Bistro Bar Blog

dimanche 15 septembre 2013

Dinosauria : 3 essais sur les dinosaures, par Immanuel Velikovsky (3)

Dernier épisode, la fin des dinosaures. On n'a pas fini d'écrire à ce sujet, aussi bien pour la datation que pour les causes de l'extinction. Voyons ce qu'en dit Velikovsky.


L'extinction des dinosaures

(Cet article du Dr Velikovsky est apparu dans le magazine KRONOS en 1978)

On ne sait pas quelle fut la cause de l'extinction des dinosaures.

Se sont-ils exterminés entre eux ? Certains étaient carnivores, comme le tyrannosaure, avec des griffes acérées arrondies, des dents tranchantes, de petites pattes avant et un bassin étroit, ou l'allosaure, avec des os creux comme ceux des oiseaux. Ils livraient bataille au brontosaure et au diplodocus herbivores, les attaquant de leurs griffes acérées et leur dents tranchantes. Certains de leurs squelettes ont été retrouvés dans une position qui suggère une bataille. Au musée américain d'Histoire Naturelle, dans la section sur la période des dinosaures du jurassique, une scène finale d'une telle bataille a été reconstituée, montrant un dinosaure carnivore, l'allosaure, déchiquetant la carcasse d'un brontosaure au sol.

Allosaure
Quelle était l'arme du diplodocus et du brontosaure ? Ces animaux d'une longueur de 21 à 24 mètres n'avaient pas de cornes ni de griffes et aucune dent prévue pour se défendre en cas d'attaque.

"Ils étaient apparemment sans recours et désarmés, sauf si on veut interpréter leur queue de 3 mètres de long, qu'ils lançaient parfois comme un fouet, comme une arme".
[R.S. Lull, "Dinosaurs", Encyclopedia Americana.]
On a parfois supposé que la cause de l'extinction des dinosaures, qu'ils soient carnivores ou herbivores, aurait pu être leur corpulence en augmentation. On ne sait même pas comment les brontosaures pouvaient porter leur poids de plusieurs tonnes avec leurs pattes droites rigides.

"Une corpulence croissante les obligeait à abandonner un habitat strictement terrestre et à devenir en partie, si ce n'est en totalité, amphibiens".
"Ces créatures [sauropodes] pataugeaient, comme l'impliquait leur membres lourdement lestés, ou nageaient... mais une adaptation natatoire n'est pas visible distinctement". [Ibid]

On pense pour cette raison que les grands brontosaures et diplodocus se rattachent à la classe des amphibiens, ou reptiles, vivant en partie dans l'eau et en partie sur la terre ferme. Les squelettes ne montrent aucun signe d'adaptation à une vie aquatique, mais leur poids conséquent sur terre demande une explication au sujet du comportement amphibien de ces animaux, dans l'eau leur corps auraient pesé moins lourd. Pourtant le brontosaure n'était pas un amphibien, mais un animal terrestre.

Une hypothèse serait que les brontosaures étaient devenus trop lourds pour marcher sur la terre ; mais pourquoi ont-ils grossi autant, si la loi de l'évolution est un principe d'adaptation aux conditions existantes ?
"La cause de l'extinction n'est claire en aucune façon".
[Lull]
L'extinction ne fut pas graduelle.
"L'événement le plus spectaculaire et à maints égards le plus bizarre dans l'histoire de la vie sur terre...est le passage du mésozoïque, l'ère des reptiles, à celui du tertiaire, l'ère des mammifères. C'est comme si on avait fait tomber le rideau sur la scène de théâtre où tous les rôles dominants étaient pris par les reptiles, surtout les dinosaures, en grand nombre et déconcertante variété, et qu'il se soit immédiatement relevé pour révéler la même pièce mais avec un scénario entièrement nouveau, où les dinosaures n'apparaissent plus du tout, les autres reptiles ne sont plus que des figurants et les éléments dominants soient tous joués par toute sorte de mammifères alors qu'ils n'étaient qu'à peine esquissés dans les actes précédents".
[G.G. Simpson, cité par Shuchert and Dunbar, Outlines of Historical Geology (N.Y., 1941), p. 230]
Mais une indication est donnée par le fait que la révolution qu'on a nommée "Laramie", accompagnée d'un pliage de la croûte terrestre et d'un soulèvement de montagnes, marque la fin de l'ère mésozoïque ou ère des dinosaures :

L'ère mésozoïque s'est achevé dans une révolution qui a soulevé les continents et les a jetés à d'autres endroits ; et "la période d'extinction des dinosaures coïncida avec la révolution Laramie mondiale".

[Voir E.H. Colbert, Wandering Lands and Animals (N.Y. 1973), p. 207 – "Peut-être que les extinctions massives à la fin de l'époque crétacée doivent être corrélées d'une certaine façon avec le début du soulèvement mondial des montagnes, qui ont finalement donné les grands systèmes montagneux actuels – l'Himalaya et les Alpes, les Andes et les Montagnes Rocheuses. C'est connu comme la révolution Laramie dans l'histoire terrestre. C'est peut être cependant une preuve empirique qui montre qu'avec l'arrivée de la période cénozoïque les mammifères ont hérité de la terre"]

Il serait très simple d'imaginer que la même catastrophe a tué les dinosaures. Les cataclysmes ne sont pas exclus de la géologie mais on les considère comme des processus lents ; en tant que facteur biologique, les vrais cataclysmes et révolutions ont été disqualifiés depuis la théorie de Darwin qui est devenue le point de vue dominant sur la lenteur des adaptations et évolutions. Donc la révolution Laramide a plié la croûte terrestre et soulevé les montagnes, mais n'a pas affecté la vie des dinosaures et la cause de leur extinction n'est toujours pas trouvée.

Le début du monde animal antédiluvien a pu se passer il y a des centaines de milliers ou des millions d'années. Ce n'est pas le sujet de discussion ici. Mais la fin des dinosaures s'est bien passée à l'ère humaine, et même dans la partie historique de cette ère.

Concernant le problème de l'extinction, Lull note que,
"des rapports ont été faits sur la présence d'espèces individuelles de dinosaures dans des roches aussi hautes que celles de la formation de Lance (d'après un lieu appelé "Lance creek" dans le Wyoming, NdT). Il est à peine concevable que quelques retardataires aient pu survivre, même dans des parties plus éloignées du globe, pendant des millions d'années après l'extinction massive du groupe, c'est pourtant précisément ce que nos rapports semblent montrer, sauf s'il y a eu une mauvaise interprétation d'un reste extrêmement localisé de strates plus anciennes, ou si on a échoué à déterminer l'âge réel".
La révolution qui marque la fin de la période crétacée a été causée par l'un des contacts interplanétaires. Seuls quelques spécimens de dinosaures ont survécu au Déluge ; des individus isolés ont survécu à un ou plusieurs des derniers cataclysmes.

Pendant de grandes catastrophes, les gros animaux terrestres avaient moins de chances de survivre que les petits ; ils ne pouvaient à peine trouver des grottes suffisamment grandes pour les camoufler ; s'ils en avaient trouvé, ils se sont précipités dedans et y ont suffoqué ou ont été écrasés par l'effondrement des grottes. De nombreux squelettes de dinosaures sont découverts dans ces grandes grottes. Les petits animaux pouvaient se glisser dans des fentes de rocher ou dans des trous du sol et bien qu'ils aient aussi été détruits en grande quantité, une partie d'entre eux ont pu survivre.

Dans les situations qui suivaient une catastrophe, les quelques gros dinosaures qui sont restés en vie, ont été condamnés à l'extinction par les violentes altérations provoquées dans pratiquement toutes les conditions géophysiques ; un changement des champs magnétiques, de la température, de la composition de l'atmosphère, la longueur du jour et de l'année, ainsi que le changement des saisons, ont profondément affecté la vie organique.

L'augmentation de poids de tout ce qui se trouve sur la Terre, a fait surtout que les corps des quelques brontosaures restant soient devenus plus lourds que ce qu'ils pouvaient supporter. Patauger dans l'eau, bien que diminuant la charge qui leste les pattes, n'est pas une réelle adaptation : les pieds traînent lourdement et s'enfoncent dans la boue de l'eau en surface. En quittant l'eau, les animaux ont dû sentir le grand poids de leur corps et les effets bloquants de la boue.

Si ces animaux étaient des mammifères, comme je le suppose, la période gravide, en raison du poids supplémentaire, a dû être des plus désastreuse pour les femelles.

Seuls les mammifères marins monstrueux de cette ère ont échappé à une totale destruction et leurs descendants vivent encore aujourd'hui ; ce sont les baleines. Leur longueur peut atteindre plus de 30 mètres et en poids elles surpassent les plus gros brontosaures.

Il est remarquable que des voyageurs du deuxième millénaire et peut-être du premier avant l'ère actuelle, aient rapporté à la maison ces récits :
Le roi des animaux marins est le Léviathan. Ses nageoires rayonnent d'une brillante lumière, son odeur est nauséabonde. Le Léviathan recrache de l'eau.
Cette description, on peut le deviner, correspond à celle d'une baleine. Le Ziz est le chef des oiseaux ; il a une taille monstrueuse ; ses ailes sont si immenses qu'elles masquent le soleil.
"Le grand oiseau Ziz agite ses ailes et pousse des cris pour que les oiseaux de proie, les aigles et les vautours, blêmissent".
[L. Ginzburg, Légendes juives, I (Philadelphia, 1942), p. 28.]
L'envergure des ailes des ptérosaures était de 8 mètres de haut par 21 mètres de long, alors que celle des ailes des plus grands aigles est inférieure à 3 mètres.

Squelette de ptéranodon (famille des ptérosaures)

Le Béhémot (à ne pas confondre avec l'animal qui porte ce nom aujourd'hui) est le représentant le plus remarquable du genre mammifère. Le Béhémoth a la même force que le Léviathan. On devait l'empêcher de se multiplier et de grossir, "autrement le monde aurait pu ne plus exister". Il est privé du désir de propager son espèce.

Comme les voyageurs mentionnés ci-dessus ne pouvaient pas visiter le Musée américain d'Histoire Naturelle pour leurs voyages, ni aucun autre musée de paléontologie, ni pouvoir lire les livres modernes sur les dinosaures et toutes leurs espèces, il est étonnant de lire leur description d'animaux monstrueux et de leur comportement, et aussi de l'arme utilisée par les plus grands animaux terrestres.

En combat mortel entre bêtes gigantesques, le Léviathan tue par une poussée de ses nageoires et le Béhémoth par un coup de sa queue. Les paléontologues modernes se sont posés la question du manque d'armes d'attaque ou de défense des plus gros animaux terrestres, ce qui en faisait des proies pour tout attaquant et ils ont supposé que l'animal se servait de sa queue comme arme.

Également intéressante est la description de la gigantesque femelle du Reëm (un aurochs?) quand elle porte un petit.
 "Léviathan, Ziz et Béhémoth ne sont pas les seuls monstres ; il y en a beaucoup d'autres, et certains merveilleux, comme le Reëm, un animal géant, dont un seul couple, mâle et femelle, est en vie...L'acte de copulation ne se produit qu'une fois en 70 ans...L'acte de copulation résulte en la mort du mâle. Il est mordu par la femelle et meurt de ses morsures.
La femelle devient gravide et reste dans cet état pas moins de douze ans. À la fin de cette longue période elle donne naissance à des jumeaux, un mâle et une femelle. L'année précédant sa délivrance elle est incapable de bouger...Pendant une année complète, un animal qui ne peut que rouler d'un côté à l'autre, jusqu'à ce que son ventre explose et que les jumeaux sortent. Leur apparition est le signal de mort pour la femelle reëm".
[Ginzburg, Ibid., pp. 28-31.]
Le problème de la station debout des dinosaures, avec leurs pattes de type pilier, contrariait les experts modernes.

Les plus grandes espèces sont classées dans les amphibiens, bien qu'aucune adaptation à la vie aquatique n'ait été trouvée dans leurs restes fossilisés ; ils sont classés ainsi parce que, en pataugeant dans l'eau, ils auraient une charge moindre de leur corps à charrier. Ce qui ne résout pas la question détaillée plus haut. Les animaux n'étaient apparemment pas adaptés aux conditions de vie et n'ont pas survécu.

Plus exactement, les animaux se sont adaptés aux conditions, mais la Terre a changé complètement ces conditions et plus d'une fois.

Les variations de la force de gravité est devenue, bien plus que toute autre chose, fatale aux grands dinosaures. 


Traduction par le BBB.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.