous appartient de le garder impérativement en mémoire.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Brigitte, tout cela fait beaucoup, il est vrai, et ce n'est pourtant qu'un tout petit aperçu...
      Dans votre réponse m'a particulièrement intéressé le passage concernant
      le pervers narcissique en tant que rudiment de la personnalité multiple. Des personnalités donc que nous rencontrons dans la vie ordinaire, loin des cercles de pouvoir, etc., des personnalités "très faciles à fabriquer en grand nombre sans aucune compétence particulière par des non professionnels qui , à leur niveau, ... font aussi partie , comme dit Fritz Springmeier, du plan très sophistiqué pour unifier l'humanité sous le règne de l'Antéchrist. En clair, la plus dangereuse partie de la secte est sa réplique dans la vie courante."

      Pourriez-vous préciser ce passage, depuis la genèse (famille?) jusqu'à la fin (suicide? psychiatrie?) de ce type de personnalité.

      Merci!

      Hortense

      Supprimer
    2. Hortense, pour commencer par la fin, ce type de personnalité reste le plus souvent en poste quand les autres se font licencier. Ces psychopathes envoient plutôt les autres en psychiatrie ou à l'hôpital, ou dans le meilleur des cas les poussent (involontairement) à retrouver leur intégrité, pendant qu'ils se trouvent de nouvelles sources d'énergie à aspirer.
      La genèse est controversée, je n'entrerai pas dans la programmation hyperdimensionnelle ni dans les vies "antérieures" et les contrats karmiques, ni dans les entités parasites.
      Pour m'en tenir à ce que j'ai pu observer, la famille est un excellent producteur de pervers narcissiques. C'est pourquoi je dis que la plus dangereuse partie de la secte est sa réplique dans la vie courante.

      Quand on lit le récit de Svali, on n'est pas dépaysé. C'est ce qu'on entend en consultation, l'étiquette "illuminati" en moins. C'est pourquoi la révolution au sens extérieur ne peut pas être le remède à la dictature actuelle.

      Brigitte

      Supprimer
    3. Bonjour Brigitte,
      "C'est pourquoi je dis que la plus dangereuse partie de la secte est sa réplique dans la vie courante." Pourriez-vous préciser encore un peu ? Il s'agirait d'une sorte de reflet automatique ? Ou produit par d'autres moyens? Et qu'est-ce la "secte" au juste?
      Merci!
      Hortense

      Supprimer
    4. Hortense, je vais faire de mon mieux pour revenir rédiger une réponse, au moins schématique. Il y a tant de sujets essentiels que je n'ai pas le temps de traiter ici.
      à plus tard,
      Brigitte

      Supprimer
    5. Bonjour Brigitte, c'est vrai, ça va si vite sur le site, et moi non plus, je ne peux pas tout suivre comme j'aimerais le faire. Alors, passons à autre chose, les thèmes vont revenir. En attendant, et en discutant un peu autour de moi, j'ai compris que le mot "secte" a largement perdu son sens premier. Pour finir, il désigne n'importe quel groupe de personnes avec lesquelles on n'est pas d'accord. OK, la langue évolue!
      Pour le "reflet", c'est probablement la même chose, sauf que là, le problème reste entier.

      Bonne journée!

      Hortense

      Supprimer
    6. partie 1/2
      Hortense, schématiquement :

      La Terre :
      une planète où vit l’Humanité en état de siège permanent, à cause de l’ignorance de QUI elle est et de sa peur des prédateurs qui aspirent son énergie -à moins qu'elle interrompe le jeu.

      La secte :
      Vous parliez des satanistes. Je mentionnais les "illuminatis" décrits pas Svali. J'étends le terme à ceux qu'on appelle "les élites" et qui travaillent à la soumission de la race humaine.
      Une des facettes de la secte c'est aussi cela :
      http://www.youtube.com/watch?v=V2J_6vRFsUI
      Elle ne se cache plus d'affirmer que la "laïcité" doit devenir la nouvelle foi religieuse et que l’école doit être son vecteur de propagation. Ce qui nous ramène à la réincarnation (j'y viens plus bas).

      Programmation, contrôle mental, monitoring, entités :
      Nous avons vu avec Cathy O’Brien que les programmeurs sont eux-mêmes programmés. Au dessus du programmeur le plus élevé dans la pyramide des êtres visibles, il y en a forcément d’autres. La secte est donc la partie visible d’un iceberg. Une interface.

      La réplique de la secte dans la vie courante :
      Ce sont les affiliés à la secte qui ne savent pas qu’ils y sont affiliés.
      En font partie les « gens normaux » parmi nous qu’on entend dire couramment : « je n’y peux rien, c’est parti tout seul » (les parents frappeurs) ; « donne-moi une seconde chance » (les multi-récidivistes) ; « je ne voulais pas, mais c’était plus fort que moi » (les après-moi-le-déluge) ; « est-ce que tu prends la pilule ? » (les consommateurs) ; « vous me faites peur » (les allergiques aux miroirs), etc.

      La réplique de la secte dans la vie courante n’est que le reflet du modus operandi de la secte. La secte à son tour n’est que le reflet du modus operandi des humains de la vie courante qui donnent le pouvoir à la secte : en alimentant directement en énergie le système qui fait fonctionner la secte. Chacun est le reflet de l'autre et renforce ce château de cartes.
      Rien de neuf dirait Loriana, La Boétie (discours de la servitude volontaire) et d’autres l’ont déjà dit il y a très longtemps.
      Si les humains de la vie courante ne pratiquaient plus le modus operandi prôné par la secte, la secte n’aurait plus aucune énergie, donc plus aucun pouvoir, donc plus aucune existence. Les Humains sont en train d’en prendre conscience à grande échelle.

      Supprimer
  11. Partie 2/2

    La réincarnation > le karma :
    Elle ne signifie rien en soi. La seule chose qui importe est l’usage qui en est fait. Qui décide à quoi elle sert, nous ou les programmeurs ?
    Si les agents de contrôle actuel de l’église catholique font un pas vers la reconnaissance de la réincarnation, ce n’est pas forcément une nouvelle positive, ni qu’elle y soit obligée.
    L’usage qui peut être fait de la réincarnation, vous l’avez parfaitement relevé plus haut : l’enjeu n’est pas la réincarnation, il sera l’interprétation et l’usage qui sera fait du « karma ».

    En tant que fatalité à laquelle nul ne peut échapper, le karma devient un outil utile à la domination de l’Humanité par le vecteur de la « nouvelle religion mondiale ». L’ingénierie de la perception est à l’œuvre dans ce sens depuis les années 70, avec l’infusion de confusion new age sur le karma, relayée sans relâche par divers channels et gourous sous la tarte à la crème « zen » appelée spiritualité. Leur spiritualité est à l’Esprit ce que « l’islamisme » est à l’Islam : une insulte.
    Et vues du karma, ces religions orientales dont vous parlez sont bien plus intéressantes pour servir le NWO que le christianisme. C'est simple, toutes les catastrophes qu’on abat sur nous sont dues au karma, et non au renoncement pur et simple à l’exercice individuel et collectif de notre pouvoir.

    Cela éclaire le timing des attaques orchestrées contre les catholiques et les musulmans, relayées par des agents du NWO qui s’ignorent.

    Pour finir, je voudrais dire qu’il est très facile de se débarrasser des « entités » et autres programmes. Il suffit
    1/ de ne pas croire ceux qui affirment que c’est affreusement long et difficile (même principe que pour apprendre le tango),
    2/ de cesser d’être une pile qui alimente les aspirateurs d’énergie humaine grâce à une batterie de sentiments négatifs (PEUR et tout ce qui en découle : découragement jalousie, agressivité, ego enflé etc).

    Quand l’Humanité retrouvera l’usage de son énergie vitale pour elle-même, ô merveille !

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Brigitte de vos nouvelles réflexions.

      C’est aussi au cours des années 70 que j’ai remarqué l’attitude, à mon sens incompréhensible, de fermeture et d’hostilité des catholiques (toutes catégories confondues) envers l’idée de la réincarnation et du karma. Et jusqu’aujourd’hui, je n’ai jamais pu m’expliquer pourquoi des personnes parfois très cultivées et familiarisées avec les différentes spiritualités s’obstinent avec une telle force à ne retenir du karma et de la réincarnation que les versions extrême-orientales les plus dénaturées. On dit bien que dans ce cas il ne faut pas s’en faire, qu’elles ne sont pas mûres, etc., et que c’est une grave faute d’insister. Mais comment être à l’aise avec ça, puisque ce n’est pas pour rien que ces personnes sont précisément mes compagnons karmiques?

      Il s’agit aujourd’hui surtout des milieux traditionalistes qui refusent pêle-mêle le NOM et tout enseignement concernant la réincarnation et le karma dont ils n’ont définitivement retenu que la version le new age. Par quel sortilège ?

      Mais qui sait, leur refus pourrait prendre une nouvelle signification et jouer pour eux un rôle de protection passive au moment où les agents de contrôle actuels de l’Église catholique, dont les traditionalistes se méfient également, feront un pas vers la reconnaissance de la réincarnation façon new age. Drôle de tour de passe-passe du destin. À moins que… ? J’aime bien votre expression "l’ingénierie de la perception". Ils auront malgré tout encore fort à faire, car au-delà de tous leurs calculs, il s’agit bien de la lutte entre des entités spirituelles autrement plus puissantes, tantôt complémentaires, tantôt opposées.

      Tant que nous ne tenons pas compte de cette dimension, tout est foutu. Et c’est cette constatation qu’ils attendent, bien sûr.

      Cela me permet d’enchaîner sur les "entités" dont il faut se débarrasser. Spontanément, j’aurais aussi tendance à dire « c’est facile…, il suffit de… ». Oui, comme ça a l'air facile quand un acrobate fait un triple salto. Les autres se casseront plutôt trois fois la figure ! À moins de s’entraîner progressivement, comme lui, avec toute la discipline nécessaire. En même temps, je sens bien que tout cela, si toutefois je l’ai jamais accompli, n’aurait toujours pas été suffisant ; la liste de mes manques est longue. Ce serait s’aveugler de croire qu’on arrive à tout faire par ses propres moyens. Il y a déjà les autres qui, peu ou prou, nous portent, y compris les moins avancés. Mais surtout, il y a ce que j’appelle la grâce. Ce qui vient de tout en haut. Sans cela,nous ne pouvons pas grande chose.

      Rendre constamment grâce s’avère la meilleure protection ; ne puissions-nous jamais faiblir !

      Hortense

      Supprimer
    2. Le chemin du triple Salto est de monter vers le haut !
      Celui qui cherche juste à ne pas aller vers le bas seras attiré inévitablement vers ce Bas qui l'appelle de toute ses forces ...
      Pour les entités noires qui comme les sirènes nous appellent vers le fond écouter l'ANGE qui nous dit simplement viens je t'aide à monter vers le haut monte vers la lumière.
      Par expérience personnelle c'est au moment des "enterrement" que les membres "bien-veillants" tirent le plus vers le bas ! ! ! Gare à celui qui vient proposer son aide à monter vers le haut , vers la lumière ...

      http://mabouillotte-et-mondoudou.over-blog.fr/monter-c-est-vers-o%C3%B9

      Supprimer
    3. Observé ... et vécu dans mes boyaux ! Ce qui explique la non-présence des anges aux messes d'enterrement ? !

      Supprimer
    4. Douloureuse constatation, Ned. Mais finalement, qu'est-ce que les anges viendraient faire dans une église emplie de démons venus combler le vide spirituel, autour d'un cadavre dont l'âme s'en est allée ailleurs? Qu'est-ce ils viendraient faire auprès de gens qui, adonnés à leur chagrin égoïste ou distraitement à n'importe quoi d'autre, ne peuvent pas les accueillir ? Je pense que les anges, contrairement aux démons, ne s'imposent pas.

      Supprimer
    5. Les démons ne s'approchent pas des maisons où l'on prie...

      Sacha

      Supprimer
  12. "Mais qui sait, leur refus pourrait prendre une nouvelle signification et jouer pour eux un rôle de protection passive au moment où les agents de contrôle actuels de l’Église catholique, dont les traditionalistes se méfient également, feront un pas vers la reconnaissance de la réincarnation façon new age."
    Leur refus jouera pour nous tous un rôle de protection active. Le refus des musulmans aussi. Comme leurs refus des dégradations antérieures (mariage pour tous etc.) bénéficie à nous tous, même si c'est avec leurs tripes qu'ils perçoivent l'embrouille. L'important est de la détecter et de ne pas y plonger.
    Si des traditionalistes refusent la réincarnation, cela n'a aucune espèce d'importance. On vit parfaitement sans.

    "au-delà de tous leurs calculs, il s’agit bien de la lutte entre des entités spirituelles autrement plus puissantes"
    Ils le savent, les musulmans aussi, depuis longtemps. Lorsqu'une masse critique des autres citoyens s'en apercevront aussi, les apparentes différences entre nous tous vont heureusement s'estomper.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le but des Elites est de fusionner toutes les religions en une...
      Et on tombe dans la religion New Age qui semble être le "Meilleur des Mondes" !

      Cessez de critiquer l'Eglise catholique, c'est une église d'hommes, elle est faillible.
      Lisez le message du Christ, il est simple, il est AMOUR, rien de plus.

      Je pense que si les gens savaient qu'ils n'ont qu'une seule vie sur cette Terre (et évolution après, un peu comme une réincarnation en esprit mais plus dans la matière).
      Si les gens pouvaient croire en cela, il n'y aurait plus de guerre, plus de crimes, plus de besoin d'être plus riche que son voisin... seulement le respect et l'Amour partagé.

      Le problème de ce monde est Le POUVOIR (Dieu Argent) ou Satan selon certains.

      Lorsque le POUVOIR de L'AMOUR remplacera l'amour du pouvoir le monde sera en paix.

      Sacha

      Supprimer
  13. "Cela me permet d’enchaîner sur les "entités" dont il faut se débarrasser. Spontanément, j’aurais aussi tendance à dire « c’est facile…, il suffit de… ». Oui, comme ça a l'air facile quand un acrobate fait un triple salto. Les autres se casseront plutôt trois fois la figure !"

    C'est difficile, quand on pense avec la peur.
    C'est facile, quand on agit avec la Foi.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai, Brigitte, qu'il ne faut jamais sous-estimer son adversaire. Précisément les personnes emplies de vertus (foi, amour, espérance pour les chrétiens), sont pour lui un morceau de choix, et pour l'attraper, il va s'en donner les moyens. Ils sont pour lui bien plus intéressants que tout ce menu fretin des médiocres qu'il avale comme une baleine la gueule grande ouverte.

      Pour revenir à la foi, demandons-nous : qui d'entre nous a une foi qui déplace des montagnes?

      Ce questionnement n'a rien à voir avec la peur mais avec la lucidité, condition première de toute pensée digne de ce nom.

      Bonne journée!

      Hortense

      Supprimer
    2. Hortense, réponse express : je ne parle pas de foi-amour-espérance, pas plus que de pensée-positive, mais de la Foi.

      L'adversaire est d'abord en nous tant que nous ne faisons pas la différence. L'"adversaire" extérieur n'est là que pour mettre ce fait en lumière et nous pousser à retrouver qui nous sommes.
      Je reviens si je peux.
      Brigitte

      Supprimer
    3. "Si des traditionalistes refusent la réincarnation, cela n'a aucune espèce d'importance. On vit parfaitement sans."
      Ça irait à la limite s'ils n'avaient pas la prétention d'instaurer après la grande catastrophe la royauté en tant que forme parfaite de la cohabitation humaine. (avec toutes les variantes: le Christ-roi en tant que principe, le Christ carrément réincarné, etc.) La vertu suprême serait l'obéissance. La responsabilité individuelle se résorberait en elle. Pas de karma à gérer, pas d'évolution personnelle.

      Mais je pense que cela représente une négation délibéré de la nature humaine. Comment continuer à vivre parfaitement ainsi?

      Supprimer
    4. Hortense, réponse express : j'ai vu des catholiques qui refusent la réincarnation -actuellement- mais je n'ai pas vu dans la vraie vie ceux qu'on lit sur certains sites et qui prônent la royauté, avec beaucoup d'arrogance et de vulgarité.

      J'espère ne pas me tromper en imaginant que ces éléments sont minoritaires et qu'ils sont plutôt des lobotomisés infiltrés au service du NWO, que des "vrais" catholiques. Tous les groupes ont des infiltrés pour pourrir spécifiquement leur voie, ça devient de plus en plus détectable, puisque les infiltrés sont obligés de se découvrir de plus en plus pour tenter d'endiguer la marche de la conscience des peuples.
      Les croyants que je connais sont capables de ne pas se laisser berner, ils peuvent très bien avoir le dessus. Ils tiquent dès qu'ils rencontrent l'arrogance et la vulgarité.

      "La vertu suprême serait l'obéissance. La responsabilité individuelle se résorberait en elle. Pas de karma à gérer, PAS D'ÉVOLUTION PERSONNELLE."
      Ce système est parfaitement compatible avec la dictature mondiale en construction et rejoint bien les lignes directrices de la dictature verte transhumaniste. L'idée maîtresse est bien toujours la même : figer l'évolution de l'Humanité, capturer les âmes.

      La question de la réincarnation est donc secondaire, et on pourrait se laisser distraire de l'essentiel -pire, se laisser diviser- en mettant le karma en avant lors des échanges avec nos concitoyens catholiques ou musulmans.

      Les musulmans sont de plus conscients des "islamistes" que le NWO fabrique pour détruire l'Islam, pourquoi les catholiques ne seraient-ils pas conscients des "traditionalistes" qu'on fabrique pour torpiller leurs valeurs ?
      Nous ne sommes pas des réceptacles passifs de toutes les perversions possibles, cela est en train de devenir manifeste quand on parle avec n'importe qui dans la rue.

      Brigitte

      Supprimer
    5. Encore plus vite, ça mitonne dans la marmite.
      Restons vigilantes. A vrai dire, je connais, comme vous certainement, toutes sortes de gens plus ou moins en rupture avec leur religion d'origine et plutôt désorientés que cherchant vraiment où se ancrer. Mais je ne connais pas de vrais catholiques comme ceux dont vous parlez, et de musulmans non plus; ces derniers ne sont pas nombreux dans mon coin et ne semblent pas chercher le contact.
      Je sais aussi que le spectre du transhumanisme a définitivement jeté l'opprobre sur toute idée d'évolution. Bien joué, les gars, en tout cas au niveau d'Internet, où on peut se tenir tranquillement à l'abri de se spectre. J'espère simplement, que cela ne se produira pas sur BBB!

      Supprimer
  14. Bonjour,
    Brigitte, le 9 septembre,vous avez écrit :

    "La "personnalité multiple" est juste un portail vers l’intégration de nos capacités multidimensionnelles. Notre capacité de passer indifféremment mais consciemment d’une réalité à l’autre pour préserver notre intégrité.

    Dossier à disposition en anglais (traductions pour Hélios) et français."

    je suis intéressée par le dossier en question -en français- si vous voulez bien le partager , je vous prie.
    merci de votre attention,
    et excellente journée à toutes et tous
    e i p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui e i p, je ne vais donc pas manquer de revenir poster ici des liens et des aperçus de leurs contenus, qui permettent de faire les connexions utiles.

      Brigitte

      Supprimer
    2. Dossier Personnalités multiples et capacités multidimensionnelles - Partie 1 sur N

      Placébo - Effet de l'esprit sur la matière - Multiples personnalités ... http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=20&cad=rja&ved=0CHAQFjAJOAo&url=http%3A%2F%2Fwww.planete-revelations.com%2Ft5096-placebo-effet-de-l-esprit-sur-la-matiere-multiples-personnalites-guerison&ei=HuUSUe6HEZCV0QWYxoHADw&usg=AFQjCNGGEshs5hkfs6bcA3Ocj8clqaKhZA&bvm=bv.41934586,d.d2k

      CITATIONS:
      Dans le livre que j'ai récemment lu, 'Holographic Universe' de Michael Talbot, l'auteur parle à un moment d'un phénomène tout à fait troublant, et je vais résumer ce qu'il y est dit (car c'est en anglais).

      L'auteur part de l'effet placébo, qui selon l'auteur est un aperçu de l'influence de l'esprit sur la matière. Le placébo est un "médicament" qui n'a aucune substance ou fonction sur le corps (ça peut être du sucre pur) et qu'on donne au patient, en lui faisant croire qu'il va le guérir. Le patient, ne sachant pas qu'il s'agit d'un "faux" médicament, réussi à guérir malgré tout.
      (>note B : comme le dit Bruce Lipton)

      Cela pourrait être amusant de se rendre compte qu'en fait nous possédons un pouvoir de guérison inné colossal, et que nous ne l'utilisons pas; Bien entendu, ce serait ironique, car de nombreuses tragédies pourraient être évitées si nous étions suffisamment au courant de nos capacités.

      L'auteur parle d'une histoire étonnante : Un patient, Wright, est traité par un médecin Bruno Klopfer, pour un cancer. Ils ont tout essayé, et Wright ayant lu les journaux, découvre qu'une nouvelle molécule est apparue, et supplie le médecin de l'essayer sur lui. Cette molécule n'était pas recommandée pour les cas avancés et en phase terminale comme celui de Wright, mais Wright insista tellement, que le médecin accepta. Etant donné l'état du patient, des énormes tumeurs avaient envahie son corps à divers endroit, il ne pensait pas qu'il tiendrait le week-end, et en lui administrant ce médicament il avait peu d'espoir.

      Il rentra chez lui pour le week-end. De retour le lundi, il vit Wright debout et en pleine forme. Incroyable le médicament avait fait un effet miraculeux, ses tumeurs avaient "fondues comme des boules de neige dans un four chaud", beaucoup plus rapidement qu'avec n'importe quel traitement connu aux rayons X.

      Deux mois plus tard, Wright qui était assez cartésien et logique dans sa pensée, lu dans le journal que le médicament en question s'était révélé ne pas être efficace pour les tumeurs qu'il avait. Cela le rendit dépressif, au point qu'il du retourner à l’hôpital, avec les mêmes symptômes.

      Le médecin décida de tenter une expérience : il mit en place un subterfuge, et fit croire à Wright qu'en fait il avait reçu une nouvelle version du médicament, qui elle le guérirait définitivement, alors qu'il n'en était rien. Il comptait lui administrer un placébo. Etonnemment le traitement fonctionna aussi bien, et Wright se retrouva de nouveau sur ses pieds en pleine forme... Jusqu'à ce qu'il tomba de nouveau sur un article scientifique qui précisait que le médicament en question n'avait en fait aucun effet sur le cancer, et Wright se laissa dépérir et mourut en deux jours.

      C'est une histoire triste, mais qui porte un message : lorsque nous pouvons surpasser nos limitations, notre esprit peut guérir notre corps. Il suffirait "d'y croire".

      Ce serait aussi selon le principe du placébo que fonctionneraient toutes les méthodes dites de "grand-mère".

      Supprimer
    3. Partie 2 sur N

      Citations
      En 1962, Harriet Linton et Robert Langs ont fait une étude sur le LSD, en donnant des placébos à la place de la drogue, et l'effet était bien là...

      En 1966, Robert Alpert a voulu tester l'effet du LSD sur "les hommes saints" (moines, prêtres, etc..). Il eut diverses réponses : certains trouvaient ça bien mais moins bien que la méditation. D'autres ressentir un mal de tête sans plus. En particulier, un homme agé de l'Himalaya le surpris. Alpert voulait lui donner une petite dose en fonction de son âge, mais l'homme insista pour qu'il lui donne une grosse dose. Il finit par lui donner une dose "de cheval" : Alpert pensait que l'homme allait partir en "bad trip", mais il n'en fut rien. Pendant une journée, l'homme vaquait à ses occupations normalement, et jamais il n'eut l'impression que la drogue l'avait affectée.

      Ceci est la preuve inverse, qu'un placébo peut avoir l'effet d'un médicament ou d'une drogue, ou inversement, qu'un médicament ou qu'une drogue peut ne pas avoir d'effet du tout. Voila le pouvoir de l'esprit !

      Maintenant, une parenthèse sur les PERSONNALITÉS MULTIPLES, qui est le chapitre suivant de ce livre.

      Francine Howland documente le cas d'un autre homme, qui parmi ses multiples personnalités, en avait une qui était immunisée à la douleur. Il pouvait switcher à volonté, et lorsqu'il avait une douleur comme une piqure d'abeille, il lui suffisait de changer pour que ça devienne insignifiant.

      D'autres cas étonnant liés au changement de personnalité sont : en switchant, une personne saoule peut devenir sobre instantanément. L'effet d'une drogue (documenté par Braun aussi) avait à 5mg de l'effet sur une des personnalités, et il en fallait 100mg pour que ça en affecte une autre. Si une des personnalités est un enfant, il y a même risque de surdosage. Il est même problématique d'anesthésier de telles personnes, parce qu'une personnalité différente peut faire son apparition, et peut ne pas ressentir l'effet de l'anesthésie. L'écriture main gauche main droite fait partie également de la liste, ou bien la capacité de parler différentes langues. Il semblerait même que différentes personnalités nécessitent différentes corrections ophtalmologiques, une serait daltonienne, l'autre non... Etc, etc...

      Supprimer
    4. Partie 3 sur N

      Le mystère des personnalités multiples
      www.cles.com/enquetes/article/le-mystere-des-personnalites-multiples
      (Note B: attention, le magazine qui a publié cet article fait partie de la constellation des prescripteurs d'opinion du Club de Rome dont j'ai déjà parlé. Ils proposent les propagandes new age en version "luxe". Cela ne nous empêche pas de trier les informations utiles dans leurs analyses, et de voir à quelles fins la capacité humaine de choisir pourrait être détournée ou discréditée.)

      CITATIONS :
      La multiplication des Multiples a commencé à la suite d'un best-seller, en 1973, Sybil, l'histoire d'une femme possédant seize personnalités (...). Mais de graves doutes pèsent aujourd'hui sur la véracité du récit. Il semble que la psychothérapeute, Cornelia Wilbur, ait elle-même invité sa patiente à mettre des noms sur ce qui n'était que des tendances de comportement ou des traits de caractère, le tout à grand renfort d'hypnose et de drogues comme le penthotal (le “sérum de vérité”).
      Quoi qu'il en soit, le livre, et son adaptation filmée avec Sally Field dans le rôle de Sybil, ouvre brusquement les vannes.

      À présent, des centaines de Multiples entrent en thérapie, des psychiatres se spécialisent, écrivent d'autres livres, une association internationale se crée, et le terme de MPD (Multiple Personality Disorder) entre officiellement dans le DSM, la nomenclature américaine des troubles mentaux.

      Une partie des psychiatres pense qu'il s'agit d'un faux syndrome, d'une mise en scène encouragée, (...)

      Il n'est pas rare qu'entre alters, non seulement le timbre de voix, la posture et le caractère changent, mais aussi que les uns soient droitiers et les autres gauchers, que certains soient myopes et d'autres hypermétropes, que des allergies ou des intolérances à tel aliment ou tel médicament diffèrent d'un alter à l'autre, etc. Les études sur les Multiples font ressortir un certain nombre de personnalités typiques, qu'on retrouve dans une majorité de cas.

      • D'abord, la “personnalité-hôte”, le plus souvent introvertie, passive et dépressive.
      • Puis le “protecteur”, une personnalité puissante, extravertie, agressive, la plus à même de se débrouiller dans les situations de stress.
      • Ensuite, deux sortes d'enfants en bas-âge - l'un vulnérable, perpétuellement effrayé et traumatisé, l'autre colérique et capricieux.
      • On trouve encore un “je-sais-tout”, calme, logique et capable de résoudre les conflits,
      • un “créateur”, artiste ou intellectuel très doué dans sa spécialité,
      • ou un “ religieux ”, très rigide et puritain.
      • Enfin, il y malheureusement, dans bien des cas, le “trublion” : une personnalité extrêmement perturbée et perturbatrice, qui peut surgir sans crier gare et provoquer toutes sortes de dégâts - accès d'alcoolisme, automutilation, comportements violents ou criminels...
      (>note B : on retrouve toujours la personnalité dépressive. C’est une constante dans l’humanité sous contrôle mental, coupée de sa mémoire. Voir aussi lien avec shapeshifting)

      Certes, le phénomène reste très concentré aux États-Unis

      Sur le front psychiatrique, un important revirement s'est produit dans les années 1990 avec la publication du DSM n°4, la nouvelle édition du répertoire médical des troubles mentaux.
      Après d'âpres discussions et de sournoises manœuvres de couloirs, le sigle MPD a disparu de la nomenclature, au grand dam de ceux qui s'en étaient érigés spécialistes, pour faire place au syndrome DID, Dissociative Identity Disorder, le trouble de l'identité dissociée.

      Supprimer
    5. Partie 4 sur N

      CITATIONS :
      La nuance est de taille : l'intitulé de "personnalités multiples” conférait une certaine réalité aux alters, avec qui les thérapeutes pouvaient engager un dialogue visant à calmer les plus perturbés et rétablir un équilibre sans forcément faire disparaître les différents composants.
      Tandis que le sigle DID laisse entendre qu'il n'y a qu'une seule identité possible, le moi, à qui il faut rendre les pleins pouvoirs, une fois reconnue la pure hallucination des personnalités “dissociées”.

      Mais voici un autre développement récent et relativement inattendu : un nombre apparemment croissant de Multiples s'inscrit en faux contre le diagnostic de maladie mentale. Selon eux, la Multiplicité serait un état parfaitement naturel et normal, à condition que les différents alters vivent en harmonie et qu'aucun ne joue un rôle perturbateur - ce qui, dans ce cas seulement, justifierait l'intervention psychiatrique.

      Mieux encore, ils seraient les prototypes d'un homme nouveau, plus épanoui, plus créatif, plus efficace, parce que capable de cultiver des spécialisations et des talents variés avec une égale et parfaite concentration.

      Les Multiples fiers de l'être ont trouvé un espace idéal : c'est Internet, paradis des minorités et plate-forme de toutes les confessions et professions de foi. On compte désormais par centaines les sites Web animés par des “maisonnées”, où chaque alter écrit son autobiographie et exhibe ses talents - littéraire, poétique, philosophique, graphique, musical, culinaire ou autre.

      Chacun de nous est-il une famille de personnalités ?

      Au fond, selon de nombreux spécialistes, le syndrome MPD peut être envisagé comme l'exacerbation d'une tendance que nous portons tous en nous. Il y aurait un continuum, avec, à l'extrémité jugée “normale”, la rêverie, que tout un chacun pratique, imaginant son moi, avantageusement rectifié, dans des aventures gratifiantes, ou les différents "masques” que l'on arbore selon qu'on est seul ou en groupe, à son travail, dans sa famille ou dans une fête, voire même les comportements variés qu'on peut avoir face à chaque interlocuteur individuel.

      Puis les religions monothéistes auraient imposé UN MOI SOLITAIRE possédant une âme individuelle, tandis que la lente gestation de l'âge "moderne”, rationnel et scientifique, aurait coïncidé avec la consolidation du Moi unique,(...)
      Mais nous voici à l'âge postmoderne, caractérisé par l'éclectisme, le relativisme, la déconstruction des modèles dominants, la diversité des points de vue et leur absence de hiérarchie.

      (e i p, je reviens pour le reste du dossier dès que possible)

      Supprimer
    6. Est-il dit comment ces personnalités multiples se sont produites ?

      Supprimer
    7. bonsoir Brigitte,
      merci de votre réponse.
      au sujet du placébo,l'histoire de cet homme,paix à son âme, est très étonnante.
      Après une soirée musique ,où j'allais pour la première fois, nous avions commencé à partir chacun de son côté ,puis finalement nous sommes restés discuter devant l'église.
      un gars raconte qu'il a vécu un miracle, il est allez chez son médecin qui lui a dit: "monsieur, vous avez fait un miracle,je ne sais pas comment"
      il me dit: "c'est flippant comme expérience"
      et je lui réponds
      "au contraire c'est super , ça veut dire que ,1, les miracles existent,et que ,2, tu es capable d'en faire.
      ce à quoi il me réponds " ah ouais!....j'avais pas pensé à ça , tu es très forte"
      je suis plus sûre d'avoir dit "c'est pas moi, c'est mon inconscient".
      plus récemment , cet été un gars nous raconte que, vers 17 ans, les médecins lui ayant donné 6 mois , après moultes traitement -leucémie-il, est parti vivre sur les free party , en camion ,en prenant tout un tas de drogue,dont acide, amphétamines, speed.(tout ce qui est vivement déconseillé, quoi)
      4 ans plus tard , toujours vivant, il va quand même pour voir , et là pareil , vous vous êtes guéri tout seul, on sait pas comment.
      le processus de guérison s'est accompli dans les deux cas, sans qu'ils en aient conscience...alors dans l'inconscient! (celà me rappelle le premier livre de psycho que j'ai lu, le chemin le moins fréquenté, Scott Peck,qui dédiabolise l'inconscient )
      l'inconscient écrin de la foi...
      Tout comme Vieux Jade l'a bien illustré dans sa parabole très réussie (chapeau!)
      http://www.vieux-jade.com/article-l-huitre-solitaire-119785550.html

      "Car la perle parfaite, chacun le sait, est une construction dont le centre est absolument vide."

      (pour la perle,je l'ignorais ^^)(digression:c'est très intéressant cette parabole de l'huître, comme quoi la coquille est aussi un écrin)
      et cela m'évoque bien des réflexions, de ces impuretés dont on nous gava le vide existentiel, le succès dans l'action détachée et l'échec dans l'action entachée...le wu wei...
      leur inconscient a guéri tout seul, car ils n'étaient pas focalisés là dessus ?

      bien à vous.

      Supprimer

    8. au sujet des personnalités multiples
      cette phrase partie 4surN
      " les différents "masques” que l'on arbore selon qu'on est seul ou en groupe, à son travail, dans sa famille ou dans une fête, voire même les comportements variés qu'on peut avoir face à chaque interlocuteur individuel. "(chose que pour ma part j'ai du mal à faire et donc à identifier en moi
      me rappelle la théorie de Guy Finley
      http://www.guyfinleynow.org/
      sur ce qu'il appelle le "faux moi ", constitué d'un maelström de PPC, personnalités présentement en charge"...
      qu'il distingue du vrai moi.ces PPC fonctionnent sur le mode du rejouement :
      http://www.regardconscient.net/archi03/0309eliteco.html
      contrairement au vrai moi..cela m'évoque Dabrowski que je viens de découvrir en surfant sur le net:
      http://www.zebras-crossing.org/doku.php?id=articles:dabrowski

      "Dabrowski a observé que la plupart des gens vivent leur vie dans un état « d'intégration primitive ou primaire » largement guidée par les pulsions biologiques (« premier facteur ») et/ou par une adhésion non critique et une conformité aux conventions sociales (« deuxième facteur »). Il a appelé cette intégration initiale niveau 1. Dabrowski a observé qu'à ce niveau il n'y a pas de vraie expression individuelle du moi humain autonome. L'expression individuelle au niveau 1 est influencée et contrainte par les deux premiers facteurs....
      ...Le passage du niveau 2 au niveau 3 implique un changement fondamental qui nécessite une quantité phénoménale d'énergie. Cette période est la croisée des chemins du développement : de là, on doit progresser ou régresser. La lutte entre les trois facteurs de Dabrowski reflète cette crise de transition : « Dois-je suivre mes instincts (premier facteur), ce que l'on m'a appris (deuxième facteur) ou mon coeur (troisième facteur) ? ».

      ...Commentaires


      ...La plupart des théories sur le développement de la personnalité reposent sur un développement en niveaux successifs, chaque nouveau niveau de développement s'appuyant sur les niveaux précédemment acquis. Dans le processus de désintégration positive, la dés-intégration partielle ou totale d'un niveau de développement inférieur est nécessaire pour permettre d'atteindre le niveau de développement suivant.

      Les écrits et travaux de Dabrowski ont été comparés3) avec ceux de Platon (la caverne de Platon), Piaget, Kierkegaard (existentialisme), Nietzsche, John Hughlings Jackson, Marie Jahoda, Maslow, Piechowski.

      Il a été suggéré qu'une personne pouvait avoir plusieurs ensembles de schémas de comportement, de croyances et de fausses obligations, par exemple vis-à-vis de sa famille, puis d'une religion ou d'une idéologie, puis de lui-même, de sa raison d'être et de ce qui constitue le bien et le mal. Chacune de ces visions du monde et de ces systèmes de valeurs peuvent faire l'objet d'un processus de désintégration positive séparé, et l'individu peut ainsi traverser plusieurs crises existentielles le menant à chaque fois à un nouveau niveau d'intégration personnelle."

      " pouvait avoir plusieurs ensembles de schémas de comportement, de croyances et de fausses obligations"
      cela semble très différent de ce qui est décrit par ces personnes qui disent vivre en harmonie en switchant
      j'ai connu un schizophrène mais il ne switchait pas.
      bien à vous

      Supprimer
    9. bonjour,
      suite à ces commentaires que j'ai laissés ,je suis sur le site de streaming et choisis un film d'animation,- nan mais vraiment parce que le stress de la rentrée.
      les croons.à voir l'affiche vous comprendrez peut être mon hésitation.(belle illustration de"can t judge abook by looking at the cover")
      en fait c'était un cadeau:
      http://www.farmvola.com/blzu/index.php?option=com_content&view=article&id=23120:ghhghgh&catid=2:tout-&Itemid=2

      c'est l'allégorie de la caverne de Platon ( mentionnée dans mon commentaire )qui est en fait le sujet de ce film ou une famille de cromagnons rencontre un homme de néandertal... J'ai beaucoup aimé cette allégorie autour du feu, j'en ai pleuré (oublié de boire mes larmes)
      sortie de la caverne et voyage à travers des paysages ..je ne vous dévoile pas plus car ceux celles qui voudraient le visionner apprécieront la surprise.
      :)

      Supprimer
    10. Parenthèse 1 sur 2
      Avant de transférer la suite du dossier, je reviens brièvement sur quelques commentaires avec des réponses forcément fausses, parce que simplifiées, et parce qu’elles passent par des mots. Que personne ne me prenne donc au mot, ni à travers une optique linéaire.

      « comment ces personnalités multiples se sont produites ? »
      = Elles sont « produites » par notre esprit. (Je n’aborde pas la programmation mentale).

      « un gars raconte qu'il a vécu un miracle, il est allez chez son médecin qui lui a dit: "monsieur, vous avez fait un miracle,je ne sais pas comment"
      = il a exercé ses capacités naturelles de guérison. Il n’a fait aucun miracle, et la médecine et les autres matérialistes ne savent pas comment. Nous faisons tous des guérisons naturelles : exemple les nombreux cancers qui sont guéris avant d’avoir été dépistés. L’augmentation des cancers vient aussi, et peut-être surtout, de l’augmentation du dépistage : les personnes n’ont pas le temps de se guérir avant d’avoir été dépistées.

      « les médecins lui ayant donné 6 mois , après moultes traitement -leucémie-il, est parti vivre »
      … « a guéri tout seul, car ils n'étaient pas focalisés là-dessus »
      = oui, vivre permet de guérir naturellement. C’est aussi ce que j’appelle la Foi.
      Se focaliser sur la maladie, avoir PEUR du « futur » (le temps qui n’existe pas), attendre des traitements extérieurs, c’est le contraire de vivre. Attendre est le contraire de vivre.
      Le diagnostic signifie pour certains le début de la PEUR, donc la perte du Présent (de la Foi), et l’assurance de l’aggravation de la maladie. Pour d’autres le diagnostic signifie la libération des chaînes qui causaient leur maladie, et le choix du Présent. Décision individuelle : « le succès dans l'action détachée » ou « l'échec dans l'action entachée ».

      Supprimer
    11. Parenthèse 2 sur 2

      « " les différents "masques” que l'on arbore … face à chaque interlocuteur individuel. "(chose que pour ma part j'ai du mal à faire et donc à identifier en moi »
      = dans votre cas, puisque vous n’êtes pas un robot décrit par Dabrowski comme niveau 1, remplacez ici le mot « masques » à connotation négative, par le mot « facette ». Voyez par exemple comment vous pouvez être tour à tour l’enfant avec une personne de confiance qui vous protège dans un moment difficile, le protecteur avec une personne à protéger, etc. C’est la richesse de vos personnalités multiples, que vous pouvez vivre consciemment pour donner et recevoir, et vous réparer en continu. Et dire merci à la Vie tous les jours.

      « Le passage du niveau 2 au niveau 3 implique un changement fondamental qui nécessite une quantité phénoménale d'énergie »
      = Non, le passage donne une quantité phénoménale d’énergie, car il n’y a plus de gaspillage, de dispersion d’énergie, ni de vol d’énergie par la matrice et ses agents.

      « Il a été suggéré qu'une personne pouvait avoir plusieurs ensembles de schémas de comportement, de croyances et de fausses obligations, par exemple vis-à-vis de sa famille, puis d'une religion ou d'une idéologie, puis de lui-même, de sa raison d'être et de ce qui constitue le bien et le mal. »

      = oui, ce sont les différentes personnalités, mais ce peut être aussi ce que certains appellent les vies « antérieures », qui coexistent séparément tant qu’on ne les a pas guéries si besoin est (si elles nous font des croche-pieds), ou intégrées toutes. Les intégrer, c'est assurer une communication permanente entre toutes pour un fonctionnement optimal de l'être, au lieu d'en éliminer comme le suggère la psychiatrie.
      C’est pourquoi en thérapie on a parfois l’impression de franchir des paliers essentiels, puis de régresser devant une même situation qu’on n’a pas su affronter alors qu’on la croyait dépassée. C’est qu’on a besoin de guérir une autre personnalité ou une autre vie (exemple après avoir guéri l’enfant abandonné, on peut avoir à guérir l’adulte trahi).

      « cela semble très différent de ce qui est décrit par ces personnes qui disent vivre en harmonie en switchant »
      = la seule différence est la conscience.
      Ceux qui switchent comme le cobaye volontaire qui a choisi de ne pas subir les effets du LSD le font consciemment avec la connaissance de leur simple pouvoir humain.
      C’est à la portée de tous ceux qui en prennent la décision. J’ai évoqué une expérience identique où j’étais un cobaye involontaire, face à la morphine injectée de force et à un anti-psychotique ajouté au motif justement que je refusais la morphine. Sentant que l’escalade « médicale » me conduisait à la mort, j’ai « switché » : j’ai changé de niveau http://bistrobarblog.blogspot.com/2013/06/la-6eme-etape-de-la-mort.html?showComment=1371315505303#c6051492499065978146 et les drogues sont devenues inopérantes en un instant.

      Le bouton switch est aussi utilisé par les psychopathes : pour obtenir ce qu’ils désirent ils utilisent d’abord la séduction, si ça ne marche pas ils peuvent passer directement aux larmes, si ça ne marche toujours pas ils passent sans transition à la colère, exprimée ou pas.

      Bonne journée à vous tous, je reviens pour les autres extraits.
      Brigitte

      Supprimer
    12. Partie 5 sur N
      Présentation des recherches du docteur André Gernez
      http://catholiquesdu.free.fr/CORPUS/SITENAV/DocteurGernezResume.pdf

      CITATIONS :
      La période de tolérance immunitaire qui fait qu’un nouveau-né s’adapte À SON PROPRE CORPS et à son propre ENVIRONNEMENT ne dure que quelques semaines, et elle est maximale au moment de la naissance. L’enfant qui vient de naître prend contact avec des protéines étrangères et ses propres protéines, s’y habitue et les adopte comme étant siennes. Si on met cet enfant dans un milieu d’où sont exclus lesgermes, les levures, les phanères, les poils, toutes ces protéines étrangères qui entraînent des réactions immunitaires de rejet, il ne les tolère pas puisqu’il ne les connaît pas, et il devient allergique : quand il sera confronté, après la période de tolérance immunitaire, à ces protéines, il aura une réaction de rejet.

      Le Journal d’Allergologie présente comme une donnée classique et définie statistiquement, que les personnes nées en mars-avril ont cinq à six fois plus de risques d’être allergiques au pollen que celles qui naissent en août. Les allergologues et les pneumologues admettent maintenant la théorie hygiéniste qui dit que l’excès d’hygiène au stade néo-natal est inducteur d’allergies.
      Comment exploiter cette donnée ? Un moyen réussit à tous les coups : il suffit de prendre dans le sac d’un aspirateur domestique une petite pincée de ce qu’il a aspiré au mois d’août (à la période où il y a le plus de spores, de phanères, pollens...), et de souffler doucement au-dessus du berceau de l’enfant ... qui va reconnaître les substances et les tolérer définitivement pour le restant de ses jours.

      Greffes et transfusions sanguines :
      Le docteur Gernez a proposé il y a une quinzaine d’années deux extensions au principe de la tolérance immunitaire post-natale : 1. A un bébé EN PÉRIODE DE TOLÉRANCE IMMUNITAIRE, on peut GREFFER UN ORGANE QUELCONQUE et IL L’ACCEPTERA SANS REJET.

      Les Canadiens ont attendu dix ans pour rendre public ce travail qui en donne la preuve : ils ont fait des GREFFES de cœur, SANS LA MOINDRE MÉDICATION, à une dizaine d’enfants naissants qui avaient une anomalie cardiaque, et depuis dix ans ces enfants tolèrent parfaitement un cœur qui n’est pas le leur et ils jouent au football.

      Si un enfant qui vient de naître est mis en contact avec une infime quantité de SANG mélangé de dix, vingt ou trente individus, cet enfant devient tolérant jusqu’à la fin de ses jours de dons émanant d’autres individus. Il suffit qu’il y ait contact et reconnaissance.

      Supprimer
    13. Partie 6 sur N

      Troubles de personnalités multiples : À l’intérieur de l’esprit peuplé de Karen
      http://newsoftomorrow.org/vie/psycho/troubles-de-personnalites-multiples-a-linterieur-de-lesprit-peuple-de-karen

      Même pour un patient en psychiatrie, Karen Overhill semblait anormalement dépourvue d’espoir le jour de 1989 où elle s’est rendue au bureau de Chicago du Dr. Richard Baer. Au fur et à mesure des semaines et mois de thérapies, les antidépresseurs ne l’aidaient pas, tout du moins pas toujours. Elle était suicidaire – et la façon plate, sans émotion, avec laquelle elle affirmait son désir de mourir faisait craindre à Bear le pire.
      Finalement, Karen commença à s’engager des histoires d’abus pendant l’enfance. Et elle mentionna d’étranges absences de mémoire. Elle se retrouvait dans des endroits étranges sans se souvenir de la façon dont elle arrivait là. Elle ne pouvait pas même se souvenir avoir eu des rapports sexuels avec son mari, bien qu’elle dût en avoir, puisqu’elle avait deux enfants.

      Bear soupçonnait un problème bien plus profond qu’une dépression et les pensées suicidaires que Karen avait avoué. Cependant, il garda pour lui son hypothèse pendant les quatre premières années de thérapie, par crainte d’introduire des idées dans l’esprit de Karen. Il attendant qu’elle lui fournisse volontairement l’information, en un sens, ce qu’elle finit par faire.

      En novembre 1993, un enveloppe avec l’adresse de retour de Karen advient dans son courrier. Il y avait à l’intérieur un seul morceau de papier quadrillé et une lettre écrite avec le gribouillage d’un crayon d’enfant. « Mon prénom est Claire », commença-t-elle. « J’ai 7 ans. Je vis dans Karen. »

      La trajectoire médicale remarquable qui suivit est le sujet du nouveau livre de Baer, « Switching Time ». Il raconte le parcours de 17 ans de la thérapie de Karen en – douloureux – détails et apporte un nouvel éclairage au trouble de personnalité multiple (MPD), la maladie controversée qui l’affectait.

      Le livre décrit les difficultés auxquelles Bear fut confronté au fur et à mesure que les alter égos de Karen émergeaient – homme, femme et enfant – dont le total fut de 17, chacun ayant ses propres traits de caractère, problèmes mentaux et ordre du jour. Baer eut à les connaître tous, puis les persuader d’effacer leurs IDENTITÉS individuelles en les FUSIONNANT en une seule. Ce fut un cas déterminant de sa carrière – et celui qui a peut-être sauvé la vie de Karen.

      Supprimer
    14. Bonjour,
      merci de votre réponse.En effet le terme employé, miracle appartient au registre du
      merveilleux et suggère quelque chose de mystérieux,voire fabuleux, et quelque part
      inaccessible ,qui plus est contestable...
      l'autoguérison est présentée comme une chance qui vous tombe dessus par hasard, si vous en avez,au lieu d'être présentée comme un potentiel.
      de même , si les personnalités multiples sont une caractéristique potentielle, les présenter comme anormales, donc effrayantes fait le beau jeu des programmeurs et manipulateurs, qui utilisent cette ignorance à leur profit, et qui peuvent de surcroît se targuer de créer des personnalités morcelées sur un base monolithique.
      merci pour ce sujet ,excellente journée à tous et toutes
      :)

      Supprimer
    15. Partie 7 sur N

      Mais est-ce que le trouble de Karen était réel ?
      Il y eut des accusations que certains prétendus patients MPD étaient juste des gens voulant se faire une publicité. Cependant Baer n’eut pas le moindre doute [sur la réalité du trouble de Karen].
      Comme il l’indique, il y a des façons plus simples d’acquérir une notoriété qu’en faisant 17 ans de thérapie. Et comment une menteuse peut-elle faire pour garder chaque mémoire, personnalité, voix et manières de chaque personnalité différente pendant des années, sans les mélanger ? « Meryl Streep n’aurait pu le faire », dit-il. Les alters lui écrivaient même des lettres en différentes écritures.

      Selon les psychiatres, le MPD survenu en premier chez les enfants sujets à des abus physiques, sexuels, et émotionnels. N’ayant pas d’autre échappatoire, ils créent des personnalités différentes pour porter différentes parties de leurs vies troubles – ensuite ils murent leurs différentes personnalités les unes des autres avec des barrières mentales, de sorte qu’aucun seule persona n’ait à trop supporter.

      « En tant qu’enfant, si Papa va vous faire de mauvaises choses, vous diriez, « Je vais dans mon jardin secret où ça ne m’arrive pas, donc ça n’arrive qu’à une autre petite fille, » dit Putnam.

      Dans une moindre mesure, la même chose arrive régulièrement aux victimes de trauma lorsqu’elles font expérience d’un engourdissement, détachement et même des expériences de sorties hors-du-corps. « Les victimes de viol disent souvent que durant le viol, elles se sont vues elles-mêmes flotter au-dessus de la la personne, se sentant désolé pour elle. » dit le Dr. David Spiegel, vice-président de psychiatrie à Stanford et co-éditeur d’un nouveau livre sur la dissociation traumatique. La différence est que les adultes se détachent eux-même de cette façon et se réintègrent d’habitude plus tard.

      Chaque persona porte un aspect différent de la vie de souffrance. Comme Baer l’explique dans son livre, un alter nommé Claire émergeait quand Karen était tirée hors de son lit la nuit, de sorte que Karen ne garde que peu de mémoire de l’abus le jour suivant. Lorsque la torture commençait, Miles prendrait la relève. En tant que garçon, il ne pouvait pas être violé de la même façon et de ce fait ne pouvait pas pleinement l’absorber mentalement. Elise fut créée pour que Karen puisse aller à l’école le jour d’après et agir normalement, en ayant de longs pantalons et manches pour couvrir les meurtrissures. Sidney était l’enfant joueuse qui se liait à son père comme si rien ne manquait, permettant à Karen de survivre dans son foyer où, en tant que jeune fille, elle était dépendante de son père.

      Ce système protégea Karen lorsqu’elle était enfant, mais à la fin des années 20, elle s’enfonça dans une profonde dépression qui la conduisit au Dr. Baer. La clef du traitement fut de réintégrer les alters dans une seule personnalité que Karen a aujourd’hui. Ce fut un processus douloureux, pour CONVAINCRE CHAQUE ALTER DE FUSIONNER, mais ça a fonctionné. Avec chaque RÉINTÉGRATION, dit Baer, Karen récupéra les mémoires de traits de caractère de l’alter – force, humour, compassion, colère. Avec chacun d’entre eux, elle devenait UNE VERSION PLUS COMPLÈTE, plus colorée d’elle-même.

      (suite du dossier dans les prochains jours)

      Supprimer
    16. "l'autoguérison est présentée comme une chance qui vous tombe dessus par hasard, si vous en avez,au lieu d'être présentée comme un potentiel."
      vous avez tout compris.

      Oui e i p, "une chance qui vous tombe dessus par hasard", tout comme les chemtrails sont présentés comme une malchance qui vous tombe dessus pas par hasard.
      Dans les deux cas, en positif comme en négatif, ce qui importe au système de contrôle de cette planète, c'est que les Humains qui y vivent se voient eux-mêmes comme des objets, des réceptacles impuissants de ce que l'"extérieur" leur envoie.

      Qu'ils ne se voient aucun pouvoir d'action. Qu'ils restent murés à l'extérieur de leur propre vie.
      La culture de cette croyance au sein de la race Humaine n'est pas que l'apanage des religions ici-bas, loin s'en faut.

      C'est avec cette pensée corrompue que les Humains s'engagent dans des actes qui vont à l'échec ("l'échec dans l'action entachée").

      Brigitte

      Supprimer
    17. bonjour, merci pour votre réponse, ainsi que ces nouvelles parties.
      L'exemple de Karen apparaît très différent de l'exemple cité plus haut:
      "Mais voici un autre développement récent et relativement inattendu : un nombre apparemment croissant de Multiples s'inscrit en faux contre le diagnostic de maladie mentale. Selon eux, la Multiplicité serait un état parfaitement naturel et normal, à condition que les différents alters vivent en harmonie et qu'aucun ne joue un rôle perturbateur - ce qui, dans ce cas seulement, justifierait l'intervention psychiatrique.

      Mieux encore, ils seraient les prototypes d'un homme nouveau, plus épanoui, plus créatif, plus efficace, parce que capable de cultiver des spécialisations et des talents variés avec une égale et parfaite concentration.

      Les Multiples fiers de l'être ont trouvé un espace idéal : c'est Internet, paradis des minorités et plate-forme de toutes les confessions et professions de foi. On compte désormais par centaines les sites Web animés par des “maisonnées”, où chaque alter écrit son autobiographie et exhibe ses talents - littéraire, poétique, philosophique, graphique, musical, culinaire ou autre. "
      "
      Au fond, selon de nombreux spécialistes, le syndrome MPD peut être envisagé comme l'exacerbation d'une tendance que nous portons tous en nous. Il y aurait un continuum, avec, à l'extrémité jugée “normale”, la rêverie, que tout un chacun pratique, imaginant son moi, avantageusement rectifié, dans des aventures gratifiantes..."
      Finley décrit la conscience comme un bus ou n'importe lequel des passagers prend le volant à tout moment de façon impromptue" .L'être a une vague conscience constante, et se laisse emporter par ses différentes facettes...
      Il reprend aussi l'image connue de la voiture , du cocher et du cheval...
      une lama occidentale à écrit un livre qui aborde plus ou moins le sujet ,d'une autre façon

      http://www.prajna13.fr/spip.php?article42
      http://lessourcesreveesdelaterre.wordpress.com/tag/tsultrim-allione/

      le libraire m'a répondu que c'est une façon de parler pourtant je préfère un autre mot.

      Supprimer
    18. l'autoguérison ,peu semblent y croire mais beaucoup le voudraient..certains la nient.
      les chemtrails, beaucoup les nient,peu semblent y croire et beaucoup voudraient ne pas y croire
      L'autoguérison, je me demande comment elle vient et je sais quel est son rôle
      les chemtrails, je vois bien qu'ils viennent des avions mais j'ignore pourquoi...


      je pense à cette phrase que j'ai lue récemment, et que j'ai notée
      (c'était dans un texte pour une rencontre respirianisme)...:
      "il ne s'agit pas de comprendre,mais de savoir"
      il y'a aussi connaître .
      drôle le correcteur d'orthographe me suggère contrerail pour chemtrail, et parisianisme pour respirannisme)
      bonne soirée à toutes et tous
      :)

      Supprimer
    19. e i p, je vais revenir vous répondre, et poster la suite du dossier. Tout cela va devenir de plus en plus clair.

      à plus tard, Brigitte

      Supprimer
    20. bonjour,
      il y'a eu un article publié qui se rapproche de ce sujet:
      http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-il-y-a-quelqu-un-dans-ma-tete-mais-ce-n-est-pas-moi-120274338.html
      je suis d'accord avec le commentaire de Didier:"Mais il ne faut pas aller trop vite en besogne en disant que cet inconscient est un ennemi, que ses décisions sont contre nous et que nous ne pouvons rien y faire. " et c'est en fait ce que je reproche à Tsulrim Alione avec le titre de son livre, nourrir ses démons qui incite à croire que nous avons en nous des démons,rien que ça, même si le libraire m'a expliqué que c'était une façon de parler, voire une traduction approximative du sanscrit, elle est bien occidentale, cette lama,donc elle sait les connotations de ce mot...


      d'ailleurs le terme de part d'ombre m'a fait le même effet, d'un lieu effrayant où j'aurai peur d'aller...

      épouvantail ou garde -fou?

      j'ai l'impression qu'il y'a au moins deux approches, l'une suggère un conflit entre deux parties, le conscient et l'inconscient,l'autre suggère plus de deux parties.


      au sujet du placébo , j'avais lu ce texte qui s'y rapporte sans faire tout de suite le lien, je l'ai fait depuis:

      http://www.metapsychique.org/Le-psi-missing-et-l-effet-mouton.html

      enfin,quelqu'un m'avais prêté il y'a un moment le livre des Simonton, avec quelques d'exemples d'autoguérisons conscientes.

      c'est un peu pèle-mêle,je vous prie de m'en excuser :)


      bonne journée
      :)


      Supprimer
  15. La question de réincarnation est, à mes yeux, très importante. Désolée de récidiver. Merci Hélios.

    http://danysis.blogspot.fr/2013/09/la-reincarnation-2.html

    Il est regrettable que des personnes ne peuvent pas me laisser de commentaires sur mon blog... je ne sais pas ce qu'il faut que je fasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'ai mis deux commentaires d'un coup sur ton blog :-)

      Allez encourager Dany, bien qu'elle ait gardé le robot, que je lui ai conseillé d'enlever.

      Supprimer
    2. Merci Hélios, je t'ai aussi envoyé un long mail en réponse ! ♥ ♥ ♥ à toi !

      Supprimer
  16. Excellente article sur la réincarnation, d'une bonne érudition ! Merci pour le partage. L'article cadre parfaitement avec l'excellent livre que je viens de lire récemment de l'érudit Siegmund tavaba.
    Pour les intéressés :

    http://www.amazon.fr/gp/aw/d/B00MBKBCD6/ref=redir_mdp_mobile

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.